ECONOMIE

L’immatériel : moteur de l’économie

L’immatériel prend une part croissante dans les activités humaines et transforme l’économie. Au milieu du 20ème siècle, un fabricant de machines, IBM, était encore leader sur le marché de l’informatique avec des ordinateurs dont les dimensions étaient imposantes. Progressivement les ordinateurs se sont miniaturisés tout en devenant plus puissants et Microsoft, spécialiste du logiciel, a supplanté le constructeur d’ordinateur et capté une bonne part de la valeur ajoutée de la filière. Au début du 21ème siècle, Microsoft est détrôné à son tour. Google, l’entreprise qui maîtrise l’information, devient le leader des nouvelles technologies.
Les vagues de fond qui dématérialisent l’économie n’ont pas fini de déferler.

Dans les prochaines décennies, le papier devrait connaître le sort du papyrus ou du parchemin. Les brochures, les journaux et les dépliants touristiques disparaitront. La reconnaissance automatique des données biométriques (visage, empreintes digitales, yeux, etc.) rendra inutile les cartes d’identité, les passeports, les digicodes, les cartes bancaires, les pièces de monnaie, etc.

Après les CD devenus archaïques, ce sont les clés USB et les disques durs qui s’évaporeront dans le cloud, le nuage du réseau de serveurs distants où seront stockés les informations et les données qui sont redistribuées ou restituées via l’internet.

Selon l'Institute for the Future , un centre d'étude et de réflexion basé à Palo Alto en Californie, 70% des entreprises ou des institutions publiques ou privés américaines stockent déjà leur données dans le cloud. La tendance est à la généralisation de ce phénomène partout dans le monde.

En Inde les adhérents du réseau laitier Chitale Dairy ont équipé leurs vaches de puces RFID qui collectent les informations spécifiques de chaque animal (nourriture, vaccination, données corporelles, etc.) et les dirigent via le cloud à un centre d’analyse. Les experts du centre peuvent alerter par SMS ou par email les fermier pour leur signaler des anomalie ou leur suggérer des actions (modification de régime, traitement vétérinaire, etc.). Chitale Dairy, qui a ainsi amélioré ses rendements de façon significative, illustre bien le fait que même les activités traditionnelles doivent modifier leur organisation et tirer profit des technologies de l’immatériel pour survivre et se développer.

Avec l’impression 3D la matérialisation des objets interviendra le plus en aval possible. Pour les objets du quotidien, les données de fabrication seront téléchargées sur l’imprimante et nous achèterons sur l’internet les cartouches recharges des matériaux de base nécessaires à la fabrication. Les produits de grandes dimensions seront également matérialisés sur les lieux de consommation ou d’usage.En Chine, la construction immobilière utilise déjà des techniques futuristes pour les murs et les planchers : les coffrages nécessaires au coulage du béton sont réalisés par un robot qui dépose des couches de polyuréthane selon les indications contenues dans le logiciel fourni par l’architecte. Le second œuvre pourrait aussi être imprimé : le « glass lab » du MIT (Massachusetts Institute of Technology) travaille sur une imprimante 3D pour fabriquer le verre transparent des vitrages.

La société Apis, créée par Nikita Chen-yun-tai, se propose de construire des petites maisons de 100m2 en 24h grâce à un nouveau modèle d’imprimante 3D véhiculé de chantier en chantier sur une plate-forme mobile. Les matériaux innovants utilisés, mélange de fibres et de béton, et le mode de fabrication rendent possible des formes et des designs d’habitation qui vont du classique au très original. L’ambition d’Apis qui a des bureaux à San Franscisco, Moscou et Irkoutsk, en Sibérie, est de fournir une solution de logement bon marché mais de bonne qualité partout dans le monde et plus particulièrement dans les pays en développement où les besoins sont énormes. La maison témoin d’Apis est une petite résidence circulaire au toit conique bâti à Stoupino en Russie et dont la durée de vie est garantie 175 ans. Sur le site internet de sa société, le visionnaire, Nikita Chen-yun-tai affirme, le plus sérieusement du monde, à être prêt pour construire les habitations des futurs colons de la planète Mars…

L’Intelligence Artificielle sera un autre levier de croissance pour l’économie.

