Nouveauté : Petit Paysan de Hubert Charruel

Petit paysan" de Hubert Charuel avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners...

Synopsis
Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver....

Oh la vache! Les petits “jeunes” sortis de la Femis font parler d’eux cette année. Après Julia Ducourneau et sa Grave école de vétérinaire, voilà Hubert Charuel qui après quelques courts métrages se lance dans la réalisation d’un premier long. Contrairement à son héros, Pierre, Hubert ne choisit pas de reprendre l’exploitation familiale de vaches laitières mais s’en inspire. Pierre est un petit paysan qui élève 30 vaches amoureusement. Il est bien loin de l’univers robotisé high tech de son ami et concurrent Fabrice, le nez toujours dans son appli à surveiller plus ou moins ses vaches à distance. Mais ses vaches l’obsèdent aussi. Il en rêve même la nuit. Ce rêve qui sert d’incipit au film donne le ton. On ne sera pas dans un simple film social rural qui décrit le dur quotidien d’un petit agriculteur aujourd’hui en France. Cet aspect y est pourtant avec même à de rares moments des accents de comédie "amourdanslepréesque" lorsque la boulangère joue du klaxon et tend la baguette en guise de perche à notre agriculteur. La force du film est de mélanger subtilement les genres tout en nous menant sur de fausses pistes, paranoïa ou pas? La contagion prend en tout cas. On est tour à tour Pierre, acculé avec lui dans une situation inextricable, et Pascale (Sara Giraudeau, impeccable) partagée entre la raison et l’autorité que lui confère son statut de vétérinaire et l’envie d’aider son fou de frère pris au piège d’une épidémie qui n’est pas sans rappeler la maladie de la vache folle. Swann Arlaud dans le rôle principal se révèle enfin après moult seconds rôles tel un vilain petit canard du cinéma. Le film comme l’acteur sont deux véritables révélations.
D.C Mon Ciné à moi