ECHOS

Gloire aux plombiers-zingueurs

 

 
 

sur le rond-point de Bessan avec les « Sulfates de cuivres » de Florensac.

Depuis longtemps, je place le plombier-zingueur comme l'archétype des Français moyens ; vous savez, cette race des travailleurs manuels, à laquelle on ne demande jamais son avis, on préfère interroger des gens plus médiatisés, hommes politiques ou artistes connus, qui font bien sur un plateau et qui montrent un meilleur investissement humain pour une chaîne d'information : pourquoi Johnny Depp s'y connaîtrait plus sur la crise économique de l'Occident plutôt que Marcel Lambda, plombier zingueur à Joinville-le-pont ?
Longtemps je me suis posé cette question, comme Brassens, notre chaleureux poète sétois, qui exprimait ce même désarroi en ces termes : « c'est une erreur, mais les joueurs d'accordéon au grand jamais on ne les met au Panthéon ». Aujourd'hui, il existe une révolution sociale, la révolte des Gilets Jaunes ; sous cette étoffe fluorescente bat le cœur de gens ordinaires, des travailleurs manuels qui n'ont pas voix au chapitre et sont contraints d'accepter les lois venues d'en haut, les politiques, les gens de pouvoir. Aujourd'hui, les plombiers-zingueurs ouvrent leur gueule et, comme l'union fait la force, ils sont là, ensemble, heureux de faire vaciller la classe des énarques qui les arnaquent.
Aujourd'hui, ils se manifestent, « ils » ou « elles » d'ailleurs…
Alors, gloire à la plombière-zingueuse !

Dominique Coërchon

Gilets jaunes : les raisons de la colère

 

 

 

 

 

La hausse du prix des carburants a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase mais ne nous y trompons pas, ce n'est pas les quelques centimes d'augmentation du diesel qui peuvent justifier un tel mouvement. La plupart des gilets jaunes savent bien que le diesel est une catastrophe pour la santé publique, pire sans doute que l’amiante qui fut dénoncée bien trop tardivement et dont les dégâts sont encore dans toutes les mémoires. Les gilets jaunes sont aussi conscients que la transition énergétique est inéluctable et que le prix des énergies fossiles ne peut qu’augmenter dans les années à venir.

Le mouvement se nourrit de rancœurs multiples et des inégalités qui se creusent. Les gilets jaunes sont conscients du déclassement qui guette le pays et eux-mêmes. Ils sont inquiets pour l’avenir de leurs enfants. Ils sont révoltés du sort fait à leurs aînés.

Leur exaspération diffuse et croissante se manifeste par un rejet du pouvoir en place mais aussi de tous les partis et syndicats en blocs qui cherchent à récupérer la colère populaire avec des discours forgés de demi-vérités et d’engagements sans lendemain. Mains sur le cœur, les politiques feront les habituelles promesses dont le sens est invariablement au service d’une stratégie électorale trop souvent cynique.

Les gilets jaunes ne supportent plus que les seules réponses aux problèmes du chômage et du déficit du pays soient toujours plus d’austérité et toujours plus de taxes au niveau national, mais aussi régional, départemental et local. Ils ne sont pas contre les économies mais ils réclament que les dirigeants montrent l’exemple : un escalier se balaye en commençant par le haut. Plutôt que de taxer toujours plus les honnêtes citoyens, ils exigent de faire d’abord payer ceux qui fraudent et qui polluent.

Certains pensent que bloquer le pays et rajouter de l’huile sur le feu annonce une ère nouvelle où les lendemains chanteront. Comme toujours ces illusions se dissiperont dans la douleur. Puisse malgré tout que ce mouvement des gilets jaunes fasse comprendre que le matraquage fiscal des classes moyennes ne peut être la seule réponse aux problèmes du pays. La hausse des carburants amplifiée par les taxes ne vient que rajouter de la misère pour les plus modestes sans compter les précaires qui se poseront la question de savoir s’il peuvent continuer de travailler pour un salaire qui couvre de moins en moins leur frais de transport.

