Rivières

Notre département est gâté côté rivières : l’Orb à Béziers, l’Hérault qui se jette à Agde et Montpellier ceinturé par la Mosson et le Lez. En Pays de Thau, on compte 164 km de petits cours d’eau se jetant dans l’étang de Thau. Le plus important est la mystérieuse Vène qui sort de terre entre Montbazin et Cournonsec pour se jeter dans l’étang à Balaruc le Vieux, dans la crique de l’Angle.

Cette Vène est une source vauclusienne, c’est à dire qu’elle ne coule que par intermittences, restituant les eaux tombées sur le Causse d’Aumelas qui la domine. La source est visible depuis la route, à 100 mètres au bas d’une falaise. On retrouve la Vène à Issanka où jaillissent d’autres résurgences du Causse et il suffit d’aller à Balaruc le Vieux, à la Crique de l’Angle où elle se perd dans l’étang. C’est dire l’importance pour la salubrité de l’étang de Thau d’une Vène exempte de toute pollution.

Le Syndicat Mixte du Bassin de Thau l’a bien compris qui vient, avec l’aide de la Communauté de Communes du Nord Bassin de Thau (CCNBT), de consacrer une journée au nettoyage de la Vène. Un grand nombre de bénévoles est venu renforcer le personnel des agglos, débarrassant la petite rivière de tous les déchets jetés par des saligauds qui doivent ignorer l’existence des déchèteries. La Vène est donc maintenant propre comme un sou neuf. Jusques à quand ?

Bernard Barraillé