Occitanie

Carte Jeune Région,

l'outil indispensable pour se simplifier la rentrée

 http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/jeune-cartejeune-Luc-Beziat-Region-Occitanie.jpgBientôt la rentrée ! Pour tous les lycéen.nes et apprent.ies d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, il est encore temps de demander la Carte Jeune Région afin de bénéficier des nombreuses aides qu'elle contient et alléger le coût de la rentrée.

Simple et rapide, la commande s'effectue en ligne en quelques clics, sur le site web de la Région. Cette année, le coût de la rentrée scolaire est encore en augmentation au lycée avec un budget par élève estimé à 420 € en seconde générale. Et 400 €, c'est justement le montant des économies réalisées en moyenne grâce à la Carte Jeune Région qui regroupe toutes les aides proposées aux lycéen.nes et apprenti.es.

Personnelle, gratuite et obligatoire, la Carte Jeune Région rassemble sur un support unique et numérique toutes les aides proposées par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée aux 267 000 lycéen.nes et apprenti.es du territoire : prêt des manuels scolaires, gratuité du 1er équipement professionnel, aide à l'acquisition d'un ordinateur portable, au passage du permis de conduire, pour la lecture et le sport...

 Pour bénéficier de tous ces avantages, les jeunes doivent en faire impérativement la demande avant la rentrée. La démarche est simple, rapide et dématérialisée, à réaliser directement sur le site : www.laregion.fr

Cette année, la Carte Jeune Région s'adapte aux évolutions technologiques et devient « sans contact » ! Une application web et mobile permet également à chaque jeune de consulter son compte depuis un smartphone ou une tablette. « Avec la Carte Jeune, la Région répond présente pour aider concrètement les jeunes et les familles à faire face aux coûts de la rentrée.

Elle contient un ensemble de nouvelles mesures fortes pour soutenir leur pouvoir d'achat et ainsi offrir à tous les mêmes conditions de réussite. C'est un des axes forts de notre nouvelle politique éducative que j'ai souhaité ambitieuse et solidaire pour l'avenir de nos jeunes », souligne la présidente de Région Carole Delga. Créée par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, la Carte Jeune Région est co-financée par le Fonds européen de développement régional. L'ensemble des dispositifs qu'elle contient représente un investissement régional de plus de 64M€ cette année.

Carte Jeune Région : zoom sur les aides pour les lycéen.nes et apprenti.es Parmi les nouveautés de la rentrée 2017-2018 :

Gratuité des manuels scolaires : le prêt des livres scolaires concerne tous les lycéen.nes scolarisés en établissements publics et privés, de la seconde au niveau bac. Un 1er équipement professionnel gratuit : les lycéen.nes des filières technologiques et professionnelles et les apprenti.e.s bénéficieront gratuitement des équipements et des tenues spécifiques à leurs formations. Le matériel sera acquis et distribué par la Région.

Une mesure qui garantit la performance des outils, l'homogénéité dans la classe et des matériels conformes aux normes de sécurité. Les élèves inscrits en 4ème, 3ème et 3ème prépa pro dans un lycée pourront également bénéficier de la gratuité pour les manuels scolaires et le 1er équipement professionnel.

Aide à l'acquisition d'un ordinateur portable : un équipement sera fourni gratuitement aux familles les plus modestes qui en font la demande (sur présentation de l'Attestation de l'Allocation de rentrée scolaire). La Région aidera les autres familles à hauteur de 80 ou 200€, en fonction de leurs ressources. Ce dispositif est ouvert aux lycéen.nes, aux apprenti.es et élèves des ER2C.

En parallèle, la Région souhaite encourager et développer les usages pédagogiques du numérique à travers un nouvel appel à candidatures « Lycée numérique » auprès des lycées publics. Les élèves de seconde des établissements lauréats seront tous dotés d'un ordinateur.

Aide au passage du permis de conduire : pour les apprenti.es en dernière année de CAP ou Bac pro, une aide de 500€ est déployée sur l'ensemble du territoire. Et aussi... Une aide de 20€ à la lecture : cette somme allouée à tous les lycéen.nes et apprenti.es pourra être dépensée dans les librairies indépendantes et les Maisons de la presse affiliées de la région. Cette aide est étendue aux étudiants en BTS et classes préparatoires aux grandes écoles inscrits dans les lycées.

