les derniers sentiments cathares : à lire et à méditer

 Christel Lacroix est née à Castres dans le Tarn et habite un petit village près de Toulouse. Elle a travaillé en tant que chercheuse en industrie, et s’est construite petit à petit une vie d’écriture en parallèle pour devenir chercheuse de mots. Funambule de l’entre deux mondes, équilibriste sur le fil entre le réel et l’imaginaire, elle écrit des romans mais aussi de la poésie.
Son nouveau roman " Les derniers sentiments cathares " est né de la confrontation entre deux époques se refétant l’une dans l’autre : notre époque contemporaine et le XIIIème siècle teémoin du déclin des cathares. Vous y écouvrirez une mise en scène de vrais personnages historiques aux côtés des héros du roman.
Elle est libraire dans l’Aude, spécialisée dans les vieilles éditions sur l’époque cathare. Il est journaliste pour une revue historique en Provence et doit rédiger un article sur Dame Esclarmonde de Foix. Ils ne se sont jamais croisés, ils ne se sont jamais parlé. Albane et Alex n’ont aucune prédisposition à se rencontrer. Et pourtant, les lointains temps cathares vont les amener à correspondre par lettres. Ces lettres échangées vont très vite mêler leurs recherches historiques au ton de l’épanchement et de la confidence. Les longues nuits à réfléchir, leurs solitudes confrontées, tous leurs mots délivrés attendus chaque jour à l’heure du facteur, leurs paragraphes de dispute, leurs lignes de mises au point, leurs pages de réconciliations vont voir fleurir leurs sentiments et les amener à se rencontrer dans leur vie et à s’avouer leur amour. Est-ce vraiment le hasard qui les a poussé l’un vers l’autre ? "
C'est à l'occasion d'une matinée " dédicaces " dans une librairie pisénoise que Christel Lacroix a présenté son dernier roman. " J'ai pu croiser des lecteurs de tous horizons, fort sympathiques et avenants, tous intrigés par le mot "cathare " du titre de mon dernier roman. De belles rencontres autour d'un sujet que j'ai essayé d'aborder de façon romanesque afin d'y exposer le plus simplement possible quelques idéologies cathares. Car nul ne doit oublier. Le fief cathare du XIII ième siècle s'étendait de Toulouse dont je suis originaire aux confins de la Provence dont je m'approchais ce jour-là à Pézenas. "