Sciences

L’audition des premières baleines

L’organe auditif des premières baleines, les protocètes, vient d’être reconstitué virtuellement par des paléontologues de l’Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier/IRD/EPHE). Ces cétacés aujourd’hui éteints, étaient, malgré des moeurs essentiellement aquatiques, pourvus de membres postérieurs leur permettant de se mouvoir sur la terre ferme. La reconstitution virtuelle de leur cochlée, l’organe siège de l’audition, suggère que leurs capacités auditives étaient très différentes de celles de leurs cousins actuels.

Les protocètes, « baleines à pattes » disparues il y a 38 millions d’années, ont aujourd’hui laissé place à deux grands groupes de cétacés qui diffèrent considérablement par leur mode de communication et leurs capacités auditives. Les mysticètes, baleines à fanons, sont sensibles aux basses fréquences et émettent des infrasons pour communiquer sur de très grandes distances. Au contraire, les odontocètes, baleines à dents, produisent des ultrasons utilisés pour l’écholocalisation.

Jusqu’ici, deux hypothèses s’opposaient concernant la mise en place de ces capacités auditives remarquables : l’une proposait que l’ancêtre commun des cétacés soit sensible aux infrasons, l’autre qu’il le soit aux ultrasons. Dans une étude publiée le 8 juin 2017 dans Current Biology, Mickaël Mourlam et Maeva Orliac, paléontologues à l’Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier/IRD/EPHE), proposent un nouveau scénario évolutif de la mise en place des capacités auditives des cétacés.

En utilisant la micro-tomographie à rayons X, les chercheurs ont extrait virtuellement le moulage 3D de la cochlée, l’organe siège de l’audition, à partir de restes crâniens fossilisés de protocètes. Ces derniers, vieux d’environ 45 millions d’années, provenaient d’une mine de phosphate du Togo et étaient conservés dans les collections de l’Université de Montpellier. Cette étude montre que la forme et les caractéristiques de la cochlée des cétacés protocètes différent nettement de celles des deux grands groupes actuels de cétacés. Cela implique que la spécialisation vers les infrasons et les ultrasons est intervenue au sein des cétacés modernes après la séparation historique entre les mysticètes et les odontocètes.

Les capacités auditives des protocètes étaient finalement proches de celles de leurs cousins ongulés pleinement terrestres : ils n’étaient vraisemblablement sensibles ni aux ultrasons, ni aux infrasons. Cette absence de spécialisation suggère que les protocètes n’utilisaient pas l’écholocalisation et, contrairement aux baleines actuelles, ne communiquaient pas sur de longues distances grâce à des basses fréquences, ce qui est en accord avec leur habitat préférentiel supposé, proche des côtes. Selon le nouveau scénario évolutif proposé, l’ancêtre commun des cétacés ne présentait pas non plus de spécialisation auditive : ses capacités couvraient une gamme de fréquence optimale à la fois sur terre et dans l’eau correspondant à son mode de vie amphibie.

Ces découvertes soulignent l’importance de l’étude des premiers cétacés pour comprendre l’adaptation à la vie aquatique chez ce groupe de mammifères hors-normes. En effet, les protocètes nous permettent d’obtenir une image plus précise de l’histoire évolutive des cétacés, qui s’avère plus complexe que celle proposée jusqu’alors. Jusqu’à présent les chercheurs ont pu documenter l’oreille de deux des trois espèces retrouvées au Togo. Ils espèrent, lors de leur prochaine mission en décembre, mettre la main sur un fossile qui leur permettra d’explorer l’oreille de la troisième.


Figure 1
: illustration du modèle 3D de la cochlée de Carolinacetus sp. (UM-KPG-M164, vue ventrale), une des espèces de protocète du Togo. © M. J. Orliac
Figure 2 : os pétreux isolé de Carolinacetus sp. (UM-KPG-M164), une des espèces de protocète du Togo et reconstruction in situ du moule de la cochlée (en rouge vif) visible au travers d'un rendu transparent de l'os pétreux (vue ventrale). © M. J. Orliac
Figure 3 : portrait d'un protocète du Togo © illustration M. J. Orliac d'après une reconstruction du crâne réalisée par Róisín Mourlam.

