Balades

Saint Guilhem le magnifique

 

Saint Guilhem, the splendid one

There is one village not to be missed in Occitania, and it is Saint Guilhem le Désert (proud member of the Exceptional sites in Languedoc). That place is magic! Its Abbaye of Gellone is a roman precious treasure. But its cloisters gardens bring a feeling of well being you'll nerver forget. It all started in 804 with Guilhem's arrival in Gellone. Grandson of Charles Martel, cousin of Charlemagne, Guilhem was a war hero and he went to Spain. After that, he decided to quit the army and retire in Gellone where he brought a piece of the real cross offered to him by his cousin Charlemagne. In the Xth century, the abbaye is a stop toward Saint-Jacques-de-Compostelle. During the XVth and XVIth centuries, religion wars pushed the decline of the monastary which was saved by the Mauristes. As soon as 1790, it was the only church in the village and its sculptures were sent to the New York's Cloisters Museum ! In 1960, the Historical Monuments started taking care of it and it was elected World Heritage by Unesco in 1998.

From that cloister, if you're curious enough and dare look up to the cliff, you'll see the Giant's castle ruins. It is said in Saint Guilhem that a giant lived there with his magpie and terrorised the village. They called Saint Guilhem, who desguised as a servant, climbed the cliff. The magpie recognized him and warned its master, but he didn't listen and was pushed by Saint Guilhem down the cliff. No one ever saw again the magpie.

Château du Géant - Saint Guilhem le Désert © OTISGVH
Château du Géant

But there are other beautiful buildings to admire in Saint Guilhem: Lorimy's house with its fabulous roman facade, the jail tower from the XIIth century, Saint Laurent church (end of the XIth century, beginning of the XIIth). And the Verdus, little stream starting in the cirque du Bout du Monde and ending in the Herault. And of course the Plane tree planted in 1855 in front of the Abbatiale.

 To end that visit, why not take a nap along the Herault at the Pont du Diable? Of course after or before a visit to Helena, sommelier at la Maison du Grand Site de France, who will make you discover and taste some of the finest wines in the area. After all, this is also part of our heritage.


Le vieux Platane (old plane tree)- 1855
   

upload-PCULAR0340000031-2.jpg

L'Abbaye de Gellone

S'il existe un seul village à absolument découvrir en Occitanie, ce serait Saint Guilhem le désert, membre des sites d'exception. La magie de cet endroit vous emporte. Son Abbaye de Gellone, joyau du premier art roman Languedocien, son Abbatiale du XIème, sa crypte préromane, l'orgue de 1782, mais surtout son cloître et ses jardins apaisants, vous transportent. Tout a commencé en 804 avec l'arrivée de Guilhem au val de Gellone. Petit fils de Charles Martel, cousin de Charlemagne, Guilhem s'illustra dans de nombreuses campagnes militaires qui le conduisirent jusqu'en Espagne. Cependant Guilhem décide de déposer les armes après l'Espagne et guidé par Saint Benoît, il se retire à Gellone et y fonde le monastère Saint Sauveur. Il y instaure la vénération d'une relique de la vraie croix offerte par son cousin Charlemagne. Dès le Xème siècle, le monastère s'impose comme une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.Au cours des XVe et XVIe siècles, la nomination des abbés commendataires et les guerres de religion entraînèrent le déclin du monastère qui fut sauvé par les Mauristes. A partir de 1790, l'abbatiale devient la seule église du village et ses sculptures se retrouvent en partie au Cloisters Museum de New York! Dès 1960, l'Abbaye est prise en charge par les Monuments historiques et en 1998 l'Abbatiale est classée Patrimoine Mondial par l'Unesco.

De ce cloître, si vous avez la curiosité de lever les yeux, domine sur la falaise le château du Géant... Il est dit à Saint Guilhem qu'un terrible géant y vivait seul avec une pie. Les habitants terrorisés appelèrent Saint Guilhem à la rescousse, qui déguisé en servante s'achemina vers la forteresse. La pie en chemin le reconnut et avertit le géant. Celui-ci ne doutant pas de sa supériorité n'écouta pas et après un âpre combat fut précipité au bas des falaises par Saint Guilhem. On ne revit jamais la pie...

