La "médecine prédictive" : Une révolution en Cancérologie

Le site historique de la faculté de Médecine de Montpellier accueillait ce 12 et 13 juin 2015  le 1er congrès de La Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée.
Le Professeur Pascal Pujol, chef du département d'oncogénétique du CHU de Montpellier présentait dans un lieu symbolique, la plus ancienne faculté de médecine française, ce nouvel outil diagnostic qu'est la médecine préventive et personnalisée.

Conférence de presse avec le professeur Henri Pujol et le comité scientifique

Le public et intervenants comptaient les plus éminents médecins oncologues, généticiens, chercheurs  mais aussi éthiciens pour exposer cette nouvelle discipline sous l'œil attentif de l'ancien ministre de la santé  Jean-François Mattei.
 
La médecine prédictive et préventive, qu'est-ce que c'est ?
 
Les avancées technologiques et scientifiques permettent désormais l'examen des caractéristiques génétiques d'une personne et d'une pathologie précise. La France possède en ce domaine une avance significative. L'objectif est de prévenir , dépister voir traiter une maladie  désormais  avec une prise en charge adaptée aux spécificités génétiques de l'individu. L'actrice Angelina Jolie à largement contribué à la médiatisation de cette pratique par le dévoilement de sa mastectomie prophylactique, ou plus communément, l'ablation préventive de ses glandes mammaires.   Car oui, on peut désormais proposer après analyse du génome de l'individu une ablation préventive  des glandes mammaires ou des ovaires grâce à la détection de gènes facteurs de risques ou ayant subit une mutation aggravant ce facteur de risque.
La décision médicale sera évalué selon 3 paramètres : la fréquence du risque, sa gravité et bien sûr la possibilité d'actions médicales.
Et c'est là où la  création de la SFMPP  Société Française de Médecine Préventive et Personnalisé prend  tout son  sens afin d'encadrer et d'accompagner l'évolution de cette technique en conciliant les enjeux  éthiques, médicaux mais aussi sociétaux et économiques qu'ils impliquent.
 
Les applications
 
la médecine prédictive et préventive ouvre un nouvel horizon et terme de traitement de certains cancers  mais aussi de maladies génétiques notamment celle avec une consonance familiale telles le syndrome de Lynch,  ou les polyposes familiales.
Mais les techniques d'analyse et de dépistage  pourraient être dans un futur proche communément utilisées pour les diagnostiques prénataux  directement sur les embryons humains.
De même concernant le diagnostique pré-implantatoire où l'on féconderait in vitro par exemple l'ovule et le spermatozoïde d'un couple présentant un risque de transmettre une maladie génétique majeure, afin de séquencer  et analyser l'ADN des toutes premières cellules embryonnaires, et si le risque  n'est pas avéré, d'implanter cette embryon sain dans l'utérus de la mère.

Pascal Pujol, Président de la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée


Une soixantaine de gènes sont actuellement concernés, mais la liste est exponentielle et nécessite  pour des questions d'éthique d'être scrupuleusement étudiée afin d'être encadrée légalement et éviter des dérives via des organismes privées, ce que souligne Le Pr Pujol ainsi que Dominique Stoppa Lyonnet , du comité scientifique.
Patrick Oscar, du Club Inter Pharmaceutique de Paris souligne quant à lui avec prudence l'utilisation qui pourrait être faite de ses futurs données "Big Data" par des tiers, comme les compagnies d'assurance par exemple.
 
L'ensemble des bénéfices et risques de ce progrès majeur qui pourrait améliorer la vie de milliers de personnes en France est donc à surveiller minutieusement et c'est une des missions de la SFMPP.
Reste à voir comment ces progrès seront gérés hors de nos frontières pour le meilleur, ou pour le pire.
 
Simon Bacle