Bibliographie
Infrasonic and Ultrasonic Hearing Evolved after the Emergence of Modern Whales, Mickaël J. Mourlam et Maeva J. Orliac, Current Biology, 08 juin 2017. DOI: 10.1016/j.cub.2017.04.061

La Maison Tarbouriech explore les propriétés du byssus de moules

Des produits innovants et écologiques

Et si la barbe des moules était un matériau du futur ?


L’entreprise : La Maison Tarbouriech (société Medithau) située à Marseillan au bord de l’étang de Thau, conchyliculteur et leader de la production de moules et d’huîtres haut de gamme en France, se distingue par une politique de qualité à travers des démarches d’amélioration continue au service de ses produits et des consommateurs mais aussi par des efforts constants en matière d’innovation, de développement durable et d’économie circulaire.

Le byssus :
Appelé « soie marine » ou « soie des rois », ou plus trivial « barbe de moules », le byssus est une fibre naturelle fabriquée par la moule pour s’accrocher aux rochers. Il est reconnu depuis l’Antiquité pour sa souplesse, sa brillance et sa résistance. Il se compose de protéines dont le collagène, ses fibres très robustes permettent à la moule de résister aux vagues.

Le projet :
Comment valoriser les déchets conchylicoles ? Telle est la question que se pose Florent Tarbouriech au quotidien dans sa quête de développement durable depuis le début de son aventure. C’est pourquoi il s’intéresse au byssus de moules comme une matière renouvelable pouvant s’intégrer dans la conception de nouveaux produits.

La recherche :
Des réflexions et des expérimentations, sur le byssus en tant que matière première, ont été menées depuis 2011 en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art et de design de Saint-Etienne et se poursuivent depuis au sein du laboratoire Prod’IA.

Ambitions :
Fortement engagée dans une démarche d’éco-conception, la Maison Tarbouriech a la volonté de valoriser les nombreuses propriétés du byssus dans la création de produits innovants et respectueux de l’environnement.
Grâce à la valorisation des biomatériaux tels que le byssus, des papiers de création destinés aux artistes ont été mis au point.
Mais les ambitions de l’entreprise ne s’arrêtent pas là : Des résultats prometteurs sont enregistrés dans l’élaboration de tissus techniques, de matériaux propres à l’ameublement et à la décoration, ou encore dans les cosmétiques.

lire aussi les moules utiles à la science

Nanosatellites à Montpellier

Les étudiants de Montpellier et leur nanosatellite CELESTA remportent encore un beau succès !
Ils sont les heureux lauréats de l'appel à projet Fly Your Satellite de l'agence spatiale européenne (ESA) qui récompense les meilleurs projets de nanosatellites universitaires de toute l'Europe. Montpellier permet ainsi à la France d'être représentée parmi les 6 vainqueurs européens : Université de Montpellier (France) Université Polytechnique de Catalogne (Espagne), Université collège de Dublin (Irlande), Queen's Université de Belfast (Irlande), Institut Supérieur Technique du Portugal, Université Sapienza de Rome (Italie), Université de Southampton (Royaume Uni).
Ils vont bénéficier d'un suivi de leur projet CELESTA par les experts de l'ESA et d'un lancement offert depuis la station spatiale internationale. C'est une nouvelle reconnaissance pour le 1er Centre Spatial Universitaire français et la fondation Van Allen qui le soutient stratégiquement et financièrement.
Le projet CELESTA réalisé avec le soutien du Centre Européen de Recherche Nucléaire a pour objectif de mesurer les radiations de l'environnement spatial.
Les 5 étudiants de Montpellier sont partis défendre leur nanosatellite aux Pays-Bas à l'ESA en anglais.
Ils affirment que le jury d'experts était impressionnant mais que l'expérience du Centre Spatial Universitaire de Montpellier leur avait donné une réelle confiance dans la qualité de leur projet et ils soulignent l'excellence de leur formation sur les nanosatellites qui sera encore améliorée avec ce suivi gagné.
A travers la fondation Van Allen qui soutient les projets du Centre Spatial Universitaire, de grands noms du monde industriel sont mécènes et aident ces étudiants au cours de leur cursus : Airbus Defence et Space, 3DPlus, Zodiac Data Systems, LATelec basé en région Occitanie.
Hubert Reeves, Jean ClaudeGayssot, Michel Tognini, pleinement impliqués dans la fondation Van Allen, portent un regard bienveillant sur ces étudiants qui construisent leur avenir.

