Loulou s'en est allé

C’est avec une vive émotion que nous avons appris il y a quelques jours le décès de Loulou Bouscari.

Ils étaient venus nombreux pour rendre un ultime hommage à cette personne joviale au service de tous. Son altruisme nous a ébloui, il vivait pour les autres plus que pour lui.

Après avoir été mécanicien, il entre à la mairie en 1967, il n’était pas le premier sur la liste, mais son concurrent refuse de conduire la tinette, et ainsi il devient employé municipal. Il conduira le corbillard municipal, il finit sa carrière comme conducteur d’engins sur le tractopelle et l’épareuse.

Il fut de 1967 à 1998 sapeur-pompier volontaire à Montagnac, avant lui son père Jules, mais aussi sa fille Christelle et son petit fils Martial.

L’hommage que lui ont rendu ses anciens collègues et le Corps des sapeurs pompiers de Montagnac était émouvant. Il était toujours prêt à rendre service quel qu’en soit l’objet.

En 2009, la maison de son ami Paul Nonguierma (avec Paul sur la photo) est emportée par des inondations au Burkina-Faso. Il viendra avec son épouse aider lors de la visite du château de Lavagnac destinée à récolter des dons pour la reconstruction.

En 2010, lors des fêtes du bicentenaire de la naissance du P. d’Alzon, il est toujours là. Ancien joueur de l’USM, il a entraîné longtemps les jeunes. Il fut président de l’Amicale laïque. Ces dernières années les visites étaient peu nombreuses.

Lors des obsèques, on pouvait entendre c’était un ami, seulement le nom d’ami est commun, mais seule l’amitié est fidèle. Ainsi je me plais à m’imaginer que tu es là auprès de nous et que tu vois à quel point tu étais une personne précieuse pour nous tous.

Je te remercie pour ce que tu as été, une personne juste, attentionnée, généreuse, gentille et j’en passe. Jamais tu ne t’es plains, jamais je ne t’ai vu de mauvaise humeur, et en cela tu as été exemplaire. Les derniers moments ont été difficiles, te voir sourire là dans ce fauteuil nous a donné une véritable leçon de vie, nous ne l’oublierons jamais. Dans cette épreuve, nous transmettons nos sincères condoléances à sa famille, et tout particulièrement à Simone son épouse qui a fait preuve à son égard d’abnégation.

Ne pleurons pas de l’avoir perdu, mais réjouissons nous de l’avoir connu.

Ah que l’Adieu est cruel et cruelle la vie.

Bernard Bals