La République en Marche

Communiqué de presse de Isabelle Voyer (candidtaate) et de  Christophe Giancola (suppléant)  aux dernières élections législatives dans la 6e circonscription de l'Hérault circonscription face à Emmanuelle Ménard

En tant que citoyens nous sommes extrêmement vigilants sur le bon usage des finances publiques. Tout centime dépensé doit l’être judicieusement, pour le bien de tout un chacun. Nous-mêmes avons veillé à ce que notre budget de campagne soit des plus ajustés aux nécessités de nous faire connaître à vous.

C’est dans cet état d’esprit que nous avons porté un recours au Conseil constitutionnel, il y avait pour nous et un certain nombre d’entre vous un doute. Nous souhaitions simplement qu’il soit vérifié que certains moyens financiers utilisés par la Mairie n’aient pas été détournés au profit de la campagne de notre adversaire. Ce doute a été également ressenti par le Conseil constitutionnel qui a préféré s’en remettre au juge de l’élection. Ce dernier a tranché, le doute a été levé le 8 décembre et c’est bien ainsi.

À présent, nous interpellons Mme la Députée, sur le fait qu’il n’est pas honorable pour une élue de diffamer à notre propos, même s’il lui a été désagréable de supporter ce recours. Que d’associer notre démarche à une volonté de dénigrer le choix des Biterrois relève d’une exaspérante contre-vérité, et que bien au contraire il s’agissait de lever toute ambiguïté concernant les dépenses publiques engagées avec l’argent des citoyens.

Nous poursuivons en précisant qu’en politique il est nécessaire de rester humble et ouvert face aux citoyens et que tous les électeurs doivent être considérés avec respect, quel que soit leur choix. Un élu, nous semble-t-il, se doit de faire de même, d’autant plus que nous avons souffert d’un taux d’abstention très élevé lors de ces élections.

Mme la Députée défend son mandat en arguant qu’elle travaille… nous tenons à faire remarquer que c’est la moindre des choses lorsque l’on est élue et payée pour cela.

Nous sommes nombreux à observer que les actions collaboratives avec les institutions sont défaillantes. La ligne de conduite systématiquement contestataire tenue par Mr le Maire et Mme la Députée ne bénéficie en rien à notre vie de citoyen.

L’acharnement d’une communication invective et provocante ne fait pas la démonstration d’un quelconque progrès au développement socio-économique de notre territoire. Où sont les résultats ? Nous rappelons que Béziers c’est : un niveau de pauvreté à 47 %, un taux de chômage avoisinant les 19 %, et un classement à la 113e place sur 117 des communes les plus pauvres de France. Les chiffres ne mentent pas, ils sont le reflet d’une déshérence conséquente pour une trop grande partie de la population.

Les citoyens attendent des résultats satisfaisants à tous, chiffrés, démontrés, argumentés, et approuvés par des autorités indépendantes.

Il est plus que temps de recréer une dynamique économique et durable sur notre territoire. Ce n’est que dans ce contexte que les actions sociales locales pourront être soutenues pour être efficaces auprès de la population qui en a le plus besoin.

À présent, nous préférons consacrer notre énergie au service de tous en ouvrant les portes de l’espoir plutôt que celles de la haine et non à la dépenser en réponse à des sujets polémiques qui en raison de leur nature nous entraînent toujours dans une impasse

Cette mise au point étant faite, nous aspirons à l’avenir à laisser les marcheurs s’exprimer eux-mêmes par le biais du Comité En Marche de Béziers lorsqu’ils le jugeront nécessaire.

Nous sommes convaincus qu’il est possible de mettre en œuvre des actions locales efficaces pour conduire notre territoire vers des axes de progrès, que la société civile est pourvoyeuse d’initiatives concrètes et pertinentes.

Le moment venu, nous serons là pour en témoigner avec vous.

Isabelle Voyer et Christophe Giancola
 LREM