PATRIMOINE

Journées Européennes du Patrimoine

La jeunesse au coeur de cette 34e édition

Cette édition sera résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l'histoire de la nation et à l'histoire de l'art, ou encore aux métiers du patrimoine.

S'adresser aux jeunes générations, c'est une occasion de saluer le travail des associations et des réseaux engagés dans l'éducation artistique et culturelle, des réseaux des Villes et Pays d'art et d'histoire, et de bien d'autres encore qui valorisent le patrimoine auprès de la jeunesse.
Le thème de la jeunesse fait souffler un vent de fraîcheur et de créativité sur la médiation du patrimoine.

Dans chaque commune, on s'est appliqué à transmettre le savoir-faire, la connaissance et le talent pour vous proposer un programme riche et vivant qui s’adresse avec humour à toutes les générations dans un langage résolument moderne.

Venez vivre notre patrimoine à pied, en voiture, ou en bateau, en dansant ou en chantant. Notre territoire s’ouvre aux jeux, aux visites, animations et découvertes insolites.

Détails et programme complet
en suivant ce lien pour ouvrir et lire à l'écran le livret
édité par Office de Tourisme Cap d’Agde Méditerranée (Pôle patrimoine)

ou télécharger ici le document pdf

Les visites du patrimoine de septembre.

Les mercredis :

  • à 15h00 – Pézenas et son centre historique (Rendez-vous devant l’Office de Tourisme, place des Etats du Languedoc). Avec une journée consacrée à Montmorency le mercredi 13 septembre.
  • A 10h00 : Pézenas, la Grange des Prés (sur réservation)
  • A 15h00 : Le Grau-d’Agde, Notre Dame de l’Agenouillade (gratuit)

Les jeudis :

  • à 15h00 – Agde et sa Cathédrale (gratuit)

Les vendredis :

  • à 10h00 - Agde et la Glacière (gratuit)

Les samedis :

  • à 10h00 – Agde et son centre historique (gratuit). Rendez-vous au Bureau d’Information Touristique d’Agde, Place de la Belle Agathoise.


Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

3ème Rallye archéo sur le territoire Hérault Méditerrannée.

A l'occasion des Journées Nationales du Patrimoine, l'Agglo Hérault Méditerranée organise, le dimanche 17 septembre 2017, son 3ème « Rallye Archéo », en partenariat avec le Musée de l'Ephèbe, les communes et associations du territoire.

L’objectif est de découvrir les richesses patrimoniales du territoire Hérault Méditerranée et de résoudre une énigme à chaque étape proposée, de Pézenas au Cap d’Agde, en passant par Tourbes, Caux, Aumes, St Thibéry et Agde.

Ce rallye est ouvert gratuitement à tous, familles, enfants, adultes et associations. Les enfants peuvent y participer sous la responsabilité d’un adulte.
Il ne revêt aucun caractère sportif et ne donnera lieu à aucun chronométrage. Les gagnants sont ceux qui auront réussi à trouver le mot final et qui seront le plus proche du résultat de la question n°10. Si des équipes s’avéraient être à égalité, un tirage au sort sera effectué afin de les départager.

De nombreux lots sont à gagner tels qu’une BD sur l’archéologie et la mythologie et des entrées gratuites offertes par le Musée de l’Ephèbe, des berlingots pétillants, des visites guidées d’Agde et Pézenas.

-9h30 : accueil et inscription des participants à l’Office de Tourisme de Pézenas. Remise du livret contenant le questionnaire ainsi qu’une carte du territoire.
-10h00 : départ du rallye
-12h30/14h00 : pause déjeuner avec le repas tiré du sac sur l’aire de pique-nique de St Thibéry
-17h00 : remise du livret pour correction au Musée de l’Ephèbe du Cap d’Agde
-17h30 : remise des lots autour d’un verre de l’amitié.


Conditions d’inscription et de participation :

-Chaque équipe doit posséder un véhicule
-Les enfants doivent être sous la responsabilité d’un adulte
-L’inscription est gratuite et doit se faire avant le 14 septembre au 06 45 82 46 14
-Le règlement est disponible sur www.agglo-heraultmediterranee.net



Frédérique Nicot

Restauratrice d'objets archéologiques.

 

Drapeau du Royaume-UniFrédérique Nicot
Restorer of archaeological objects.

There are two courses of training to become a restorer of heritage objects, which courses are authorized by the Directorate of Museums of France, as it is necessary to have a diploma to work on public collections.  There is that of the National Institute of the Heritage at St. Denis, in Paris, and there is a university course (the Sorbonne Paris 1), that Ms. Nicot took, with the aim of a Master of Preservation and Restoration of cultural property with an option in archaeology.

This training lasts five years and at the end it is possible to work on museum collections.  Without these qualifications, it is impossible to do so.

Today, there are only a few people who have this competence, that she estimates at barely 50.  She is at the level of the department the only recognized and licensed restorer.   In the region, there is one existing also in Toulouse.

"As a Conservator-Restorer, there are several specialities: the restoration of pictures, photographs, sculptures, metal, glass or ceramics, old fabrics... it's really very diverse and each has his or her own specialty.  Mine is the restoration of archaeological objects and more precisely specialized in underwater heritage and therefore in a context rather than in a material, but gradually I am finally more specialized in metal, be it underwater or otherwise with actual religious goldsmithing and I intervene also for the churches or then on village statues as for Agde where I restored the statue of the Republic."