Pour éviter que la fin du mouvement des gilets jaunes ne débouche sur de nouvelles déceptions et des ressentiments accrus, le temps pourrait être venu de mettre en chantier la conception d’un plan national qui ne vienne pas que d’en haut. Les vrais premiers de cordées ne sont pas forcément les ultra-riches et les bonnes idées peuvent venir aussi du peuple. Tout ne s’apprend pas à l’école, fut-elle l’ENA..

Florence de Martino

 A Bessan, les gilets jaunes étaient présent ce samedi,
filmés ci-dessous par Jordan Couturier (Hero Drone)

 

 

Tourisme : Bessan affiche ses atouts dans un film promotionnel

La ville de Bessan est dotée d’une forte identité cultivée par ses habitants qui œuvrent et s’impliquent afin de préserver et faire perdurer les traditions et la vie locale. C’est ce qui ressort du film promotionnel qu’elle vient de réaliser : 3’58 minutes d’authenticité à découvrir ci-dessous et sur la chaîne Youtube.

Les équipements publics de Bessan, les nombreux services de proximité, sa position géographique stratégique, son économie et sa vie associative dynamique, portent sereinement la ville vers l’avenir.
La sauvegarde du patrimoine historique et naturel, l’accueil et la convivialité liée à son mode de vie typiquement méridional en font un lieu privilégié à découvrir.
Aussi, il est apparu opportun pour la ville de mettre en lumière tous ces atouts. Avec la refonte du site internet, l’idée d’un film promotionnel a germé… Durant près d’un an, la ville et ses événements ont été scrutés par Cyril Montels et sa société « Oxydrone » pour que les images traduisent le bon vivre que l’on ressent en vivant ici.
Le résultat : une véritable réussite pour ce film qui ne peut laisser indifférent.
Destiné à valoriser le dynamisme de la commune, son attachement aux traditions et son goût prononcé pour les moments de convivialité, il a été diffusé sur un écran géant le 8 juin dernier pour marquer le début de l’été.

Evaluation de la gestion des évènements climatiques

 

Christophe EUZET, député de la 7éme circonscription de l'Hérault, a accueilli la mission parlementaire d'évaluation de la gestion des événements climatiques qui est venu à la rencontre des élus du littoral viassois et portiragnais.
Maina SAGE, député de Polynésie et présidente du Groupe parlementaire, accompagnée de Yannick HAURY député de Loire Atlantique, rapporteur de la mission, a souhaité visiter les zones particulièrement exposées de Vias Plage et Portiragnes. Jordan DARTIER, Maire de Vias, Gwendoline CHAUDOIR, maire de Portiragnes ont organisé la visite des zones particulièrement exposées en présence de Monsieur POUGET, sous préfet de l'arrondissement de Béziers, et des différents responsables des services de l'etat. Emmanuelle MENARD, député de la 6éme circonscription a participé à cette visite qui s'est terminée par une réunion de travail en Mairie de Portiragnes. Christophe EUZET a tenu à remercier tout particuliérement Maina SAGE pour le travail accompli par cette mission, et a souligné l'importance de ces visites de travail au contact des élus locaux, des services de l'état et des professionnels pour mieux cerner leurs préoccupations, pour les écouter et les associer à la mise en place de mesures visant à mieux protéger nos territoires.

DAUPHINS,TORTUE ET OISEAUX MARINS AU CAP D'AGDE

      

Des observations exceptionnelles dans les eaux agathoises hier soir par Marine et Renaud, de la direction du milieu marin de la ville d'Agde ! avec quantité d'oiseaux marins, des chasses de thon, une jeune tortue caouanne et un joli banc d'une dizaine de grands dauphins juste au large des falaises du Cap !


