Montagnac

La Grande Lessive de l'école Louis Pasteur

La classe CM1-CM2 d'Anne-Catherine Poussard de l’école élémentaire Louis Pasteur a décidé de participer cette année au projet de «la Grande Lessive», initié en 2006 par la plasticienne Joëlle Gonthier.
Ce projet consiste à participer à une exposition artistique internationale et éphémère, qui se déroule deux fois dans l’année sur un thème donné.
Après avoir créé son œuvre sur une feuille A4 dont le format est universel, chaque participant va l’accrocher à l’aide de pinces à linge sur un fil, en un lieu choisi pour que cette action soit partagée avec le plus grand nombre.
L’objectif est de développer l’éducation artistique, de rendre accessible cet élan créatif au plus grand nombre, de favoriser la rencontre et l’échange dans ce grand mouvement auquel participe plusieurs centaines de milliers de personnes dans 92 pays.
Pour l'édition du jeudi 13 octobre 2016, le thème était : matière à penser.
Les 27 élèves ont donc réfléchi avec leur enseignante à tout ce qui peut être pensé sur ce thème, explorant la matière, essayant de libérer la créativité de chacun au fil de l’utilisation du sable, de la terre, du coton, des épices, du bois, des feuilles, des pétales, etc., de tout ce que les élèves ont collecté et eu envie d’utiliser.
Pour vivre le sens de l’échange auquel invite cette action internationale, un partenariat s’est noué avec les résidents de l'Ehpad l’Oustalet, et même des Sénoriales.


Les élèves se sont rendus trois fois à l’Oustalet pour partager un moment de création avec leurs aînés. Jeudi 6 octobre, dans le cadre de la semaine bleue, ils ont également partagé une lecture préparée en classe autour de l’œuvre d’Yves Heurté, le livre de la lézarde. Ce magnifique album interroge la place de l’art dans la société et a permis un moment d’échange intéressant entre générations.

Mardi 6 décembre, les résidents de la maison de retraite ont rejoint les élèves dans la cour de l'école pour enfin suspendre les dessins de La Grande Lessive. Prévue le jeudi 13 octobre, cette manifestation internationale n'avait pu avoir lieu à cause de la vigilance orange déclenchée par la préfecture et invitant les parents à ne pas amener leurs enfants dans les établissements scolaires.
Pour clôturer cette rencontre, tous ont partagé petits gâteaux et jus de fruits.

C.C.

Déviation de Montagnac

Construction d’ouvrages hydrauliques et de ponts routiers

Les travaux de la déviation de Montagnac commencent par la mise en place des buses hydrauliques de grosses dimensions et par la construction des ponts qui franchissent le réseau routier actuel.

Pour ce faire plusieurs étapes se succèdent :

  1. Débroussaillement et nettoyage des emprises
    Les travaux de préparation des terrains, débroussaillage et décapage, sont en cours au niveau des futurs ouvrages. Ces interventions sont supervisées par la coordonnatrice environnementale du chantier dont le rôle est de veiller à la parfaite préservation et au balisage des zones à forts caractères environnementaux.
  2. Réalisation des pistes de chantier et mise en place des bases de vie
    Afin de ne pas trop perturber les milieux et les usagers, tout en garantissant au maximum la sécurité des personnes, la construction de pistes spécifiques d’accès aux chantiers est nécessaire.

Ces chemins, qui supporteront le trafic de chantier, sont implantés dans l’emprise de la future route. Ils s’accompagnent de la mise en place des bases de vie du chantier qui intègrent une aire de lavage des engins respectant des prescriptions environnementales et une zone de stockage provisoire de matériaux.
Les travaux à venir Janvier 2017 verra le démarrage de la construction des 4 ouvrages pour une durée de 15 mois.
Le plus important se situe au droit du chemin du Pavillon. Pendant sa réalisation, une déviation sera mise en place afin d’assurer le maintien de la circulation.

La belle saison de l'USM pétanque

L’année 2016 a été une année de transition pour l’USM Pétanque.
Fort de 80 adhérents, le club s’est maintenu à son niveau et devient le 1er club du Piscénois.
Tout au long de l’été, l’esprit sportif et convivial du club s’est traduit, pour une cinquantaine de participants, par des concours organisés tous les vendredis soir accompagnés de bonnes grillades mais aussi de repas plus conséquents réunissant parfois plus de 100 personnes, licenciés ou pas. Ils ont ainsi pu dénombrer une vingtaine de concours, certains primés par la municipalité et d’autres officiels.


L’année 2017 verra le nombre de concours augmenter, avec en plus, l’organisation sur leur terrain de Montagnac, du Championnat de Secteur Vétérans. L'une des équipe vétérans s’est distinguée en devenant vice-championne de secteur et s'est qualifiée pour le Championnat de l’Hérault. De même, une équipe de 8 joueurs s’est illustrée lors du Championnat Départemental des Clubs Vétérans en battant successivement Roujan, Thézan les Béziers, Lespignan et Colombiers.
Ce très beau parcours au milieu de plus de 80 équipes régionales a pris fin, non sans lutte, contre les cheminots de Sète positionnant Montagnac dans les 16 meilleures équipes de l’Hérault.
Monsieur Robert, président du club : «nous avons, pour but de participer à des compétitions mais aussi d’animer tout au long de l’année la vie du village et de faire côtoyer les montagnacois anciens et nouveaux, comme nos amis des Sénioriales qui nous ont fait le plaisir de nous rejoindre en nombre. Notre souhait ? Essayer de faire aussi bien ou mieux l’année prochaine !»

C.C.

