The Assumtionnists at Lavagnac

C’était une première en ce samedi 10 juin que de croiser des religieux et laïcs venus d’Outre-Manche marcher sur les pas de leur fondateur le R.P d’Alzon. Accompagnés par les religieuses de Nîmes, ils avaient à leur tête le P. Thomas O’ Brien, curé de N.D de l’Assomption à Bethnal Green paroisse de l’Est de Londres. Les Oblates se sont installées à Charlton le 16 juillet 1903 où elles ont ouvert une école. Les Augustins de l’Assomption quelques années plus tôt. Certains avaient pris des renseignements sur le Petit Versailles du Languedoc, mais si le roi soleil était là et bien là, il a fallut déchanter pour l’édifice. Il n’en reste pas moins le souvenir de la famille d’Alzon et du plus illustre des résidents, le P. Emmanuel d’Alzon. C’est Bernard, qui commente tout au long de cette marche, l’historique du château, le vécu de la famille d’Alzon en ces lieux et bien évidemment l’enfance d’Emmanuel, la soirée du 14 mars 1832 et les séjours du P. d’Alzon devenu le fondateur des Augustins de l’Assomption et des Oblates. Cet homme s’est souvent révélé prophète. C’est un précurseur, il a été dans bien des domaines en avance sur son temps. Ce parc où il allait se promener, dans cette allée de platanes rebaptisée pour la circonstance, allée du bréviaire, le lac où il naviguait en barque. Ayant pris de l’assurance et appris à nager, il en faisait ensuite sur l’Hérault au moulin de Roquemengarde. En me promenant dans les allées du parc, qui réellement sont bien belles en cette saison, je me rappelle tous ceux que j’ai aimés qui s’y sont promenés avec moi, en ont joui comme moi, et dont les yeux ne les verront plus jusqu’au jugement dernier. On regarde désormais la chambre du prélat depuis la petite terrasse car l’accès par l’intérieur est dangereux. De là les pèlerins se sont rendus à la chapelle, également fermée, le toit menace de s’effondrer. Alors on observe l’intérieur par un trou dans la porte, encore un acte de vandalisme. Si nos amis anglais avaient pris des notes sur ces lieux, ils avaient noté également qu’il existait une cuvée du P. d’Alzon, ils en ont emporté quelques cartons, car ils ont trouvé ce breuvage à leur goût.

Ce château est en train de faire un bond en arrière de 385 ans, en 1633, les troupes de Richelieu l’avait détruit, il était devenu une carrière de pierres. Peut être un jour viendra, où un abbé Desaire se présentera, celui qui à N.D des Châteaux travaillait à la restauration des ruines pour le compte du P. d’Alzon. Malgré cette situation, les Assomptionnistes viennent de plus en plus nombreux s’imprégner de l’esprit du P. d’Alzon. Est-ce un signe d’une béatification prochaine ? Le 24 juin prochain, c’est le P. Michel Carrière, Assomptionniste, curé de la paroisse Sainte Thérèse de l’enfant Jésus à Montpellier, qui amènera des pèlerins le matin à Lamalou les Bains voir la chapelle qu’il a fait construire avec son ami le docteur Privat. Le repas sera pris au Domaine de la Conseillère où Sabine de Virieu les accueillera dans la cave ou sous les ombrages de la cour intérieure en fonction de la météo.

L’après midi, découverte de Lavagnac et messe à 18h30 à l’église paroissiale de Montagnac.

Bernard Bals