"My activity is very varied and it's as much varied in the materials and therefore the metal that can very well be in iron, in bronze or in silver in the context.  That can also be varied in the size, in working on a little fibula, a fastener, or then on huge statues of 5 meters high."

"Before coming to Agde, I worked for a long time in a restoration laboratory in the Var, and then I went to Arles where I worked on the excavations of the Rhone.  Then, thanks to a contact with the conservator of the Museum of the Ephebe of Agde at the time, Odile Berard-Azzouz, I was able to integrate into the museum.  She was looking for a restorator for the museum.  The premises built for this purpose being available and as I was looking to start my own business, we set up a collaboration between the City of Agde and me as an independent contractor.  I am therefore a tenant there with an agreement of occupation of the public domain."

"I pay rent and I have a certain number of hours of restoration of objects of the Museum to assure as well as advice to be lavished on the preventive preservation. Thus it is a real exchange which is established between the Museum and me.  I bring my expertise".

"I am in a liberal profession and therefore with limited status within the museum.  I am totally independent and I don't only work for the Museum but equally for institutions like the Department, the Region but beyond that for the City of Montbeliard.  In these cases, the objects to restore are sent to me or if not I go to their sites.  But actually, I work more and more at the local level, the region being rich in heritage objects.  It "rests" then with the local authorities to find subsidies for what is still a small matter."

"At the moment, I am also restoring objects which are a part of the collections of the Museum of Agde and which were in active corrosion.  There are therefore stabilizations to effect.  I also directed the "soclages" for glass objects.  A "soclage" is a way to make an object more stable and to make a structure for it as well as to stabilize it for an esthetic aspect."

The last discovery with which she occupies herself is that of 24 copper ingots taken out of the waters of Sète, more precisely at the Corniche.  They have been put in stabilization in order to stop all risk of corrosion.

"These ingots have been taken out of the water and transported to the Museum (the first ones in 2011) and I have taken charge of them.  It is actually my great work with all these ingots which each weigh between 50 and 60 kg.  The Drassm (the Department of subaquatic and underwater archeological research) which made these discoveries is still searching for an eventual shipwreck."

These ingots will be displayed in one of the rooms of the Museum and one part is already there.

"My definition of my occupation?  It's an occupation that I have always wanted to do and which aligned me at the time with the Heritage, at the time with the scientific aspect while it is necessary to know corrosion and its process of alteration, how to stop it.  And that aligns also with the manual side, the dexterity, the patience and then this proximity with the work.  The restorer is the person who has her nose most often in the work.  Therefore there is a closeness with the work that makes it so that we are a few privileged persons, and that pleases me."

"That which I appreciate in the Museum is that at the same time I am completely independent but also I have the luck to work in collaboration with the Museum team and therefore I am not alone.  Finally, all these exchanges are very motivating."

"Each piece is unique and to be a restorer is not to apply recipes.  You can learn how to restore an object in bronze, but each time I find myself in front of an object, there is a specific problem and all of a sudden I must always think about how I should approach this object, am I going to do a mechanical clearance or rather a chemical one or maybe both of them.  There are always surprises."

"For example, at the moment I am working a lot on the plates which came from the "Jeanne-Elisabeth" which is a wreck discovered off Maguelone (Palavas-les-Flots) and therefore these plates are in silver and when they brought them to me they were completely encrusted, all corroded and it was therefore necessary that I think about what to do to try to restore their surfaces.  Do I scrape everything to find the bright silver or then do I leave a fine bit of corrosion: therefore at the moment they will stay black....  except it happens that with my soft little brushes I start to raise the sulphides, this black layer, and under this level of sulphide I have simply the layer of shiny silver which reappears without having to go search for it brutally and more, under the layer of sulphides I have been able to find again the initials which have been engraved on the plate."

"And that is really part of the work of restoration, it isn't necessary to go directly and abruptly.  Each time that I go there with a soft method, in taking up at first and gently the sediment, using a tweezer, a soft little brush, and progressively until I take up the last layer which frees the original layer and then I stop and go no further. "

"We always favour the least aggressive method.  While the hammer was available to me for use (at Saint-Malo) where I was charged with revealing what was inside the crusts and all of a sudden to know what was there in two ways, being to x-ray them and then to see the "ghost"  of the object that was present, or to break the crust to be able to recover the form of the object to right away make a mould, with the help of a resin, of the hole therefore discovered.  And we are thusly well able to recover the details that I have moulded like that of a boarding axe on which one has found the stamp that was able to give us information." 

"I love breaking up the crusts with a hammer and I don't only use the scalpel and the binoculars", she said with a wide smile.

"A restoration that gives me satisfaction?  That is of the statue of the Republic at the Place of the 18th of June at Agde."

"The face of this statue was covered with drips from the droppings of pigeons, that nearly looked like tears.  And once uncovered from the products of corrosion and having applied to her a stable patina, there she had a completely different face and to rediscover like that a work, that is emotion and yes, it's a beautiful restoration."

"Another emotion was when while on the silver plates I discovered the initials engraved just under the corrosion."