Mais il y a d'autres bâtisses magnifiques à Saint Guilhem: La maison Lorimy avec sa façade romane magnifique, la tour des prisons du XIIème siècle, vestige de l'enceinte médiévale, l'église Saint Laurent (fin XIème, début XIIème siècle). Et puis le Verdus, ce petit ruisseau qui prend sa source dans le cirque du Bout du Monde et se jette en contrebas dans le fleuve Hérault. Et bien entendu le platane planté en 1855 sur la place du village devant l'Abbatiale.

 Et pour finir cette belle visite, pourquoi pas un détour par le Pont du Diable et une sieste au bord de l'Hérault. Sans oublier de passer voir la belle Helena, sommelière de métier, qui vous fera déguster à la Maison du Grand Site de France, les superbes vins de la région qu'elle connait si bien. Après tout, les vignobles font également partie de notre patrimoine.

Florence de Martino

Pont du Diable - HERAULT © OTISTVH
Pont du diable

 

Les sites d'exception du Languedoc, une belle initiative

Parce que l'union fait la force, une initiative intelligente a vu le jour en 2008, via une association les sites d'exception du Languedoc.
A l’origine de cette initiative, six gestionnaires de sites d'exception se sont réunis autour d’une table esquissant charte, critères d’adhésion, valeurs, objectifs, missions, actions et ambitions du réseau. Très vite rejoint par trois autres sites et neuf prestataires, le réseau compte aujourd’hui 16 sites touristiques majeurs dans le département de l’Hérault dont les Ecluses de Fonséranes, les grottes de Clamouse et des Demoiselles, l’Abbaye de Valmagne, Les Chais Noilly Prat, Le Jardin Saint Adrien, La Cathédrale de Maguelone, Le Prieuré Saint Michel de Grandmont….





 

Au-delà des adhésions, des partenariats ont également été conclus avec les institutions départementales et régionales, mais aussi avec des communicants et des entreprises qui soutiennent financièrement et techniquement le réseau.
Ce sont finalement près d’une trentaine de professionnels et d’acteurs du tourisme qui concourent à la réussite du réseau Sites d’exception en Languedoc.
La force de ce regroupement de professionnels est de mettre à profit les synergies, mutualiser des moyens financiers, utiliser l’ensemble des connaissances et savoir-faire, échanger des expériences, porter des projets collectifs, valoriser une image de marque commune… parce qu’ensemble, ils sont plus visibles que tout seuls… parce qu’ensemble ils ont plus d’expérience, ils cumulent plus de moyens. Ils peuvent donc mener plus d’actions et se projeter plus loin !

Des actions concrètes qui savent se faire remarquer !

Le dépliant des 'Sites d’exception en Languedoc' : Un format de carte touristique édité à 150 000 exemplaires et diffusées dans plus de 70 points. Il fait sans doute partie du top 10 des plus grosses éditions de documents touristiques du département. Il a le privilège d’être très bien accueilli dans les offices de tourisme qui lui trouvent cet avantage de rassembler en un seul document de nombreux sites et prestataires touristiques. Les visiteurs l’ont également adopté car ils y trouvent les sites incontournables du département, des prestataires de qualité, des informations pratiques et des repères géographiques.
Ce dépliant ne va pas sans la 'carte privilège' remise dès la première visite sur l’un des sites membres et qui permet aux visiteurs d’obtenir des réductions à l’entrée des autres sites. Elle a fait ses preuves puisqu’en 2016, entre 15 et 20% des entrées ont été enregistrées au tarif Sites d’exception.
Cette promotion trouve bien évidemment son pendant auprès des internautes avec un site internet www.sitesdexception.fr qui reprend l’ensemble des informations présentées sur la brochure, un blog http://blog.sitesdexception.fr/ et une page Facebook avec plus de 7500 abonnés et qui recensent toute l’actualité des sites et prestataires membres du réseau : visites thématiques, concerts, dégustations, expositions, ... des bons plans et des idées de sorties qu’apprécient les touristes de passage en Languedoc et les résidents.