Elle permettra, entre autres, de tirer parti des bases de connaissances pour innover et faciliter le développement des entreprises comme l’illustre le groupe informatique Dell avec le lancement d’Hello Alice, le premier conseiller virtuel doté d’intelligence artificielle pour aider spécifiquement les femmes chefs d’entreprise.

Hello Alice dispose d’une base de données actualisée dont les ressources (données de marché, événement, études, etc.) sont actualisées en temps réel et enrichies par le réseau des utilisatrices via une plateforme internet dédiée. Les algorithmes auto-apprenant d’Hello Alice sont capables de prévoir les besoins des utilisateurs et Dell promet de fournir un contenu suffisamment pertinent pour booster les entreprises gérées par des femmes. Actuellement les femmes chefs d’entreprise emploient 7,8 millions de salariés aux Etats-Unis. Elles génèrent un chiffre d’affaires de 1,3 milliards de dollars mais seules 2% d’entre elles ont franchi le cap du million de dollars. Grâce à l’intelligence artificielle d’Hello Alice, Dell vise à porter ce chiffre à 98% !

source : futuroscopie.org / réseau Oc-infos

Grand débat national avec les entrepreneurs de l'Hérault

Les chefs d’entreprise héraultais sont venus soumettre leurs propositions dans le cadre du Grand Débat National ce vendredi 15 février à Montpellier.
Les échanges furent riches et nourris ce soir à Montpellier. Les entrepreneurs, commerçants, artisans, agriculteurs se sont vivement exprimés sur la thématique du grand débat national : fiscalité et dépenses publiques, quel impact sur la compétitivité des entreprises ?
Après une ouverture de séance par les Présidents des chambres consulaires qui ont rappelé l’importance de porter la voix des entrepreneurs, les chefs d’entreprise venus de tout le département se sont très vite saisis de questions cruciales comme :

  • Le coût du travail : comment vivre dignement de son travail ?
  • La fiscalité et les normes : Comment développer son entreprise face à la pression fiscale
  • L’équilibre entre fiscalité et dépenses publiques pour plus d’efficacité

Tous n’étaient pas d’accord, les échanges furent vifs. En revanche, tous se sont accordés à dire que si nous voulons continuer à créer de la richesse dans le pays, il apparaît indispensable de poser les bases d’un nouveau modèle économique et social.
Les propositions faites ce soir seront transmises à M. le Préfet afin de faire remonter au plus haut niveau la voix des entreprises héraultaises.

VŒUX DE LA CCI HERAULT à Béziers

En présence du Président du Conseil Départemental de l'Hérault Kléber Mesquida, du Maire de Béziers, Robert Ménard , de  Florence Brutus, représentant la Présidente de la Région Occitanie, Carole Delga et des élus de la CCI, André Déljarry , Président de la CCI Hérault, et 1er Vice-Président de la CCI Occitanie, a présenté ses vœux ce 30 janvier au Parc des Expositions de Béziers devant 400 personnes.

 

 

 

   

Après 2 belles interprétations des Petits Chanteurs de la Trinité ( Maîtrise de la Cathédrale de Béziers), le Président Deljarry a tout de suite repris son discours récurrent ces dernières semaines :
- "que restera- t-il en 2019 de cette fièvre jaune qui secoue la France... Au delà des problèmes sécuritaires... il est impératif de redonner la ville aux commerçants. Nous avons mis en place avec les représentants concernés, aux côtés de Carole Delga, l'étalement des charges, des dettes sociales et fiscales, le suivi bienveillant des comptes des entreprises...
- Entre 2013 et 2018, 50% de ressources fiscales perdues soit 75% en 10 ans ! alors que 6 000 entreprises se créent tous les ans en Hérault qui compte 110 000 entreprises dont 70 000 du ressort de la CCI, 10 000 de celui de la Chambre d'Agriculture et 30 000 de la Chambre des Métiers.

En 2018, nous avons partagé de nombreux temps forts :
- Le Forum du Financement, avec Stéphanie Andrieu,
- La Foire de Béziers, avec Olivier Brjost,
- Les rencontres de l’industrie Intersud,
- avec Katy Garcias et Stéphane Mouton,
- Le Printemps des Réseaux, avec Grégory Blanvillain - Entreprendre en Biterrois, avec Claude-Alexandre Bouvet
- La Place Créative, avec Samuel Hervé.
- Le Prix de la TPE, avec Emmanuelle Sophy-Montfort. 