» lire aussi : conférence spatiale inédite et l'Université de Montpellier va lancer son second nanosatellite

Traquez le tueur de Palmier avec le Cirad

Les chercheurs du Cirad ont besoin de vous pour lutter contre le sphinx du palmier, redoutable papillon palmivore originaire d’Amérique du Sud. Vos palmiers sont infectés et vous envisagez un abattage ? Contactez le Cirad !

Le sphinx du palmier (Paysandisia archon) est un papillon qui ne passe pas inaperçu : certain représentants de cette espèce peuvent atteindre 11 cm d’envergure. Ce n’est toutefois pas sa taille qui a valu sa célébrité à ce papillon d'origine sud-américaine, mais bien les ravages que ses chenilles causent aux palmiers.

Identifié pour la première fois en France en 2001, dans le Var, ce papillon s’est rapidement répandu dans les départements voisins. Probablement introduit en Europe via le commerce de palmiers avec  l’Amérique du Sud, au milieu des années 1990, ce terrible passager clandestin s’est bien implanté dans son nouvel environnement, et y a rapidement progressé. Paysandisia est aujourd’hui le plus important ravageur de palmiers du Languedoc-Roussillon : il provoque la régression de certaines espèces, voire les menace d'extinction.

Les scientifiques du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) étudient ce redoutable nuisible afin de mieux le comprendre et d'améliorer les moyens de lutte en protégeant les palmiers des pontes. Pour y parvenir, ils ont notamment besoin de cocons et de chenilles contenus dans les stipes de palmiers infestés.

La période de travail est relativement courte : l’activité du papillon peut commencer mi-juin, pour atteindre un pic durant les quinze premiers jours de juillet. La collecte des cocons doit donc s’effectuer en amont, soit en mai et juin. Si vous abattez votre palmier, contactez le Cirad : ses chercheurs se déplaceront chez vous, selon vos disponibilités, pour collecter des échantillons. Vous participerez ainsi à la production des connaissances qui permettront peut-être un jour de sauver les palmiers méditerranéens.

CONTACTS :
Laurence OLLIVIER : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Frédéric DEDIEU : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
tél : 06.98.53.83.93

Un montpelliérain lauréat de la médaille de l'innovation 2017 du CNRS


Frédérique PLAS/IGMM/CNRS Photothèque

La médaille de l'innovation 2017 du CNRS est décernée à Jamal Tazi, professeur de l’Université de Montpellier et chercheur à l’Institut de génétique moléculaire de Montpellier1. Il est l’un des 4 lauréats aux côtés de Raphaèle Herbin, Jean-Pierre Nozières, Jean-Marie Tarascon. Cette récompense leur sera remise le 15 juin 2017 lors d'une cérémonie à la Maison des océans, à Paris. La médaille de l'innovation du CNRS récompense des recherches scientifiques exceptionnelles ayant conduit à une innovation marquante sur le plan technologique, thérapeutique ou social et valorisant ainsi la recherche scientifique française.

Âgé de 57 ans, ce professeur spécialisé en génomique fonctionnelle dirige une équipe de recherche au sein de l'Institut de génétique moléculaire de Montpellier.
Il est à l'origine de découvertes majeures dans le domaine de l'épissage alternatif des ARN pré-messagers – un processus qui permet d'obtenir plusieurs protéines différentes à partir d'un même gène. Ces travaux ouvrent de nouvelles pistes pour le traitement de maladies virales et génétiques.
Il a fondé, en 2008, la société de biotechnologie Splicos, devenue Abivax en 2013, pour développer des candidats médicaments antiviraux. Il dirige le laboratoire coopératif CNRS-Abivax, nommé Abivax Therapeutics (ex-Splicos Therapeutics), créé en 2009. Il est l'inventeur de neuf familles d'innovations brevetées. La molécule ABX464, ciblant le virus du Sida, est actuellement en phase 2 d'essai clinique.