"This occupation is not only clearing or restoring objects but also for a great part of my time, responding to calls for tenders and drafting piles of papers.  Sometimes I have "ants" in my fingers when I haven't restored something for a month."

"It is sometimes difficult to live on it.  I am personally lucky to be in the Museum but on the other hand, my colleagues who are working independently have trouble living on it.  And actually it is the occupation that we make by our passion."

Traduction Janet Lee Clark

   

Une rencontre avec une conservatrice- restauratrice.

Pour travailler sur les collections publiques il faut un diplôme. Deux formations sont possibles pour devenir restaurateur (trice) d'objets du patrimoine,  toutes les deux sont agrées par la Direction des Musées de France : l'Institut National du Patrimoine à St Denis, à Paris, et la voie universitaire à la Sorbonne (Paris 1). C'est cette dernière formation que Frédérique Nicot a suivie, avec au bout un Master de Conservation et de Restauration  des biens culturels, option archéologie. Ce cursus dure 5 ans. Sans ces qualifications il est impossible de toucher aux collections.  Aujourd'hui seule une petite cinquantaine de personnes  ont cette compétence. Frédérique Nicot est au niveau du département la seule restauratrice diplômée reconnue pour l'archéologie.

 "En tant que Conservateur-Restaurateur il existe plusieurs spécialités, la restauration de tableaux, les photographies, les sculptures, le métal, le verre ou la céramique, les tissus anciens ...... c'est vraiment très varié " nous confie Frédérique Nicot et, ajoute-t-elle "on a chacun notre spécialité et moi la mienne c'est restauratrice d'objets archéologiques et plus précisément spécialisée dans le patrimoine sous-marin donc dans un contexte plutôt que dans un matériaux  mais de fil en aiguille je me suis finalement plus spécialisée en métal, que ce soit sous-marin ou pas d'ailleurs avec actuellement de l'orfèvrerie religieuse et j'interviens aussi pour les églises  ou alors sur les statues de village comme pour Agde où j'ai restauré la statue de la République". Frédérique Nicot travaille ainsi sur pratiquement sur tous les métaux, en particulier le fer, le bronze et l'argent.  Les objets sur lesquels elle intervient sont également très variés en taille et vont de la petite fibule ou de la petite agrafe à des grandes statues de 5 m de haut.

Avant de venir sur Agde, Frédérique Nicot a longtemps travaillé dans un laboratoire de restauration  dans le Var avant d'aller en Arles pour travailler sur les fouilles du Rhône. C'est  ensuite, grâce à un contact avec la conservatrice de musée de l'Ephèbe d'Agde de l'époque, Odile Bérard-Azzouz, est arrivée à Agde en tant que restauratrice avec un statut particulier. : Frédérique Nicot est indépendante et à son compte. Elle loue les locaux mis à sa disposition par la ville  avec une convention d'occupation du domaine public.  En contrepartie du loyer, elle assure un certain nombre d'heures de restauration des objets du Musée et fait bénéficier le musée de son expertise et de ses conseils sur de la conservation préventive. "C'est un véritable échange qui s'est établi entre le Musée et moi" estime Frédérique Nicot.

Son statut de profession libérale lui permet ainsi de ne pas travailler pas que pour le Musée mais également pour des institutions comme le Département, la Région et au-delà comme pour  la ville de Montbéliard. Dans ces cas là, les objets à restaurer lui sont expédiés ou elle se déplace sur les sites. Actuellement elle travaille cependant de plus en plus au niveau local tant la région est riche en objets du patrimoine. "Il ne reste ensuite aux collectivités locales qu'à trouver des subventions ce qui n'est toujours une mince affaire"  nous précis-t-elle.

En ce moment elle restaure aussi des objets qui font partie des collections du Musée d'Agde et qui étaient en corrosion active. Il y a donc des stabilisations à effectuer. Elle a aussi réalisé des « soclages » pour des objets en vitrine. Un « soclage » c'est  une façon de rendre plus stable un objet et de lui faire une structure aussi bien pour le stabiliser que pour un aspect esthétique.

 Dernière découverte dont elle s'occupe, celle de 24 lingots de cuivre sortis des eaux à Sète, plus précisément à la Corniche. Découverts par des archéologues amateurs, ils ont été sortis de l'eau et transportés au Musée (les premiers en 2011) sous la supervision du DRASSM (le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines). C'est actuellement mon gros chantier avec tous ces lingots qui pèsent chacun entre 50 et 60 kg.    Ces lingots seront exposés dans une des salles du Musée. Une partie l'est d'ailleurs déjà.

Un métier que l'on fait par passion

 « Ma définition de mon métier ? C'est un métier que j'ai toujours voulu faire et qui allie à la fois le Patrimoine, à la fois l'aspect scientifique puisqu’il faut connaître la corrosion et ses processus d'altération, comment la stopper. Et ça allie aussi le côté manuel, la dextérité, la patience et puis cette proximité avec l'oeuvre. Le restaurateur est la personne qui a le nez le plus souvent sur l'oeuvre. Donc il y a une proximité avec l'oeuvre qui fait que l'on est un peu des privilégiés  et moi c'est ça qui me plaît ».

