Visite de l'Assumption Collège

Des élèves de l’Assumption Collège qui se trouve à Worcester dans le Massachusetts aux Etats Unis, sont venus en France et plus particulièrement dans l’Hérault et le Gard marcher sur les pas du R.P d’Alzon avec leur professeur M. Eric Drouart.

Lieu incontournable des pèlerinages, ils ont fait une halte au château de Lavagnac où ils sont arrivés vers 15 heures en provenance du Vigan.

Mais quelle prouesse pour faire visiter ces lieux en ruine et régulièrement vandalisés en toute impunité.

La cour d’honneur avec la façade du Midi éclairée par un soleil magnifique faisait oublier pour un instant ce qu’il se passe à l’intérieur.

Ensuite ils se sont rendus dans la petite cour où a été retracée la vie d’Emmanuel d’Alzon et de sa famille en cette demeure. Ne pouvant entrer dans le vestibule, il a fallu contourner l’édifice pour se rendre sur la petite terrasse et apercevoir le grand salon et le salon bleu où Emmanuel était en famille en cette soirée du 13 mars 1832.

Il est parti sans rien dire selon la volonté de sa mère, seule personne dans la confidence, le cocher qui va l’amener à la diligence à Montagnac afin de rejoindre Montpellier où il fera son entrée au séminaire.

La chambre occupée durant toute sa vie est inaccessible à cause de l’état de la toiture. Le groupe s’est ensuite dirigé vers la chapelle dont on observe l’intérieur par un trou dans la porte.

On ne peut plus entrer, une partie du toit s’est effondré. Il en est ainsi de l’ensemble du domaine dont la quasi-totalité des toitures ont disparues, la bergerie plus ancienne que le château se trouve dans un état lamentable.

La réaction de ces jeunes était unanime, quel gâchis !

Oui, mais quelle honte pour nous français de montrer un patrimoine dans cet état.

Mais que dire des bonimenteurs qui faisaient croire que ce projet allait sauver ce patrimoine transmis par les familles d’Alzon, de Puységur et d’Aulan, aujourd’hui détruit et son histoire bafouée à jamais.

Gilbert Bécaud a écrit : les mauvais coups, la lâcheté quelle importance, ce qui détruit le monde c’est l’indifférence.

Ces lieux sont en ruines, mais personne ne veut ni le voir, ni le savoir, l’indifférence ! Mais un jour viendra où il faudra rendre des comptes à tous ceux qui ont été abusés et c’est pour bientôt.

Bernard Bals