Découvrez un portrait détaillé des quatre lauréats dans CNRS Le Journal
Et retrouvez le palmarès de la médaille de l'innovation du CNRS

Café & vidéo du CNRS

Entrée libre
Jeudi 4 mai 2017 à 13H00

 

La Nuit du vivant (extraits)
(Geneviève ANHOURY, 2014)
La Nuit du vivant est une série documentaire scientifique mettant en avant tout ce qu'il y a de beau, de fort et de grand dans la décomposition de la matière vivante.
Le monde étrange, fascinant et poétique des levures, des mycèliums et des bactéries sera raconté à travers quelques épisodes : Beauté, vertus et délices ; Love story sous microscope ; Quand un déchet est un délice ; Putréfaction sous contrôle : les levures ; Petits soldats décomposeurs : les bactéries ; La force d'un réseau : les moisissures. Quatre scientifiques interviendront pour rebondir, éclaircir, approfondir les connaissances sur ces micro-organismes et leur utilisation en recherche.

 
 

Intervenants après le film
Léon Dirick, Jean-Michel Bellanger, Franck Richard, Eric Giraud
Léon Dirick est chargé de recherche CNRS au laboratoire Biochimie & physiologie moléculaire des plantes. Il s' intéresse à la nutrition minérale des plantes en utilisant la levure comme "cellule modèle" avec laquelle il peut exprimer des gènes d'intérêt (gènes de plantes). La levure se révèle un hôte particulièrement puissant pour l'analyse des fonctions biologiques.
Eric Giraud est directeur de recherche IRD au Laboratoire des symbioses tropicales et méditerranéennes. Il étudie les mécanismes d’interaction entre rhizobiums et les légumineuses tropicales qui aboutissent à la formation d’un organe symbiotique, le nodule, dans lequel les bactéries fixent l’azote atmosphérique pour le bénéfice de la plante.
Jean-Michel Bellanger, chargé de recherche INSERM, et Franck Richard, maître de Conférences travaillent au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive. Jean-Michel s’intéresse à tous les aspects de la mycologie en lien avec la société et travaille à identifier l’état réel de la biodiversité fongique à l’aide de l’outil phylogénétique, ainsi qu’à en valoriser les potentiels biomédicaux. Franck s’intéresse à la symbiose ectomycorhizienne qui lie des essences forestières méditerrannéennes à des partenaires fongiques du sol (truffe, chanterelles, bolets, lactaires...). Il explore la diversité et le rôle de ces interactions mutualistes dans la dynamique des écosystèmes forestiers méditerranéens.

 

Lieu : CNRS, 1919 route de Mende à Montpellier | amphithéâtre de la délégation régionale du CNRS
Accès : Tramway ligne 1 direction Mosson, arrêt St Eloi | bus ligne 22 direction Clapiers-Jacou, arrêt CNRS.
www.cnrs.fr/languedoc-roussillon
Le café est offert avant la séance.

Primavera : exposition-vente de plantes rares

Le Jardin des plantes de l'Université de Montpellier organise sa 14ème exposition-vente de plantes rares le dimanche 26 mars 2017 de 10h à 18h dans le jardin des plantes et les locaux de l'Institut de botanique, boulevard Henri IV .

http://www.umontpellier.fr/wp-content/uploads/2014/05/Affiche-PRIMAVERA-2017.jpgPrimavera 2017

C ’est la fête des plantes et du printemps, c’est le plaisir de voir et de savoir, c’est la possibilité de partager des compétences dans le cadre exceptionnel du plus ancien jardin botanique de France.
Cette manifestation réunit des pépiniéristes collectionneurs, des centres de recherche universitaires et des associations. Des stands d’information - notamment un stand d’information phytosanitaire tenu par les étudiants de Pharmacie - et des conférences sont proposés au grand public.