Des projets collectifs sur différents sites et thématiques

  • Engagement qualité : le réseau s’appuie sur les labels qualités existants et accompagne ses membres dans les démarches de labellisation ;
  • Formation tourisme et handicap : sensibilisation à l’accueil des publics handicapés et mise aux normes accessibilité pour tous ;
  • Commercialisation de produits touristiques à destination des groupes ;
  • Développement des prestations sur les sites : 1ère tranche d’équipement de 5 sites en audio-guides ;

Vous êtes un visiteur et vous voulez découvrir le patrimoine incontournable du Languedoc Consultez www.sitesdexception.fr et retrouvez toutes les informations sur les sites touristiques membres du réseau. (Détails, horaires, tarifs, coordonnées…).
Vous êtes un gestionnaire de site, un restaurateur, un hébergeur, un prestataire d’activité…et vous souhaitez adhérer au réseau – contactez-les au 07 81 97 46 60 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Florence de Martino



Sur les traces de Paul Riquet

Hébergeur d'image   Hébergeur d'imageNivéole de printemps

 Pourquoi ne pas profiter de ces premières journées de printemps où la nature s'éveille (photo ci-contre les Nivéoles de printemps) pour admirer un ouvrage exceptionnel conçu par Pierre- Paul Riquet, décédé en 1680 à l'âge de 71 ans, qui dirigea 12.000 ouvriers avec l'appui de Colbert et l'aval de Louis XIV? Il s'agit du canal du Midi classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco. Ainsi, on peut se rendre compte des travaux colossaux en longeant le tunnel de Malpas. On ne peut rester indifférent en constatant l'assèchement de l'étang de Montady en 1247 bien avant que Riquet ne soumette son projet du Canal des deux Mers à Colbert, son tunnel fluvial près du village de Colombiers et enfin le tunnel ferroviaire laissant passer la ligne Bordeaux-Sète..

Emprunter l'autoroute jusqu'à la sortie Béziers Ouest, se diriger et traverser le petit village de Colombiers, s'engager dans un chemin de terre jusqu'au parking de la maison du Malpas, le même parking qui reçoit les visiteurs du site de l'oppidum d'Ensérune.
En longeant le canal de Riquet, on peut s'engager dans la vaste plaine asséchée de Montady et rentrer pour terminer par le tunnel de Malpas; il vous en coûtera 15 km de découvertes le long de cet exceptionnel ouvrage qui fut amélioré par Vauban en 1686 et dont la particularité est d'avoir été créé à partir de ruisseaux issus de la Montagne Noire, véritable réservoir d'eau que notre ingénieur visionnaire avait rassemblés.

Visiter les sites remarquables de l’Hérault

Le Conseil Départemental de l'Hérault vient de publier son guide Guide des Sorties Nature et Sport pour la période septembre - décembre 2016. Un petit guide bourré de bonnes idées de balades.

Département HéraultDu littoral aux montagnes granitiques, de la garrigue aux causses calcaires, le département a cette chance rare et précieuse, d’être doté d’une grande diversité de paysages. Nous sommes fiers et soucieux de protéger cette richesse, de l’entretenir et de la faire vivre, pour le bien-être et le plaisir de tous ! L’environnement et le sport sont des valeurs fondamentales auxquelles nous sommes très attachés et pour lesquelles nous nous investissons fortement : programmes d’animations, dispositifs adaptés, aménagement de sentiers de randonnée et de pistes cyclables, soutien aux acteurs locaux et aux associations...

Dans l’action au quotidien, qu’il s‘agisse de sorties nature et découverte, de manifestations sportives ou de loisirs de pleine nature, nous nous engageons aux côtés de véritables passionnés. Ils vous font découvrir les mille et une richesses de notre territoire, bouger et vibrer au rythme des courses et défis de toutes sortes ! Nous vous ouvrons gratuitement les portes de nos domaines et sites départementaux comme Roussières, la Base de Réals ou le parc de Bessilles pour un moment de détente, un parcours santé, une balade à vélo ou la découverte d’un sentier d’interprétation.

» feuilleter le guide en ligne.

sur le chemin de Compostelle

A l’occasion des 20 ans de l’inscription des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco, la pastorale d’évangélisation sur le chemin et la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs avec le concours du Comité Département 34 de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre avaient organisé une marche sur la partie en amont de la voie du Piémont Pyrénéen.

