ECONOMIE

La prochaine Conférence Mondiale Villes et Ports se tiendra à Rotterdam

L’événement se déroulera à Rotterdam du 5 au 7 octobre 2016.
Les échanges seront axés sur le thème des "crossovers".
L’appel à contribution est ouvert jusqu’au 30 mars 2016.


L’organisation de la conférence favorisera la co-construction de la ville portuaire de demain. Dans cette optique, les temps d’échanges en groupes restreints seront multipliés. Chaque participant aura ainsi l’opportunité de faire avancer ses idées sur les synergies possibles entre ville et port.

Pour en savoir plus : http://citiesandports2016.aivp.org/fr

Pour mémoire : Sète est membre de l'AIVP.

 

L’AIVP est la seule organisation internationale qui rassemble depuis 25 ans tous les acteurs, publics et privés, du développement des villes portuaires. L’AIVP est le témoin privilégié des mutations en cours dans les villes et les ports du monde entier. Nous accompagnons nos adhérents dans la mise en œuvre de nouvelles stratégies pour leur permettre de mieux faire face aux changements qui s’annoncent et qui impactent le développement économique, social et environnemental de la ville portuaire : intégration urbano-portuaire, réorganisation mondiale des circuits économiques, défi de l’intégration sociétale, changement climatique, transition énergétique, dynamique du marché de la croisière, etc.
L’AIVP regroupe :

  • des représentants élus des villes et des autres collectivités locales maritimes et fluviales,
  • des administrations portuaires et leurs autorités de tutelle nationales,
  • des opérateurs urbains et portuaires,
  • des entreprises implantées dans les villes portuaires,
  • des prestataires de services pour les projets ville-port, architectes, paysagistes et urbanistes, des universités et des instituts de recherche.
 

Lancement des Routes Œnotouristiques Sud de France à Vinisud

 Avec plus de 1 700 exposants, Vinisud, salon international des vins et spiritueux méditerranéens, est le grand rendez-vous des professionnels de la viticulture à Montpellier.
 
Les 15, 16 et 17 février 2016 au Parc des Expositions de Montpellier, à Vinisud, Sud de France Développement lance les premières Routes Œnotouristiques Sud de France qui complètent le dispositif déjà mis en place pour promouvoir l’œnotourisme en Languedoc-Roussillon à travers le club œnotourisme qui compte aujourd’hui 33 membres et le label Tourisme Sud de France.

Ces Routes Œnotouristiques Sud de France proposent de découvrir en visitant, en apprenant ou en dégustant de façon parfois insolite, les plus beaux terroirs et lieux d’accueil viticoles de la vallée du Rhône, du Languedoc, des Corbières, du Minervois, du Roussillon…

Les touristes amateurs de vins, de patrimoine ou d’activités hors des sentiers battus pourront faire leurs choix d’escapade parmi plus de plus de 330 établissements labélisés ou membres du club œnotourisme Sud de France. Tout ceci à la carte, en suivant des suggestions de découvertes labellisées « Vignoble et Découverte », ou en achetant directement des offres de « circuits Sud de France ».

A Vinisud,  la marque Sud de France dispose d'un stand de 600 m2 où près de 500 vins Sud de France seront proposés aux professionnels en libre-service, afin de mettre en valeur cépages et terroirs spécifiques du Languedoc-Roussillon.

Afficher l'image d'origine

Le Port de Sète récompensé pour son dynamisme

Pour sa première participation à la nuit du Shortsea et de l'Intermodalité organisée par le BP2S,  le Port de Sète a reçu le premier "Trophée Port" pour le développement de ses trafics "courtes distances", avec notamment l’ouverture de la ligne hebdomadaire régulière avec la Turquie exploitée par Ekol. Cette ligne devrait prochainement utiliser l’alternative ferroviaire pour l’acheminement de ses remorques sur la région parisienne.

