Najat Vallaud-Belkacem et Sébastien Denaja à Florensac

Samedi 19 novembre, Sébastien Denaja, député de la 7ème circonscription de l'Hérault avait invité Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation Nationale et les élus du département au traditionnel banquet républicain auquel il convie ses sympathisants chaque année. Dans la salle comble du domaine du Bosquet à Florensac, plus de 300 personnes avaient répondu à cette invitation.  Une occasion pour le député et la ministre de défendre leurs actions et celles du gouvernement.

Parmi les très nombreuses personnalités présentes on pouvait remarquer Kléber Mesquida, Président du Conseil départemental de l'Hérault et député de la 5ème circonscription, Anne-Yvonne Le Dain, députée de le 2ème circonscription, Virginie Rozières, député européenne ou encore André Lubrano, conseiller régional. Plusieurs personnalités non socialistes étaient également présentes comme Stéphane Pépin-Bonet, le maire de Bessan, venu en voisin témoigner par sa présence, qu'au-delà des partis, il était un élu authentiquement républicain.

 

 

Kléber Mesquida
Président du Conseil départemental de l'Hérault
Député de la 5 ème circonscription

Partageant son temps entre l'Assemblé Nationale et le département, Kléber Mesquida était bien placé pour illustrer les retombées positives de l'action gouvernementale pour le département. Il ne s'en est pas privé, citant des exemples très concrets touchant le quotidien de la population.

 

Le député Denaja : "je suis fier de porter votre parole à l'Assemblée nationale"

Action législative

Lutte contre la corruption

Sébastien Denaja, rapporteur de la loi relative à la transparence et à la lutte contre la corruption, a joué un rôle majeur dans l'adoption de cette loi qui vise à moraliser la vie publique. Elle instaure une peine complémentaire d'inégibilité des élus condamnés pour corruption, elle protège les "lanceurs d'alerte", elle contrôle l'activité des lobbies auprès des pouvoirs publics et prévoit un encadrement de la rémunération des grands patrons.
Des moyens importants sont également alloués pour que la loi s'applique : une agence française contre la corruption est crée avec 70 personnes (contre  5 pour la structure chargée de la lutte anti-corruption sous le quinquennat précédent).

Egalité femmes/hommes

Sébastien Denaja était également le rapporteur de la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, adoptée symboliquement le 4 août 2014, date anniversaire de la suppression des privilèges et des droits féodaux votée le 4 août 1789.
Cette loi contient des mesures "décisives" en matière d'égalité professionnelle, de garantie contre les impayés de pension alimentaire, de protection des femmes victimes de violences, de généralisation de la parité dans l'ensemble des instances économiques et sociales. A l'initarive du député de l'Hérault, la loi contient également des disposition très concrètes et pragmatique comme par exemple la possibilité d'opter pour un congé parental plus court et mieux rémunéré et la protection contre le licendiement des pères salariés 4 semaines après la naissance.

Loi pour les dockers

Cette loi, connue sous le nom de loi Denaja du nom de l'auteur de la proposition, vise à consolider et à clarifier l'organisation de la manutention dans les ports maritimes. Elle garantit notamment la priorité d'embauche des ouvriers dockers et l'obligation d'instaurer un dialogue social en cas d'implantation nouvelle.

 Défense des consommateurs

La loi consommation dont le député Denaja était le co-rapporteur avec Benoît Hamon, permet à présent une "action de groupe" à la française en particulier pour les associations de consommateurs qui peuvent désormais assigner en justice des professionnels commettants des abus de masse, notamment dans les domaines de la santé e de l'environnement

 

La ministre, faite citoyenne d'honneur de Florensac
par son maire Vincent Gaudy

   

A l'arrivée de la ministre entourée de Vincent Gaudy, conseiller départemental et maire de Florensac et du député Denaja, quelques personnes proches du collectif la manif pour tous de Ludovine de La Rochère,  ont manifesté et apostrophé la ministre, notamment sur l'enseignement "obligatoire" de l'arabe à l'école et sur "l'incitation à la sodomie" des manuels scolaires... La ministre a bien essayé d'entamer un dialogue avec ses détracteurs pour dénoncer ces rumeurs sans fondement mais peine perdue. La ministre a fait l'expérience qu'avoir raison ne suffit pas pour imposer son point de vue à ceux qui ont des a priori et des préjugés. Incident malgré tout bien vite oublié avec l'ovation chaleureuse des invités lors de l'entrée de la ministre dans la salle du Bosquet.

 Sur scène, Vincent Gaudy a rapidement replacé cet événement dans son contexte et a remercié tous ceux qui avait répondu présent à l'invitation, à commencer par Najat Vallaud-Belkacem qu'il allait faire citoyenne d'honneur de Florensac en point d'orgue à la fin des discours officiels.

