ECONOMIE

Convention CCI Hérault - UJA

Rendez-vous experts gratuits pour les entreprises et créateurs

André DELJARRY, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie et Charles ZWILLER, Président de l’Union des Jeunes Avocats - UJA, ont signé une convention inédite pour accompagner et sécuriser les parcours des chefs d'entreprise et des porteurs de projet en création ou reprise d'entreprise dans l'Hérault.

En savoir plus

Le Forum de la Création d’entreprise devient la Place Créative

Pour sa 18ème édition, le Forum de la Création d’entreprise, le rendez-vous incontournable des entrepreneurs, devient "La Place Créative". Le 08 décembre 2017 au Corum de Montpellier, La Place Créative affirme sa capacité à générer de l’énergie entrepreneuriale en proposant toutes les solutions pour créer et développer son projet.

La manifestation phare de la création d’entreprise en Région s’adresse à tous les entrepreneurs, quelque soit leur secteur d’activité : de la TPE traditionnelle, à l'entreprise la plus innovante …
Véritable laboratoire d’idées et concentré de solutions, "La Place Créative" offrira aux porteurs de projet l'opportunité de rencontrer sur une journée, tous les acteurs du devéloppement économique. Ils pourront également participer à 30 rencontres et bénéficiez des 600 rendez-vous experts gratuits !
Des animations permettront aux entrepreneurs d’échanger et de développer leur projet différemment.
Toutes les nouvelles propositions et innovations de la Place Créative vous seront présentées au cours des prochains mois … Rendez-vous le 08 décembre 2017 au Corum à la Place Créative … « the place to be » !

Le financement évolue et vous ?

Le financement aussi innove ! Bien sûr les banques, Bpifrance, les acteurs institutionnels, les sociétés de capital investissement, le réseau des Business Angels sont toujours bien présents dans le paysage. Mais, pour toutes les TPE dont le besoin pour démarrer est moins importants que pour les startups nécessitant une levée rapide de fonds, ces acteurs ne sont pas toujours les partenaires les plus adaptés et ils ne sont plus les seuls.

Ces dernières années, plusieurs systèmes de financement participatif ou crowdfunding se sont développés. Par exemple, le don contre don, qui implique le consommateur et permet le démarrage de petites structures. Ou encore, le capital-investissement qui permet la prise de participation en capital sur des projets plus importants.
Enfin, le prêt participatif ou crowdlending, pour une entreprise déjà installée, ayant besoin d’une réponse rapide à son projet de développement. Ces nouveaux modes peuvent être complémentaires de l’offre traditionnelle.
Toutefois, souvent lorsqu’un porteur de projet ou une entreprise ont un besoin de financement, la recherche de celui-ci est mal orientée et prive l’entreprise du bénéfice de certaines aides. La stratégie peut alors être améliorée en profitant de l’appui aux entreprises de la CCI pour le montage de dossier de financement et pour une orientation vers les bons interlocuteurs. » en savoir plus

Entrepreneur de talent : Julie Bel

Julie BEL est responsable qualité sécurité et environnement à la Distillerie Bel, distillerie viticole familiale valorisant les déchets de la viticulture à Saint-Thibéry. Elle fait partie des entrepreneurs de talent  qui illustrent le rôle que peut jouer la CCI Hérault auprès de ses ressortissants.

Julie BEL a fait appel à la CCI Hérault pour réaliser un audit énergétique de l'outil de production afin d'augmenter l'efficacité énergétique des installations et pour accompagner l'entreprise lors de l’ouverture du marché des énergies. La dynamique Julie Bel va à présent devenir "RÉFÉRENT ÉNERGIE", un atout pour continuer à diversifier les activités de l'entreprise  en maintenant une consommation énergétique stable.