Remise du Trophée Port au Port de Sète à Marc Chevallier, Président du port de Sète
par Jean-Philippe Casanova, Président de la FFPM

 

BP2S

Le Bureau de Promotion du Shortsea Shipping (transport maritime à courte distance) et de l’intermodalité, créé en 2000, est une association loi 1901 regroupant tous les acteurs de la chaîne de transport :

  • Les organisations et associations professionnelles du monde du transport (AUTF, FNTR, UPF, FFPM, TLF, Armateurs de France, CNCMF, CMF, COE)
  • Les entreprises prestataires et utilisatrices de transport maritime à courte distance (chargeurs, commissionnaires de transport, transporteurs terrestres, ports, armateurs et agents maritimes, etc.)
  • Les pouvoirs publics (CCI, CR, CG)

BP2S est aussi l’interlocuteur reconnu et privilégié des autorités publiques françaises et européennes sur tous les sujets relatifs au shortsea shipping et à l’intermodalité à maillon maritime.

 

Le très haut débit pour 100% des héraultais

« Nous avons pleinement conscience des besoins des Héraultais en matière de connexion à internet, et nous faisons tout pour que les délais soient les plus courts possible" promet Pierre Bouldoire, premier Vice-président aux solidarités territoriales.

 

En route vers le TRES HAUT débit
réseau d'accès à Internet supérieur à 30 Mb/s

Montpellier, Béziers et la bande littorale de l’Hérault représentent un tiers de la superficie du département et y concentrent deux tiers de la population. Orange a entrepris d’y déployer la fibre optique d’ici à 2022, certain de rentabiliser son investissement.
Et l’autre tiers des Héraultais ? La plupart bénéficient du haut débit, grâce aux réseaux d’Orange et de num’hér@ult (le réseau déployé par le Département entre 2007 et 2011). « Mais il n’est pas possible de laisser cette partie de la population avec un débit de 2 Mo, quand l’autre accèdera à du 100 Mo, résume Kléber Mesquida, Président du Département. C’est une question d’équité. Toutefois, le chantier est ambitieux et complexe. Il sera long mais nous voulons bien le maîtriser ».

Un projet convainquant

Aujourd’hui, le projet porté par le Département et les élus a convaincu le Secrétariat d’Etat au Numérique.
Estimé à 300 M€, il bénéficiera des financements de l’Etat, de la Région, de l’Europe et de l’industriel privé qui emportera la délégation de service public. Son nom sera connu fin 2017. C’est alors que commencera le chantier opérationnel.


Kleber Mesquida, Président du Département et Député de l’Hérault, et Pierre Bouldoire, 1er Vice-Président du Département, recevant Antoine Darodes, directeur de la Mission Très Haut Débit

   

cliquez sur la carte pour l'agrandir

Le Président du Département l’avait annoncé dans son discours d’investiture: l’accès au très haut débit sur l’ensemble du territoire sera l’un des principaux enjeux de son mandat. Un meilleur débit numérique permettra d’équilibrer et de renforcer l’attractivité économique de l’Hérault sur le plan national et international. Il permettra à de nombreux Héraultais d’accéder au travail à distance, à l’e-éducation, l’e-santé, à la télévision à la demande en très haute définition ; et aux entreprises à ensemble des services informatiques disponibles via internet (comptabilité, paie, sauvegarde des données…).
Aujourd’hui, le Département de l’Hérault s’est fixé pour ambition de disposer d’une couverture très haut débit de son territoire à l’horizon 2022 conformément aux objectifs du plan France Très Haut Débit. Concrètement, l’objectif est de desservir 100% de la population en très haut débit dont 93% raccordés via fibre optique avec un niveau de de service de 100 Mb/s minimum. Les opérateurs privés déploieront le très haut débit d’ici 2020 dans des zones urbaines ou péri-urbaines où la densité de population leur apporte un retour sur investissement. Ces zones correspondent à la ville de Montpellier et les communes du littoral, soit 57 communes représentant 69% de la population. Les 31% restants répartis sur les 2/3 du territoire bénéficieront d’un accès très haut débit grâce à l’initiative publique portée par le Conseil départemental.

Ce 18 décembre, les élus ont voté à l’unanimité le montage du projet : son financement, ses objectifs, les solutions techniques à mettre en oeuvre, le calendrier, les partenariats. Un moment décisif pour un chantier long, complexe et ambitieux.

 

Budget

Le coût de déploiement sur l’ensemble

de l’Hérault, pour un linéaire de 8250 km de câbles optiques à déployer, s’élève à 306,1M€.
Pour financer ce déploiement, le Département a sollicité l’aide de l’Europe (FEDER), l’Etat, à travers le Fonds National pour la Société Numérique (FSN), la Région Languedoc-Roussillon qui a répondu favorablement (Contrat de Plan Etat/Région et Département de l’Hérault), les EPCI qui le souhaitent et les industriels privés. La Caisse des Dépôts apporte son soutien en proposant des taux d’emprunts privilégiés.