Ce chemin le plus ancien de la région a plus de deux millénaires. Seul chemin de pèlerinage passant par la plaine Languedocienne qui ait servi dans les deux sens, à la fois pour rejoindre Rome, puis Compostelle. Il y a quelques années des travaux préliminaires avaient été faits par des acteurs du chemin dont Jean-Paul Leclère, Robert Latreille et Robert Cervera pour le tracé historique.

Le 14 décembre 2017 s’est déroulé à Saint-Thibéry une réunion technique en présence des élus, organisée par le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre pour nous présenter le projet du GR78, la voie des Piémonts appelée ici le Chemin des Romieux de Montpellier à Carcassonne.

Le dossier validé par le Comité Régional de la Randonnée Pédestre a été transmis à la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. L’officialisation de l’homologation tant attendue est imminente. Que de chemin parcouru … depuis le 28 janvier 2013, où nous avions invité les organismes et personnes susceptibles de participer à la renaissance de ce chemin "dit des Romieux" ... la voie des Piémonts Pyrénéens. Michel Theron, Vice-Président du CDRP 34, était parmi les participants.

Ce fut l’occasion pour la pastorale de souligner notre souci de préserver l'esprit du pèlerinage et favoriser la découverte du patrimoine religieux.

A la suite, le 13 mars 2013, le Conseil Général de l’Hérault confiait au Comité Départemental de la Randonnée Pédestre la mission de porter le projet du futur GR 78, tout en s’engageant à ce que les services concernés du Conseil apportent leur soutien technique.

A Béziers, au bout de l’ancien pont romain (le pont vieux), le chemin historique, qui se confond avec l’ancienne voie Domitia, partait directement vers Capestang mais du fait de l’urbanisation actuelle, conjuguée à la nécessité d’un cheminement piéton sécurisé et en attendant passant par la risberme le long des berges de l'Orb, la proximité des écluses de Fonseranes il a été convenu que le tracé contemporain passe par les écluses et longe le canal du midi sur une partie. Ce 12 mai nous avions donné rendez-vous au tunnel du Malpas, Michel Theron a permis aux marcheurs d’être sur la bonne voie … passant entre l’oppidum d’Ensérune et l’étang de Montady asséché en 1247. Le groupe est descendu vers Poilhes, où l’on peut voir les restes d’un orme planté sous Sully. Depuis ce village nous avons longé le canal du midi avant de rejoindre Capestang, apercevant de loin sa collégiale imposante qui se dresse massive, imposante, dans le paysage pratiquement plat.

Le Père Joseph Nguyen Xuan Hâ accueillit les pèlerins à la collégiale et leur donna la bénédiction. Au préalable le verre de l’amitié offert par la municipalité et la paroisse fut apprécié. Soulignons l’intérêt accordé par la municipalité pour la mise en valeur du chemin de Compostelle qui traverse la village et d’y assurer de l’hébergement. Repas tiré du sac à l’espace PY, puis l’après-midi fut consacré à découvrir les richesses du village. Mme Anne-Marie Durand et Jean -François Portal, de l’association des Amis de la Collégiale Saint Etienne, nous ont accueillis à la prestigieuse collégiale. Dominique Saillard assura la visite. Eglise gothique composite, l’architecte serait le même que celui qui a réalisé la cathédrale Saint Just de Narbonne. A l'extérieur, on peut admirer la tour-clocher dont le sommet atteint 43 m. Sur le campanile, la cloche qui sonne les heures date de 1559. Pour comprendre le sens du mot « collégiale », il faut savoir que contrairement à une église paroissiale elle était gérée collectivement par une communauté religieuse, appelée chapitre. La collégiale Saint Etienne date des XIIIème - XVème siècles. L'abside est voûtée sur croisées d'ogives. Tous ces vitraux datent de 1868. Depuis cette date, ils ont été réparés plusieurs fois. L'élancement de ces voûtes est remarquable : 26 m 70 sous clé. Il était prévu la construction d'une bâtisse immense. Capestang avait un hôpital, une commanderie templière et possède encore un lieu-dit appelé « Saint Jacques ». S’en est suivi la visite de l’ancien château de Capestang, bâti au XIVème siècle. Le Château de Capestang qui a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 septembre 1995, fut la propriété des Archevêques de Narbonne. D’illustres évènements s’y déroulèrent, notamment les Etats Généraux du Languedoc. Son plafond médiéval d'une qualité exceptionnelle (XVème siècle), composé à l’origine de 161 panneaux décoratifs, est d’un grand intérêt historique. L’homologation du futur GR78 est imminente, (le balisage et la signalétique suivront). Ce chemin de pèlerinage dit des Romieux, début de la voie du Piémont Pyrénéen permettra de créer une « continuité » à l’Itinéraire GR®78-7 qui relie Saint Gervais-sur-Mare à Capestang. Les retombées économiques dont pourraient bénéficier les territoires traversés de Montpellier à Carcassonne, sont indéniables car susceptibles de participer aux efforts de développement culturel et de mise en valeur du patrimoine local. Le Chemin de Saint Jacques n'est pas seulement un itinéraire, il est un très vaste complexe de chemins qui convergent vers le point où, selon la tradition, fut enterré Saint Jacques le Majeur. Le Chemin de Saint Jacques est l'itinéraire de la foi chrétienne de l'immense périmètre européen jusqu'à un lieu fondateur de la foi dans ce continent.

