Associations & Partis

Appel à tous les amoureux des coquelicots

» pour commander le livre
Nous voulons des coquelicots

et cliquez ici pour rejoindre
le groupe facebook Agde

 

RASSEMBLONS-NOUS DEVANT LE MOULIN DES EVEQUES
A AGDE le vendredi 5 octobre à 18h30

Il y aura le temps de la mobilisation collective, quand nous serons tous devant le moulin des évêques le 1er vendredi du chaque mois, avec des instruments de musique, des chorales, des verres de vin, de champagne et d’orangeade, des cris d’enfants, des sonnettes de vélos, des tambours et des casseroles. Et il y aura le temps de l’action plus personnelle… Et vous êtes nombreux à nous demander des idées pour relayer à votre tour l’Appel des coquelicots. Mais avant tout, une précision d’importance : l’appel est un rhizome, sans structure verticale qui dirait quoi faire ou comment faire. Si vous avez une idée, lancez-vous! Sans nous demander notre assentiment. La liberté et l’indépendance guident ce mouvement.

Sophie BANNY

 

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises.
Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles moteurs ou cérébraux chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui préfère la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.
Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Rendez-nous nos coquelicots et nos bleuets ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides en France. Pas demain. Maintenant. Assez de discours, des actes.

 

 

Libres Penseurs de l’Hérault

Le Groupe Victor Hugo des Libres Penseurs de l'Hérault communique :

Notre ami et camarade Maurice Moréno nous a quittés . Président départemental de l'ARAC-34 Maurice était adhérent du Groupe V. Hugo des LP -Hlt . Maurice Moréno était une personnalité du rassemblement pacifiste d' Aniane où il prenait la parole au titre de l'ARAC-34; son engagement résolu pour la réhabilitation des Fusillés pour l'exemple de la guerre 14-18 était très apprécié . Nous garderons le souvenir ému d'un camarade, d'un militant qui s'est dressé toute sa vie contre les injustices, contre la guerre et pour un monde de Paix et de Fraternité, conviction qui l'amena en novembre 2016 à être signataire de l'Appel de la conférence internationale " contre la guerre, l'exploitation et le travail précaire ".

Le Groupe V. Hugo des LP-Hlt salue la mémoire de son camarade et ami Maurice, assure son épouse Rose-Marie et leurs enfants de notre affectueuse solidarité dans cette épreuve .

Alain Visseq président du Groupe V. Hugo des Libres Penseurs de l' Hérault conduira une délégation lors de la cérémonie civile ..

Alain Visseq Président du Groupe Victor Hugo des Libres Penseurs de L’Hérault.
Tel 06 - 14 - 74 - 96 - 79 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Associations et numérique

Une étude montre l'impact positif du numérique pour les associations

Le numérique évolue en permanence. Il offre aux associations de réelles opportunités de se faire connaître, de se développer et de muscler leurs projets. Elles s’en saisissent généralement au gré des solutions nouvelles qu’elles découvrent et des opportunités qui s’offrent à elles.

team

Parmi les usages prépondérants, 73% des associations détiennent un site Internet propre. 62% d’entre elles utilisent les réseaux sociaux ; il s’agit de la plus importante progression en termes d’usages numériques depuis 2013 (+26%). On note aussi une forte percée de l’utilisation des outils collaboratifs entre 2013 (22%) et 2016 (43%). Ces derniers sont particulièrement adaptés au modèle associatif dont les équipes de bénévoles, salariés et administrateurs sont le plus souvent éclatées, avec des rythmes de travail différents.

Le numérique est au service des bénéficiaires et de leurs causes.

Lorsqu’elles sont connectées, 35% des associations en moyenne s’appuient sur le numérique pour développer des actions en direction de leurs bénéficiaires ou de publics fragiles.

Impacts positifs du numérique au sein des associations

Les effets positifs du déploiement des usages numériques dépassent l’enjeu de visibilité et de notoriété. Le partage de l’information arrive en tête (85%) avec pour corollaire un renforcement de la cohésion de l’équipe, de l’efficacité, du suivi et de l’évaluation des actions.
Un responsable d’association sur deux est convaincu des impacts positifs sur l’implication des adhérents, des bénévoles ou salariés.

Ainsi, ce baromètre pointe des impacts positifs au sein des associations tels que :

  • Des bénévoles plus impliqués
  • Des adhérents plus concernés
  • Des avancées réelles dans la gouvernance (plus de transparence, collaboration, participation)

Des difficultés mais des leviers d’action bien identifiés

Le manque de temps, de savoir-faire et de moyens constituent les principaux obstacles à une bonne appropriation du numérique dans les associations.
Alors qu’une meilleure maîtrise des outils numériques reste la principale préoccupation (49%), environ 1/3 des dirigeants d’associations sont convaincus que les outils numériques doivent s’inscrire dans une démarche globale d’acculturation numérique au sein de leurs associations.
Si les moyens financiers sont essentiels pour s’équiper (42%), les associations ont également conscience de la nécessité de rechercher des financements pour monter en compétences, soit en se formant (33%), soit en bénéficiant des conseils d’experts (22%).

» lire le rapport d''étude complète