Assurément les eaux agathoises sont bien un territoire qui mérite le statut d'Aire marine protégée et de site Natura 2000 !
Si vous en croisez, merci de rester toujours à distance et à allure réduite et de nous signaler vos observations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour suivre l'actualité de l'AMP, c'est ici : https://www.facebook.com/airemarineprotegeecoteagathoise/

LE JEUNE RORQUAL EN COURS D’ÉVACUATION DE LA PLAGE DE MARSEILLAN

Si c'est bien évidemment plus sympathique d'observer vivante la 2ème plus grand baleine au monde, le Rorqual commun (photo Marine Lange), il faut bien traiter les échouages !
Après un premier examen hier, des prélèvements de peau, lard et muscle ont été effectués ce matin par Renaud et Marine et emmenés directement aux services vétérinaires de Montpellier.
Cela servira à confirmer l'espèce, déterminer son appartenance à une population existante et analyser les taux de métaux lourds, pesticides et hormones.

cliquer sur l'image pour l'agrandir

 L'enlèvement de la carcasse qui  est en cours par les services techniques de Marseillan se passe très bien.
Nous avons aussi pu informer et sensibiliser de très nombreux promeneurs sur la plage sur les cétacés et notamment sur cette espèce qui peut atteindre 22 m en pesant 70 tonnes.
Elle reste assez rare puisque 3000 à 4000 individus seulement fréquenteraient la Méditerranée.

Renaud Dupuy de la Grandrive Directeur du Milieu Marin / AMP Côte agathoise Ville d'Agde,
Pour suivre l'actualité de l'AMP, c'est ici :  https://www.facebook.com/airemarineprotegeecoteagathoise/

Le CIRFA tient une permanence régulière en Agde

« Permanence » du centre de recrutement de Montpellier
Le CIRFA (centre d’information et de recrutement des forces armées) de Montpellier tient une permanence régulière en Agde

L’armée de Terre recrute : sengager.frL’armée de Terre est un employeur de référence, le 2e auprès des jeunes de moins de 25 ans. 4e recruteur de France, elle emploie plus de 100 000 militaires dans 8 grands domaines d’activité et plus de 100 spécialités. Elle dispense une formation initiale pour apprendre le métier de soldat et propose également des formations techniques pour les spécialités. Une fois engagé, il est possible d’évoluer vers plus de responsabilités tout au long de son parcours professionnel. L’offre employeur de l’armée de Terre c’est aussi un savoir-être et des savoir-faire appréciés dans le monde de l’entreprise.
En recrutant des jeunes, jusqu’au niveau bac +5, l’armée de Terre offre donc à chacun, une formation, un emploi, une première expérience professionnelle hors du commun et des parcours professionnels valorisants.
15000 soldats ont été recrutés en 2017. L’ambition de l’armée de Terre est d’en recruter encore 13000 en 2018.

Contact : CIRFA / ADJ ALEXIS - Permanence de Agde / « Maison des savoirs » place du jeu de ballon - Agde (Tél : 04 67 16 60 80)

Tourisme : Cap d'Agde Méditerranée fait le buzz

Cap d’Agde Méditerranée conforte sa notoriété sur les marchés européens

Dans le cadre de ses actions marketing 2018, l’Office de Tourisme Cap d’Agde Méditerranée vient d’engager une grande campagne de webmarketing dans 8 pays européens : Allemagne, Belgique (Flandres et Wallonie), Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Danemark et Suède. Cette campagne, organisée avec « Hérault Tourisme », va s’échelonner jusqu’à l’automne et affiche 3 objectifs principaux :

  • conforter la notoriété de la destination « Terre » et « Mer »
  • générer du trafic sur le site web 
  • promouvoir l’accessibilité grâce aux lignes aériennes de l’aéroport Béziers Cap d’Agde 
 


Pézenas, Cœur du Pays d’art et d’histoire. Une mosaïque de villages de caractère au cœur des vignes où la nature et les hommes offrent des vins exceptionnels. »
En savoir plus

 

Portiragnes, la belle alliance entre la nature, l'authenticité et la plage de sable fin, où flotte le Pavillon Bleu européen, nature et authenticité.
» En savoir plus.

 

Vias, typique village du Languedoc, entre le Canal du Midi et la Méditerranée, cultive la douceur de vivre toute l’année.
» En savoir plus
.