Tout au long de l’année, l’opération « Grand Bazar » a eu lieu à Béziers, Pézenas, Lunel, Montpellier et la Grande Escale à Sète, avec Philippe Sempéré et Denis Espinasse. 

Nous avons renouvelé notre opération Visio Commerce à Béziers et Sète où nous avons fait découvrir les nouvelles opportunités d’implantations commerciales à plus de 100 enseignes nationales.

Je remercie Robert Ménard, maire de Béziers, avec qui nous travaillons en étroite collaboration sur l’ensemble de ces opérations commerciales...

 

et le Président Deljarry a terminé en citant HENRY Ford :

« Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite.»

 

 » télécharger ici le discours intégral  

     

 

 J Negre

Mouvement des gilets jaunes

Le Président de la CCI Hérault, André Deljarry se réjouit des annonces faites par Carole Delga en soutien aux entreprises impactées

André Deljarry, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie, pleinement mobilisé depuis le début du conflit, salue les mesures fortes prises par la Présidente de Région Carole Delga en faveur des professionnels touchés par le mouvement des gilets jaunes.

Aprés avoir sensibilisé les maires à la gratuité du stationnement en centre-ville durant les fêtes de fin d’année

Aprés avoir informé les entreprises et commerces des centres villes sur les risques de débordements lors des rassemblements et mis en place des mesures préventives indispensables,

Aprés avoir été à la rencontre des commerçants des centres villes de Béziers et Montpellier, en porte à porte, afin de les accompagner au mieux dans cette période hautement difficile,

Aprés avoir sollicité la tenue d’une réunion en préfecture avec l’ensemble des parties prenantes de l’économie au niveau départemental, et proposé des pistes d’actions concrètes (création d’un fond d’aide grâce à la TASCOM, la TLPE...)

Aprés avoir joué un rôle de médiation et d’interface auprès des différents services de l’Etat (URSSAF, DIRECCTE, DGFIP...),

la CCI Hérault accueille favorablement l’annonce de la création d’un fonds régional d’intervention de 3 M€, en ces temps d’urgences économiques pour nos entreprises

  • 1 M€ d’aides directes attribuées aux commerçants ayant subi des dégradations de leurs locaux,

  • 1 M€ de prêts à taux 0 pour faire face aux difficultés de trésorerie

  • 1 M€ pour le fonds de garantie régional géré par BPI France

« Je remercie la Présidente Carole Delga au nom de l’ensemble des chefs d’entreprises héraultais pour cette réponse économique forte. La CCI Hérault sera bien entendu aux côtés de la Région afin d’animer ces dispositifs. » a déclaré André Deljarry.
Pour rappel, sur la base de retours de 1000 entreprises, la CCI Hérault a chiffré la baisse de fréquentation et de chiffre d’affaires à 40% depuis le début du mouvement.
Fin décembre sur le département, environ 30 dossiers d’entreprises avaient été déposés concernant 1 500 salariés en chômage partiel principalement dans le commerce, la grande distribution, les plateformes de logistique.

Airbnb passe à la caisse

Dans les villes ou régions où Airbnb a passé des accords avec les collectivités locales pour collecter les taxes locales pour le compte des hôtes, Airbnb calcule les taxes locales applicables et les prélève aux voyageurs au moment de la réservation. Airbnb se charge ensuite de remettre les taxes collectées aux autorités fiscales compétentes pour le compte des hôtes.

Airbnb règle ainsi ces jours-ci la taxe de séjour aux communes françaises qui l'ont demandée, soit 1,5 million d'euros de taxe de séjour aux villes d'Occitanie. C'est la ville de Montpellier qui recevra le plus gros chèque : près de 450 000 euros suivie de Toulouse avec 270 000 euros. Reste que le département de l'Hérault est celui qui recevra le plus au titre de la taxe de séjour de 2018, au moins 650 000 euros. Sète recevra 52 000 euros et Agde 48 000 euros.

