Jérôme Bosch : conférence d'Evelyne Tschirhart à Montagnac

A la Maison des Associations Vincent Diaz, Evelyne Tschirhart a présenté Jérôme Bosch au cours d'une conférence qui a rassemblé une belle assistance ainsi que les adhérents de l'association culturelle "Kaf'Kali".
Jérôme Bosch dont on vient de célébrer le 500ème anniversaire de la mort par deux expositions : l’une dans sa ville natale de Bois-le-Duc en Hollande et l’autre à Madrid, est le peintre le plus connu du bas moyen-âge. On connaît peu de choses de sa vie et aucune de ses œuvres n’est datée. C’est seulement en 2007, avec la création du Centre de recherche de sa ville natale, Bois-le-Duc, grâce aux moyens scientifiques, que l’on arrive à approfondir la connaissance que l’on avait de lui.
Il est issu d’une famille de peintres : grand-père, père, frères et neveux. 
De son vrai nom, Jérôme Van Aken, il naît vers 1450 et meurt en 1516, d’une maladie contagieuse. Il devait avoir entre 60 et 65 ans.
Son grand-père Thomas van Aken a créé l’atelier des peintres qui sera repris par ses cinq fils. Il était en 1450 le plus important peintre de la ville et membre de la confrérie "Notre Dame", fondée elle-même en 1318. 
Jérôme Bosch épouse en 1480 environ, une femme issue d’une famille de marchands fortunés de la haute bourgeoisie mais il n’y eut pas d’enfant de cette union.
Il crée son propre atelier et devient peintre indépendant.
Grâce à ce mariage, Jérôme Bosch entre alors dans la confrérie Notre Dame comme frère juré en 1486, il pourra ainsi accéder à des réfections de la chapelle et créer des œuvres pour la confrérie. Les membres de cette confrérie seront aussi des commanditaires.
Pour entrer dans la confrérie, il fallait appartenir à une classe élevée, être un bon Chrétien et si l’on n’était pas fortuné, être reconnu pour un talent particulier comme le grand-père de Jérôme.
Bois le Duc et son importance, le climat religieux.
C’est une ville des Pays-Bas appartenant au Duché de Braband comme Anvers, Louvain et Bruxelles.
Elle est connue pour ses confréries ; elle est souvent visitées par les Princes : Charles III de Bruxelles, Philippe II le Beau (d’Espagne). 
Les confréries faisaient la traductions des textes saints (Bible, Évangiles et vie des Saints) en langue vernaculaire. Elles étaient fréquentées par les humanistes de l’époque. La vie intellectuelle y était très importante. 
Jérôme Bosch vit dans une époque portée au mysticisme et à l’ésotérisme. À la fin du Moyen âge, le diable fait encore partie du quotidien. Et l’enfer est une menace permanente pour chacun. Les châtiments corporels étaient couramment pratiqués (exemple un joueur pouvait être puni et on lui perçait la main d’un poignard).
Cependant, Bosch posait un regard critique sur les institutions ecclésiastiques et était sensible à la Réforme qui venait de débuter au XVème siècle. 
La Réforme protestante est une volonté de revenir aux sources du christianisme. La question du salut était centrale et les réformateurs dénonçaient la corruption de la société engendrée par le commerce des indulgences. En achetant des indulgences, les chrétiens s’offraient la remise de leurs péchés et espéraient entrer au paradis.
L’essor de l’imprimerie permet de faire circuler la Bible traduite en langues vulgaires.
La peinture de Bosch a donc un caractère pédagogique puisqu’elle montre par l’image les instincts les plus vils de l’homme pour en mieux inspirer la répulsion. C’est ce que nous allons voir dans son œuvre.
Le Christ et les figures saintes sont des exemples à suivre. Mais Bosch est aussi un peintre de l’invisible. Il est capable d’illustrer l’univers effrayant des désirs des hommes et de leurs conséquences : le paradis ou l’enfer.