ECHOS

Evaluation de la gestion des évènements climatiques

 

Christophe EUZET, député de la 7éme circonscription de l'Hérault, a accueilli la mission parlementaire d'évaluation de la gestion des événements climatiques qui est venu à la rencontre des élus du littoral viassois et portiragnais.
Maina SAGE, député de Polynésie et présidente du Groupe parlementaire, accompagnée de Yannick HAURY député de Loire Atlantique, rapporteur de la mission, a souhaité visiter les zones particulièrement exposées de Vias Plage et Portiragnes. Jordan DARTIER, Maire de Vias, Gwendoline CHAUDOIR, maire de Portiragnes ont organisé la visite des zones particulièrement exposées en présence de Monsieur POUGET, sous préfet de l'arrondissement de Béziers, et des différents responsables des services de l'etat. Emmanuelle MENARD, député de la 6éme circonscription a participé à cette visite qui s'est terminée par une réunion de travail en Mairie de Portiragnes. Christophe EUZET a tenu à remercier tout particuliérement Maina SAGE pour le travail accompli par cette mission, et a souligné l'importance de ces visites de travail au contact des élus locaux, des services de l'état et des professionnels pour mieux cerner leurs préoccupations, pour les écouter et les associer à la mise en place de mesures visant à mieux protéger nos territoires.

DAUPHINS,TORTUE ET OISEAUX MARINS AU CAP D'AGDE

      

Des observations exceptionnelles dans les eaux agathoises hier soir par Marine et Renaud, de la direction du milieu marin de la ville d'Agde ! avec quantité d'oiseaux marins, des chasses de thon, une jeune tortue caouanne et un joli banc d'une dizaine de grands dauphins juste au large des falaises du Cap !


Assurément les eaux agathoises sont bien un territoire qui mérite le statut d'Aire marine protégée et de site Natura 2000 !
Si vous en croisez, merci de rester toujours à distance et à allure réduite et de nous signaler vos observations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour suivre l'actualité de l'AMP, c'est ici : https://www.facebook.com/airemarineprotegeecoteagathoise/

LE JEUNE RORQUAL EN COURS D’ÉVACUATION DE LA PLAGE DE MARSEILLAN

Si c'est bien évidemment plus sympathique d'observer vivante la 2ème plus grand baleine au monde, le Rorqual commun (photo Marine Lange), il faut bien traiter les échouages !
Après un premier examen hier, des prélèvements de peau, lard et muscle ont été effectués ce matin par Renaud et Marine et emmenés directement aux services vétérinaires de Montpellier.
Cela servira à confirmer l'espèce, déterminer son appartenance à une population existante et analyser les taux de métaux lourds, pesticides et hormones.

cliquer sur l'image pour l'agrandir

 L'enlèvement de la carcasse qui  est en cours par les services techniques de Marseillan se passe très bien.
Nous avons aussi pu informer et sensibiliser de très nombreux promeneurs sur la plage sur les cétacés et notamment sur cette espèce qui peut atteindre 22 m en pesant 70 tonnes.
Elle reste assez rare puisque 3000 à 4000 individus seulement fréquenteraient la Méditerranée.

Renaud Dupuy de la Grandrive Directeur du Milieu Marin / AMP Côte agathoise Ville d'Agde,
Pour suivre l'actualité de l'AMP, c'est ici :  https://www.facebook.com/airemarineprotegeecoteagathoise/

Le CIRFA tient une permanence régulière en Agde

« Permanence » du centre de recrutement de Montpellier
Le CIRFA (centre d’information et de recrutement des forces armées) de Montpellier tient une permanence régulière en Agde

L’armée de Terre recrute : sengager.frL’armée de Terre est un employeur de référence, le 2e auprès des jeunes de moins de 25 ans. 4e recruteur de France, elle emploie plus de 100 000 militaires dans 8 grands domaines d’activité et plus de 100 spécialités. Elle dispense une formation initiale pour apprendre le métier de soldat et propose également des formations techniques pour les spécialités. Une fois engagé, il est possible d’évoluer vers plus de responsabilités tout au long de son parcours professionnel. L’offre employeur de l’armée de Terre c’est aussi un savoir-être et des savoir-faire appréciés dans le monde de l’entreprise.
En recrutant des jeunes, jusqu’au niveau bac +5, l’armée de Terre offre donc à chacun, une formation, un emploi, une première expérience professionnelle hors du commun et des parcours professionnels valorisants.
15000 soldats ont été recrutés en 2017. L’ambition de l’armée de Terre est d’en recruter encore 13000 en 2018.