Parc d’Activités Économiques des 7 Fonts

Les travaux d’amélioration du poumon économique de la commune commencent en décembre 2018. Ils concernent essentiellement le cadre et la qualité de vie des 150 entreprises agathoises et de leurs 1 000 salariés qui y travaillent. Sans oublier l’ensemble des habitants riverains qui empruntent les voiries de ce quartier.
L'investissement de 2,2 millions d’euros est réparti en deux tranches, dont la première de 1,5 million d’euros débute dès cette année 2018.
Durant six mois, jusqu’en mai 2019, sont prévus les travaux suivants :

  • reprise de l’ensemble des voiries, création d’une piste cyclable de la rue de Chiminie jusqu’au rond-point d’Intermarché,
  • création de deux plateaux traversants,
  • création d’une écluse sur projet double sens rue Victor de Mauleon,
  • création de trottoirs, de places de stationnement, de places de livraisons et d’espaces verts,
  • reprise des branchements d’eau potable et des coffrets électriques (abri compteur d’eau si nécessaire),
  • remplacement de l’ensemble des luminaires, requalification et mise à jour des panneaux signalétiques,
  • aménagement d’aires de stockage des conteneurs O M (Ordures Ménagères),
  • totems à chaque entrée de la Zone d’Activités.

Concernant l’Ultra Haut Débit, l’opérateur SFR, en charge du déploiement, a annoncé le début des travaux en février 2019. À terme, cet investissement de l’Agglomération permettra à toutes les entreprises qui le souhaitent d’obtenir un débit internet 100 fois plus rapide qu’actuellement, pour le même prix, ainsi que la possibilité de bénéficier d’un réseau dédié ou mutualisé.

Enquête* flash CCI sur l’impact économique négatif de l’opération « Gilets Jaunes » sur le commerce héraultais

Visiblement les gilets jaunes ont en effet réussi à paralyser l'économie Héraultaise, mais sans doute pas ceux qu'ils souhaitaient impacter. En preuve le communiqué de presse du 21 novembre du CCI Hérault:

"Le résultat est sans appel, l’impact économique négatif est hélas bien réel et important Les manifestations  Gilets jaunes  ont entraîné un ralentissement de la fréquentation et du chiffre d’affaires chez 71% des commerçants.

Depuis samedi 17 novembre matin, par rapport à une période commerciale « normale » :

• La baisse moyenne de fréquentation est de 60%.

• La baisse moyenne de chiffre d’affaires est de 55%. Centres villes et centres commerciaux, pôles urbains et centres bourgs, tous sont touchés.

 

Paroles de commerçants : « Globalement, nous comprenons le pourquoi des manifestations mais :

• Le chiffre d’affaires déplorable pendant les blocages est une réalité

• C’est une manifestation contre l’Etat mais qui a un impact sur l’activité locale. Or, ce n’est pas le local qui décide.

• C’est un impact direct sur les livraisons et les approvisionnements des commerces. La filière logistique est à l’arrêt ou en mode dégradé

• Moins de chiffre d'affaires, même loyer, mêmes charges = fragilité financière et chômage partiel

• Les enseignes nationales sont touchées, mais les indépendants aussi

• Il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps car l’activité est déjà compliquée et les difficultés réelles. Les fêtes sont proches donc attention

• Ces actions sont dramatiques pour les entreprises, cela risque de mettre en péril l'activité mais aussi le maintien dans l'emploi de certains collaborateurs

• Le pouvoir d’achat des ménages est limité mais il est inadmissible de bloquer l’économie locale, la cible n’est pas la bonne

• Les clients restent chez eux donc Internet n’est pas touché mais le petit commerce oui

• Les entreprises locales sont les principaux otages de ce mouvement

• Il faut une écoute attentive et une réaction rapide du gouvernement

• Comment les cœurs de ville et les petites artères commerçantes vont-elles pouvoir passer le cap si cela persiste ?

• La santé financière déjà fragile des commerces va se dégrader … »

