Franchise

Accoudé à la rambarde du Pont de la Civette, Maurice Clavel contemplait des hommes qui, arseillère en mains, draguait les coquillages au fond du canal. Il était descendu dans le Sud pour voir son père retiré à Balaruc et se remettre du tapage causé par son spectaculaire départ d’une émission de télé où il avait lancé son désormais fameux « Messieurs les censeurs, bonsoir ». Cela en raison d’une coupure par les producteurs dans un film qui devait précéder le débat.

Soudain, au milieu d’un échange banal, il me confia : « Tu sais, les milieux parisiens que je suis obligé de fréquenter me fatiguent énormément. Ici, dans mon triangle familial Balaruc-Sète-Frontignan, je revis. Ici, les gens parlent vrai et te disent ce qu’ils pensent, sans fioritures »

Cette confidence m’est revenue en mémoire à la lecture des réactions au précédent édito sur le sort fait aux femmes dans les siècles passés. Notre boite à lettre électronique a explosé de commentaires exposant les réticences de beaucoup devant la libération féminine. Plus ou moins machistes, ces commentaires ont eu, pour le moins, le mérite de nous rappeler que le deuxième sexe n’a pas encore gagné dans sa course à l’égalité.

Mais l’essentiel est que nos internautes aient pu dire franchement ce qu’ils pensent !

Bernard Barraillé