Le port de Sète célèbre l'arrivée d'Ekol

Ce mercredi 9 septembre, la communauté portuaire du port de Sète a célébré le premier anniversaire de l'arrivée du groupe Ekol.
En provenance de Turquie et plus particulièrement du port d'Izmir, ce ne sont pas moins de 15.000 remorques par an qui arrive à Sète avec des délais de transport ("transit time") de seulement 48 heures et une vitesse moyenne de 27 noeuds !
Depuis son implantation à Sète, Ekol, aura créé une vingtaine d'emplois et c
e nouveau trafic, en fort développement, illustre bien la dynamique positive que connait actuellement le port de l'île singulière.

 de gauche à droite : le sous prefet de Région, la consul de Turquie en France, le président d'Ekol,
le président du port d'Izmir, le président du port de Sète et le directeur général


Tous les mardis, un navire roulier de 196m  "l'Ayshe" acoste sur le quai G pour décharger 150 remorques en import et autant en export. Navire dont l'agent manutentionnaire est la société SPS (Société Portuaire Sétoise) dirigée par Mme Sylvie Cano.
Ces ensembles routiers, qui appartiennent en propre à Ekol ( disposant d'une flotte de 3000 camions) sont ensuite reprises pour livrer ses clients européens dans des domaines divers (textiles, équipements automobiles, produits blancs etc...), autant de production qui aujourd'hui sont délocalisés dans ce pays qui se positionne désormais comme "la petite chine" de l'Europe..
En effet, la "sublime porte" est (re)devenue en quelques années une véritable puissance économique qui connait une croissance remarquable à deux chiffres et bénéficiant depuis 1996 d'un accord de libre échange avec l'UE.
La Turquie de par sa position géographique est naturellement portée pour utiliser la voie maritime pour atteindre l'UE, car la traversée des pays de l'Est n'est pas des plus simples par la route et allonge considérablement les délais d'acheminement. (mauvaise qualité des infrastructures, congestion aux frontières etc..)
C'est donc naturellement que le choix s'est porté sur le Port de Sète bien situé géographiquement en Europe du Sud et disposant désormais des infrastructures adaptées, et d'une main d'oeuvre qualifiée pour traiter avec efficacité et rapidité les trafics roulants.
En effet depuis la reprise en main par la Région Languedoc Roussillon, le port de Sète n'a jamais été aussi attractif. Le port en récolte déjà les premiers fruits avec l'implantation d'une société comme EKOL.
Car au delà d'une simple escale de navire, c'est toute une communauté portuaire qui profite de cette présence et en premier lieu les ouvriers dockers. Ekol a décidé il y a quelques mois de déménager son entrepot logistique de Cavaillon à Sète, créant ainsi des emplois supplémentaires, sans compter l'installation de nouveaux acteurs portuaires comme des transitaires ou des transporteurs.
Ekol étant un opérateur multimodal, il ne compte pas en rester là et prévoit d'utiliser les atouts du port en matière de desserte terrestre et particulièrement  le ferroviaire en mettant en place fin octobre une connexion ferrée qui reliera deux fois par semaine le port de Sète à la Région parisienne, sur des wagons capables de transporter plus de 36 remorques à la fois.
Une première en France en terme de report modal entre le sud et le nord. L'ambition étant à terme de poursuivre cette connexion sur Calais et le Royaume Uni, autre marché important du groupe Ekol.
Autant dire que c'est une excellente nouvelle pour la place portuaire car tout ceci est synonyme de retombées économiques importantes pour le bassin de Thau.
Le développement du trafic Ro-Ro est un élement essentiel qui apporte des services logistiques à forte valeur ajoutée comme c'est le cas avec Ekol, qui aura crée depuis son arrivée une vingtaine d'emplois.

 

Ro-Ro

Roll on / Roll off aussi appelé en abrégé Ro/Ro, est une expression anglaise utilisée en logistique et qu'on peut traduire par "roule pour entrer / roule pour sortir". Elle désigne le trafic roulier, c'est à dire le transport de poids lourds ou de remorques par des bateaux spéciaux appelés "rouliers".
Elle fait référence avant tout à la technique de manutention : on charge et décharge les objets en les faisant rouler depuis la rampe Ro-Ro portuaire (quand elle existe) vers la rampe mobile du navire, ce qui permet ainsi de conduire tout ce qui est roulant dans le garage du navire ou de l'en évacuer dans l'autre sens. Le Ro-Ro est particulièrement adapté au transport de remorques, de camions, de semi-remorques, de tracteurs, pelleteuses, etc.