Vias

Les conseillers départementaux du Canton d'Agde à la manœuvre

Marie-Christine FABRE de ROUSSAC et Sébastien FREY

Lors de la séance du Conseil Départemental du 23 mai 2016, à laquelle participaient Sébastien FREY et Marie-Christine FABRE de ROUSSAC, plusieurs délibérations importantes concernant le canton d’AGDE ont été adoptées.
S’agissant des routes départementales, l’assemblée départementale a décidé d’autoriser l’acquisition des parcelles nécessaires à l’aménagement d’un giratoire au lieu communément appelé « Cars Fournier » situé à l’intersection de la route départementale 13 reliant Agde et Bessan et de la route départementale 137 reliant Vias et Bessan. Un complément de crédits de 50.000 euros a été affecté à cette opération dont le chantier sera lancé après l’été. Toujours à Bessan, une autorisation de programme d’un montant de 200.000 euros a été approuvée au titre de l’opération d’aménagement d’un échangeur avec la route départementale 612A. Par ailleurs, une enveloppe budgétaire d’un montant de 58.000 euros a été débloquée afin d’effectuer courant 2017 des travaux de mise en sécurité du réseau routier structurant du secteur d’Agde.
S’agissant des collèges, il a été décidé de répartir une enveloppe budgétaire d’un montant de 105.124 euros aux établissements devant renouveler leur mobilier. Les collèges d’Agde et de Bessan ont bénéficié de cette dotation.
S’agissant du développement économique, plusieurs délibérations ont été approuvées par l’assemblée départementale. Une première a concerné le secteur du tourisme : une subvention départementale a été attribuée à l’office du tourisme de Portiragnes pour l’organisation de « Canalissimo » ; une subvention départementale a été attribuée à la Ville d’Agde pour l’installation d’une bibliothèque de plage. Une deuxième a concerné le secteur de la viticulture : la cave coopérative d’Agde et Marseillan ainsi que deux caves particulières ont été aidées financièrement par la collectivité départementale dans la mise en œuvre de dispositifs écologiques de lutte contre les vers de la grappe. Une troisième a concerné le secteur de la conchyliculture : un concours financier a été octroyé au Comité Régional Conchylicole de Méditerranée pour l’organisation à Marseillan de manifestations visant à faire la promotion des huîtres de l’étang de Thau. Enfin, une aide financière d’un montant de 155.000 euros a été débloquée afin d’engager des travaux de réparation de la digue protégeant la partie Est du port des Mazets à Marseillan.
S’agissant du logement, le Conseil Départemental a décidé de garantir à hauteur de 25% l’emprunt souscrit par la société Pact Méditerranée en vue de réhabiliter de 4 logements situés rue de la Poissonnerie en cœur de ville d’Agde.
S’agissant de la politique de solidarité, il a été décidé que le Département participera financièrement au premier salon de la domotique organisé par le Centre Communal d’Action Sociale d’Agde. Par ailleurs, une subvention départementale d’un montant de 34.400 euros a été octroyée au Centre Communal d’Action Sociale d’Agde pour la gestion des espaces d’accueil et d’information des publics en parcours d’insertion sociale et professionnelle.

Elus et populations mobilisés à Vias pour dire "J'aime ma commune"

Plusieurs dizaines de maires, élus communaux, départementaux et communautaires, ont répondu ce matin 19 septembre à l'invitation du maire Jordan Dartier et du sénateur-maire de Sète François Commeinhes, qui avaient choisi la commune de Vias pour relayer la journée de mobilisation nationale initiée par l'Association des maires de France pour que les élus sensibilisent la population aux coupes franches opérées depuis 2013 et jusqu'en 2017 par l'Etat dans les dotations aux collectivités, "goûte d'eau dans la réduction des déficits publics mais coup sans précédent porté au service public de proximité et investissement local portés par les communes et intercommunalités". Dans leur prise de parole, et avant d'inciter le public à relayer le message et signer la pétition en ligne sur change.org, maire et sénateur ont insisté sur l'iniquité et le rythme effréné des baisses de dotations de l'Etat (-30% au total), qui menace d'asphyxie les finances communales et pénalise l'investissement public, principalement porté par les collectivités locales, et par là même l'emploi privé.