 

Résultat de recherche d'images pour "cap agde"
crédit photo: P. Blot. Office de Tourisme Cap d'Agde Méditerranée

 

L'Archipel d'Agde :  de 26.000 à 300.000 habitants

Agde, le Cap d'Agde et le Grau d'Agde compte 26.000 habitants selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE. Le tourisme, le commerce et les services correspondent à 53,5% des emplois contre 32,5% pour l'administration publique, l'enseignement, la santé, l'action sociale et 14% pour l'agriculture, l'industrie et la construction.
Compte tenu de son dynamisme et d'une capacité d'accueil excellente - plus de 15 millions de nuitées- l'archipel agathois enregistre une explosion de sa population durant la saison estivale avec des pics de fréquentation pouvant atteindre les 300.000

Nombre et capacité des hôtels
au 1er janvier 2018

  hotels chambres
ensemble 28 707
1 étoile 0 0
2 étoiles 12 261
3 étoiles 9 289
4 étoiles 2 78
5 étoiles 1 34
Non classé 4 45

Nombre et capacité des campings
au 1er janvier 2018

  terrains Emplacements
ensemble 27 8462
1 étoile 0 0
2 étoiles 3 1156
3 étoiles 13 2406
4 étoiles 10 4885
5 étoiles 0 0
Non classé 1 15

Nombre d'autres hébergements collectifs
au 1er janvier 2018

  hébergements nombre de places
ensemble 27 9027
Résidence de tourisme
et assimilées
22 6140
Village vacances
et Maison familiale
5 261
Auberge de jeunesse
et Centre sportif
0 2889

 source : INSEE

   

 

Le principe de cette campagne :

Elle repose sur l’envoi d’e-newsletters. Reconnues comme un outil performant et incontournable du marketing touristique, elles permettent une qualité du ciblage des destinataires et génèrent un nombre important de visites. Leurs caractéristiques :

  • envoi de mars à septembre
  • contenus thématisés en fonction des spécificités des marchés, des cibles et des périodes d’envoi
  • chaque e-newsletter est adressée à un minimum de 25.000 destinataires
  • les liens créés dans ces e-newsletters renvoient sur le site web
  • dispositif renforcé à l’ouverture de lignes aériennes de l’aéroport Béziers Cap d’Agde

Le calendrier d’envoi des 13 e-newsletters pour Cap d’Agde Méditerranée :

  • 8 mars et 31 mai : Espagne
  • 27 mars : Belgique (Wallonie) + Grande-Bretagne
  • 27 mars et 5 juin : Allemagne + Belgique (Flandres) + Pays-Bas
  • 29 mai : Danemark + Suède
  • 4 septembre : Italie
 

Le webmarketing

L'emailing :
Consiste à envoyer un courrier électronique groupé à de nombreux contacts. Excellent levier d'acquisition de clientèle et outil performant de fidélisation selon le cycle de contacts des clients.

Le display:
Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. Outil de notoriété, à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. )

Sponsoring/partenariat :
Le fait d'utiliser un réseau de prescripteurs pour augmenter sa notoriété. Partenariat avec des sites éditoriaux. Opération sponsorisée sur des blogs

Liens sponsorisés :
C'est une annonce commerciale qui se présente comme une réponse classique à une requête sur un moteur de recherche. Impact rapide sur la fréquentation d'un site web. Il permet d'élargir sa zone de chalandise virtuelle : car il s'adresse à un très large profil d'internautes.

L'affiliation :
Technique marketing permettant à un site marchand ou à vocation commerciale de promouvoir son offre sur des sites web partenaires Utiliser un réseau de prescripteurs qualifiés rémunérés selon l'action réalisée par l'internaute. Outil à utiliser de préférence pour générer des demandes de devis, des souscriptions à un service ou de l'achat de produit.

 

Portes Ouvertes au lycée agricole Bonne Terre

Portes Ouvertes au lycée agricole privé Bonne Terre de Tourbes-Pézenas le samedi 07 avril 2018 de 8h30 à 13h

Venez découvrir les formations générales et technologiques (4ème, 3ème, 2nd générale et Bac STAV) et les filières professionnelles (Services à la personne - au territoire - vente , Agriculture - petits élevages - arboriculture - viticulture)

Vous pouvez télécharger les présentations de chacune des filières dans les pages "nos formations" sur www.bonne-terre.fr ou en suivant le lien.