 Prenant la parole après Kléber Mesquida, le président du départment, le député Denaja a d'abord fait un bilan de son action à l'Assemblé nationale (voir ci-contre) avant de faire une rapide synthèse de son action sur le terrain dans sa circonscription :

Santé
Extension à l'année de la ligne SMUR à Agde, maintien de l'agrément du service d'urgence de Pézenas, entrevue avec la ministre de la santé pour faire bénéficier de crédit exceptionnels les hôpitaux du bassin de  Thau (HBT) pour leur permettre de financer les nouveaux équipements tant attendus par les patients et les équipes médicales en place.

Sécurité
En zone de police Agde-Sète : attribution d'une subvention au titre de la réserve parlementaire aux commissariats de police d'Agde et de Sète dès 2012, obtention de 12 fonctionnaires de police et de 11 adjoints de sécurité pour Agde et 4 pour Sète-Frontignan en 2014 puis 5 autres en 2016.
En zone de gendarmerie : contribution et soutien à la création de la nouvelle gendarmerie de Marseillan, extension et déménagement de celle de Servian.

Métier de la mer
La pêche est désormais organisée au niveau européen, mais le député reste mobilisé pour que la spécificité de la pêche en Méditerranée et la fragilité de son écosystème soient mieux reconnues et défendues par l'Etat. Il a également cherché à être un relai efficace des pêcheurs et des conchyliculteurs auprès de la Région et du Département, facilitant les rencontres directes des représentants des professionnels avec les ministres chargés de la mer, Frédéric Cuvillier en 2013 et Ségolèn Royal en 2016.

Viticulture
Vice-président du groupe d'études sur la viticulture à l'Assemblé nationale, le député Denaja a œuvré contre la libéralisation des droits de plantation, pour la préservation des équilibres de la loi Evin, contre toute hausse de fiscalité sur les produits viticoles, pour la défense des distillerie, pour l'accélération de l'adoption du décret sur l'AOC Picpoul de Pinet, pour l'implantation des jeunes et pour la défense du système coopératif.

 

Autres soutien et contribution aux projets locaux

  • déménagement de la gendarmerie et de l'EHPAD de Servian
  • création des jardins familiaux à Florensac
  • création d'un mur anti-bruit à Pinet le long de l'A9
  • financement de la nouvelle gendarmerie de Marseillan
  • maintien de la desserte intercités en gare de Sète
  • couverture numérique du territoire
  • rénovation du cœur de ville d'Agde, des quartiers de l'île de Thau et du centre-ville de Sète.
  • pour mémoire : de nombreux autres projets financés au titre de la réserve parlementaire sur l'ensemble des 22 communes de la circonscription.
 

 


"Soyons à la hauteur des Français""

Avant de souhaiter bon appétit aux convives, la ministre Najat Vallaud-Belkacem a elle aussi fait un bilan de son action en déplorant la désinformation et les rumeurs qui tendent à discréditer le gouvernement de la République. Elle a fustigé "les mensonges éhontés qui "tiennent lieu de débats publics" et sont diffusés sur les réseaux sociaux et dans les médias par certains partisans de la droite et du Front National.
Proche des gens, avec un discours simple et factuel, elle a facilement conquis son auditoire de sympathisants qui l'a longuement acclamé tout au long de son intervention.
Elle a rappelé que le budget de son ministère devenait le premier poste budgétaire de la république :  92,49 milliards d'euros en 2017, dont 68,4 milliards pour l'Éducation nationale et 23,85 milliards d'euros pour l'Enseignement supérieur et la Recherche, soit 3 milliards de plus qu'en 2016. "Un tel effort n'a rien d'évident dans le contexte budgétaire actuel" précise la ministre en illustrant son propos avec l'exemple des 60.000 postes créés dans l'enseignement. L'effort d'ailleurs paye déjà: le nombre de "décrocheurs" qui quittent le système scolaire sans diplôme ni qualification est passé pour la première fois sous la barre des 100.000.

Concernant les fonctionnaires objets des attaques répétées de la droite, la ministre estime que "notre pays ne serait rien sans la colonne vertébrale qu'est le service public". Rappelant les coupes sombres du quinquennat précédents dans les effectifs de la fonction publique (police, santé, enseignement, etc;) elle a déclaré que "la droite qui n'a rien appris de ses erreurs passées", propose les mêmes mesures qui ont montré "leur caractère néfaste dans le passé." Najat Vallaud-Belkacem décrit enfin ce qui se passera pour les français, selon elle, si l'opposition revient au pouvoir, matière de bien montrer la différence entre une politique de gauche et une politique de droite voire d'extrême droite.
Dernière pique enfin contre Emmanuel Macron, quand elle dénonce ceux "qui manque de loyauté" et font courir à la gauche le risque d'un désunion qui l'élimine dès le premier tour de la prochaine présidentielle.