  « Ce que j'apprécie dans le Musée c'est qu'à la fois je suis complètement indépendante mais que j'ai aussi la chance de travailler en collaboration avec l'équipe du Musée donc je ne suis pas seule. Au final tous ces échanges sont très motivants ».

« Chaque pièce est unique et être restaurateur ce n'est pas appliquer des recettes. On a beau apprendre  comment restaurer un objet en bronze, à chaque fois que je me trouve devant un objet, il y a une problématique spécifique et du coup je dois toujours réfléchir à comment je dois aborder cet objet, est ce que je vais plutôt faire un dégagement  mécanique ou plutôt un dégagement chimique ou peut-être les deux. Il y a toujours des surprises.

Par exemple, en ce moment je travaille beaucoup sur des assiettes qui proviennent de la « Jeanne-Elisabeth » qui est une épave découverte au large de Maguelone  (Palavas-les-Flots) et donc ces assiettes  sont en argent et quand on me les a amené elles étaient toutes concrétionnées, toutes corrodées et il a donc fallu que je réfléchisse comment faire pour essayer de restaurer leur surface. Hors il se trouve qu'avec mes petites brossettes toutes douces j'arrive à enlever les sulfures, cette couche noire, et sous cette couche de sulfure j'ai tout simplement la couche d'argent  brillante qui réapparaît sans avoir à aller la chercher brutalement et en plus sous la couche de sulfure j'arrive à retrouver des initiales qui ont été gravées sur l'assiette.

Et ça cela fait vraiment partie du travail de restauration, il ne faut pas y aller directement et brutalement. A chaque fois j'y vais par la méthode douce, en enlevant d'abord le sédiment doucement, en utilisant un pinceau, une petite brossette souple, et progressivement jusqu'à ce que j'enlève la dernière couche qui me libère la couche d'origine et là je m'arrête et je ne vais pas plus loin.

On va toujours vers la méthode la moins agressive. Pourtant le marteau il m'est arrivé de l'utiliser  (à Saint-Malo) où j'étais chargée de  révéler ce qu'il y avait à l'intérieur de concrétions et du coup pour savoir ce qu'il y a à l'intérieur il y a deux manières, soit les passer à la radiographie et ainsi voir le « fantôme » de l'objet qui était présent, ou casser la concrétion pour pouvoir ainsi récupérer la forme de l'objet pour ensuite faire un moulage, à l'aide d'une résine, du trou ainsi découvert.

Et on arrive tellement à bien récupérer les détails que j'ai moulé comme ça une hache d'abordage sur laquelle on a retrouvé l'estampille qui a pu nous donner des informations ».

 « J'adore dégager les concrétions au marteau et je ne fais pas que du scalpel et de la binoculaire ». Dit-elle avec un large sourire.

 « Une restauration qui m'a donné de la satisfaction ?  Il s'agit de la statue de la République sur la place du 18 Juin d’Agde.

Le visage de cette statue était couvert de coulures de fientes de pigeons, ça lui faisait presque des larmes. Et une fois débarrassé des produits de corrosion et en lui ayant appliqué une patine stable, là elle avait un tout autre visage et redécouvrir comme ça une œuvre, ça c'est de l'émotion et oui c'est une belle restauration. Autre émotion lorsque sur les assiettes en argent j'ai découvert les initiales gravées juste sous la corrosion ».

« Ce métier ce n'est pas seulement dégager ou restaurer des objets mais aussi pour une grande partie de mon temps, répondre à des appels d'offre et rédiger des monceaux de papiers. J'ai parfois des « fourmis » dans les doigts quand je ne restaure pas pendant un mois ».

 « Il est parfois difficile d’en vivre. J'ai personnellement la chance d'être au sein du musée mais par contre mes collègues qui sont installés en indépendants ont beaucoup de mal à en vivre. Et effectivement c'est un métier que l'on fait par passion ».

Propos recueillis par Jean-Marc Roger

 

Musée de l'Ephèbe.
Mas de la Clape -34300 - Le Cap d'Agde. (33) 4 67 94 69 60)

Moïra Conservation
33 6 17 75 91 41 / 33 4 67 94 69 78
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Centre d'Interprétation d'Architecture de Pézenas

Drapeau du Royaume-Unienglish version : follow this link

 

A l'hôtel Peyrat, place des Etats généraux du Languedoc à Pézenas, qui est déjà un monument en soi, est abritée une exposition permanente du Centre d'Interprétation du Patrimoine (CIAP). Cette exposition valorise le patrimoine et sensibilise à l'architecture. Découvrez cette exposition sur deux étages très riche et très explicite sur le patrimoine du Languedoc, l'histoire du vignoble dans la région,

On y apprend entre autre l'histoire de Pézenas, mais également celle de Montagnac: Les templiers assèchèrent l'étang de Pézenas et 2 villes se distinguèrent rapidement, Pézenas et Montagnac. L'Hérault était en soi la frontière naturelle entre Pézenas la catholique et Montagnac la protestante; Les Etats du Languedoc se réunissent à Pézenas et en ont fait la capitale du Languedoc; au 19ème siècle c'est le rayonnement agricole, la vigne devient principale source de revenus; 1868 le phyloxera n'atteindra la région que 7 ans plus tard d'où la richesse de la région;

La crise viticole de 1807 arrête l'extension urbaine; chaque village se dote d'une cave coopérative. Après 1960 est instaurée une politique d'aménagement du territoire avec la mise en valeur du patrimoine.