Le Plan de Financement du Projet THD (Budget total : 306,1M€)

  • Contribution Département de l’Hérault : 120,2 M€ (39,3%)
  • Contribution du délégataire  : 104,3M€ (34,1%)
  • Contribution Etat : 57,6M€ (18,8%)
  • Contribution Région : 20 M€ (6,5%)
  • Contribution Europe (FEDER) : 4 M€ (1,3%)
  • Une participation des EPCI aux phases d’étude est en cours de réflexion. Elle sera nettement inférieure à celles demandées dans les autres départements
 

Le BIC de Montpellier de nouveau reconnu au plan mondial

Le BIC (Business and Innovation Centre) de Montpellier Méditerranée Métropole  est cette année encore dans le Top 10 du très sélectif classement UBI Index des meilleurs incubateurs au monde.Pour la 2ème année consécutive il prend la 4ème place !
Seul français du Top10, le BIC était en concurrence avec les plus grands incubateurs européens, asiatiques ou américains.
Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de Montpellier Métropole se réjouit de cette reconnaissance : "Depuis plus de vingt-cinq ans, la Communauté d’Agglomération aujourd'hui Métropole s’attache à créer une culture de la performance et de l’excellence reposant sur l’innovation. Reconnue nationalement et internationalement grâce au dynamisme de ses entreprises French Tech, cette nouvelle distinction vient renforcer l’attractivité et le dynamisme de notre territoire !"

La Viticulture héraultaise, carte d’identité du territoire

Colloque Observatoire Viticole

Ce matin, en ouverture du colloque sur les nouvelles dynamiques internationales organisé par l'Observatoire viticole départemental, Kleber Mesquida, le Président du Département et Député de l’Hérault s'est exprimé sur la viticulture en Hérault : "si aujourd’hui, la viticulture n'est plus la 1ère économie du territoire, car devancée par le tourisme, elle contribue fortement à l'attractivité de l'Hérault". Rappelant notamment l'un des axes de la politique départementale dans ce domaine visant à développer l'offre oenotouristique en Hérault : « s’il existe déjà une offre oenotouristique, nous voulons la compléter, la rendre plus lisible, par le maillage des installations de qualité existantes (caves et caveau associés à une restauration de caractère, etc.) afin de couvrir l’espace héraultais sous forme de circuits-découverte sur plusieurs jours ». A travers ces actions le Département entend valoriser la richesse du territoire et de ses terroirs. Kléber Mesquida s’est d’ailleurs félicité que la Loi Evin ait été modifiée « pour une communication plus libre des vins et des producteurs de façon à valoriser les terroirs et ses spécificités, sans incitation à la consommation ».

Le contenu du Colloque

Aujourd’hui de nombreux pays ont acquis le savoir-faire du vin et sont en plein essor sur le marché mondial. Face à cette mondialisation, le Département agit pour redonner une place de choix aux viticulteurs héraultais à l’international. On estime aujourd’hui que 30% des volumes produits en Hérault sont destinés à l’export, et en premier lieu vers l’Europe (Allemagne : premier client, Belgique, Pays-Bas, Royaume-Uni). Chine et Etats-Unis constituent également d’importants marchés.
Avec un espace viticole de 91 804 ha, soit 50 % de l’espace agricole consacré à la viticulture, l’Hérault s’impose comme le 1er département viticole du Languedoc-Roussillon et le 2ème département viticole de France, après la Gironde.
La viticulture demeure un secteur clé de l'économie héraultaise. Le Département a fait le choix depuis de nombreuses années de soutenir les acteurs du développement agricole et viticole et ainsi accompagner une viticulture moderne, durable et respectueuse de l'environnement pour produire des vins de qualité. Cet engagement fort s’élargit aujourd’hui à l’oenotourisme.

