Un container pour l’Afrique, comment ça marche ?

Le déroulement de l’envoi d’un container est long, ce n’est pas un projet facile. Tout d’abord l’association Denro en l’occurrence, décide de lancer une telle opération en fonction des promesses de dons, qui viennent souvent de mairies, industriels, associations. Mais il y a les dons des particuliers qui seront en partie revendus aux commerçants locaux et dont les recettes serviront au fonctionnement du groupe scolaire. Il faut les récupérer, c’est la première difficulté, car le donateur veut s’en débarrasser rapidement, il faut donc faire vite. Ces dons sont de toutes sortes, vaisselle, vêtements, chaussures, jouets, matériel scolaire et informatique, équipements sportifs, livres, vélos. Il faut au passage saluer la mairie de Pézenas qui a offert 60 bureaux qui accueilleront 120 élèves soit 3 classes. Il existe à ce jour des écoles où les enfants sont assis sur des planches posées sur des parpaings, le bureau, c’est 2 parpaings superposés et une planche.

 

 

Ensuite, c’est la préparation des cartons, on ne mélange pas les différents produits. Ils sont fermés, identifiés et stockés. Le stockage est un véritable problème car on trouve peu de gens qui acceptent de recevoir une palette sur laquelle les cartons sont entassés, et cela parfois plusieurs mois. C’est pour cela qu’il faut remercier M. Claude Mialet à Lézignan la Cèbe, Mme Corinne Cambon et M. Denis Lopez à Montagnac qui ont accepté d’héberger 1 mètre cube de cartons chacun. Vient ensuite le chargement du container qui doit être rapide car l’immobilisation est facturée. Le charriot élévateur de A.H.I de Christian Delagrange fut d’une grande aide. Il faut trouver des bénévoles, ce n’est pas une mince affaire. Certains viennent de Perpignan, un seul d’un village voisin, les neveux de Denise en vacances et malheureusement peu de locaux. Les conditions météo en 2016 ont été exécrables, tout d’abord le 27 février avec des pluies diluviennes et le 27 août sous un soleil de plomb.

Le week-end du 5 et 6 août dernier, comme tous les ans, à l’intérieur du container, on relevait des températures supérieures à 50°.

L’objectif de Denro est de trouver de toute urgence un local à Montagnac ou à proximité, suffisamment grand pour entreposer au fur et à mesure les dons de particuliers, collectivités locales, sociétés.

Il faut penser aux enfants qui vont pouvoir bénéficier d’une scolarisation et recevoir un repas par jour. C’est aussi un moyen de les maintenir dans leurs pays et éviter qu’ils tombent entre les mains de marchands de rêve, passeurs et finissent dans des camps de réfugiés ou noyés en Méditerranée ou ailleurs.

Vous pouvez parrainer un enfant ou simplement vous renseigner sur le site https://denroburkina.wixsite.com/denro, vous pourrez suivre l’évolution des travaux du groupe scolaire, la vie de ces élèves sous l’œil bienveillant de Romuald Yaméogo et de Denise Fernandez présidente de Denro France.

 

 Le chargement, un art !  

 

Bernard Bals