Contact : CIRFA / ADJ ALEXIS - Permanence de Agde / « Maison des savoirs » place du jeu de ballon - Agde (Tél : 04 67 16 60 80)

Tourisme : Cap d'Agde Méditerranée fait le buzz

Cap d’Agde Méditerranée conforte sa notoriété sur les marchés européens

Dans le cadre de ses actions marketing 2018, l’Office de Tourisme Cap d’Agde Méditerranée vient d’engager une grande campagne de webmarketing dans 8 pays européens : Allemagne, Belgique (Flandres et Wallonie), Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Danemark et Suède. Cette campagne, organisée avec « Hérault Tourisme », va s’échelonner jusqu’à l’automne et affiche 3 objectifs principaux :

  • conforter la notoriété de la destination « Terre » et « Mer »
  • générer du trafic sur le site web 
  • promouvoir l’accessibilité grâce aux lignes aériennes de l’aéroport Béziers Cap d’Agde 
 


Pézenas, Cœur du Pays d’art et d’histoire. Une mosaïque de villages de caractère au cœur des vignes où la nature et les hommes offrent des vins exceptionnels. »
En savoir plus

 

Portiragnes, la belle alliance entre la nature, l'authenticité et la plage de sable fin, où flotte le Pavillon Bleu européen, nature et authenticité.
» En savoir plus.

 

Vias, typique village du Languedoc, entre le Canal du Midi et la Méditerranée, cultive la douceur de vivre toute l’année.
» En savoir plus
.

 

Résultat de recherche d'images pour "cap agde"
crédit photo: P. Blot. Office de Tourisme Cap d'Agde Méditerranée

 

L'Archipel d'Agde :  de 26.000 à 300.000 habitants

Agde, le Cap d'Agde et le Grau d'Agde compte 26.000 habitants selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE. Le tourisme, le commerce et les services correspondent à 53,5% des emplois contre 32,5% pour l'administration publique, l'enseignement, la santé, l'action sociale et 14% pour l'agriculture, l'industrie et la construction.
Compte tenu de son dynamisme et d'une capacité d'accueil excellente - plus de 15 millions de nuitées- l'archipel agathois enregistre une explosion de sa population durant la saison estivale avec des pics de fréquentation pouvant atteindre les 300.000

Nombre et capacité des hôtels
au 1er janvier 2018

  hotels chambres
ensemble 28 707
1 étoile 0 0
2 étoiles 12 261
3 étoiles 9 289
4 étoiles 2 78
5 étoiles 1 34
Non classé 4 45

Nombre et capacité des campings
au 1er janvier 2018

  terrains Emplacements
ensemble 27 8462
1 étoile 0 0
2 étoiles 3 1156
3 étoiles 13 2406
4 étoiles 10 4885
5 étoiles 0 0
Non classé 1 15

Nombre d'autres hébergements collectifs
au 1er janvier 2018

  hébergements nombre de places
ensemble 27 9027
Résidence de tourisme
et assimilées
22 6140
Village vacances
et Maison familiale
5 261
Auberge de jeunesse
et Centre sportif
0 2889

 source : INSEE

   

 

Le principe de cette campagne :

Elle repose sur l’envoi d’e-newsletters. Reconnues comme un outil performant et incontournable du marketing touristique, elles permettent une qualité du ciblage des destinataires et génèrent un nombre important de visites. Leurs caractéristiques :

  • envoi de mars à septembre
  • contenus thématisés en fonction des spécificités des marchés, des cibles et des périodes d’envoi
  • chaque e-newsletter est adressée à un minimum de 25.000 destinataires
  • les liens créés dans ces e-newsletters renvoient sur le site web
  • dispositif renforcé à l’ouverture de lignes aériennes de l’aéroport Béziers Cap d’Agde