Le Jardin des plantes

Créé par un édit d’Henri IV en 1593 , c’ est l’un des plus anciens d'Europe. Il a servi de modèle à l'élaboration de tous les jardins botaniques de France, y compris celui de Paris quarante a ns plus tard. Destiné à l'enseignement des futurs médecins et apothicaires, il comportait à l'origine des banquettes surélevées où étaient cultivées les plantes médicinales, aromatiques et potagères, et un tertre artificiel, la « montagne » que son fondateur, Pierre Richer de Belleval, avait conçu comme un véritable site écologique. Il s'est doté au cours des siècles d'une école systématique, d'un arboretum et d'un parc paysager. Les médecins naturalistes, tels Guillaume Rondelet , Pierre Magnol et François Boissier de Sauvage , ont eu de nombreux élèves et ont fait de Montpellier une capitale de la botanique

plante

Le bâtiment du Centre spatial universitaire inauguré

 

attente-lancement-bd-rect

Robusta 1B,
bientôt 2ème nanosatellite français en orbite

Lancement prévu fin avril 2017 depuis l'Inde.

  • Type de nanosatellite : CubeSat 1Unité
  • Co-financement Fondation Van Allen – CNES, dans le cadre du projet Janus du CNES
  • Financement de stages étudiants par la Fondation Van Allen
  • Durée de développement : 4 ans . Démarrage en 2012 – Prêt à être lancé en 2015
  • Nombre d’étudiants impliqués : 50
  • Mission :
    valider une norme de test aux radiations et un nouveau bus de communication

Robusta : petit mais costaud !

   

La Région a investi 2,5 M€ dans le bâtiment du CSU qui a été inauguré ce 7 mars à Montpellier

Le Centre spatial universitaire (CSU), créé en juillet 2011 par l'université de Montpellier (UM), a ét é inauguré ce matin en présence de la conseillère régionale Marie-Thérèse Mercier représentant Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Parce que les nanosatellites s'imposent de plus en plus comme des outils stratégiques pour de nombreux acteurs économiques, la Région s'est fortement impliquée dans ce programme. Elle a investi 2,5 M€ pour la construction d'un bâtiment de 2 100m2, conçu comme un véritable écosystème d'innovation. Marie-Thérèse Mercier a souligné « la complémentarité entre le CSU de Montpellier, spécialisé dans les nanosatellites, et celui de Toulouse créé en octobre dernier par l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace (ISAE) . Ces deux établissements vont nouer un partenariat fort notamment autour de la formation des étudiants en vue du développement des nanosatellites.

Le CESU montpelliérain lancera fin avril son nanosatellite Robusta 1B depuis l'Inde » .

En 2017, la Région consacre un budget de plus de 107,7 M€ à l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation.

Journée de la robotique et des drones au collège René Cassin

La Journée de la Robotique et des Drones (JRD) aura lieu le vendredi 24 mars 2017 de 8h30 à 12h30 dans la salle polyvalente du collège René Cassin à Agde. Avec plus de robots et de drones que l’année dernière!
Tous les élèves du collège et des écoles primaires d’Agde sont invités avec leurs professeurs. Les familles d’élèves sont aussi les bienvenues.

Cet évènement regroupera les animations suivantes:

  • stands de robots, de drones et d’automates animés par des partenaires (associations);
  • stands présentant des robots en action et animés par des élèves de troisième;
  • expositions sur les robots préparés par les élèves de troisième en SVT et technologie;
  • exposition artistique d’envergure sur le thème « invasion robotique », préparée par les élèves de troisième en arts plastiques;
  • espace d’essai de pilotage et d’atterrissage de drones (dans le réfectoire).

Cette manifestation aura lieu dans le cadre de la semaine de l’industrie 2017. Elle a été officiellement labellisée et est présentée sur le site officiel.

L’association RoboTips sera l’invitée d’honneur de cet évènement. Elle présentera notamment flotte de petits robots et des prototypes qui n’ont encore jamais été montrés au grand public.
L’atelier relais d’Agde sera aussi présent: des élèves présenteront leurs réalisations, à savoir des automates (les cousins et ancêtres des robots) de même que le lycée Joliot Curie de Sète.
Pour vous tenir informé sur cet évènement, suivez l’évolution des préparatifs sur le blog de technologie du collège ou sur Youtube

Jérôme Vitre, nouveau délégué régional du CNRS en Languedoc-Roussillon

Le 1er mars, Jérôme Vitre, précédemment délégué régional du CNRS Alpes, prend ses fonctions de délégué régional pour la circonscription Languedoc-Roussillon.