Sportup Summit

LR SET, en partenariat avec la Région Occitanie, organise la seconde édition du Sportup Summit, concours de startups et d’idées dédié à la filière sportive. Il se déroulera du 21 au 23 Septembre prochain à la Cité d’excellence sportive du CREPS de Font-Romeu. ​
A la clé de cet appel à projets, 30 places pour un concours mais aussi, des ateliers et des conférences permettant des temps de rencontres et d’échanges autour des thématiques du sport, de l’innovation et de l’économie.
Cette année encore, le Sportup Summit met les participants à l’épreuve avec un programme intense enchaînant temps d'accompagnement, préparation physique, pitchs, ateliers thématiques, rencontres et échanges entre acteurs !
​ Un programme qui reposera aussi sur des méthodes qui permettent d’allier les valeurs de solidarité, de cohésion à la nécessité de performance pour la construction d’un projet porteur de développement économique en Région.
Pour les 30 candidats sélectionnés ce sera une immersion totale dans l’univers du sport et de l’entrepreneuriat pour une expérience sans équivalent : deux jours uniques d’accélération au contact des meilleurs de leurs domaines.

» en savoir plus

L'édition 2016 du Sportup Summit a rencontré un vif succès !

#DigitAg : l’agriculture numérique arrive

La vague numérique submerge tous les secteurs d'activités et transforme peu à peu pratiquement tous les métiers. Ceux de l'agriculture n'y échappent pas. Dans ce contexte l’Institut de Convergence Agriculture numérique (#DigitAg) de Montpellier ambitionne de devenir une référence mondiale pour l’agriculture numérique sur la base d’un contenu ambitieux de recherche-formation-valorisation. Porté par Irstea, soutenu par la métropole Montpellier Méditerranée,  #DigitAg réunit des  instituts de recherche, des établissements d'enseignement supérieurs des structures dédiées à l'innovation et au transfert de savoir-faire et 8 entreprises privées particulièrement dynamiques.

 

Un partenariat puissant

La force et l’originalité de #DigitAg est de faire converger compétences et expertises :

  • #DigitAg met en œuvre une solide interdisciplinarité entre sciences agronomiques, sciences pour l’ingénieur (informatique, mathématiques, électronique, physique …), sciences sociales, économiques et de gestion, management. A ce jour, plus de 360 experts de ces domaines sont réunis au sein de #DigitAg pour produire les bases scientifiques et pédagogiques nécessaires au déploiement d’une nouvelle agriculture numérique en France, en Europe et dans les pays du Sud.

  • L’Institut réunit des équipes de 17 membres fondateurs : 4 organismes de recherche (Irstea,, INRA, Inria et Cirad), 3 établissements d’enseignement supérieur (Université de Montpellier, Montpellier SupAgro, AgroParis Tech), 2 structures dédiées au transfert-développement (Acta, SATT AxLR) et 8 entreprises (SMAG, Fruition Sciences, IDATE DigitWorld, ITK, Pera-Pellenc, Agriscope, Terranis, Vivelys ).

  • Le projet bénéficie des contributions de 9 structures Investissements d’Avenir : l’I-Site MUSE, les Labex Agro, Numev et Entreprendre, les Equipex Geosud et Phénome, deux projets Investissements d’Avenir Biotechnology & Bioressources(BreedWheat et Amaizing) et la SATT AxLR.

  • Il est soutenu par la Métropole Montpellier Méditerranée (French Tech Montpellier) et est labellisé par le pôle de compétitivité Qualimed.

25 unités de recherche sont réunies autour de 6 axes de recherche et 8 défis sociétaux de l’agriculture (les « challenges ») à relever.

Axes de recherche

  • Axe 1 : Impact des technologies de l’information et de la communication sur le monde rural
  • Axe 2 : Innovations en agriculture numérique
  • Axe 3 : Capteurs, acquisition et gestion de données
  • Axe 4 : Système d’information, stockage et transfert de données
  • Axe 5 : Structuration du Big data agricole
  • Axe 6 : Modélisation et simulation (systèmes de production agricole)

Enjeux et challenges

Les défis sociétaux relevés par #DigitAg visent à répondre à 2 enjeux : améliorer la production agricole et mieux intégrer l’agriculture dans la société.
 

   

L’agriculture doit aujourd’hui faire face à quatre exigences : être compétitive, assurer la sécurité alimentaire d’une population en croissance, respecter l’environnement et garantir aux agriculteurs des conditions de vie correctes. Les technologies numériques représentent un axe majeur d’innovation et de développement pour relever ce défi global en transformant fondamentalement l’agriculture.