Le calendrier d’envoi des 13 e-newsletters pour Cap d’Agde Méditerranée :

  • 8 mars et 31 mai : Espagne
  • 27 mars : Belgique (Wallonie) + Grande-Bretagne
  • 27 mars et 5 juin : Allemagne + Belgique (Flandres) + Pays-Bas
  • 29 mai : Danemark + Suède
  • 4 septembre : Italie
 

Le webmarketing

L'emailing :
Consiste à envoyer un courrier électronique groupé à de nombreux contacts. Excellent levier d'acquisition de clientèle et outil performant de fidélisation selon le cycle de contacts des clients.

Le display:
Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. Outil de notoriété, à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. )

Sponsoring/partenariat :
Le fait d'utiliser un réseau de prescripteurs pour augmenter sa notoriété. Partenariat avec des sites éditoriaux. Opération sponsorisée sur des blogs

Liens sponsorisés :
C'est une annonce commerciale qui se présente comme une réponse classique à une requête sur un moteur de recherche. Impact rapide sur la fréquentation d'un site web. Il permet d'élargir sa zone de chalandise virtuelle : car il s'adresse à un très large profil d'internautes.

L'affiliation :
Technique marketing permettant à un site marchand ou à vocation commerciale de promouvoir son offre sur des sites web partenaires Utiliser un réseau de prescripteurs qualifiés rémunérés selon l'action réalisée par l'internaute. Outil à utiliser de préférence pour générer des demandes de devis, des souscriptions à un service ou de l'achat de produit.

 

Portes Ouvertes au lycée agricole Bonne Terre

Portes Ouvertes au lycée agricole privé Bonne Terre de Tourbes-Pézenas le samedi 07 avril 2018 de 8h30 à 13h

Venez découvrir les formations générales et technologiques (4ème, 3ème, 2nd générale et Bac STAV) et les filières professionnelles (Services à la personne - au territoire - vente , Agriculture - petits élevages - arboriculture - viticulture)

Vous pouvez télécharger les présentations de chacune des filières dans les pages "nos formations" sur www.bonne-terre.fr ou en suivant le lien.

Agde et Sète retenues pour le plan "Action cœur de ville"

 

Action cœur de ville

Le plan "Action cœur de ville" doit permettre de mobiliser, en faveur de la revitalisation des cœurs de villes moyennes, plus de cinq milliards d'euros sur les cinq années à venir, avec les apports financiers de la Caisse des Dépôts, d’Action logement et de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Jacques Mézard, après avoir lancé le plan mi-décembre, avait demandé aux préfets de région de présélectionner les villes à soutenir dans ce cadre, en les interrogeant sur leur intérêt pour ce dispositif.

La mise en oeuvre du plan "Action coeur de ville" et son financement seront territorialisés à l’échelle régionale avec un comité régional des financeurs, l’instance qui engagera les moyens et validera les grandes étapes. Ce comité régional d’engagement réunira, autour du préfet de région, les financeurs du programme. "Nous n’avons pas créé d’établissement public pour gérer ce fonds, explique Jacques Mézard, car nous voulions tous qu’il soit le plus souple possible, simple d’accès pour les villes éligibles et surtout, que les fonds puissent être mobilisés le plus rapidement possible."
Pour le suivi quotidien à l’échelle locale, un comité de projet réunira, autour du maire et du président de l’intercommunalité, la préfecture départementale, la direction territoriale de la Caisse des Dépôts et les autres financeurs. Une certaine marge de manoeuvre, dans le choix des partenaires, est laissée à l’échelon local afin d’élaborer les montages les plus pertinents.

