Culture et gros sous

Un récent rapport commun du ministère de la Culture et au ministère de l'Economie constate que les industries culturelles génèrent près de 6% de la valeur ajoutée dégagée en France. 

La culture contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile avec 57,8 milliards d'euros de valeur ajoutée par an. Son coût total pour la collectivité approche 21,5 milliards d'euros. La culture n'est donc pas une dépense à perte selon cette analyse basée sur les chiffres de l'INSEE. 

Les choses sont dites : la culture rapporte au pays. Et pas seulement de l'argent mais aussi des emplois. Les seules entreprises culturelles emploient quelque 670.000 personnes, que leur profession soit culturelle ou non, soit 2,5% de l'emploi dans le pays.
A cela s'ajoutent les 870.000 professionnels de la culture qu'emploient les entreprises non culturelles.
On serait curieux d’avoir les chiffres concernant le pays de Thau. Ils devraient être proportionnels étant donné l’intense activité culturelle dont nous nous faisons l’écho dans toutes les communes.
Nos voisins marseillais, dont beaucoup critiquaient le lourd financement de l’année culturelle européenne, se réjouissent des retombées de l’opération : 9 millions de visiteurs en 2013. Au point que le « New York Times » place Marseille à la 2° place mondiale de son classement des 46 villes à visiter après Rio de Janeiro !
Alors, la culture coute cher au contribuable ? Non, elle rapporte !

Bernard Barraillé