Agde et Sète retenues pour le plan "Action cœur de ville"

 

Action cœur de ville

Le plan "Action cœur de ville" doit permettre de mobiliser, en faveur de la revitalisation des cœurs de villes moyennes, plus de cinq milliards d'euros sur les cinq années à venir, avec les apports financiers de la Caisse des Dépôts, d’Action logement et de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Jacques Mézard, après avoir lancé le plan mi-décembre, avait demandé aux préfets de région de présélectionner les villes à soutenir dans ce cadre, en les interrogeant sur leur intérêt pour ce dispositif.

La mise en oeuvre du plan "Action coeur de ville" et son financement seront territorialisés à l’échelle régionale avec un comité régional des financeurs, l’instance qui engagera les moyens et validera les grandes étapes. Ce comité régional d’engagement réunira, autour du préfet de région, les financeurs du programme. "Nous n’avons pas créé d’établissement public pour gérer ce fonds, explique Jacques Mézard, car nous voulions tous qu’il soit le plus souple possible, simple d’accès pour les villes éligibles et surtout, que les fonds puissent être mobilisés le plus rapidement possible."
Pour le suivi quotidien à l’échelle locale, un comité de projet réunira, autour du maire et du président de l’intercommunalité, la préfecture départementale, la direction territoriale de la Caisse des Dépôts et les autres financeurs. Une certaine marge de manoeuvre, dans le choix des partenaires, est laissée à l’échelon local afin d’élaborer les montages les plus pertinents.

Les villes sélectionnées sont invitées à engager dès le printemps 2018 une phase de préparation de leur projet. Les actions prioritaires doivent notamment porter sur "l’acquisition et la réhabilitation de logements" ou, de manière sensiblement plus large, "l'amélioration des conditions de vie des habitants". Cette phase de préparation, d’une durée de 1 à 6 mois selon l’avancement du projet de chaque ville, aboutira à la rédaction d’une convention-cadre pluriannuelle structurée de manière générique selon cinq axes (voir notre encadré en fin d’article). Une fois la convention approuvée par le comité régional d’engagement, les maires pourront préciser leur programme dans une phase d’initialisation de la convention. Cette phase pourra durer de 1 à 18 mois, selon le degré d’avancement des diagnostics et des études déjà réalisés. Elle devra déboucher sur un projet détaillé, assorti d’un plan de financement qui fera l’objet d’une approbation par le comité régional d’engagement.
Enfin, la phase de déploiement des actions sera engagée par la signature de conventions financières avec les partenaires à l’échelle régionale. Chaque ville contractualisera alors au cas par cas avec l’ensemble des partenaires, selon les termes de son programme détaillé en fiches actions, celles-ci précisant notamment les engagements financiers prévisionnels et le calendrier prévu pour chaque élément du programme de revitalisation.

   

A Montpellier, ce vendredi 30 avril

Action...réaction...Rencontre et petit déjeuner de travail avec Jacques Mezard Ministre de la cohésion du territoire. Au menu la revitalisation des centres villes .

Christophe Euzet, député de la 7ème circonscription de l'Hérault, était particulièrement fiers des premiers résultats obtenus avec les dossiers des villes de Sète et Agde qui ont été retenus dans le cadre du dispositif Action Coeur de Ville. Il va maintenant suivre la suite de ce processus ambitieux qui concerne 222 villes sélectionnées au plan national représentant 23% de la population et 26% des emplois du pays.

Lors du déploiement des actions retenues, le dispositif pourrait converger avec celui des opérations de revitalisation de territoire (ORT) prévues dans le projet de loi Elan.

Christophe Euzet, un Député en escale sur la 7 ?

Un entretien avec le député de la 7ème circonscription de l'Hérault

Monsieur le Député, quel est votre sentiment à l’égard d’« Escale à Sète » ?

Il s’agit d’un événement majeur, magique même, qui me permet dans un cadre idyllique de retrouver tous les élus et les responsables avec lesquels je travaille toute l’année, mais qui m’autorise aussi à passer quelques jours avec les sétois dans la continuité, à déambuler dans le cœur de Sète, au cœur de sa nature profonde, le monde de la mer. Et il est rarissime que je passe une semaine sans me rendre trois jours à Paris…

Le travail parlementaire vous demande toujours beaucoup de temps ?