Les villes sélectionnées sont invitées à engager dès le printemps 2018 une phase de préparation de leur projet. Les actions prioritaires doivent notamment porter sur "l’acquisition et la réhabilitation de logements" ou, de manière sensiblement plus large, "l'amélioration des conditions de vie des habitants". Cette phase de préparation, d’une durée de 1 à 6 mois selon l’avancement du projet de chaque ville, aboutira à la rédaction d’une convention-cadre pluriannuelle structurée de manière générique selon cinq axes (voir notre encadré en fin d’article). Une fois la convention approuvée par le comité régional d’engagement, les maires pourront préciser leur programme dans une phase d’initialisation de la convention. Cette phase pourra durer de 1 à 18 mois, selon le degré d’avancement des diagnostics et des études déjà réalisés. Elle devra déboucher sur un projet détaillé, assorti d’un plan de financement qui fera l’objet d’une approbation par le comité régional d’engagement.
Enfin, la phase de déploiement des actions sera engagée par la signature de conventions financières avec les partenaires à l’échelle régionale. Chaque ville contractualisera alors au cas par cas avec l’ensemble des partenaires, selon les termes de son programme détaillé en fiches actions, celles-ci précisant notamment les engagements financiers prévisionnels et le calendrier prévu pour chaque élément du programme de revitalisation.

   

A Montpellier, ce vendredi 30 avril

Action...réaction...Rencontre et petit déjeuner de travail avec Jacques Mezard Ministre de la cohésion du territoire. Au menu la revitalisation des centres villes .

Christophe Euzet, député de la 7ème circonscription de l'Hérault, était particulièrement fiers des premiers résultats obtenus avec les dossiers des villes de Sète et Agde qui ont été retenus dans le cadre du dispositif Action Coeur de Ville. Il va maintenant suivre la suite de ce processus ambitieux qui concerne 222 villes sélectionnées au plan national représentant 23% de la population et 26% des emplois du pays.

Lors du déploiement des actions retenues, le dispositif pourrait converger avec celui des opérations de revitalisation de territoire (ORT) prévues dans le projet de loi Elan.

Christophe Euzet, un Député en escale sur la 7 ?

Un entretien avec le député de la 7ème circonscription de l'Hérault

Monsieur le Député, quel est votre sentiment à l’égard d’« Escale à Sète » ?

Il s’agit d’un événement majeur, magique même, qui me permet dans un cadre idyllique de retrouver tous les élus et les responsables avec lesquels je travaille toute l’année, mais qui m’autorise aussi à passer quelques jours avec les sétois dans la continuité, à déambuler dans le cœur de Sète, au cœur de sa nature profonde, le monde de la mer. Et il est rarissime que je passe une semaine sans me rendre trois jours à Paris…

Le travail parlementaire vous demande toujours beaucoup de temps ?

Oui, bien sûr, et pas seulement pour y faire des lois ! Vous avez sans doute remarqué que Sète et Agde ont été sélectionnées par le Ministère de la cohésion des territoires pour bénéficier des fonds du programme « action cœur de ville » ? Les dossiers de demande, nombreux et de qualité, ont fait l’objet d’arbitrages : de mon côté, je n’ai eu de cesse d’attirer l’attention du Ministre Jacques Mézard sur l’intérêt de ce programme pour nos villes. J’ai même déjeuné à l’Elysée pour en évoquer les enjeux et insister sur nos besoins. Nous devons être soutenus pour « rebâtir » la cohésion de nos villes. Nous avons été suivis. Excellente nouvelle.

Cela se produit-il souvent ?

Oui, bien sûr. Je suis, comme on le dit, déjà « monté au créneau » auprès des ministres Nicolas Hulot et de Stéphane Travert notamment, pour défendre les intérêts des ostréiculteurs et des viticulteurs, pour attirer l’attention sur Saipol et obtenir des engagements, afin de promouvoir les revendications des thoniers… Mon équipe est précieuse sur ce terrain. C’est un travail du quotidien et il va sans dire que la nature des relations qui s’instaurent avec les ministères et les ministres est essentielle. Leurs portes sont ouvertes et les oreilles attentives. Je m’emploie à attirer davantage encore l’attention…

Comment ?

Par des actions directement liées aux intérêts du territoire : la semaine dernière, j’ai reçu à l’Assemblée nationale le Président de la CCI de l’Hérault André Deljarry et son équipe ainsi que le Maire de Marseillan, Yves Michel, vice-Président de Sète agglopôle. Ils ont présenté aux députés leur travail du quotidien, leurs préoccupations et leurs attentes. Le 4 mai prochain, j’organiserai une opération inversée : les trois commissions de l’assemblée qui travaillent sur le littoral viendront à Vias pour y chercher des solutions concrètes et durables avec les élus, les services de l’Etat mais aussi des acteurs locaux. A la fin du mois de mai, nous renouvellerons l’opération pour évoquer la question viticole, à Bessan… En attendant l’évocation de la laïcité et de la cohésion qui me préoccupe beaucoup. Là encore, les gens qui m’entourent sur la circonscription ont un rôle essentiel.