 

JOURNEE DE MOBILISATION NATIONALE DE L’ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE
Discours de François Commeinhes, Sénateur-Maire de Sète

Tout d’abord, merci au maire de Vias, mon ami Jordan Dartier, de m’accueillir dans sa commune pour cette matinée de rencontre et de sensibilisation sans précédent.
Elle vise, partout en France, à mobiliser la population sur ce véritable coup porté pour plusieurs années à nos collectivités, et en particulier celle à laquelle les Français sont le plus attachés, à savoir la commune.
Si j’ai voulu, en ma qualité de sénateur de l’Hérault, m’exprimer en dehors des frontières de ma ville de Sète, c’est justement pour montrer que je n’en fait pas un cas personnel. Mais que cette politique menée à l’échelon national touche sans discernement toutes nos villes et nos villages, et par là même les services à la population, pour lesquels ces mêmes communes et intercommunalités sont par ailleurs de plus en plus sollicitées sans compensation.
Votre maire a donné quelques chiffres qui vous concernent directement. Pour parler de l’exemple que je connais le mieux, celui de Sète, la baisse de la dotation forfaitaire de l’état est sans précédent, puisque de 9 millions et demi d’euros en 2013, année 1 de cette politique d’austérité, elle a diminué d’environ 6% l’année suivante, puis de 15% cette année, et qu’à l’échéance 2017, si aucun coup d’arrêt n’est mis à ce dangereux engrenage, c’est que 5,3 millions d’euros que nous devrions recevoir. Pas moins de 4 millions d’euros en moins pour assurer le même service à la population : pour permettre des cantines et crèches accessibles à vos enfants, pour assurer sécurité et qualité pour vos voiries, votre éclairage public. Ou encore, en ce si symbolique week-end du patrimoine, pour entretenir vos installations culturelles, sportives ou ludiques, qui permettent aux citoyens de s’épanouir dans une société en crise et trop souvent en pertes de repère.
J’en arrêterai là avec l’exemple sétois car je ne suis pas venu parmi vous pour m’appesantir sur mon cas particulier. Mais je souhaitais comme acteur de la représentation nationale, élu dans une «haute Assemblée» qui a justement pour mission la défense des collectivités locales, dire haut et fort que ces coups portés aux missions de nos communes et intercommunalités, goûte d’eau contre les déficits publics globaux, sont un coup à la qualité de vie, un coup au lien social qui nous unit.

Il y a eu des erreurs de gestion, des excès parfois inexcusables, mais comment accepter que des communes en viennent à fermer leur piscine municipale, à couper drastiquement dans les budgets sociaux ou des sorties scolaires, car l’Etat a décidé de manière arbitraire qu’elles devaient, et de loin, être les premières contributrices à l’effort de réduction de la dette qui, pourtant, concerne chaque entité publique ?! Avec des chiffres parlant d’eux mêmes, que Jordan Dartier vient de détailler.
Donc je vous le dis, Mesdames, Messieurs, c’est sans hésitation ni aucune arrière pensée que je m’associe au mouvement initié par l’Association des Maires de France, de loin la plus représentative des élus de France, et, à travers eux, de la population.
Au-delà de ce moment symbolique qui nous réunit dans votre commune comme dans de nombreuses autres, il faut faire passer le message, clamer haut et fort que l’ampleur et le rythme de cette baisse des dotations n’est pas tenable, que les commune ne peuvent servir de simple variable d’ajustement et risquer l’asphyxie !
Et utiliser, avec les pétitions en ligne, avec les réseaux sociaux et leur parfois formidable effet démultiplicateur, tous les moyens à votre disposition pour qu’au delà de vos représentants, les citoyens prennent la parole pour dire qu’ils refusent qu’on s’en prennent ainsi aux collectivités qui sont au cœur de tous les aspects de leur vie quotidienne.
Ainsi réunis, nous pèserons pour un rééquilibrage qu’au delà de toute considération politique, le simple bon sens exige, afin que nos communes ne soient plus «un patrimoine en danger». Je vous remercie de votre attention, et conclue en vous souhaitant de belles journées du patrimoine, ce patrimoine commun si cher à notre identité que nous ferons tout pour préserver que chacun hier, aujourd’hui comme demain puisse en profiter.

François Commeinhes
19 septembre 2015, VIAS

 

Remise des prix pour le concours des maisons fleuries

Pour la 12e année, la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée a organisé le traditionnel concours des maisons fleuries.

Il récompense les meilleurs jardiniers du territoire pour leur effort de fleurissement, le choix des variétés, l’harmonie des couleurs et la qualité de l’environnement.