En Languedoc-Roussillon, le CNRS compte 57 unités de recherche et de service et près de 2000 collaborateurs permanents et temporaires, il met en œuvre un budget annuel consolidé hors opérations immobilières de 220M€ dont 140M€ de masse salariale. Le CNRS est l’un des principaux acteurs de la recherche scientifique pour la circonscription Languedoc-Roussillon intervenant dans tous les domaines de la connaissance.

Succès pour le projet Montpellier Université d’Excellence !

Succès pour le projet Montpellier Université d’Excellence ! C’est un succès majeur pour toute la communauté scientifique montpelliéraine et une belle reconnaissance de son potentiel et de ses projets. Après son audition par un jury internatioanal ce 21 février, le projet Montpellier Université d’ Excelelnce ( MUSE ) a d écroché la labellisation Initiative - Scienses- Innovation - Territoires - Economie (I-Site) . MUSE E sera un formidable accélérateur pour l’avenir de l’ensemble du site et pour sa visibilité sur la scène nationale et internationale de l’enseignement supérieur et de la recherhche.

Résultat de recherche d'images pour "universite montpellier"

 

Carole Delga se félicite de l'obtention du Label I-Site pour le projet MUSE de Montpellier

« Je suis fière que le projet MUSE, « Montpellier University of Excellence », porté par la communauté scientifique de Montpellier et soutenu activement par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ait obtenu aujourd'hui le label I-SITE, Initiatives - Science - Innovation - Territoires - Economie.

Ce label d'excellence reconnait et salue aux yeux du monde un projet ambitieux, collectif et exemplaire : la création d'une université thématique de recherche en santé, environnement et agriculture à Montpellier. Grâce à cette labellisation, l'avenir de l'enseignement supérieur et de la recherche se pense véritablement à l'échelle internationale. Quel atout pour le développement de notre Région !

Grâce à de nouveaux partenariats efficaces, par la recherche, la formation et l'innovation, Muse a pour ambition d'apporter des réponses qui impacteront positivement la société autour de trois problématiques principales : la promotion d'une agriculture innovante, contribuant à la sécurité alimentaire et à la qualité environnementale ; la transition vers une société respectueuse de l'environnement et l'amélioration de la santé humaine.
Je tiens à féliciter Philippe Augé, président de l'Université de Montpellier, François Pierrot, coordonnateur du projet MUSE et l'ensemble des partenaires. Riche de ses 6 000 scientifiques et de ses 50 000 étudiants, le succès du projet MUSE est le fruit d'une collaboration et d'un investissement sans précédent de 10 organismes de recherche (BRGM - CEA - Cirad - CNRS - Ifremer - Inra - Inria - Inserm - IRD - Irstea), 4 écoles (Architecture Montpellier - Chimie Montpellier - Mines d'Alès - SupAgro), 3 établissements de santé (CHU Montpellier - CHU Nîmes - Institut du Cancer de Montpellier) et une organisation internationale (CIHEAM-IAMM). Je veux vivement remercier les hommes et les femmes qui se sont mobilisés au sein de ces structures, ainsi que les 150 partenaires qui ont soutenu MUSE dans la course à la labellisation : PME, grands groupes, pôles de compétitivité et ONG.
L'obtention du label I-SITE va renforcer l'attractivité et la compétitivité internationale de l'Université de Montpellier. C'est une contribution importante pour constituer un véritable projet de territoire avec les autres établissements de la Région, en particulier avec la construction d'un établissement expérimental à l'Université de Toulouse en vue de la reconquête de l'Idex, et qui aura un impact majeur en faveur du développement de notre grande Région ».
La Région soutient ce projet exemplaire dans le cadre du Schéma régional de l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation (SRESRI), voté lors de la session plénière du 2 février dernier. Sa mise en œuvre se traduit par une politique régionale volontariste avec un budget de près de 70 M€ par an, soit 350 M€ sur la période 2017-2021, pour accompagner l'ensemble des sites universitaires de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. L'I-SITE MUSE pourra ainsi compter sur cet accompagnement majeur de la Région, en plus de la contribution régionale de 41 M€ déjà prévus dans le cadre du CPER 2015-2020.