Et avec tout cela il vous reste du temps pour travailler les lois ?

Je le trouve! Je prendrai la parole mardi en fin de journée à la tribune de l’hémicycle sur le projet de préservation des intérêts de nos entreprises, la loi dite « secret des affaires ». L’assemblée m’a par ailleurs fait l’honneur de me charger de travailler avec Cédric Villani, le mathématicien, sur la réforme des modes de scrutins. Je préside la mission  et c’est, compte tenu de ses enjeux, une grande responsabilité. Il nous faut réussir ce changement qui est beaucoup plus important qu’on ne veut le dire. Je présiderai enfin le mercredi 11 un colloque à l’Assemblée sur l’état d’urgence, qui continue à nous préoccuper comme vous l’imaginez…

Pas de temps pour la politique dans tout ça alors ?

Au contraire. La politique est le fil conducteur. Nos actions sont guidées par nos choix. Beaucoup de gens veulent nous suivre sur la voie de la réforme tracée par le chef de l’Etat et nous sommes en train de structurer le mouvement sur l’ensemble de la circonscription. Des comités locaux se mettent en place un peu partout sur le territoire dont je suis l’élu. Ce sont les  réformistes de vingt-deux communes qui se mettent progressivement en action. Il nous faut canaliser ces énergies qui ont assurément de beaux jours devant elles. Des jeunes, des nouveaux venus, des sympathisants plus anciens veulent donner un nouveau souffle à notre action. Ils sont les bienvenus. Il leur faut apprendre à associer la fougue du vent nouveau et le sens des responsabilités. Nous avons du boulot sur la planche…

Une escale sur la 7 donc, mais pas d’escale à Sète alors ?

On n’a pas l’occasion de voir l’Hermione tous les jours. Pas davantage que l’ensemble des bâtiments qui mouillent dans le port de Sète pour la semaine… le week-end pascal sera donc consacré à une visite de ces joyaux en famille. En prenant le temps ! Celui d’une belle escale à Sète.

Mobilisation pour le dépistage du cancer du côlon

 

Durant tous le mois et jusqu’au 31 mars, une grande campagne d’information du dépistage du cancer colorectal a lieu dans tout le pays. On parle davantage du dépistage du cancer du sein, du mois d’ « Octobre Rose » durant lequel sont organisées diverses manifestations pour le faire connaître, dont le fameux ruban rose ; pour le cancer du côlon, c’est le mois de mars qui prend la couleur bleue.

Le cancer colorectal, qui débute par un polype et se développe lentement (parfois une dizaine d’années) sur la paroi interne du côlon et du rectum, est le deuxième cancer le plus meurtrier, après le cancer du poumon. Chaque année, il touche près de 45 000 personnes, le plus souvent après 50 ans, et est responsable de 18 000 décès.

Un test de dépistage rapide et efficace, à faire à domicile, permet de détecter un polype avant qu’il n’évolue, et le cancer du côlon à un stade précoce, augmentant ainsi les chances de guérison. Remis par le médecin traitant à l’occasion d’une consultation tous les deux ans, le test est pris en charge à 100 % par l’assurance maladie, sans avance de frais.

Pour toute information sur le sujet, consulter le site internet : www.e-cancer.fr.

La neige sur l'Hérault

La neige est tombée abondamment sur l'Hérault et le Gard. Le littoral n'a pas été épargné comme l'illustrent les photos prises au Cap d'Agde par Reanud Dupuy de la Grandrive.
Les départements du Languedoc-Roussillon sont en alerte orange neige-verglas ou pluie-inondation et vagues-submersion, jusqu'à jeudi 22h. L'alerte rouge dans l'Hérault a été levée à 6h jeudi.

