Interview du député Christophe Euzet

Depuis son élection le 18 juin 2017 Christophe Euzet, le nouveau député de la 7ème circonscription de l’Hérault, discret mais bosseur, n’a pas chômé, si l’on se base sur son bilan d’activité tel qu'il ressort de l'analyse de l'activité de l'Assemblée Nationale. Pour en savoir plus Thau-infos est allé à sa rencontre...

 

Christophe Euzet 

 Ses responsabilités à l'Assemblée Nationale

Commission permanente 
Lois constitutionnelles, législation et administration générale de la république (membre)

 Missions parlementaires

  • Mission d'information sur la gestion des évènements climatiques majeurs dans les zones littorales de l'hexagone et des outre-mer (membre)
  • Mission d'information sur la déontologie des fonctionnaires et l'encadrement des conflits d'intérêt (membre du 15 septembre 2017 au 2 février 2018)
Fonctions judiciaires, internationales ou extra-parlementaires
  • Commission nationale consultative des droits de l'homme (membre titulaire)
  • Commission supérieure de la codification (membre titulaire)
  • Cour de justice de la république (juge titulaire)

27 amendements proposés, tous adoptés et près d’une centaine d’autres examinés et signés.

   

Thau-infos : Comment résumer vos premiers six mois de député ?

Christophe Euzet : Le rôle d’un député est d’abord de faire les lois et de contrôler l’action du gouvernement. Mon premier objectif étant de contribuer à la réussite du programme  annoncé par le Président Macron, j'ai privilégié l'action législative pour laquelle ma formation de juriste m'est bien utile.
Depuis six mois, avec mon groupe,  nous avons voté des lois, autorisé et ratifié des ordonnances, lancé sous l’autorité du chef de l’Etat des réformes dans tous les domaines : le contrôle renforcé des élus,  la facilitation de la création d’emplois, la politique du logement, la vie des étudiants, une loi de finances ambitieuse, une loi de financement de la sécurité sociale qui l’est tout autant… Le rythme de travail est, de l’aveu de tous, sans précédent.

Thau-infos : Selon les statistiques de l'Assemblée vous faîtes partie des députés les plus actifs ?

Christophe Euzet :  Je suis sceptique sur ces classements auxquels je n'accorde guère de confiance. Je suis député, concentré sur ma seule mission et sans aucun autre mandat. Je fais donc mon travail le plus sérieusement possible. On l'ignore souvent mais le travail d'un député qui ne se contente pas faire de la figuration ou de la communication est très technique et requiert des connaissances de base bien spécifiques. J'essaye donc de travailler le fond et la forme ce qui m'amène à  m'investir sur les textes.

Thau-infos: le programme législatif à Paris est-il aussi chargé pour 2018 ?

Christophe Euzet : Il est encore plus chargé : asile, immigration, réforme de la justice, modernisation et démocratisation des institutions, de la formation professionnelle…  Nous faisons le maximum pour redresser le pays. Nous le faisons de notre mieux pour restaurer son image, rétablir sa puissance économique, redonner vie à sa fraternité tout en rendant à la parole publique fermeté et crédibilité.

Thau-infos : Votre discrétion contraste avec les pratiques de vos prédécesseurs, cela signifie-t-il que le local passe au second plan?

Christophe Euzet : En aucun cas. Je compte bien porter la voix de notre territoire dans le débat national et l'action sur le terrain est tout aussi importante que l'action à l'Assemblée. Le problème c'est l'énorme présence qu'implique le travail de député à l'Assemblée, là où les lois se préparent et se discutent. La seule solution c'est d'être sur le pont tous les jours et de s'organiser avec une équipe pour privilégier l'efficacité. Pour ma part je suis du mardi au jeudi à Paris et le reste de la semaine dans ma circonscription.
Depuis six mois, je m'emploie,  avec une équipe enthousiaste et dynamique, implantée sur  nos vingt-deux communes et déterminée à contribuer activement au changement qu’a entrepris le chef de l’Etat, à jouer à plein le rôle désormais dévolu aux représentants de la Nation dans la circonscription : fini le temps de la réserve parlementaire et celui de la course aux mandats.

Thau-infos : comment s'articule cette action locale avec l'action nationale?