Durant l'été, ouvert de 9h à 19h tous les jours sauf le dimanche de 10h à 19h 
Tel: 04 67 98 36 40.

Florence de Martino

Visites théâtralisées d’Agde et de Pézenas.

Si vous n’avez pas encore participé aux « Visites théâtralisées » des villes d’Agde et de Pézenas, dépêchez-vous de vous inscrire car il ne reste que deux représentations.
Renseignements au : 06 45 82 46 14 ou sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'espace vins et découvertes à Montagnac

ciap montagnac otpvh (1)



 

 

Une exposition multimédia permanente a lieu à l'Espace Vins et découvertes de Montagnac, 1 rue Jean Jaurès à côté de l'esplanade.
Ouvert chaque jour de 10h30 à 12h30 et 14h à 19h, cet espace géré par la communauté d'agglomération Hérault-Méditerranée retrace 26 siècles d'histoire de la vigne et du vin sur le territoire de 20 communes de l'agglomération.

Six séquences historiques racontent l'évolution des techniques de production, la constitution et l'organisation des domaines, les crises et les périodes d'expansion, l'architecture... bref notre patrimoine de l'Antiquité au XXIème siècle.

  • Des supports interactifs sont présents dans cet espace aux lumières tamisées:
  • Un théâtre optique présente la phase de vinification dans un domaine gallo-romain, avec des hologrammes.
  • Un livre numérique dévoile le rôle des abbayes au Moyen-âge. 
  • Une grande carte interactive permet de découvrir le patrimoine viticole actuel.
  • Une borne oenotouristique dévoile les richesses patrimoniales du territoire.
  • Un très bel espace pour tout apprendre ou redécouvrir le patrimoine.

Florence de Martino

 

Drapeau du Royaume-UniThe Wine discovery centre in Montagnac is an information centre dedicated to the history of wine and the vine in the territory occupied by the 19 communes of the Hérault Méditerranée Agglomeration Community.

Designed with multimedia terminals, this facility offers the opportunity to discover the history of the vine since its introduction by the greeks 2,600 years ago. Six historical sequences (Antiquity, Middle Ages, Modern Era, 19th, 20th and 21st centuries) recount the evolution of production techniques, the creation and organisation of wine estates, crises and periods of expansion, and architecture...

Wine Discovery centre, tourist information point.
1 rue Jean Jaurès, 34 530 Montagnac
Tel: (33) 4 67 24 18 55  - www.pezenas-tourisme.fr

Opening dates

Every day in july & august from 10.30AM to 12.30PM. And 2 to 7PM. From november to April: 2PM to 5PM. Closed on mondays. May, june, september and october: 10.30AM-12.30PM and 2 to 6PM. 

 

 

Patrimoine de Saint-Thibéry


 

Saint-Thibéry est construit sur un plateau basaltique occupé depuis la préhistoire. Pendant la protohistoire, l'oppidum vient remplacer la modeste occupation. Ses habitants contrôlaient le gué pour franchir l'Hérault. Puis le village devient Cessero, village gallo romain au pied de la colline. Le gué devient pont et a via Domitia le traverse. Fin VIIIème siècle, Attilio fonde l'abbaye qui célèbre le martyr chrétien Saint Thibère, dont la particularité était d'avoir le pouvoir de guérir les maladies mentales.

Suite à des guerres de religions, l'abbaye est ruinée par les calvinistes. En 1643, les bénédictins de la congrégation de Saint Maur restaurent la vie monastique. Le monastère devient un centre intellectuel jusqu'à la révolution.

Florence de Martino

Jacky Fanjaud l'inventeur de l'Ephèbe d'Agde.

Drapeau du Royaume-Unienglish version : follow this link

 

L'Ephèbe d'Agde est une statue antique en bronze haute de 1,4 mètres et datée du IVème siècle avant JC. Elle a été découverte dans le lit de l'Hérault, juste en face de la cathédrale d'Agde  le dimanche 13 septembre 1994.

Ce dimanche reste un jour important dans le cœur de son "inventeur" Jacky Fanjaud qui faisait partie à l'époque du GRASPA (Groupe de Recherches Archéologiques Subaquatiques et de Plongée d'Agde).
A ce jour, c''est le seul bronze grec découvert en France, ce qui en fait une découverte très importante.