 Les commerçants dénoncent la méthode et la forme. Au quotidien, l’ensemble du territoire est impacté. Par exemple, pour les 6 magasins Intersport : Balaruc, Lattes, Juvignac, Jacou, Saint-Aunès, Saint Clément de Rivière, Patrick Hanot « confirme une perte de 40% de chiffres d’affaires depuis le début du mouvement ce samedi 17 novembre matin ». « Maintenant, le plus important, commercialement, est de ne pas compromettre l’opération du Black Friday, qui débute ce vendredi 23 novembre et qui va lancer la période des fêtes de fin d’année ». André Deljarry Président de la CCI Hérault 1er Vice-Président de le CCI Occitanie La CCI Hérault lance pour l’occasion, cette année, la manifestation « Black & Gold Friday » dont l’enjeu est de diffuser cette opération dans les principaux centres villes du département (500 commerçants participent à cette première édition). L’objectif est d’animer et de dynamiser le commerce local en mettant en avant le savoir-faire et le conseil des commerçants qui attendent avec impatience les clients pour cette période de bonnes affaires. La semaine suivante, l’opération « Cœur de ville en lumières », illuminera et animera le centre ville de Montpellier dans le cadre du partenariat entre la ville de Montpellier et la CCI Hérault et avec le concours essentiels et nombreux des Mécènes privés

*Méthodologie : Enquête par mail, entre le lundi 19 novembre et le mercredi 21 novembre, auprès de l’ensemble des commerçants du département. Résultats sur la base de 300 retours de questionnaires exploitables.

Fiscalité locale

Le Conseil économique, social et environnemental « pour une réforme globale de la fiscalité locale »

Le CESE appelle à engager rapidement une réforme ambitieuse de la fiscalité locale, pour sauvegarder l’intérêt général Souvent remanié, parfois contesté mais jamais repensé, le système de fiscalité locale est aujourd’hui très majoritairement jugé obsolète. L’ensemble des acteurs s’accorde en effet pour critiquer la complexité de la fiscalité locale et invoquer la nécessité de la réformer.

Le système de fiscalité locale est aujourd’hui inadapté. De corrections mineures en réformes partielles, aucune action globale ambitieuse n’a été menée depuis 35 ans. Il convient dès lors de réformer en profondeur un système fiscal dont l’objectif reste de financer le fonctionnement des politiques et services publics d’intérêt général (déplacements en bus ou en train, accès à l’école, au lycée, à l’université, eau potable, gymnase, théâtre, bibliothèque, ramassage des déchets ménagers ou encore couverture internet, etc.).

Evaluer – Dialoguer – Réformer, telle est la méthode que propose le CESE dans son avis « Pour une réforme globale de la fiscalité locale » afin de rétablir une fiscalité locale juste, pérenne et efficiente. Pour construire ce nouveau cadre rapidement, le CESE suggère l’organisation d’états généraux de la fiscalité locale et formule plusieurs recommandations parmi lesquelles :

  •  Simplifier et clarifier l’architecture du système
    Le CESE préconise, dans le cadre d’une réforme globale de la fiscalité nationale, de simplifier l’architecture du système de la fiscalité locale, en concentrant les ressources fiscales sur deux des quatre strates de collectivités locales actuelles. À titre d’exemple, le déplacement de la fiscalité du « bloc communal » vers le « bloc intercommunal » renforcerait la cohérence de gestion et la solidarité entre les collectivités d’un même territoire de vie, et donnerait aux élus plus de moyens au service d’une réelle autonomie d’action de leurs collectivités respectives.

  • Financer plus justement l’action des collectivités locales
    Le CESE estime que l’affectation, aux collectivités locales en fonction de leurs principales compétences, d’une part de la collecte d’impôts nationaux dits dynamiques, permettrait de remédier aux disparités de potentiel fiscal qui s’accentuent entre territoires.
    Cette meilleure répartition des recettes fiscales nationales pourrait s’exprimer concrétement par l’affectation d’une part de TVA aux régions, corrélativement à leur compétence de développement économique, ou encore par l’affectation d’une part de CSG aux départements, en lien avec leur compétence sociale.

  • Renforcer la solidarité entre les territoires
    La future loi-cadre sur la fiscalité locale devrait intégrer une réforme complète du système de péréquation. Il conviendrait d’insister sur sa simplification, de privilégier le recours à la péréquation verticale, de prévoir un dispositif d’évaluation permanente de son fonctionnement et de son efficacité, et d’instaurer une gouvernance partagée entre l’Etat et les collectivités locales.