Il incite et encourage les habitants de l’agglomération : particuliers, commerçants, restaurateurs... à fleurir leurs jardins, leurs balcons et leurs façades visibles du domaine public. Une manière de participer à l’embellissement de leur commune. Cette année, ce sont 19 communes qui ont été représentées avec un total de 387 inscrits.

Vendredi 12 juin 2015, la remise des prix s’est déroulée à la salle de diffusion de spectacles de Vias sous la présidence de Gilles D’ETTORE, Maire d’Agde et Président de la Communauté d’Agglomération, en présence de nombreux maires, élus et de Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d'Agde et Conseiller Départemental de l’Hérault.

92 prix ont été remis.

  • 17 premiers prix
  • 73 prix d’encouragement
  • 1 Grand Prix d’e l’agglomération catégorie jardin
  • 1 grand Prix de l’agglomération catégorie balcon

Agde et Pinet à l'honneur : le premier prix catégorie jardin a été attribué à M. KRIKAVA Guy à Agde. Le premier prix catégorie balcon a été remis à Mme LOUIS Marie à Pinet

source: blog de Sébastien Frey

Vias en Jazz : une 20ème édition couronnée de succès !

Du 24 au 26 juillet 2015, la ville de Vias proposait pour la 20ème fois son traditionnel, et à présent emblématique, festival « Vias en Jazz ». Et quelle édition !
Durant trois jours, vacanciers et viassois, amateurs de jazz et curieux musicaux, chaque année de plus en plus nombreux, ont pu apprécier une programmation non seulement variée mais aussi, et surtout, d’une grande qualité. Car c’était effectivement le souhait premier d’Olivier Cabassut, Adjoint au Maire délégué à la Culture et au Patrimoine, et de toute l’équipe du Service Culturel : offrir un week-end de jazz à la hauteur de leurs ambitions culturelles avec trois soirées venant marquer dignement cette 20ème année d’existence du festival.

Protection et de mise en valeur de la côte

 

Un projet ambitieux d'envergure

Le coût de la première phase de ce grand projet d'intérêt général est estimée à 7,9 M€HT (travaux, acquisitions négociées à l'amiables et suivis).
Elle est largement financée par l'Europe (32,96 %) mais aussi par l'Etat (14,94 %), le Conseil Régional (15 %),le Conseil Général de l'Hérault (15%) et la Communauté d'Agglomération Hérault-Méditerranée (22,10 %) 

   

La première phase des travaux pour protéger la plage de Vias et le cordon dunaire ont commencé.

Les objectifs sont:

  • La défense contre les inondations et contre la mer, avec le renforcement du cordon dunaire, première barrière naturelle
  • La reconstitution d'un fonctionnement naturel du littoral soulageant le secteur aval de la pression érosive
  • La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques, avec la restauration d’une continuité écologique à travers le cordon dunaire naturel
  • La reconstitution d’un espace balnéaire accessible à tous.

Cette première phase est complémentaire de la phase 2 qui sera définie dans le cadre de l'appel à projet national auquel participent les communes de Portiragnes et de Vias.
Elle devra prendre en compte une échelle de temps et d'espace plus important afin d' aménager durablement le secteur de la côte ouest de Vias. L'audit patrimonial réalisé en 2012 et les séminaires qui se sont déroulés en 2013 ont permis d'établir une charte de principe grâce à la participation de nombreux acteurs du territoire.
Il s'agit à présent de travailler les 10 pistes d'actions qui en ressortent.

Les travaux de cet exercice 1 comprendront:

  • la suppression des plateformes littorales (retrait des bungalows, mobil-homes, bâtiments en dur, revêtements de sol, réseaux divers, enrochements),
  • le régalage sur les plages des sables stockés derrière les enrochements en avancée sur le trait de côte,
  • la création d’un cordon dunaire (avec végétalisation adaptée, ganivelles, accès piétons et secours),
  • de 60 000 3 de sable au droit du domaine des Orpellières sur Valras-Plage et rechargement des plages de Vias au droit du cordon créé.

Il est à noter qu'un ensemble de mesures compensatoires (transport du sable par voie maritime, adaptation de la zone de dragage, …) ont été définis et des suivis de terrain sur les deux secteurs (Orpellières et Vias) seront réalisés pendant les travaux et jusqu'à ce que le milieu atteigne son équilibre.

C'est au regard de ces éléments que sera précisée la mise en œuvre des exercices suivants, notamment les volumes et gisements, ainsi que de l'entretien.

» en savoir plus : www.agglo-heraultmediterranee.net