Ensemble continuons d’écrire l’Histoire et de faire revivre ce chemin !

Pour plus d’information s’adresser à Serge Malbec : 06 98 85 00 97 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

découverte de la magie des fonds marins au Cap d'Agde

Sentier sous-marin au Cap d'Agde

 Sortez des sentiers battus, profitez de l'été pour faire un baptême de plongée ou une exploration avec les clubs de plongée qui vous emmèneront au cœur des plus beaux sites sous-marins, à la découverte de la magie des fonds marins rocheux de Méditerranée.

L’extraordinaire biodiversité du spot des « Grandes Tables »

Le spot de plongée des « Grandes Tables » se situe au sud de la plage de la Grande Conque. Ce site exceptionnel tient son nom de la disposition des anciennes coulées volcaniques du Mont Saint-Loup, survenues il y a des milliers d’années.
Ces plateaux basaltiques regorgent d’une faune et d’une flore d’une grande diversité, dont la variété et l’abondance des espèces de poissons méditerranéens en font un lieu à ne pas manquer. La configuration de ce site attire les plongeurs de tous niveaux qui pourront admirer le contraste entre la pierre volcanique aux teintes sombres et la multitude de couleurs de la vie qui s’y est développée.

Une grande variété de sorties plongée encadrées pour adultes et enfants…

En visite libre ou encadrée par un professionnel, venez découvrir toutes les richesses étonnantes des fonds sous-marins de Méditerranée. Les clubs et écoles vous proposent de vous accompagner durant vos excursions, que vous soyez débutant ou passionné de plongée sous-marine. Vous trouverez de multiples formules de plongée adaptées à toutes vos envies : baptêmes (plage ou bateau), stages tous niveaux, exploration, randonnée aquatique…

… et un sentier de découverte en bord de plage

A quelques mètres de la Plagette et au cœur du site Natura 2000 « Posidonies du Cap d’Agde », le sentier sous-marin, balisé sur une distance de près de 200m, se visite avec palmes, masque et tuba. Idéal pour se familiariser avec l’univers sous-marin, ce sentier vous permettra de vivre une expérience originale, en vous glissant en pleine immersion de l’écosystème marin.

 Une des particularités de ce parcours est qu’il est possible d’apercevoir des espèces à 5 mètres de profondeur qu’il n’est possible d’apercevoir habituellement qu’en descendant à 20 mètres de profondeur.

Découvrir les espèces marines sans palmes ni tuba

Si vous souhaitez découvrir la vie sous-marine au sec, vous pouvez opter pour une approche ludique en visitant l’Aquarium. Entre environnements marins et poissons colorés, petits et grands pourront y trouver leur compte !

Préservons l’environnement sous-marin !