  • Faire évoluer les rapports entre l’Etat et les collectivités locales ainsi que les rapports entre les collectivités locales et les habitants
    La Conférence nationale des territoires (CNT) pourrait initier un dialogue sur la répartition des recettes fiscales, et aurait la charge d’arrêter un accord triennal révisable annuellement. Le CESE préconise également la signature d’accords triennaux entre l’Etat et toutes les collectivités locales qui auront la responsabilité de lever l’impôt. Ils permettraient aux élus de bénéficier de lisibilité et incluraient un pacte de bonne gestion.
    Enfin, chaque collectivité en charge de lever l’impôt pourrait organiser des «Conférences citoyennes triennales sur le budget ». Y seraient associés habitants, syndicats, entreprises, associations, qui pourraient alors s’informer et s’exprimer sur les grandes hypothèses d’orientation envisagées par la collectivité.


Cet avis, rapporté par Jean-Karl DESCHAMPS (Groupe des Associations) et Didier GARDINAL (Groupe des Entreprises), pour la section de l’économie et des finances du CESE, présidée par Hélène FAUVEL (Groupe CGT- FO), a été présenté lors de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental du 10 avril 2018.
L’avis a été adopté en plénière avec 141 voix pour, 27 abstentions et 3 voix contre.

La CCI Hérault et Pôle Emploi ensemble pour la formation et la création d’entreprise

Mardi 15 mai, André DELJARRY, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie a accueilli Joseph Sanfilippo, Directeur Territorial de Pôle Emploi Hérault, Valérie Issert, Directrice Territoriale déléguée, afin d’officialiser un partenariat entre les deux institutions. C’est une collaboration que l’on pourrait qualifier de salutaire pour la situation de l’emploi dans le département. Avec un taux de chômage dans l’Hérault au-dessus de la moyenne nationale, la CCI Hérault et Pôle Emploi ont souhaité renforcer leurs actions communes en faveur de la formation, véritable sésame pur décrocher un emploi, ainsi que de la création d’entreprise.

Tout l’enjeu est d’assurer une meilleure adéquation entre le marché du travail, besoin des entreprises et le profil des demandeurs d’emploi. Au moment où certains secteurs peinent à embaucher, la formation, au travers de CCI Sud Formation, doit permettre de qualifier les demandeurs d’emploi en fonction des attentes des entreprises et des perspectives de recrutement. Le développement de la culture entrepreneuriale est également un levier majeur que souhaitent renforcer Pôle Emploi et la CCI.

La Place Créative et Entreprendre en Biterrois, organisés par la CCI Hérault, permettent notamment aux conseillers CCI d’accompagner un public de créateurs et repreneurs d’entreprise dont le profil est à plus de 45 % constitué de demandeurs d’emploi. Cette collaboration CCI Hérault-Pôle Emploi vise notamment à :

- Faciliter l’aide au recrutement dans les entreprises du département

- Echanger les informations sur les secteurs d’activité porteurs

- Accompagner les implantations d’entreprises sur le département

- Sensibiliser les demandeurs d’emploi aux dispositifs d’accompagnement à la création -reprise d’entreprise - Coopérer et échanger sur l’offre de formation

- Echanger et présenter l’offre de service des deux partenaires - Informer les entreprises des mesures d’accès à l’emploi et à la formation professionnelle.

Tourisme

Cap d’Agde Méditerranée présent sur les marchés de proximité immédiate

Dans le cadre de ses actions marketing, l’Office de Tourisme poursuit ses actions de promotion sur une cible particulière , celle des  clientèles de proximité immédiate de la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée, dont notamment celles de l’Hérault avec Montpellier, et de Haute-Garonne avec Toulouse.

Aujourd’hui, les résidents permanents occupent une place importante dans l’économie du tourisme et des loisirs des destinations balnéaires régionales. Ils contribuent à une fréquentation à l’année, et notamment au printemps et à l’automne.

Pour capter ces clientèles sur toute l’année, les actions de promotion engagées en 2018 par l’Office de Tourisme avec « Hérault Tourisme » reposent sur 9 mois de campagne en ligne.

L’objectif est de recruter de nouveaux prospects qualifiés parmi les excursionnistes, familles, couples, jeunes seniors, pour développer les courts séjours à l’année et promouvoir l’offre de loisirs.

Une campagne e-marketing

Elle se déroule de mars à novembre 2018 et repose sur un jeu-concours trimestriel intitulé « Gagnez vos loisirs » mis en place pendant ces 9 mois sur un espace dédié de www.herault-tourisme.com.

Il est mis à jour chaque trimestre avec 3 nouveaux contenus pour les 3 thématiques définies, soit 9 au total à l’issue de la campagne.