Interview du député Christophe Euzet

Depuis son élection le 18 juin 2017 Christophe Euzet, le nouveau député de la 7ème circonscription de l’Hérault, discret mais bosseur, n’a pas chômé, si l’on se base sur son bilan d’activité tel qu'il ressort de l'analyse de l'activité de l'Assemblée Nationale. Pour en savoir plus Thau-infos est allé à sa rencontre...

 

Christophe Euzet 

 Ses responsabilités à l'Assemblée Nationale

Commission permanente 
Lois constitutionnelles, législation et administration générale de la république (membre)

 Missions parlementaires

  • Mission d'information sur la gestion des évènements climatiques majeurs dans les zones littorales de l'hexagone et des outre-mer (membre)
  • Mission d'information sur la déontologie des fonctionnaires et l'encadrement des conflits d'intérêt (membre du 15 septembre 2017 au 2 février 2018)
Fonctions judiciaires, internationales ou extra-parlementaires
  • Commission nationale consultative des droits de l'homme (membre titulaire)
  • Commission supérieure de la codification (membre titulaire)
  • Cour de justice de la république (juge titulaire)

27 amendements proposés, tous adoptés et près d’une centaine d’autres examinés et signés.

   

Thau-infos : Comment résumer vos premiers six mois de député ?

Christophe Euzet : Le rôle d’un député est d’abord de faire les lois et de contrôler l’action du gouvernement. Mon premier objectif étant de contribuer à la réussite du programme  annoncé par le Président Macron, j'ai privilégié l'action législative pour laquelle ma formation de juriste m'est bien utile.
Depuis six mois, avec mon groupe,  nous avons voté des lois, autorisé et ratifié des ordonnances, lancé sous l’autorité du chef de l’Etat des réformes dans tous les domaines : le contrôle renforcé des élus,  la facilitation de la création d’emplois, la politique du logement, la vie des étudiants, une loi de finances ambitieuse, une loi de financement de la sécurité sociale qui l’est tout autant… Le rythme de travail est, de l’aveu de tous, sans précédent.

Thau-infos : Selon les statistiques de l'Assemblée vous faîtes partie des députés les plus actifs ?

Christophe Euzet :  Je suis sceptique sur ces classements auxquels je n'accorde guère de confiance. Je suis député, concentré sur ma seule mission et sans aucun autre mandat. Je fais donc mon travail le plus sérieusement possible. On l'ignore souvent mais le travail d'un député qui ne se contente pas faire de la figuration ou de la communication est très technique et requiert des connaissances de base bien spécifiques. J'essaye donc de travailler le fond et la forme ce qui m'amène à  m'investir sur les textes.

Thau-infos: le programme législatif à Paris est-il aussi chargé pour 2018 ?

Christophe Euzet : Il est encore plus chargé : asile, immigration, réforme de la justice, modernisation et démocratisation des institutions, de la formation professionnelle…  Nous faisons le maximum pour redresser le pays. Nous le faisons de notre mieux pour restaurer son image, rétablir sa puissance économique, redonner vie à sa fraternité tout en rendant à la parole publique fermeté et crédibilité.

Thau-infos : Votre discrétion contraste avec les pratiques de vos prédécesseurs, cela signifie-t-il que le local passe au second plan?

Christophe Euzet : En aucun cas. Je compte bien porter la voix de notre territoire dans le débat national et l'action sur le terrain est tout aussi importante que l'action à l'Assemblée. Le problème c'est l'énorme présence qu'implique le travail de député à l'Assemblée, là où les lois se préparent et se discutent. La seule solution c'est d'être sur le pont tous les jours et de s'organiser avec une équipe pour privilégier l'efficacité. Pour ma part je suis du mardi au jeudi à Paris et le reste de la semaine dans ma circonscription.
Depuis six mois, je m'emploie,  avec une équipe enthousiaste et dynamique, implantée sur  nos vingt-deux communes et déterminée à contribuer activement au changement qu’a entrepris le chef de l’Etat, à jouer à plein le rôle désormais dévolu aux représentants de la Nation dans la circonscription : fini le temps de la réserve parlementaire et celui de la course aux mandats.

Thau-infos : comment s'articule cette action locale avec l'action nationale?