Jacky Fanjaud a toujours été un passionné de plongée. Dès ses 15/16 ans, après la guerre quand il fut possible d'accéder aux plages, il pratiquait déjà la plongée et il allait faire de la pêche sous-marine avec des amis.
Depuis 3 mois un club de plongée agathois venait de se créer, le 2 avril 1960 et un ami bitterois connaissant sa passion lui avait conseillé d'intégrer ce club agathois.. Il avait alors 29 ans.
A sein du GRASPA il a commencé en faisant un petit peu de tout, tout d'abord comme « stagiaire » pour montrer ce qu'il savait faire.
A ces débuts le club ne possédait aucun équipement, pas de bouteille et pas de compresseur. Tous les membres de cette jeune association venaient avec leur propre équipement jusqu'à ce que la commune d'Agde leur alloue de l'équipement sous forme d'une subvention leur permettant d'acheter leur première bouteille. Rapidement le club a fait des découvertes qui ont amené d'autres aides.
A ses débuts, lui-même venait avec sa propre bouteille qui lui permettait une autonomie de 30 minutes pour un maximum de 6 à 8 mètres de profondeur. Mais elle était suffisante pour plonger dans l'Hérault. Il partageait sa bouteille avec ses autres collègues pour des descentes en plongée de 5 minutes.
A cette époque, il ne trouvait pas grand-chose à la différence de ses collègues. Sans trop se décourager, il s'est obstiné et il a continué à plonger.
L'Hérault a toujours été propice aux découvertes car les bateaux grecs remontaient le fleuve et venaient accoster. Une fois sur place, du matériel et des amphores cassées, entre autre, étaient sans doute jetées à l'eau, d'où les nombreuses découvertes. Ils trouvaient surtout du phocéen, des amphores grecques de Marseille.
Il a lui-même réalisé un inventaire des types d'amphores retrouvées, il en a identifié plus de 50 différentes.
Jacky Fanjaud connaît toutes sortes d'amphores car il en a tellement vues, dessinées et classées mais là s'arrête sa connaissance de l'archéologie.
Il ne se targue surtout pas d'être un archéologue, il adore juste chercher et trouver.
Il a, par sa passion et son engagement, fait tout de suite sa place au sein du club. Il y était dès que possible, jours fériés ou non. C'était une passion pour lui. Il a été secrétaire du club puis trésorier fédéral mais il balayait aussi la salle et il entretenait, comme tous les autres, le matériel.
Les membres du club était au nombre de 12 et l'adhésion se faisait au compte-goutte. Il fallait être parrainé par 2 membres du club et avoir fait ses preuves durant une année pour y être admis, afin d'éviter d'intégrer des personnes « douteuses » plus intéressées par un certain pillage que par la sauvegarde.
La sauvegarde du mobilier archéologique agathois était la raison d'être du club. Dans ses statuts il était bien précisé que tout objet retrouvé lors de fouilles devait revenir au GRASPA.
Il n'y a qu'à aller voir les collections du Musée de l'Ephèbe d'Agde pour se rendre compte de la richesse des fonds sous-marins de nos côtes.

Les circonstances de la découverte de l'Ephèbe

Ce 13 septembre 1964, comme tous les dimanches il y avait une sortie le matin en mer à bord du bateau du club.
De retour en Agde, lui et deux de ses amis du club, Raphaël Molla, et Aimé Blanc ont décidé de remplir leurs bouteilles et ensuite d'aller plonger dans l'Hérault.
Après avoir pris leur déjeuner ils plongèrent tous les trois (vers les 15 ou 16 heures).
Comme à leur habitude ils sont partis prospecter au fond, parfois en tâtonnant, en zigzag le plus souvent.
A un moment Jacky Fanjaud croise Aimé Blanc et après avoir constaté, par un signe de la main, que tout va bien ils repartent chacun de leur côté, à l'opposé l'un de l'autre. A cet instant de l'histoire il faut noter qu'Aimé Blanc était un homme pesant plus de 100 kg. Il se plombait « à mort » pour pouvoir descendre et quand il passait il « labourait » le fond.
En progressant, 10/15 mètres plus loin, la vase s'étant reposée, Jacky Fanjaud a vu une tâche, du vert de gris, "même pas de la taille d'une sous-tasse à café". Il s'est fait la réflexion... "ça jure dans le contexte". Il y est allé et en nettoyant la vase il lui est apparu toute la chlamyde (une draperie) sur l'épaule de la statue. Il a continué jusqu'à apercevoir le visage ….
Il était émerveillé par la beauté des traits du personnage. Sans rien connaître encore sur la valeur de l'objet ni en savoir sa provenance, ni pouvoir encore le dater.
"J'étais content parce que c'était beau. Il y avait une grosse lauze posée sur le torse (une pierre qui servait et qui sert encore à couvrir les toits) qu'il a repoussé. Là ça m'est apparu … c'était quelque chose de magnifique .
Quand il a été bien dégagé je l'ai soulevé doucement pour ne pas l'abîmer. On sent si ça va venir ou si ça pas venir. Si ça va pas venir on continue. Je l'ai dégagé complètement. Je suis vite remonté à la surface et là j'ai vu le président du club, Denis Fonquerles qui venait d'arriver. Je lui ai demandé de me donner un bout (un morceau de corde) lui annonçant que j'avais trouvé un athlète en bronze » (à ce moment-là on ne parlait pas encore d'Ephèbe)
Je prends le bout et je redescends. J'étais sur ma réserve d'air. J'accroche le bronze et je tire les trois coups pour qu'on le remonte. Denis Fonquerles se met à le remonter doucement. Je suis arrivé à la surface, je n'avais plus d'air.
Et là, à la surface quand je l'ai vu dans une eau plus claire, quand je l'ai vu s'élever dans l'eau de surface …. avec le soleil... c'était quelque chose de merveilleux. Là, on a le palpitant qui accélère. Donc on l'a remonté sur le bateau. La main est tombée"
N'ayant plus d'air dans sa bouteille, Jacky Fanjaud demande à Aimé Blanc de vite aller la rechercher avant de perdre sa trace dans ces fonds vaseux. Ce qu'il fit. A partir de ce moment-là Jacky Fanjaud a toujours considéré qu'Aimé Blanc était devenu le "co-inventeur" de l'Ephèbe.
Le lendemain, la presse est venue et Denis Fonquerles a présenté la découverte en stipulant que cette découverte avait été réalisée par Jacky Fanjaud, membre du club.
Les autorités compétentes ont aussitôt été averties et un spécialiste est venu de Marseille le jeudi suivant.
La rencontre s'est faite dans un restaurant agathois, la Galiotte. Lors de cette rencontre le patron du restaurant, passionné d'antiquité, Jules Boudou, s'est exclamé "ça, c'est un éphèbe" (le terme désigne aujourd'hui un jeune homme d'une grande beauté). Cette appellation lui est depuis restée.
La statue désormais appelée Ephèbe est partie dans un musée de Marseille et là elle a été préservée de toute attaque par le sel en attendant sa restauration. Elle est ensuite partie pour Nancy où elle a été prise en charge par un laboratoire qui en a fait ce qu'elle est actuellement.