Oui, bien sûr, et pas seulement pour y faire des lois ! Vous avez sans doute remarqué que Sète et Agde ont été sélectionnées par le Ministère de la cohésion des territoires pour bénéficier des fonds du programme « action cœur de ville » ? Les dossiers de demande, nombreux et de qualité, ont fait l’objet d’arbitrages : de mon côté, je n’ai eu de cesse d’attirer l’attention du Ministre Jacques Mézard sur l’intérêt de ce programme pour nos villes. J’ai même déjeuné à l’Elysée pour en évoquer les enjeux et insister sur nos besoins. Nous devons être soutenus pour « rebâtir » la cohésion de nos villes. Nous avons été suivis. Excellente nouvelle.

Cela se produit-il souvent ?

Oui, bien sûr. Je suis, comme on le dit, déjà « monté au créneau » auprès des ministres Nicolas Hulot et de Stéphane Travert notamment, pour défendre les intérêts des ostréiculteurs et des viticulteurs, pour attirer l’attention sur Saipol et obtenir des engagements, afin de promouvoir les revendications des thoniers… Mon équipe est précieuse sur ce terrain. C’est un travail du quotidien et il va sans dire que la nature des relations qui s’instaurent avec les ministères et les ministres est essentielle. Leurs portes sont ouvertes et les oreilles attentives. Je m’emploie à attirer davantage encore l’attention…

Comment ?

Par des actions directement liées aux intérêts du territoire : la semaine dernière, j’ai reçu à l’Assemblée nationale le Président de la CCI de l’Hérault André Deljarry et son équipe ainsi que le Maire de Marseillan, Yves Michel, vice-Président de Sète agglopôle. Ils ont présenté aux députés leur travail du quotidien, leurs préoccupations et leurs attentes. Le 4 mai prochain, j’organiserai une opération inversée : les trois commissions de l’assemblée qui travaillent sur le littoral viendront à Vias pour y chercher des solutions concrètes et durables avec les élus, les services de l’Etat mais aussi des acteurs locaux. A la fin du mois de mai, nous renouvellerons l’opération pour évoquer la question viticole, à Bessan… En attendant l’évocation de la laïcité et de la cohésion qui me préoccupe beaucoup. Là encore, les gens qui m’entourent sur la circonscription ont un rôle essentiel.

Et avec tout cela il vous reste du temps pour travailler les lois ?

Je le trouve! Je prendrai la parole mardi en fin de journée à la tribune de l’hémicycle sur le projet de préservation des intérêts de nos entreprises, la loi dite « secret des affaires ». L’assemblée m’a par ailleurs fait l’honneur de me charger de travailler avec Cédric Villani, le mathématicien, sur la réforme des modes de scrutins. Je préside la mission  et c’est, compte tenu de ses enjeux, une grande responsabilité. Il nous faut réussir ce changement qui est beaucoup plus important qu’on ne veut le dire. Je présiderai enfin le mercredi 11 un colloque à l’Assemblée sur l’état d’urgence, qui continue à nous préoccuper comme vous l’imaginez…

Pas de temps pour la politique dans tout ça alors ?

Au contraire. La politique est le fil conducteur. Nos actions sont guidées par nos choix. Beaucoup de gens veulent nous suivre sur la voie de la réforme tracée par le chef de l’Etat et nous sommes en train de structurer le mouvement sur l’ensemble de la circonscription. Des comités locaux se mettent en place un peu partout sur le territoire dont je suis l’élu. Ce sont les  réformistes de vingt-deux communes qui se mettent progressivement en action. Il nous faut canaliser ces énergies qui ont assurément de beaux jours devant elles. Des jeunes, des nouveaux venus, des sympathisants plus anciens veulent donner un nouveau souffle à notre action. Ils sont les bienvenus. Il leur faut apprendre à associer la fougue du vent nouveau et le sens des responsabilités. Nous avons du boulot sur la planche…

Une escale sur la 7 donc, mais pas d’escale à Sète alors ?

On n’a pas l’occasion de voir l’Hermione tous les jours. Pas davantage que l’ensemble des bâtiments qui mouillent dans le port de Sète pour la semaine… le week-end pascal sera donc consacré à une visite de ces joyaux en famille. En prenant le temps ! Celui d’une belle escale à Sète.