Déversement de milliers d’hectolitres de vin à Sète

Le Comité Régional d’Action viticole (CRAV) revendique l'action

Dernière en date d’actions chocs, l’ouverture de cuves chez le négociant Biron, déversées sur la chaussée à l’entrée de Sète, a été à nouveau revendiquée par le CRAV, qui déplore, dans une vidéo,« ne pas être entendu ». L’odeur puissante de milliers d’hectolitres de vin, inondant chaussée, caves et parkings souterrains, a saisi dans la nuit les Sétois, qui ont découvert le spectacle de flots rouges répandus avenue du Maréchal-Juin. Des sources indiquent plusieurs dizaines de milliers d’hectolitres de vins et de jus de raisin déversés, le chiffre de 40 000 hl est cité. Les pompiers ont dû pomper le liquide jusque dans les sous-sols.
Le CRAV mène depuis le début de l’année des actions spectaculaires: déversement sur la chaussée du chargement de citernes espagnoles au Boulou, début avril, saccage de locaux du groupe Vinadeis à Maureilhan le 21 juillet. Son action vise à nouveau les vins espagnols, qui représentent 3/4 des volumes de vins en vrac importés, à prix très bas, et destinés à des marchés d’entrée de gamme en France. Dans l’entrepôt sétois, plusieurs négociants stockaient les vins espagnols qu’ils avaient achetés.
L’annonce récente des prévisions de récolte en Europe a t-elle mis le feu aux poudres? L’Espagne voit ses estimations de production en hausse, entre 46 et 48 millions d’hectolitres, ce qui en ferait le premier producteur mondial de vin en 2016. La France quant à elle, prévoit une baisse globale de production de 8 %, due aux gels et grêles d’un sinistre printemps. Difficile d’envisager que le Languedoc soit épargné par cette baisse malgré les prévisions stables annoncées officiellement.
La crainte d’une nouvelle perte de marchés, face à la concurrence espagnole, se conjugue à la difficulté de retiraisons de vin en fin de campagne. Il n’est pas rare que les chais soient encore emplis de vin avant la rentrée de la nouvelle récolte. Les représentants européens des caves coopératives parlaient ces derniers jours d’actions collectives pour peser sur une hausse des cours du vin dans l’Union Européenne. C’est une tout autre action mise en route à Sète. L’enquête est ouverte, les assurances seront sollicitées … et les vins espagnols reprendront le chemin de l’île singulière. La question n’en sera toujours pas résolue.

Florence Monferran