Poésie toujours

A Sète, la poésie a toujours tenu une grande place. Et pas seulement parce que Paul Valéry y a vu le jour. Entre les deux guerres les rubriques locales des journaux régionaux publiaient fréquemment des œuvres de poètes sétois. Le plus réputé était Francis Octave Balma qui signait Colibri ses envois.

Plus récemment, les poètes locaux se sont regroupés dans une association ; le club Poésie et Chansons Georges Brassens qui publie régulièrement les œuvres de ses nombreux membres. Mais c’est la venue à Sète de Maïté Vales-Bled  comme conservatrice du Musée Paul Valéry qui a donné un nouvel élan à la poésie sétoise. En relançant sous le nom de « Voix vives en Méditerranée le festival de poésie qu’elle avait créé à Lodève, elle a réussi un coup de maitre : Voix vives est devenu un rendez-vous incontournable des amateurs de poésie français mais aussi  de tous les pays entourant Mare Nostrum.

Chaque année, le festival sétois de poésie prend de plus en plus d’importance et attire un large public dont on méconnaissait l’importance. Le programme 2016 s’annonce très riche et plus varié en s’ouvrant à la chanson populaire. Fi, Juillet, Sète va renouer avec sa tradition de cité des poètes.

Bernard Barraillé