Excès de zèle

 

« Arrêtez d’emmerder les français. Trop de lois, de décrets, de règlements. Foutez leur la paix ! »

C’est la violente invective qu’en 1969 le président Georges Pompidou adressa à son gouvernement lors d’un conseil de ministres. Effectivement, pendant quelques années, législateurs et technocrates calmèrent leurs ardeurs législatives et règlementaires puis, Pompidou parti, reprirent leurs manies. Et c’est maintenant tous les jours qu’on peut mesurer l’activité des responsables, toujours friands de règlementer et de faire dire aux lois plus qu’elles ne voulaient dire.

L’exemple local le plus récent nous est fourni par l’affaire des maisons des Aresquiers. Voilà un siècle que de braves gens se sont installés le long du Canal du Rhône à Sète sans jamais créer le moindre problème à quiconque. Mais voilà qu’un technocrate des voies navigables et une sous-préfète veulent les en chasser sous le prétexte qu’ils sont en zone classée inondable. Or, il n’y a jamais eu d’inondation et on voit mal comment les eaux pourraient atteindre les maisons bâties entre le canal et les étangs. L’affaire serait ridicule si elle ne risquait pas d’aboutir à la suppression de ces jolies maisons où de braves gens coulent des jours heureux. Les élus, Pierre Bouldoire en tête, ont certes pris leur défense mais les serviteurs zélés de l’Etat restent inflexibles.Pour eux, la Loi, c’est la Loi ! Même quand elle est stupide.

Bernard Barraillé

 

ANCIENS EDITOS

 

tous les éditos