Ancienne histoire de Bessan


Le pont suspendu


La salle d'Asile


La gare

 

 

Voici quelques anecdotes qui se sont produites dans le passé et que beaucoup de Bessanais ne connaissent pas, ou ont oubliées.

En novembre 1863 la municipalité de monsieur Prosper Aubin vote une somme pour terminer de financer l’aménagement de la place de la Promenade qui avait été réalisé en hâte, en vue de la bénédiction de constructions importantes pour le village, dont, fait du hasard, aucune  n’est encore en fonction quelques 155 ans plus tard.

En effet, cet aménagement de la place permet, lors de la fête de la Saint Laurent en 1863, d’inaugurer le pont suspendu récemment construit, mais également la salle d’asile, à l’emplacement de la salle des fêtes, et la gare ferroviaire qui marque l’avènement du chemin de fer à Bessan.

La construction du pont suspendu est commencée en 1861 et terminée l’année suivante. L’ouverture au public, le 12 octobre 1862, permet enfin aux Bessanais de franchir le fleuve plus aisément.

L’édification de la salle d’asile débute en 1860 au fond de la place du Jeu de Ballon, et se termine seulement trois ans plus tard car la construction est arrêtée pendant deux ans, son implantation se trouvant sur une variante du tracé de la ligne de chemin de fer. La gare est même prévue en partie à l’endroit de cette salle. Mais ce projet n’est pas retenu, et Bessan peut prolonger sa Grand Rue et étendre son territoire au-delà de la route principale.

L’arrivée du chemin de fer, synonyme de déplacements et d’échanges de marchandises facilités, a apporté ses heures de gloire au vin régional, et bessanais en particulier, son transport permettant une diffusion sur tout le territoire national. Le rosé de Bessan est alors exporté en masse et les voyageurs peuvent emprunter le « rauba-faïsse » pour se déplacer, passant au préalable par les guichets de la gare. Un nouveau quartier naît à Bessan : le quartier de la gare.

Et puis, et puis…. le pont suspendu sera remplacé, la salle d’asile agrandie puis démolie au profit d’une salle des fêtes, et la gare désaffectée pour devenir une simple maison d’habitation.

Mais tout cela est maintenant de l’histoire ancienne !

Sources : documents d’archives bessanaises.