Financé dans le cadre des Investissements d’Avenir, #DigitAg, réunit 17 acteurs, organismes publics de recherche et d’enseignement, acteurs du transfert et entreprises, avec l’objectif d’accélérer et d’accompagner le développement de l’agriculture numérique et des entreprises du domaine, en France et dans les pays du Sud à partir de nouveaux outils, services et usages. Basé à Montpellier avec une antenne à Toulouse et une à Rennes, il a pour ambition de devenir une référence mondiale en agriculture numérique.



#DigitAg est dirigé par Véronique Bellon-Maurel, directrice du département Ecotechnologies d’Irstea. Le directeur adjoint est Frédérick Garcia, directeur de recherche à l’Inra. Son inauguration a lieu le 30 juin dernier à Montpellier.

L’innovation portée par les nouvelles technologies est plurielle : technologique, organisationnelle, sociale : dans un contexte de concurrence internationale forte, elle se fera en en couplant des connaissances issues de communautés aujourd’hui peu interconnectées. C’est pourquoi il est nécessaire et urgent de fédérer l’ensemble des forces françaises autour d’un objectif commun qui porte une ambition à la fois économique (développer des nouvelles technologies et un secteur industriel nouveau), écologique avec le développement d’une agriculture de précision, et sociale, avec une nouvelle gestion du travail par l’agriculteur, devenu le pilote, avisé et secondé, de son exploitation. Cette nouvelle approche est appelée à servir toutes les agricultures, de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique, de la grosse exploitation au petit maraîcher, du Nord aux Sud.

 

Moyens financiers : 147 millions d’euros sur 7 ans

Dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir, le Commissariat Général à l’Investissement a accordé 9,9 millions d’euros à la création de #DigitAg. S’y ajoute 1,4 million d’euros sous forme de bourses de thèses par les organismes partenaires qui prennent aussi en charge les salaires et le fonctionnement courant. Le budget total est de 147 millions d’euros en coûts complets, c’est-à-dire avec les salaires. Enfin, un financement complémentaire de l’ordre de 800 000 euros est prévu par l’I-Site MUSE.

 

Terminal à conteneur du port de Sète

Une nouvelle page s’ouvre pour relancer l’activité conteneurs sur le port de Sète
Le groupe P&O Ports a été choisi pour assurer la gestion et le développement du terminal à conteneurs du port de Sète. Le contrat a été signé dans l’Emirat de Dubaï le 11 juillet 2017 en présence de Rado Antolovic CEO de P&O Ports , du représentant du Sultan Ahmed Bin Sulayem et du président du port de Sète Jean Claude Gayssot.

Le groupe P&O Ports a été choisi pour assurer la gestion et le développement du terminal à conteneurs
Le port de Sète se félicite de l’arrivée de ce nouvel acteur de renommée internationale qui va permettre de relancer les trafics conteneurisés tout en dynamisant l’emploi local. Les dirigeants du port soulignent que l’arrivée de P&O Ports contribuera au développement de la place portuaire et audelà à la relance de l’économie régionale et nationale.
Cette nouvelle implantation vient confirmer l’attractivité que connaît le port de Sète depuis 2007, date à laquelle la Région est devenue propriétaire suite au transfert état région. La collectivité a massivement investi pour moderniser les outils portuaires et accompagner les opérateurs privés à s’y installer.
La concession du terminal à conteneurs confirme ainsi l’ambition de P&O Ports de diversifier son portefeuille dans un port de moyenne dimension en souhaitant positionner Sète comme un acteur de niche dans le développement des échanges par feeder avec le reste du monde et plus particulièrement l’Afrique, le Maghreb et le Moyen-Orient.
Avec 14,5m de tirant d’eau, 4 postes à quai, 4 poste Ro-Ro, 140 prises pour conteneurs réfrigérées, un terminal fruitier de 23 000m² bord à quai, un Système AP+ en fonction et des disponibilités foncières dédiées, le terminal à conteneurs du port de Sète dispose de sérieux atouts que le groupe P&O Ports a décidé de valoriser en s’y implantant.
L’objectif du port de Sète et de la Région est de répondre aux besoins d’un territoire qui compte désormais plus de 6 millions d’habitants avec la nouvelle région Occitanie. S’inscrivant dans une logique de report modal, le port de Sète compte appuyer ce développement avec la mise en place de dessertes ferroviaires et fluviales pour relier efficacement le port à son hinterland.