La parade de Noël sécurisée par le MRAS 34

 

Dimanche 11 décembre, un dispositif de sécurité important, demandé par la municipalité, en collaboration avec la police municipale, a été mis en place par le MRAS 34 (Club Radio de Montagnac).
Les membres de cette association ont sécurisé le passage pour piétons de la salle A. Sambussy qui servait de point de départ pour la parade de Noël mais également, l'après-midi, tout le circuit qu' empruntait cette importante parade fermée par le traîneau du Père Noël sans compter le feu tricolore à franchir, en collaboration avec la police municipale.
Un cordon humain et motos, nécessaires pour la sécurité de tous a permis au cortège d'aller jusqu'à la maison de retraite avec retour par la RD 613, sous le regard de M. le Maire, ravi de cette sécurité.
Manuel Garcia, président du MRAS, a remercié tous les membres de l'association et plus particulièrement Placide et Dom, pour le très bon travail accompli.

C.C.

Tous pour chacun, chacun pour tous

 

 

Jeudi 15 décembre, Mme Sabine Ternon, réalisatrice, était à la cave coopérative "Les vignobles Montagnac" afin de présenter son film documentaire Tous pour chacun, chacun pour tous qui parle des vignerons, de leur coopérative et de l’avenir du métier à travers la rencontre de viticulteurs de l’Hérault dont certains de Montagnac.

De Montpeyroux à Maraussan, de Vergèze à Baixas, Mme Sabine Ternon fait partager les vendanges de Jean-Paul, Xavier, Myriam, Jérôme, Jean-Philippe et Didier.
L'hiver à Montagnac, ce sont Serge, Christian, Pierre, René, qui entraînent le public dans une expérience collective écologique. Ces viticulteurs-coopérateurs de 5 coopératives du Languedoc-Roussillon initient les spectateurs aux défis auxquels il sont confrontés, aux solutions qu'ils testent, et à l'esprit de solidarité sur lequel repose l'idée de coopération.
C'est un film à hauteur d'hommes, qui donne la parole à des pionniers des temps modernes, qui tentent de perpétuer les valeurs de leur prédécesseurs, tout en participant à une grande mutation :

  • transition des pratiques pour une viticulture plus écologique, réduction des traitements chimiques, production diversifiée,
  • adaptation aux changements climatiques, choix des cépages, des terroirs, irrigation,
  • transmission et attractivité pour la génération des plus jeunes,
  • partage d'expériences et de risques au sein du collectif...

Ces acteurs de l'économie sociale et solidaire font encore le pari, qu'après un siècle d'existence la coopération est toujours une force d'avenir.
Le vif débat qui a suivi la projection prouve que Mme Sabine Ternon a su mettre en exergue, parfois avec humour, le travail des viticulteurs coopérateurs.
Point positif, un réel intéressement pour les non-initiés. Durée du film : 1h20 DVD disponible au caveau de la cave coopérative.

C.C

» voir aussi la page facebook "Tous pour chacun, chacun pour tous"

 

Patrimoine : glacières en ruines




 

Sur le domaine de Lavagnac subsiste encore deux glacières. 
L’une près de la bergerie, semi-enterrée avec une structure voutée et l’autre au Sud du domaine, de forme cylindrique et enterrée. 
Les premières ont été construites il y a plus de 3.000 ans en Perse. En Occident il faudra attendre le XVIème siècle pour qu’elles se développent. A partir du XVIIème, leur nombre va augmenter considérablement. Elles étaient destinées à stocker la glace ou la neige hivernale. Elles servaient à conserver les aliments, les boissons au frais, mais la glace servait aussi fin XIXème à soigner les malades. Elles sont généralement enterrées, mais Versailles fait exception, et comme un défi, elles sortent de terre pour montrer que même le soleil n’affectera pas le plaisir du Roi. 
C’est une industrie qui va se construire autour de ces édifices. Il y a la construction, elles se trouvent en hauteur afin que les eaux de fonte puissent s’évacuer. Pour les cylindriques, leur diamètre variait de 4 à 5 mètres, et leur hauteur de 6 à 10 mètres. Une dalle sur le dessus fermait le tout, elle était recouverte de terre pour assurer l’étanchéité. Pour introduire ou retirer les produits, un passage, une porte se situait sur la paroi face au Nord pour réduire l’entrée d’air chaud. Ensuite vient la préparation, il faut mettre des branchages au fond, puis de la paille avant de commencer le chargement en glace ou en neige. La glace pouvait être récupérée sur place, mais aussi descendre des monts de l’Espinouse. Le transport se faisait dans des charrettes tirées par des chevaux que l’on remplaçait dans des relais. Plus tard on utilisera le Canal du Midi et le chemin de fer. La glace ou la neige compactée était protégée avec des bâches et de la paille. On construira par la suite des cylindres métalliques pour éviter une fonte prématurée. Ces convois s’effectuaient de nuit. La société des Glacières de Paris avait acheté une concession à Chamonix pour exploiter la glace du Glacier des Bossons.
Le chargement était un moment très important qui nécessitait beaucoup de main d’œuvre. Il fallait transporter l’or blanc à dos d’homme ou dans une brouette, ensuite on pilait la glace avant de la compacter par couche. 

Les glacières cessèrent de fonctionner autour de 1910. Celle qui se trouve près de la bergerie sera en partie transformée en réservoir d’eau qui alimentait la source de la coquille qui se trouve sur la grande terrasse. En France, bon nombre ont été sauvées après restauration. La plus importante se trouve à Chantilly, une autre dans Paris à l’hôtel Matignon, à Versailles. 
Les glacières de Lavagnac pourraient être encore sauvées, mais lorsqu’on observe l’état du château où des personnes ont allumé récemment des feux à l’intérieur, l’optimisme n’est pas de rigueur.

C.C.