L'association des pêcheurs du vieux port du cap d'Agde est née

Entretien avec  son Président Gérald Chambre.

 

photos : Renaud Dupuy de la Grandrive

   

Bonjour Monsieur Chambre.
Quel est le but de l'association "Les Pêcheurs du Vieux Port du Cap d’Agde".?

Elle regroupe les pêcheurs professionnels du Cap d’Agde et son objectif est tout simplement de participer à la gestion du secteur de notre port d’attache au Cap d’Agde et à celle du milieu marin qui nous entoure.

Combien d’adhérents à ce jour ?

L’ensemble de la flottille du Cap, c'est-à-dire 15 fileyeurs pour un total de 17 pêcheurs.

C’est donc vous le Président ?

Oui, mais je ne prendrai aucune décision seul, ce sera l’ensemble de la flottille qui décidera de la moindre décision. Par exemple pour l’acquisition d’une place dans le port, avant les démarches auprès de la Sodeal, gestionnaire du port, c’est l’ensemble des pêcheurs qui décidera et je pense que c’est tout à fait normal.

Comment allez-vous décider ?

Par le vote des 17 pêcheurs.

 A ce jour, quels sont vos souhaits ?

  1. Ce qui presse le plus c’est une meilleure gestion des déchets, avec un container spécifique aux déchets de la mer car pour le moment nous n’avons rien. Tout ce que nous récupérons en mer ou de nos activités est déposé dans un coin et souvent ça repart à l’eau. Nous devons changer impérativement notre image de marque. Nous sommes dans une grande station touristique et en acteur principal du milieu marin nous nous devons de montrer l’exemple.
  2. Des panneaux sur le parking expliquant notre activité et tout le travail que nous effectuons.
  3. Délimiter un marquage zébré au sol autour de la grue où aucun container ne doit être stocké.
  4. En accord avec la Sodeal pouvoir utiliser une partie du petit local près de la grue pour entreposer un karcher pour le nettoyage des bateaux.
  5. Nous sommes déjà dans une nouvelle ère où l’écologie est au premier plan. Nous souhaitons développer un label « Pêcheurs du Vieux Port du Cap d’Agde ». Pour, par exemple, disposer de sacs biodégradables pour la vente avec son logo « Pêcheurs du Vieux Port » et également pour l’étiquetage de la vente à quai.

 Pouvez-vous nous parler un peu de cette vente à quai ?

Elle s’effectue tous les jours et toute l’année, sauf aléas de la météo.

Et que proposez-vous ?

Ici, c’est notre produit de la mer qui est vendu, poissons, crustacés…et nous ne gardons aucune prise de la veille, c’est là notre singularité et notre force que nos clients doivent savoir: la qualité est là !

Et le surplus ?

Il va à la criée du Grau d’Agde dans les meilleures conditions (glace-caisse) et suit un circuit administratif normal.

Selon vous qu’apporte ce port de pêche au Cap d’Agde ?

Comme je le dis souvent, nous sommes un musée vivant, l’été c’est une multitude de personnes qui nous posent des questions. Les gens se régalent, ils n’ont pas souvent la chance de parler avec des marins pêcheurs.

Pensez-vous que cela apporte un plus à la station ?

Oui, j’en suis certain. Nous avons entendu parler de la création d’un cantonnement de pêche, sorte de réserve où toute pêche et activités nautiques seraient règlementées.
C’est un sujet qui nous tient à cœur, il faut le faire et rapidement ! Pour ma part, à l’invitation de l’Aire marine protégée de la côte agathoise gérée par la municipalité d’Agde, je suis parti avec plusieurs autres collègues pêcheurs du Grau d’Agde et des membres de notre association à Carro dans le Parc marin de la côte bleue et aux Saintes Maries de la Mer dans le parc régional de Camargue pour parler avec les pêcheurs professionnels et les agents des parcs. Et le résultat est plutôt satisfaisant ! Une réserve c’est comme une banque, tu poses un capital et tu tires les intérêts. Concrètement, tu ne pêches pas dans la réserve mais tu vas profiter de ce qui va être exporté autour.

A qui cela va-t-il profiter ?

Tout simplement à tous. A terme, si cela est bien géré, les retombées peuvent être importantes. Même pour les pêcheurs plaisanciers ?
Oui, sur le Cap tous les plaisanciers nous disent qu’ils ne pêchent plus grand-chose, mais demain, autour de la réserve, si les plaisanciers pêchent plus, ce sera très bien.
Nous avons à ce jour plus de 3000 anneaux dans le port du Cap et donc pas mal de pêcheurs
à la canne. Si ils pêchent, ils seront contents, et ce sera bien aussi pour toute l’économie : vendeurs de cannes et d’appâts, débit de carburant, entretien et réparation des bateaux, place dans le port, et ce serait donc un plus pour la station et notre ville

Qui vous soutient ?

L’ensemble des Pêcheurs du Vieux Port et ça fait chaud au cœur. Et aussi toute l’équipe de l’Aire marine protégée de la Côte agathoise et la municipalité agathoise avec qui nous collaborons depuis de nombreuses années.

Et le maire dans tout ça ?

Toujours proche et prêt à nous écouter. Un exemple, il y a deux ans, comme à son habitude, il vient nous voir tôt le matin dans mon « bureau » du port du Cap: « Gérald, vous auriez besoin de quoi ? Je lui parle d’un panneau à l’entrée du port pour indiquer la vente du poisson à quai. Il m’a répondu, « demain je verrai une personne pour vous le mettre en place ». Quelques jours plus tard, nous avions notre panneau. Plus récemment j’accoste devant mon étal à 7 heures du matin et Monsieur le maire me salue: l’occasion de lui dire qu’avec mes collègues je compte monter une association de Pêcheurs du Cap. Il m’a répondu « tu as raison, et je vous soutiendrai ! »
Aujourd’hui l’Association des pêcheurs du Vieux port du Cap d’Agde est née depuis le 8 janvier 2016.