Christophe Euzet : Couper des rubans ou ne faire que des cérémonies me semble insuffisant pour pour faire avancer et porter les projets avec les élus du territoire.  L'essentiel c'est d'agir pour  developper le tissu économique et le dynamiser. Il ne manque pas de bons projets à soutenir (viticulture, littoral, tourisme, ostréiculture, pêche, numérique, transport…). C'est aussi à cela que je m'emploie auprès des différents ministères pour que les intérêts spécifiques de la 7eme circonscription de l’Hérault soient pris en compte à Paris. Le député est en effet aujourd’hui le facilitateur qui met en relation, avec ses collaborateurs, les problématiques locales et les décideurs de l’Etat au niveau des préfectures et des ministères. Il travaille les lois à Paris et porte au cœur des chancelleries les enjeux des territoires sur lesquels il a été élu. Je ne prétends pas à la perfection. Elle n’existe pas en politique. Je ne prétends pas davantage séduire tout un chacun : le monde est divers et les avis variés. Mais je revendique d’ores et déjà un travail acharné. Et je vous le dis sans nuance : cela ne fait que commencer. Notre pays est sur la voie d’une transformation profonde et nous sommes, mon équipe et moi même, impliqués au premier chef .

propos recueillis par Georges Maina

 

Christophe Euzet, une équipe organisée

 Christophe Euzet est issu d'une famille ancienne dont le patronyme est bien connu des sétois, il aime aussi rappeler  ses autres racines, celles de  ses grands parents italiens.   Il évoque toujours avec plaisir ses repas du dimanche en famille où la rouille et les bijus font la synthèse de ses  origines.

Docteur en droit public, ce quinquagénaire, père de 2 enfants, est un homme neuf en politique. Il n’avait jamais milité dans un parti politique ni brigué un mandat. Jusqu’au jour où  séduit par le discours d’Emmanuel Macron, il rejoint le mouvement En Marche.
Christophe Euzet est reconnu dans son milieu d'enseignant-chercheur comme un homme de projet.  Au cours de sa carrière, il a ainsi eu l’occasion  de monter des programmes de développement ou d’enseigner en Algérie, au Maroc, en Tunise, au Liban et en Egypte où il résida deux ans.
Il eut également l’occasion  d’animer des équipes pluridisciplinaire au Centre de recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée (CRESEM) de Perpignan. Cette structure rattachée à la Communauté d'Universités et Établissements du Languedoc-Roussillon a pour vocation la recherche dans l’ensemble des domaines des sciences humaines et sociales ainsi que des sciences économiques et juridiques. Elle développe également des programmes portant sur les rapports entre société et environnement.
Son expérience de Maître de conférence au CDED (Centre de Droit Économique et du Développement)  est évidemment un atout pour son travail législatif. C'est d'ailleurs cette compétence, entre autres, qui avait décidé Emmanuel Macron, pragmatique, à lui confier la tête de liste au dernière élections législatives

Son équipe 

Assistants parlementaires.

  • Thibaut COUSSENS, juriste de très haut niveau basé à Paris, a en charge la gestion technique et politique des dossiers avant leur présentation en séance plénière.
  • François LAVIGNE, piscénois, directeur de sa campagne pendant les législatives, est basé sur la circonscription. Gestion de l'agenda du député avec Paris, représentation du député, travail avec les élus locaux de toutes sensibilités.
    M. LAVIGNE part déjà à la rencontre des élus pour aborder les problématiques sur leur territoire : maires, conseillers départementaux, régionaux mais aussi à celle des acteurs économiques : chefs d'entreprise, présidents de caves coopératives... Relations publiques, préparation des dossiers pour les projets des communes ( conseils, rédaction, consultation...), remontées des propositions sont au coeur de sa mission.

 Suppléant 

William NICOLAS, homme d'expérience connaissant bien le terrain, est un autre pilier de l'équipe. Lors de certaines manifestations, il est amené à  représenter le député lors que ce dernier est pris à Paris par le travail législatif. William NICOLAS, est particulièrement actif sur les dossiers  concernant l' Agglomération Sétoise, secondé par un jeune collaborateur, Enzo FERRARA.