 

A propos du Port de Sète

Le Port de Sète est une plateforme logistique multimodale en eau profonde idéalement positionné sur la façade méditerranéenne française. Le Port de Sète traite 4 millions de tonnes de marchandises par an par le biais de ses 10 terminaux spécialisés qui reflètent sa polyvalence. L’activité portuaire est à l’origine de plus de 2 500 emplois (directs et indirects.)
En savoir plus : www.sete.port.fr

A propos de P&O Ports

P&O Ports dirigé par P&O Maritime est une compagnie affichant plus de 200 ans d’existence dans le maritime et le portuaire. Elle est spécialisée dans la gestion et le développement de ports polyvalents de moyenne dimension.
En savoir plus : www.poports.com

 

 

Le concours des grands vins du Languedoc

Terrain d'apprentissage pour Sud Formation Béziers

Pour le 11ème concours des grands vins du Languedoc-Roussillon les apprentis en Hôtellerie-Restauration du CFA Sud Formation à Béziers ont activement participé à la réussite de cet évènement.

En savoir plus

Séance du conseil communautaire et convention avec la CCI

 

La dernière séance du conseil communautaire de l’agglomération Hérault Méditerranée avant la pause estivale s’est tenue dans la salle des fêtes de Bessan.

En préambule à la séance, Gilles D’Ettore, président de la communauté d’agglomération, et André Deljarry, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Hérault, ont signé une convention de partenariat renforçant la collaboration des deux structures en faveur du développement économique sur l’ensemble du territoire. Cette convention a pour objectif de formaliser la collaboration des partenaires en ce qui concerne l’implantation des entreprises et la promotion du territoire, l’accompagnement et l’animation des porteurs de projets, ainsi que la mutualisation des outils d’analyse et de connaissance du territoire qui représente plus de 61.000 entreprises  et bénéficie de l’expertise de 80 chefs d’entreprise élus pour dynamiser et soutenir l’économie du territoire et notamment celle de l’ouest Hérault.

Puis les soixante-cinq points mis à l’ordre du jour ont été traités, dont le lancement de la démarche d’élaboration du plan « climat-air-énergie » territorial de l’agglomération, de nombreuses questions relatives aux finances et au développement économique, le renouvellement du transport des scolaires à destination des piscines communautaires, l’élaboration des schémas directeurs d’eau potable, d’assainissement et des eaux pluviales pour l’ensemble des 20 communes…

Carole Delga : « La Région à l'offensive pour installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes »

(crédit : Frédéric Scheiber)

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a annoncé ce lundi 26 juin à Toulouse plusieurs nouvelles mesures phares en faveur de l'économie touristique, lors des premières Assises régionales du tourisme et des loisirs. Elle a en effet présenté les grandes lignes de sa nouvelle politique régionale, devant près de 1 000 acteurs, et en présence notamment de Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région en charge du tourisme, Virginie Rozière, présidente du CRT, et Sébastien Pla, conseiller régional, président de la Commission Tourisme :

« Notre stratégie vise à installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes à l'horizon 2021. Il nous faut pour cela gagner > 4 millions de nuitées touristiques en 5 ans. Nous allons ainsi accompagner fortement les acteurs du secteur et mettre le cap sur l'innovation touristique, pour atteindre cet objectif », a annoncé Carole Delga, avant de détailler les mesures.

« La première priorité consiste à développer la qualité des territoires et des entreprises, enjeu d'innovation et d'internationalisation. Je veux ainsi structurer les destinations touristiques majeures en Occitanie en étendant le dispositif Grands Sites Midi-Pyrénées à l'ensemble de la région. Un appel à projet va être lancé sur l'ensemble du territoire.
Pour les entreprises du tourisme et de l'hôtellerie, nous allons créer un Pass'Tourisme, qui permettra de répondre à leurs besoins ponctuels de modernisation et de mises aux normes, et un Contrat d'innovation et de développement touristique, pour les besoins de financement intégrés dans un projet global de développement.
L'effort de la Région sera considérable : nous engageons ainsi sur 5 ans de près de 200 M€ auxquels pourraient se rajouter plus 100 M€ dans le cadre de la création d'un Fonds Financier Tourisme, en cours de réflexion, en lien avec la Banque européenne d'investissement.
Par ailleurs, une autre de nos priorités sera de promouvoir une destination « Occitanie » connectée et à l'écoute des évolutions, de la demande et de la concurrence. Dans ce cadre la Région a confié à Atout France un travail de réflexion sur une nouvelle politique de marque de destination cohérente avec les attentes des différents marchés et clientèles cibles. La réussite de notre démarche de marketing de destination repose sur notre identité, nos savoirs faires et l'âme de nos territoires. Ainsi, nous allons travailler à une nouvelle marque.
Enfin, comme pour tous les autres secteurs de l'économie, innover est devenu impératif pour continuer à compter parmi les premières destinations. Je vous annonce la création, en décembre 2017, du 1er campus de l'innovation touristique : un rendez-vous où les professionnels trouveront conseils, informations pratiques et des rendez-vous B to B. Par ailleurs, la Région travaille à l'implantation d'un parc de loisirs. Il s'agirait d'un projet ambitieux pour capter une nouvelle clientèle, notamment étrangère.