Les nouvelles dynamiques viticoles internationales

Vendredi 4 décembre 2015, de 8h30 à 14h30, l’Observatoire viticole du Département de l’Hérault organise un colloque sur « Les nouvelles dynamiques viticoles internationales », au salon Jean-Bène de l’Hôtel du Département à Montpellier. Kléber Mesquida, Président du Département, Député, interviendra en ouverture du colloque à 9h.
Aujourd’hui de nombreux pays ont acquis le savoir-faire du vin et sont en plein essor sur le marché mondial. Face à cette mondialisation, le Département agit pour redonner une place de choix aux viticulteurs héraultais à l’international. On estime aujourd’hui que 30% des volumes produits en Hérault sont destinés à l’export, et en premier lieu vers l’Europe (Allemagne : premier client, Belgique, Pays-Bas, Royaume-Uni). Chine et Etats-Unis constituent également d’importants marchés.
Avec un espace viticole de 91 804 ha, soit 50 % de l’espace agricole consacré à la viticulture, l’Hérault s’impose comme le 1er département viticole du Languedoc-Roussillon et le 2ème département viticole de France, après la Gironde.
La viticulture demeure un secteur clé de l'économie héraultaise. Le Département a fait le choix depuis de nombreuses années de soutenir les acteurs du développement agricole et viticole et ainsi accompagner une viticulture moderne, durable et respectueuse de l'environnement pour produire des vins de qualité. Cet engagement fort s’élargit aujourd’hui à l’oenotourisme.
Une intervention de Patrick Garnon, chef du service Marchés et études des filières à FranceAgriMer, sur Les tendances du marché du vin : de l’Hérault à l’international, introduira ce colloque.
» voir l'invitation et le programme

Une Commission Aquaculture/Pêche/Conchyliculture a été installée à Thau agglo

François Commeinhes, Président de Thau agglo, et Yves Michel, Vice-président délégué au développement économique et à l'attractivité du territoire, ont souhaité adosser à la commission "Développement économique " de Thau agglo, un comité thématique ouvert à des experts sur les filières de l'aquaculture, de la pêche et de la conchyliculture, afin d'étayer les réflexions des élus communautaires sur des filières aux poids économiques importants, mais à la réglementation et à la gouvernance souvent complexes. Yves Michel a rappelé que l'objectif de ce comité est d'inviter les organisations professionnelles présentes, chacun dans leurs activités, à partager des projets et des actions pouvant être entreprises par Thau agglo dans son champ de compétence "développement économique".

Ainsi, est mise en place une commission « Aquaculture/Pêche/Conchyliculture » rassemblant des élus de la commission développement économique qui le souhaitent et des professionnels experts de ces activités : des représentants de la Prud'homie Sète – Môle, la Prud'homie Thau – Ingril, la C.R.P.M.E.M, la SA.THO.AN, l'AMOP et le C.R.C.M. Dans un second temps, cette commission pourra être élargie à d'autres acteurs de la filière comme les mareyeurs.

Lors de l’installation de cette commission le 26 novembre, chacun a pu exprimer les sujets d'actualités ou de prospective, importants pour ces filières :

  • des programmes de réensemencement de certaines espèces de coquillages et mollusques pour soutenir les petits métiers de l'Etang ;
  • des projets de qualification des produits de la pêche et de la conchyliculture, comme la mise en oeuvre d'un Label Rouge ou d'une IGP ;
  • le développement de vente de coquillages à la Criée de Sète ;
  • la création d'une écloserie méditerranéenne...

Grimaldi renforce sa ligne


L'armateur Grimaldi a annoncé le renforcement de leur service "Mediterranean Express Service" sur Sète en passant d'une escale tous les 33 jours à une escale tous les 20 jours offrant ainsi aux chargeurs une meilleure régularité sur les destinations africaines desservies de Casablanca, Dakar, Abidjan, Lagos, Cotonou, Lomé et Tema.
Cette ligne permet de transporter à la fois des conteneurs mais aussi du fret roulant sans transbordement sur les principaux ports africains.
L'agent local est la société MTL

Saipol s'agrandit

Saipol, filiale du groupe Avril, a inauguré le 28 octobre deux nouvelles installations industrielles sur le port de Sète (Hérault), qui ont mobilisé un budget de 28,5 millions d'euros.
Le premier investissement de 13 millions d'euros porte sur une nouvelle unité d'estérification, l'autre pour 15,5 millions d'euros est une chaudière biomasse. Ces investissements ont pour but d'accroître la production de biodiesel diester et de tourteaux de colza. Ces tourteaux sont des coproduits issus de la trituration des graines oléagineuses qui tiennent une place importante dans l'alimentation des animaux d'élevage.
Ce développement va permettre ainsi la transformation annuelle de 600 000 tonnes de graines de colza, la production de 280 000 tonnes de biodiesel, et de 340 000 tonnes de tourteaux.