Pour le 1er trimestre (mars à mai), 3 thématiques sont mises en avant, sous forme de lots à gagner :

  • Pour la thématique « patrimoine » : « Pézenas l’espiègle » avec une découverte guidée offerte pour 2 personnes,
  • Pour la thématique « loisirs nature » : « Le Canal du Midi en bateau » avec une croisière repas sur le Canal offerte pour 2 personnes par « Les Bateaux du Soleil ».
  • Pour la thématique « bien-être » : « Massage et spa en duo », avec un massage duo et un accès au spa offerts pour la journée par « l’Archipel, la Cité de l’Eau ».

Des bons plans, des idées de sorties et des campagnes Facebook Ads complètent le dispositif de promotion de cette campagne.

 Une série d’e-newsletters sur l’année

Un accent particulier est mis le digital avec l’envoi d’e-newsletters pour toucher environ 30.000 prospects régionaux. Adaptées aux destinataires avec des idées de sorties et des bons plans loisirs et culture, elles se répartissent comme suit :

  • Le 22 mars, sur la thématique un « bol d’air en famille à Cap d’Agde Méditerranée », avec une sélection de « Bons plans et idées séjours » pour aider le lecteur à trouver son hébergement.
  • Le 26 avril
  • Le 20 août

Ces e-newsletters enregistrent généralement de bons résultats avec un taux d’ouverture moyen de 45 % (moyenne nationale dans le tourisme : 22 %) et un taux de clics générés sur les offres de 19 % (moyenne nationale : 12 %) Plus de 4.000 consultations par envoi sont ainsi comptabilisées.

 

Le Forum du Financement a attiré plus de 550 participants

A Montpellier le Forum du Financement prouve cette année encore sa pertinence pour les chefs d’entreprise ! La journée, organisée par la CCI de l'Hérault, fut dense pour reprendre l’expression des chefs d’entreprise et partenaires au sortir du Forum du Financement ce 22 mars 2018.
En effet, ce sont plus de 800 rendez-vous B to B qui ont été réalisés durant la journée. Plus de 1000 demandes avaient été enregistrées sur la plateforme d’inscription. Le succès fut tel que certains rdv n’ont pas trouvé de créneaux disponibles. Les 300 chefs d’entreprise ainsi que les 250 collaborateurs appartenant aux différentes structures de financement ont fait de cette journée un évènement incontournable pour le développement des TPE/PME. Les chefs d’entreprises ayant réussi à planifier en moyenne 4 à 5 rdv dans la journée.

Côté financeurs, la mobilisation n’a pas failli non plus : plus d’une cinquantaine de structures et experts ont honoré les nombreux rdv planifiés et spontanés : banques, assurances, cabinets de conseil, institutions, plateformes crowdfunding, business angels… répondant à des projets très qualifiés de croissance, d’innovation ou encore d’export.
Au-delà des conseils et contacts obtenus sur les stands, les chefs d’entreprises et dirigeants ont pu interagir lors d’ateliers participatifs traitant de thèmes d’actualités comme le crowdfunding, le financement par les fintechs ou encore la pertinente d’un avocat pour une levée de fonds. L’ensemble des ateliers a affiché complet ! La digitalisation de l’événement a également été appréciée des participants. Nombreux sont ceux qui se sont inscrits sur l’application du Forum et son social network, développant ainsi leur business de façon innovante.
L’édition 2018 a donc été un succès. Mais l’accompagnement ne s’arrête pas là. Les conseillers-experts CCI Hérault restent disponibles tout au long de l’année pour des rendez-vous individuels afin d’accompagner les chefs d’entreprises et les dirigeants tout au long de leur démarche de financement.

A propos de l’appui aux entreprises de la CCI Hérault La CCI Hérault soutient les entreprises en développement au travers d’un processus d’accompagnement transversal et personnalisé :

  • Formalisation d’une feuille de route
  • Identification des opportunités de business
  • Anticipation des mutations du marché
  • Optimisation de la compétitivité
  • Elaboration de la stratégie financière Chaque année, c’est : - 3 000 participants aux rencontres B to B, ateliers et petits déjeuners d’informations organisés par la CCI
  • 1 300 projets de développement et de croissance accompagnés
  • etc.