Non, Non, rien n’a changé

Nous sommes dans une période où les grèves succèdent aux grèves, SNCF, Air France, Fonction publique, magasins Carrefour, La grande récrée. Pour les lois en cours ou à venir, on parle de casse sociale généralisée, de recul de civilisation. Elles n’auraient d’autres but que d’enrichir les plus riches et même (les très riches) en appauvrissant les plus pauvres. Est-ce le retour au patronat de droit divin? A Montagnac, dans les années 1920, le Vieux syndicat ne pratiquait pas la langue de bois. Aussi un siècle après la publication de ce tract manuscrit, et en relation avec l’actualité sociale, il nous a paru intéressant de le publier:

 

Dans les années 1920....

Banditisme patronal.

Aujourd’hui plus que jamais la répression patronale sévit sur nos meilleurs syndicalistes.
Le poids du coffre-fort se fait de plus en plus sentir sur le monde du travail.
Malheureusement que les requins patronaux ont trouvé pour les seconder des ouvriers assez inconscients et assez lâches, des traîtres à la classe ouvrière qui se sont joints aux magnats de la terre pour les aider dans la honteuse tâche entreprise, d’enlever le pain à nos meilleurs syndicalistes.
Ces syndicalistes là qui à l’encontre des jaunes, ont encore du sang rouge dans les veines, défient malgré toutes les brimades, les ventres dorés et leur disent envers et contre tout, ce n’est pas encore demain que le pain leur manquera.
Camarades travailleurs prenez garde.
C’est d’une muselière que les patrons veulent vous doter, songez qu’aujourd’hui on vous oblige d’adhérer au fameux Syndicat français, sans quoi on vous supprime le travail demain, on vous empêchera d’émettre vos opinions au grand jour, et dans un temps pas trop éloigné, c’est avec une brique que vous mèneront les bourgeois de Montagnac, qui jadis dans une non moins fameuse morale prêchaient à outrance le maintien des travailleurs à la terre, voulant améliorer leur sort, leur donner plus de bien être, mais qu’aujourd’hui jouant un rôle par trop inhumain, enlèvent le pain à des enfants et à des ouvriers honnêtes, conscients et laborieux qui ne demandent qu’à vivre en travaillant.
Camarades, ouvrez l’œil, ne vous laissez attirer et tromper par les promesses des bourgeois et dites vous bien ceci, qu’il y a incompatibilité entre les Capitalistes et les Travailleurs.
Camarades, il est temps de comprendre votre devoir et de l’accomplir.

La Commission du Vieux Syndicat. .

 

Quelques phrases que n’auraient pas renié en leurs temps, Frachon, Krasucki, Seguy et aujourd’hui Mélenchon ou d’autres. Nous avons en plus une touche locale avec « les ventres dorés ». L’écriture est remarquable. Bien que l’origine du Vieux syndicat semble remonter à la fin du XIXème, très présent dans le bassin minier du Nord, cette section locale n’avait d’autres moyens que de rédiger à la main ses déclarations imagées et colorées. >Quant au syndicat jaune dont il est question, il a été créé en 1899 au Creusot.

B. Bals