Le mur acoustique de l'A9 protège les riverains

Vinci autoroute réalise depuis janvier 2017, le long des voies de l'A9 traversant Pinet, un mur antibruit représentant une surface de près de 1100m2 . Ce lundi 3 avril, élus et responsables ont visité le chantier et ont constaté l'utilité des travaux. Le coût de l'opération est estimé à un peu plus de 1 million d'euros, entièrement financé par Vinci dans le cadre du plan de relance autoroutier.

 

 

   

Ce lundi 3 avril,  Olivier Turcan, Directeur régional de Vinci Autoroutes pour le Languedoc – Roussillon, Frédéric Gottlib-Zeh, le conducteur d’opérations en charge du pilotage de ce chantier et Yves Fourquemin, chef de district de Sète ont accueilli Sébastien Denaja, député de la 7ème circonscription de l'Hérault,  Gérard Barrau maire de Pinet et plusieurs autres élus pour une visite commentée de ce  chantier d'envergure.

Gérard Barrau, qui a beaucoup œuvré, avec le député Denaja, pour la concrétisation de cet ouvrage en rappelle l'objectif : réduire significativement le bruit perçu par les riverains pour le ramener au moins au niveau d'avant l'élargissement de l'autoroute.
La technique utilisée pour ce mur acoustique, en bois et laine de roche, permet d'absorber entre 3 et 5 décibels d'intensité sonore soit l’impression que l’autoroute a été reculée de 300 à 500 mètres par rapport aux habitations.


Le député Denaja qui a défendu le projet auprès du ministre du Transport rappelle que c'est le seul ouvrage de cette ampleur sur l'ensemble de l'autoroute A9 mis à part le secteur urbain de Montpellier. Il rappelle également que "c'est Vinci qui paye tout" et donc que "ça n'a rien coûté aux contribuables". Manifestement très heureux de voir ce mur anti-bruit à la réalisation duquel il a fortement contribué , il exprime le "sentiment du devoir accompli" et sa satisfaction "d'avoir pu accompagner Gérard Barrau et les élus locaux qui se sont investis pour ce bel équipement utile".

A noter également que ce chantier a induit environ 4000 heures de travail et impliqué des entreprises locales ou régionales.

Corinne Cambon

 

 

Le plan de relance autoroutier

Le 9 avril 2015, les sociétés concessionnaires et l’État ont conclu un accord portant notamment sur un plan de relance autoroutier d’un montant total de 3,2 milliards d’euros. Ce plan a pour objectif de moderniser les réseaux autoroutiers tout en soutenant l’emploi dans le secteur des travaux publics et des services.

Il doit permettre d'améliorer la sécurité des utilisateurs d'autoroutes, de fluidifier le trafic et de faciliter l'accès aux autoroutes depuis le réseau secondaire. Il doit aussi renforcer l'insertion environnementale des autoroutes dans les territoires et en réduire les nuisances pour les riverains.

Le plan de relance autoroutier est entièrement financé par les sociétés d'autoroutes.  Pour Vinci autoroutes, ce sont 2 milliards d'euros qui sont investis sur les territoires traversés par son réseau.