Christophe Euzet : Couper des rubans ou ne faire que des cérémonies me semble insuffisant pour pour faire avancer et porter les projets avec les élus du territoire.  L'essentiel c'est d'agir pour  developper le tissu économique et le dynamiser. Il ne manque pas de bons projets à soutenir (viticulture, littoral, tourisme, ostréiculture, pêche, numérique, transport…). C'est aussi à cela que je m'emploie auprès des différents ministères pour que les intérêts spécifiques de la 7eme circonscription de l’Hérault soient pris en compte à Paris. Le député est en effet aujourd’hui le facilitateur qui met en relation, avec ses collaborateurs, les problématiques locales et les décideurs de l’Etat au niveau des préfectures et des ministères. Il travaille les lois à Paris et porte au cœur des chancelleries les enjeux des territoires sur lesquels il a été élu. Je ne prétends pas à la perfection. Elle n’existe pas en politique. Je ne prétends pas davantage séduire tout un chacun : le monde est divers et les avis variés. Mais je revendique d’ores et déjà un travail acharné. Et je vous le dis sans nuance : cela ne fait que commencer. Notre pays est sur la voie d’une transformation profonde et nous sommes, mon équipe et moi même, impliqués au premier chef .

propos recueillis par Georges Maina

 

Christophe Euzet, une équipe organisée

 Christophe Euzet est issu d'une famille ancienne dont le patronyme est bien connu des sétois, il aime aussi rappeler  ses autres racines, celles de  ses grands parents italiens.   Il évoque toujours avec plaisir ses repas du dimanche en famille où la rouille et les bijus font la synthèse de ses  origines.

Docteur en droit public, ce quinquagénaire, père de 2 enfants, est un homme neuf en politique. Il n’avait jamais milité dans un parti politique ni brigué un mandat. Jusqu’au jour où  séduit par le discours d’Emmanuel Macron, il rejoint le mouvement En Marche.
Christophe Euzet est reconnu dans son milieu d'enseignant-chercheur comme un homme de projet.  Au cours de sa carrière, il a ainsi eu l’occasion  de monter des programmes de développement ou d’enseigner en Algérie, au Maroc, en Tunise, au Liban et en Egypte où il résida deux ans.
Il eut également l’occasion  d’animer des équipes pluridisciplinaire au Centre de recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée (CRESEM) de Perpignan. Cette structure rattachée à la Communauté d'Universités et Établissements du Languedoc-Roussillon a pour vocation la recherche dans l’ensemble des domaines des sciences humaines et sociales ainsi que des sciences économiques et juridiques. Elle développe également des programmes portant sur les rapports entre société et environnement.
Son expérience de Maître de conférence au CDED (Centre de Droit Économique et du Développement)  est évidemment un atout pour son travail législatif. C'est d'ailleurs cette compétence, entre autres, qui avait décidé Emmanuel Macron, pragmatique, à lui confier la tête de liste au dernière élections législatives

Son équipe 

Assistants parlementaires.

  • Thibaut COUSSENS, juriste de très haut niveau basé à Paris, a en charge la gestion technique et politique des dossiers avant leur présentation en séance plénière.
  • François LAVIGNE, piscénois, directeur de sa campagne pendant les législatives, est basé sur la circonscription. Gestion de l'agenda du député avec Paris, représentation du député, travail avec les élus locaux de toutes sensibilités.
    M. LAVIGNE part déjà à la rencontre des élus pour aborder les problématiques sur leur territoire : maires, conseillers départementaux, régionaux mais aussi à celle des acteurs économiques : chefs d'entreprise, présidents de caves coopératives... Relations publiques, préparation des dossiers pour les projets des communes ( conseils, rédaction, consultation...), remontées des propositions sont au coeur de sa mission.

 Suppléant 

William NICOLAS, homme d'expérience connaissant bien le terrain, est un autre pilier de l'équipe. Lors de certaines manifestations, il est amené à  représenter le député lors que ce dernier est pris à Paris par le travail législatif. William NICOLAS, est particulièrement actif sur les dossiers  concernant l' Agglomération Sétoise, secondé par un jeune collaborateur, Enzo FERRARA.