Le Cap d’Agde s’engage pour vous permettre d’observer ses richesses naturelles préservées grâce à une pratique écologique de la plongée et des activités nautiques.
Signataires de la Charte Agde Qualité Plongée, les écoles de plongée membres du GEPCA s’engagent à promouvoir la pratique de la plongée sous-marine au Cap d’Agde, mais aussi à sensibiliser les plongeurs aux règles élémentaires pour respecter les sites.

 Téléchargez le guide du site de plongée des Tables

 

Jardin Antique Méditerranéen


Avec le printemps, depuis le  20 mars, le Jardin Antique Méditerranéen, à Balaruc-les-Bains a réouvert. Aménagé et géré par Thau agglo, ce Jardin Remarquable aborde sa 5ème saison. Avec 35000 visiteurs accueillis depuis sa création, le JAM est devenu l’un des pôles d’attraction touristique du Bassin de Thau.

A la fois vitrine des essences méditerranéennes et initiation à l’archéologie botanique, le JAM propose un voyage dans le temps, à la découverte des subtils usages que les grecs et les gallo-romains faisaient de la nature et des plantes. Sur près de deux hectares, face à l’étang de Thau et dominant la colline du Puech d’Ay, cet espace culturel se propose de vous initier à la riche biodiversité méditerranéenne et à l’art des jardins.

Le JAM est situé Rue des Pioch (à côté des serres municipales) à Balaruc-les-Bains (accessible par la Ligne 10, du réseau Thau agglo Transport, arrêt du Port)
Pour renseignement complémentaire, contacter le JAM au 04 67 46 47 92 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le mont Aigoual, roi des belvédères

Avant que la neige ne l'interdise, parce que les routes ne sont pas encore trop encombrées par les skieurs, nous vous donnons rendez-vous au sommet du Mont-Aigoual.

L’ACCES

De Sète, direction Montpellier et par la déviation de Juvignac prenez la route de Ganges. Par St Matin de Londres, Saint Bauzille de Putois, en remontant l’Hérault, vous arrivez au bout de 100 km à Valleraugue, porte de l’Aigoual. Au retour, passez par l’Espérou qui vous ramènera au Vigan par le Col du Minier puis vers Lodève d’où vous rejoignez Sète en quittant la nationale à Gignac pour aller vers Plaissan et Villeveyrac.

A partir de Valleraugue, vous continuez à suivre le ruisseau qu’est encore l’Hérault. La D269 vous amène au Col de la Serreyrède à 1290 m d’altitude. Du col, en vingt minutes, un sentier balisé mène en vingt minutes à la Cascade de l’Hérault.
300 mètres plus haut, vous êtes enfin au sommet de l’ Aigoual où, d’une table d’orientation, vous découvrez le plus spectaculaire panorama de la région : des Pyrénées aux Alpes, de la chaine des Puys au Ventoux et à la mer qui, à vol d’oiseau, n’est qu’à 70 km !
Si l’hiver, l’Aigoual est carrément inhospitalier, l’été, c’est une oasis de fraicheur malgré l’absence de végétation à son sommet. Mais comme à l’aller et au retour vous traverserez de magnifiques forets...

L’OBSERVATOIRE

Il serait dommage d’ètre monté si haut et de ne pas visiter l’Observatoire de Météo France installé là depuis plus d’un siècle. Il est le dernier observatoire d’altitude en service en France. Dans les locaux, une exposition rassemble 800 photos de la vie sur l’Aigoual durant les quatre saisons. Un personnel chaleureux vous initiera même, si vous le souhaitez, à la météorologie de notre région. Il vous présentera les appareils de mesure les plus modernes mais aussi ceux de l’ancien temps, conservés dans un Musée sur 350 m2 d’exposition. Si vous aimez marcher, des sentiers balisés partent du sommet.

Le Cimetière Marin à Sète


Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
O récompense après une pensée
Qu’un long regard sur le calme des dieux !
                                                 Paul Valéry

Georges Brassens l'évoque également (« mon cimetière soit plus marin que le sien ») dans sa chanson Supplique pour être enterré à la plage de Sète (1966).

 

Du cimetière st Charles au Cimetière Marin

Vers 1680 le cimetière Saint Charles fut créé afin de recevoir les premiers travailleurs morts sur le chantier de construction du môle Saint-Louis.

