De l’électricité grâce aux bactéries

Des chercheurs du département des sciences biologiques de l’université anglaise d’East Anglia viennent de réussir une percée scientifique qui laisse entrevoir la possibilité de produire de l’électricité grâce à des bactéries. 

On est encore loin d’une « bio-batterie » mais on entrevoit cette possibilité après une publication faite il y a quelques jours par le Docteur Tom Clark et son équipe dans le magazine scientifique PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).
Les chercheurs ont en effet montré que dans certaines conditions des protéines de la surface de bactéries peuvent produire de l’électricité lors d’un simple contact avec un minéral ou une surface métallique.
Partant de cette observation ils ont développé une bactérie artificielle dérivée d’une bactérie marine la Shewanella oneidensis. Après avoir isolé la protéine capable d’extraire les électrons de l’intérieur de la bactérie et de la transférer au minéral, ils ont incorporé cette protéine à la membrane d’une capsule lipidique simulant la membrane d’une bactérie. Cette bactérie « synthétique » s’est alors révélée capable de transférer des electrons de l’intérieur de la capsule à un récepteur métallique extérieur.

Selon Tom Clarke « ces bactéries offrent un grand potentiel pour la réalisation de « piles à combustible microbiennes » produisant de l'électricité à partir des déchets domestiques ou agricoles ». Une autre possibilité serait « d'utiliser ces bactéries comme des usines électrochimique miniatures à la surface d'électrodes où l’électricité produite activerait les réactions chimiques à l'intérieur de la cellule »