 

A propos de Saipol :

Société du Pôle végétal d’Avril, Saipol produit et commercialise en France des huiles végétales raffinées destinées à l’alimentation humaine, des tourteaux riches en protéines pour l’alimentation animale, du biodiesel sous la marque Diester® incorporé à hauteur de 8 % dans le gazole de l’ensemble des véhicules diesel français, et de la glycérine végétale utilisée dans de nombreuses applications industrielles.

A propos du groupe Avril :

Fondé en 1983 à l'initiative du monde agricole français pour assurer l'avenir des filières des oléagineux et des protéagineux, Avril est devenu un groupe industriel et financier majeur qui se développe en France et à l'international. Présent dans des secteurs aussi diversifiés que l'alimentation humaine et animale, les énergies et la chimie renouvelables, Avril possède un portefeuille de marques fortes, leaders sur leurs marchés : Diester®, Sanders, Lesieur, Puget, Matines, Bunica, Taous…

En plus de 30 ans, le Groupe a changé de dimension mais sa raison d'être est restée la même : créer durablement de la valeur dans les filières des huiles et protéines contribuant ainsi à une meilleure alimentation des hommes et à la préservation de la planète. Pour remplir sa mission, Avril s'appuie sur son métier industriel, organisé en deux pôles - le Pôle végétal et le Pôle animal - et sur son métier d’investisseur, qu'il exerce à travers Sofiprotéol, sa Société de Financement et de Développement.

En 2014, le groupe Avril a réalisé un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros. Au 31 mars 2015, il compte 7 200 collaborateurs répartis dans 22 pays. www.groupeavril.com

 

Green Cryo primé au Palmarès de l’innovation du Sitevi 2015

Green Cryo™, le dernier né de la gamme PERA Le nouvel équipement multifonction de traitement thermique de la vendange, des moûts et des vins de la gamme PERA vient d’être primé d’une médaille d’argent au Palmarès de l’innovation du Sitevi 2015.

Afin de compléter son offre dans les métiers du froid, PERA-PELLENC vient de présenter sa nouveauté : Green Cryo™. Ce groupe de froid multifonction est capable de traiter aussi bien de la vendange, des moûts et des vins, que de l'eau pour l'alimentation d'un circuit secondaire (eau froide/ eau glycolée). A ce jour, c’est le seul outil multifonction capable de traiter des fluides chargés et des liquides en même temps qui existe à ce jour sur le marché. Green Cryo™ est capable de produire du froid seul, ou du chaud et du froid, ou du chaud seul. Il est mobile et adapté pour des "petites" exploitations.
L'innovation réside notamment dans la conception d’ un évaporateur (échangeur de type coaxial classique), mais constitué de trois tubes circulaires concentriques « Tube in tube in tube »:

  • le tube intérieur permet le refroidissement des fluides chargés (vendange ou moût).
  • un second espace annulaire assure la circulation du gaz frigorigène (refroidissement en détente directe)
  • et enfin, un 3 ème espace annulaire refroidit les liquides (vin, eau glycolée ou non)

L'ensemble permet donc de refroidir, simultanément ou non, des liquides et de la vendange (technique de vinification de plus en plus pratiqué es en blanc et rosé, voire en rouge), et cela avec un coefficient de performance (COP) supérieur à 6. En comparaison, une installation "classique" nécessite plusieurs équipements pour assurer les mêmes fonctions : un échangeur de type Tube in Tube pour le refroidissement de la vendange, un échangeur multitubulaire par exemple, pour le refroidissement des moûts, le tout étant alimenté par un groupe de froid/eau glycolée.

L’écologie et le développement durable ont également été étudiés. En effet, cette nouveauté utilise un gaz pur, qui sera à la base des futurs g az propres en cours de développement pour un horizon après 2022. Le fluide frigorifique, de type R134A, est conforme à la réglementation actuelle et future. Cette dernière est en constante évolution (interdiction du R22 en 2015, autres échéances en 2020 et 2025).

Green Cryo™ est protégé par un brevet PERA-PELLENC