Il est révélateur de la diversité des peuplements de la ville au cours des siècles suivants et s’est agrandi par parcelles successives, l’une d’entre elles étant réservée à la communauté protestante dont le rôle a été essentiel dans l’essor du port aux XVIIIe et XIXe siècles. Il est également appelé également “cimetière des riches”, en opposition au “cimetière des pauvres” situé face à l’étang de Thau (où repose Georges Brassens),

Plusieurs sépultures rappellent la vocation maritime de la ville, telle celle des pilotes disparus en portant secours à un navire en détresse, où encore celle du jeune aspirant de marine Eugène Herber tué à Pékin en 1900. D’autres témoignent de la notoriété de personnalités sétoises remarquables comme le ministre Mario Roustan, l’homme de théâtre Jean Vilar... le jouteur Vincent Cianni dont l’épitaphe sculptée révèle l’attachement passionnel que porte toute la population de « l’île singulière » aux joutes, le cinéaste Henri Colpi... Paul Valéry, né à Sète en 1871 repose dans le tombeau de son aïeul Giulo Grassi.

Au hasard des allées, on peut admirer la beauté architecturale de certaines chapelles : ainsi celle des « Pleureuses » ou encore le caveau tout en marbre de Carrare de la jeune Marie-Rose Goudard...

Le cimetière Saint-Charles a été dénommé le 7 août 1945, Cimetière Marin, en référence au célèbre poème de Paul Valéry.

source : office de tourisme de Sète

 

Gouffre géant de Cabrespine

Balade fraîcheur  

Dernier né des grandes merveilles souterraines de la région, le gouffre géant de Cabrespine ne manque pas d’atouts. A 15 minutes de la Cité de Carcassonne, il est à la limite du Minervois et du Cabardès, deux magnifiques régions préservées, mal connues des héraultais. Fabuleusement riche et grandiose, il vous permettra de vous promener pendant 40 minutes par une température constante de 15° et sans fatigue, puisque sa visite a été conçue sans escalier.

Des le parking de l’entrée du gouffre, l’émerveillement débute avec une vue aérienne sur les vallées de la Montagne Noire. Ensuite, dans les entrailles de la terre, préparez-vous à être surpris par les perspectives du 7° Ciel et des Balcons du Diable. N’oubliez pas vos caméras, photo et vidéo étant autorisées, les belles images ne manquent pas. Avec ses 250 mètres de profondeur, le Gouffre géant de Cabrespine est un monument naturel impressionnant.

Apres la visite, ne quittez pas Cabrespine sans voir les ruines du château féodal du 12° siècle qui domine le village et la vallée plantée de fruitiers et d’oliviers. Vous pourrez pique-niquer dans les gorges de la Clamoux qui forment un pittoresque défilé jusqu’à Villeneuve-Minervois dont les vins de coteau sont réputés.

Ouverture

  • Février / mars / novembre : de 14h à 17h30
  • Avril, mai, juin, septembre, octobre : de 10h à 12h et de 14h à 18h
  • Juillet et août : de 10h à 18h non-stop.
  • Handicapés à mobilité réduites seulement au Gouffre de Cabrespine

Accès

De Sète, Cabrespine est à 130 km. On peut utiliser l’autoroute jusqu’à Carcassonne sortie Ouest à partir de laquelle l’itinéraire est fléché, direction Mazamet. Avant de quitter l’autoroute, pensez à vous arrêter sur le parking spécial d’où l’on peut admirer la Cité. Mais l’itinéraire le plus agréable part de Béziers, direction Capestang,Olonzac et Villeneuve-Minervois d’où le gouffre n’est qu’à 6 km.

Bernard Barraillé

De Mauguio au Grand Travers à vélo : une utopie?

L’idée parait simple lorsqu’on l’énonce. Aussitôt évoqué, le projet suscite de l’enthousiasme, du soutien et un grand désir de voir notre département et notre région se doter d’une passerelle cycliste et piétonne qui traverse l’étang de l’or de Mauguio au Grand Travers, des collines montpelliéraines à la mer. Les interlocuteurs disent aussi leur impatience de pouvoir y circuler.