Mais entre-temps, six mois plus tard, son collègue Raphaël Molla avait trouvé la jambe gauche un peu plus en aval à environ à 600 mètres de la précédente découverte.

La découverte de la jambe

Jacky Fanjaud aime à dire qu'il associe à cette découverte Raphaël Molla, "inventeur" de la jambe de l'Ephèbe ainsi que Aimé Blanc qui était co-inventeur de l'Ephèbe pour la remontée de la main.Après mûres réflexions, Jacky Fanjaud pense que cet Ephèbe devait être placé sur un socle et qu'à un moment donné il a dû être jeté verticalement à l'eau et s'envaser Une crue violente a dû arriver et l'on connaît aujourd'hui les effets dévastateurs des crues de l'Hérault. "Il a dû se plier et se casser au niveau des chevilles. Donc le socle est là où l'Ephèbe est tombé. L'Ephèbe quant à lui, il est parti, entraîné par le courant".
Lors de cette seconde découverte Jacky Fanjaud était à bord du bateau pendant que son ami Raphaël Molla était en plongée. "C'était un très bon plongeur. Il avait aussi un très bon œil et quand il sortait quelque chose il savait ce que c'était . Il sort à une vingtaine de mètres du bateau et dit qu'il a trouvé un tuyau de poêle.... Moi connaissant Raphaël, j'ai douté que ça en soit un. Vite, vite je gratte, délicatement, le prétendu tuyau de poêle et puis je vois que c'est une jambe ! Je remarque la cassure au niveau de la hanche. J'étais alors déjà persuadé que c'était la jambe de l'Ephèbe. Nous étions fébriles. On se dépêche d'emporter la jambe au club car nous étions impatients de savoir. On arrive au club et on regarde la photo car la statue de l'Ephèbe était partie. Pas de doute c'était la jambe de l'Ephèbe."
Cette jambe a alors rejoint le reste de la statue et elle a été reconnue comme appartenant au reste du corps. Par contre la main qui avait été repêchée par Aimé Blanc ne semblait pas correspondre au corps. Malgré le fait que Jacky Fanjaud ai bien vu cette main se casser et couler il en est venu à croire cette version, la main n'était pas celle ayant appartenu à l'original à sa création.
"C'était sûrement une réparation de l'époque. A bien y regarder elle me paraît trop grosse par rapport au reste de la statue, elle est surdimensionnée. Malgré les doutes elle a été rajouté au corps. Mais je trouve que cette main elle jure …Il a dû arriver quelque chose à un moment donné et ils en ont refait faire une".
Le socle est pour lui toujours en place … Oui, mais où ?.
A la suite de cette découverte, en mer, Il a aussi trouvé des ancres en bois, en pierre et de nombreuses amphores. Toutes ces découvertes sont désormais visibles au Musée de l'Ephèbe d'Agde.
Son désir de reconnaissance :
"Le GRASPA a été une très belle aventure pour moi . Sans la création du club, je n'aurais jamais eu l'occasion de découvrir l'Ephèbe. Je n'imaginais même pas que l'on puisse découvrir des amphores dans l'Hérault. Je me suis rendu compte qu'étant jeune je m'étais laissé un peu dominé. Je souhaite aujourd'hui dire ce qui a été ".
Voilà qui est fait.
Pour plus de renseignements et pouvoir admirer l’Ephèbe :
Musée de l’Ephèbe - Mas de la Clape - 34300 Le cap d’Agde
04 67 94 69 60

Jean-Marc Roger

Nicolas Figuerolles "inventeur" de Césarion

Drapeau du Royaume-Unienglish version available : follow this link



Drapeau du Royaume-Unienglish version available : follow this link

 

