Zeus contre Chronos à Florensac

En ce début d’Octobre 2018, nous avons eu un magnifique orage sur la ville et, au moment paroxysmique, un formidable éclair déchira le ciel et frappa de plein fouet le clocher de l’église ; certes le campanile métallique était une main tendue à ce déchaînement électrique, mais quand même…

Il est facile de savoir à quel moment précis survint ce drame météorologique, il suffit de regarder l’horloge du clocher, horloge qui s’est arrêtée dans la nuit à 11 heures et 12 minutes, heure fatidique où notre bel édifice fut foudroyé.

Depuis l’angélus et les heures ne sont plus sonnées, peut-être quelques catholiques fervents y verront une intervention satanique, pour ma part, je préfère rêver à notre belle antiquité païenne, époque bénie où les dieux se livraient une bataille Homérique au dessus des humains rampants : cette nuit-là, Zeus, équipé de la foudre, vaincu Chronos privant l’humanité du maître du temps en frappant sans vergogne le clocher de Florensac, stoppant net la course des aiguilles temporelles d’habitude si dociles…

En terme grivois, descendant de l’Olympe, sa résidence douillette, Zeus est venu foutre une rouste à ce prétentieux de Chronos trop admiré par ces humains ingrats.

En attendant, en bons agriculteurs, nous goûtons avec délice à cette manne céleste qu’est la pluie, bienfait tant attendu, et, pour une fois, rendons grâce au grand Zeus.

Dominique