Cette idée est belle parce que légère et douce, elle propose un passage direct à vélo ou à pied entre la plaine urbanisée et la mer, sans longer de voie rapide ni de voie ferrée. Tous ceux qui ont pédalé de Montpellier à Carnon ou bien de Mauguio à la Grande Motte (relégués jusqu’à Lunel dans le contournement de l’étang) savent l’inconfort actuel et la discontinuité des cheminements cyclistes dans un département et une région qui méritent et qui peuvent mieux que ça. Ce projet au contraire laisse augurer en toute saison, en hiver comme en été, d’une confortable et insolite traversée en pleine nature. Un parcours idéal pour les promeneurs, les cyclistes, les baigneurs désireux de rejoindre la plage ou d’en revenir. Un aménagement attractif et valorisant pour tous, usagers, riverains, touristes, stations maritimes, villages de l’arrière-pays et de l’agglomération urbaine.

Les curieux de nature apprécieront ce survol de l’étang bordé de salicorne, d’iris ou de joncs, monde particulier du glissement progressif des eaux de la terre vers le sel. Habitat des flamants roses auprès desquels les spécialistes identifieront des hérons, des avocettes, des aigrettes ou encore quelques cygnes ou cigognes de passage. 

La structure légère d’une passerelle dédiée aux vélos et aux piétons, posée au-dessus des eaux sur des pilotis, ne peut pas et ne doit pas créer de rupture ni d’agression pour le milieu naturel. Elle peut même dès sa conception être envisagée comme une opportunité de protection pouvant accueillir des nids d’oiseaux, des récifs artificiels et toutes sortes d’équipements que les esprits éclairés et féconds pourront proposer ou souhaiter.

On voudrait cette passerelle accueillante et confortable pour les touristes, les sportifs aussi bien que pour les usagers et habitants historiques des rives. On peut imaginer le long de son parcours d’environ trois kilomètres au-dessus de l’étang, plusieurs larges plateformes de repos et d’observation. On pourrait y poser les vélos, pique-niquer, s’approcher de l’eau. Techniquement, une telle construction ne présente pas de difficultés majeures. Différentes réalisations ont déjà vu le jour sur des marais ou des étangs. On peut battre des pieux en bois ou en métal avec des moyens relativement légers, comme une barque d’ostréiculteur à fond plat équipée d’un bras et d’un marteau PAJOT. Il convient de s’appuyer sur un bureau d’études spécialisé, (notre région n’en manque pas), pour dimensionner le platelage assez large pour les voies cyclistes et piétonnes et les zones de repos. Il faudra définir et trier les données : largeur, espacement des appuis, tirant d’eau, tirant d’air, charge de service, nature du substratum (vase, sable). On peut concevoir plusieurs centaines de pieux répartis sur 3 km entre Mauguio (quartiers de la pointe du Salaison et de Roquefeuille) et la berge de l’étang du côté maritime où l’ouvrage pourra rejoindre la voie cycliste (dont l’aménagement a été annoncé) de l’échangeur routier du Grand Travers. Quel que soit le tracé final, un petit pont-passerelle sera nécessaire pour franchir le canal du Rhône à Sète.

Il conviendrait aussi de développer les moyens d’attacher les vélos près de la plage et de favoriser le stationnement des voitures près de Mauguio situé à 2 km de l’étang. Ce parcours cycliste lorsqu’il connaitra le succès que nous lui souhaitons (comme c’est le cas pour de nombreuses voies vertes), pourra contribuer à réduire la présence saturante des voitures à la plage et aussi proposer aux villages proches un développement basé sur le tourisme cycliste et de nature.

D’ambitieux chantiers impriment leur marque dans notre région en laissant plus ou moins de place aux déplacements doux. L’année 2014 avec ses échéances électorales pourra favoriser les propositions de développement harmonieux. Selon Victor HUGO, ''Rien ne peut arrêter une idée dont l'heure est venue '', alors ce doit être le moment de créer une passerelle cycliste et piétonne à travers l’étang de l’or. 

Olivier LAPRAS     
Ingénieur, voyageur et cycliste passionné Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.