 Le lendemain de Noël, le 26 décembre 2001, Nicolas Figuerolles plongeur amateur passionné eut la chance de découvrir deux magnifiques statuettes de bronze.
Ce jour là il s'était mis à l'eau dans une zone qu'il fréquentait régulièrement en bordure de plage, côté mer vers Marseillan-plage, et il a fait ces deux incroyables découvertes. Ce sont les tempêtes d'hiver qui remuent les fonds et font bouger le sédiment .
Durant cette plongée, il n'a pas seulement découvert la statuette de Césarion mais tout à côté celle d'Eros, le Dieu de l'Amour.  J'ai vu le mollet de la première statuette, Eros, et je l'ai délicatement extrait des sédiments et en dessous j'ai alors aperçu Césarion..."
"J'ai eu un moment de vide. Pendant 10 à 15 secondes je ne savais plus si je respirais..."
Les deux statuettes sont en bronze. Celle d'Eros a les yeux en argent et celle de Césarion avait les siens en pâte de verre mais ils n'ont pas été retrouvés.
L'envie de plonger lui a pris en 1997 durant une formation au Lycée de la Mer de Sète. Il avait un ami professeur qui adorait plonger. Cet ami était féru de tout ce qui était épaves, antiquités. Et à chacune de leurs rencontres Nicolas Figuerolles ne cessait de lui demander de l'emmener plonger avec lui. Et de guerre lasse il l'amena plonger sur cette zone "en fait pour ne pas que j'aille fouiller sur sa propre zone".
D'où ces découvertes réalisées sur cette zone au bout de quatre ans d'exploration.
" Quand j'ai enfin trouvé, ça valait bien les quatre années de fouilles. Il y en a qui passent autant de temps sans rien trouver.".
Ensuite il y a eu la découverte de la Mosaïque le 10 mai 2003. La Mosaïque dénommée « La joute musicale d'Apollon et la condamnation du Satyre » fait au bas mot 40 kg. Elle a été découverte dans la même zone que les deux statuettes.
"Un jour, j'ai voulu changer mon profondimètre (l'instrument que les plongeurs utilisent pour pouvoir consulter à tout moment la profondeur à laquelle ils se trouvent), car dans toutes les plongées l'importance c'est la hauteur d'eau pour savoir si le sable est parti ou pas. Donc en revenant sur le même site si on s'aperçoit qu'il manque 20 cm de sable on peut espérer trouver quelque chose.
Et ce jour là, en l'essayant dans cette même zone, je suis tombé sur la Mosaïque. Elle était plantée verticalement ensablée de moitié. De retour chez moi avec l'objet, j'ai téléphoné de suite pour prévenir de cette découverte.
Afin de retrouver l'emplacement j'ai pris soin de laisser sur place un mousqueton métallique qui a permis, ensuite, de localiser le point exact de la découverte".
Cette mosaïque polychrome est composée d'une pierre calcaire et d'un assemblage au mortier de 15 000 tesselles.
Malgré toutes ces découvertes d'un très grand intérêt patrimonial, Nicolas Figuerolles a cessé ses plongées. Ayant eu un accident dans sa jeunesse, il en ressent aujourd'hui les contrecoups et la fatigue ne lui permet plus guère de plonger comme avant.
Le jour de ma rencontre avec lui au musée de l'Ephèbe au Cap d'Agde, Nicolas Figuerolles venait de déposer un nouvel "objet ".


« Un objet découvert du côté de Balaruc-les-Bains, un objet en bronze non encore défini donc « inconnu » qui pourrait être, d'après les premières hypothèses un plat ou un support de miroir à main. Sa styllistique le place sur une datation antique (voire gallo-romaine).
Aujourd'hui, dès lors que « l'objet » a été déposé par son inventeur, s'engage l'étude de l'oeuvre (datation, utilisation, origine,....) ainsi qu'une prochaine restauration dans un laboratoire spécialisé dans le mobilier archéologique métallique avant qu'il puisse être présenté au public ».
(Informations données par Olivier Chambon, régisseur des collections du Musée de l'Ephèbe)


Il est à noter qu'après un séjour, de plus de 6 mois au Japon, Césarion va de nouveau, accompagné de l'emblema de Mosaïque, être prêté pour une exposition sur les 50 ans du DRASSM . Cette exposition, « Mémoire à la mer. Plongée au cœur de l'archéologie sous-marine », aura lieu au Musée d'Histoire de Marseille du 28 avril 2016 au 28 mai 2017.
Plus d'informations sur : www.museecapdagde.com

Jean-Marc Roger

Inauguration de l'Espace Patrimoine de Caux

Monsieur Jean Martinez, maire de Caux a inauguré, mercredi 28 juin, un "espace patrimoine" créé par l'association les Amis du Clocher et du Patrimoine de Caux.
Malgré le mauvais temps de nombreux visiteurs se sont déplacés, des caussinards mais aussi d'autres associations du patrimoine de Castelnau-de-Guers, Neffiès et Montagnac.
Les trois salles d'exposition pourtant assez grandes suffisaient juste...

Dans chacune des salles, des thèmes différents retraçant l'histoire du village, archéologie, vigne, chasse, outils anciens, salle rétro, hommes célèbres de Caux,
le tout dans un cadre historique puisque ce bâtiment était l'ancien hospice.

L'Espace Patrimoine se situe 3 place de l'église.
Durant l'été, les jours d'ouverture seront les lundi, mercredi et vendredi de 10h à 12h
ou en visite "privée" sur demande :
par téléphone au 04.67.98.40.09 (Mairie de Caux)
ou par mail auprès de l'association Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cliquez sur une photo pour l'agrandir