Avec l'ensemble de ces mesures, la Région passe à l'offensive pour booster l'économie touristique et les emplois du secteur, et faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée une destination qui compte en Europe et à l'international », a conclu Carole Delga.

Retrouvez le dossier de presse.

Les hauts fonctionnaires se mobilisent pour l'emploi

Le préfet de l’Hérault lance l’opération « Parrainage pour l’emploi par des Hauts-fonctionnaires

Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, officiellement nommé parrain d’un(e) jeune ce lundi 3 juillet à l’instar d’une vingtaine de parrains/marraines Hauts-fonctionnaires qui ont en effet répondu à l’appel du Préfet et de la Mission locale de Montpellier Métropole pour parrainer chacun un(e) jeune.

Ces binômes ainsi constitués seront accompagnés par le référent parrainage des quatre missions locales engagées dans cette action : ML Montpellier Métropole, ML du Biterrois, ML du Cœur d’Hérault et ML du Bassin de Thau.

Ils s’appellent Alexis, Raima, Médérick, Sarah, Nesrine, Anahit… ils ont entre 20 et 25 ans et affichent parfois un beau parcours scolaire. Mais, faute de réseau professionnel ou victimes de discriminations, ces jeunes héraultais issus des quartiers populaires n’arrivent pas à accéder à un emploi durable.

Ils sont hauts-fonctionnaires : Sous-Préfet, directeur de services de l’Etat ou de collectivités territoriales et s’engagent à accompagner individuellement pendant plusieurs mois une vingtaine de jeunes des missions locales de Montpellier, Béziers, Sète et Lodève.

Le parrainage est un dispositif efficace des politiques de l’emploi pour lutter contre toutes les formes de discriminations sur le marché du travail. Il vise à faciliter l’accès ou le maintien dans l’emploi de personnes rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle. Cet outil met en relation un bénévole actif ou retraité appelé parrain/marraine avec un jeune de moins de 30 ans appelé filleul(le). Le parrain partage son expérience, conseille son filleul(le) sur sa méthode de recherche d’emploi, le prépare aux entretiens de recrutement et lui ouvre son réseau professionnel. La relation, qui repose sur la confiance, est formalisée par la signature d’une charte d’engagement.

En 2016, dans l’Hérault, 14 structures de parrainage ont mobilisé près de 400 parrains de tous secteurs d’activité pour accompagner 503 jeunes ou bénéficiaires de minimas sociaux, dont un tiers résidaient en quartiers populaires.
Le bilan de l’année fait apparaître de bons résultats de sortie : 44% en emploi, 13,5% en formation et 2,7% en création d’activité. L’objectif 2017 est de parrainer 569 jeunes dont 46% résidant en quartier prioritaire.

 

Le parrain s’engage à :
- partager sa connaissance du monde du travail et de ses réalités.
- Mobiliser son réseau professionnel.
- Faire le point sur le projet du filleul et l’accompagner dans sa réalisation.
Le filleul s'engage à :
-Être dynamique et impliqué dans ses démarches.
-Tenir compte des conseils.
-Informer son parrain (marraine) et la structure conventionnée de ses démarches et résultats.
Les publics ciblés sont majoritairement des jeunes de moins de 26 ans ayant des difficultés à s’insérer professionnellement, (faible niveau de qualification ou de formation, milieu social défavorisé, risque de discrimination). Le public adulte est aussi éligible selon les mêmes critères.