   

Une ambition scientifique confortée

Ce résultat conforte l’ambition du projet MUSE , le plus vaste projet scientifique jamais imaginé sur le site montpelliérain, de relever trois défis majeurs pour le XXI e siècle : nourrir, protéger et soigner . « En pariant sur la force de frappe de Montpellier dans le domaine des sciences du vivant, de l’environnement et de l’agriculture et apportant une réponse collective à ces trois défis interdépendants , MUSE a joué la carte gagnante » se félicite le président de l’Université de Montpellier , Philippe Augé . Par la recherche, la formation e t l’innovation, MUSE va s’engager dans la conquête d’espaces scientifiques et économiques nouveaux et contribuera à la sécurité alimentaire , à la gestion durable des ressources naturelles et des écosystèmes ainsi qu’ à l’amélioration des traitements des maladies infectieuses émergentes, des maladies chroniques et des cancers . « Muse a vocation à hisser Montpellier au rang de référence internationale en santé, sciences de l’ environnement et agriculture » se réjouit François Pier ot, le coordonnateur du p ojet qui implique autour de l’Université de Montpellier, 10 organismes de recherche (BRGM - CEA - Cirad - CNRS - Ifremer - Inra - Inria - Inserm - IRD - Irstea ) , 4 écoles (ENSAM - ENSCM - EMA - SuAgro), 3 tablissements de santé (CHU Montpellier - CHU Nîmes - Institut de Cancérologie de Montpellier ) et une organisation internationale (CIHEAM - IAMM).

Une présence exceptionnelle au Sud renforcée

Avec 400 chercheurs actuellement installés de manière permanente dans la zone intertropicale , Muse dispose en effet d’un réseau et d’une expertise sans équivalent au niveau mondial dans les pays du Sud , en particulier grâce au savoir - faire du Cirad, de l’IRD et du CNRS . Premier site national en agro - environnement - biodiversité, Montpellier est aujourd’hui le leader français de la recherche sur les nouveaux modèles agricoles ou la gestion environnementale. De même, le site montpelliérain fait figure de référence sur l’étude des maladies infectieuses émergentes et des vecteurs de transmission. Deux enjeux qui concernent au premier chef les pays du Sud et qui sont au cœur du projet labellisé.

Une dynamique de coopération reconnue qui va s’ accélérer.

Riche de ses 6 000 scientifiques et de ses 50 000 étudiants , le projet MUSE bénéficie du soutien actif de la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée et d e Montpellier Méditerranée Métropole La création d’une université thématique de recherche internationalement reconnue capable d’entrainer dans une dynamique positive toutes les communautés scientifiques ( non seulement celles de l’agronomie, de l’écologie et de la biologie, mais aussi de la chimie, des sciences dures, de l’ingénierie et des sciences sociales) est en effet un atout stratégique pour le développement du territoire. Ce sont, en outre, plus de 150 partenaires qui ont soutenu MUSE dans la cours e à la labellisation et se sont engagés à s’investir davantage dans des partenariats université – entreprise : PME, grands groupes (dont cinq partenaires privilégiés : la Banque Populaire du Sud, BRL, Horiba, Invivo et MSD) et pôles de compétitivité (Derbi , Eau, Eurobiomed, Mer, Optitec, Qualiméditerranée et Trimatec) . Objectif : mettre sur pied de s laboratoires communs de renommée mondiale , envoyer des équipes de recherche sur les campus, co - élaborer des enseignements adaptés aux enjeux de demain, co-construire des projets européens ... « L’obtention de la labellisation I - SITE va permettre d’ amplifier à tous les niveaux le partenariat entre les acteurs du monde socio - économique et le pôle d’excellence scientifique de MUSE » conclut Jacques Mercier, vice - président chargé de la recherche de l’UM.