Côté « sport », une aide de 15€ sera attribuée aux lycéen.nes et apprenti.es pour l'acquisition d'une licence sportive scolaire. Aides spécifiques pour les apprenti.es - Transport : en fonction des kilomètres à parcourir pour se rendre sur le site de formation, des aides annuelles seront allouées aux apprenti-e-s.

- Hébergement : pour favoriser les solutions d'hébergement adaptées aux contraintes de l'alternance (situation de double résidence), l'aide à l'hébergement sera accessible dans un réseau de structures d'hébergement labellisées par la Région en fonction de critères de qualité.

- Restauration : tous les apprenti-e-s de la Région Occitanie se verront allouer une aide à la la restauration.

La Région soutient le Sportup Summit

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est leader pour la création d'entreprises. Dans ce contexte, et afin de soutenir le développement économique de la filière « sport » (équipements, textile, objets connectés, tourisme sportif...) la Région soutient la 2ème édition du Sportup Summit, organisée par LR SET du 21 au 23 septembre prochains à la Cité d'excellence sportive de Font-Romeu (66). Ce centre mythique est un des atouts de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée pour la préparation des athlètes aux grands événements sportifs internationaux, et notamment aux Jeux Olympiques de 2024.

Créé en 2016, ce concours d'idées, d'innovations et d'entrepreneuriat dans la filière sportive met à disposition des entrepreneurs participants les outils, les méthodes et les réseaux des startups les plus innovantes du territoire. Pendant 3 jours, 30 équipes s'affronteront autour de différentes épreuves permettant aux participants de faire grandir leur équipe et leur entreprise. 3 lauréats seront récompensés par 3 prix différents : « Porteur de projet », « Entreprise Innovante » et « Coup de cœur ». Les lauréats recevront une dotation de 1 000€ à 3 000€ et bénéficieront notamment d'un accompagnement personnalisé par un incubateur régional de proximité. Après le succès de la première édition, le Sportup Summit s'agrandit cette année avec l'Eco Summit qui réunira les experts de l'économie sportive autour d'une table ronde, d'une série d'Eco'pitchs et de brefs temps d'échanges animés par des spécialistes.

Sous le patronage du Ministère des Sports, l'évènement regroupera tous les acteurs de la filière (fédérations, clubs sportifs, entraineurs, etc.) et mobilisera 4 réseaux (Madeeli, Transferts LR, Synersud et Rezopep), ainsi que des partenaires emblématiques, (Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, Groupe Caisse des Dépôts, Conseil Départemental des Pyrénées Orientales, Caisse d'Epargne Languedoc-Roussillon, CCI Occitanie, CCI Hérault, AXA, RH Partners, JDG assurances, EOVIMCD mutuelle, Care labs, Eyes up, EDF, Ordres des experts comptables)

Ouverture exceptionnelle du café Marcelin Albert.

Argeliers paisible petit village viticole audois se trouve à la limite de l’Hérault. Une célébration y a eu lieu il y a quelques jours. Le café de Marcelin Albert a de nouveau été ouvert  pour un hommage rendu à ce même Marcelin Albert ainsi qu’aux 87 vignerons qui ont lancé le mouvement de révolte de 1907 et ce 110 ans après.

L’association « Café Marcelin Albert » qui entretient cette mémoire, depuis 2014, a comme projet immédiat la restauration de ce café  qui fut le lieu de travail mais aussi la résidence de Marcelin Albert.


En outre ce lieu chargé d’histoire a jadis accueilli le Comité d’Initiative de Défense Viticole d’Argeliers  et c’est là aussi que fut édité le journal « Le Tocsin ».

Rappelons que la révolte de 1907 a permis une réglementation pour un vin naturel et de qualité.

Comme les années précédentes, l’association a su organiser un bel hommage à ce cafetier-vigneron visionnaire qui a su fédérer la viticulture méridionale.

Cette journée fut aussi propice au lancement officiel du livre de Jules Rivals « 1907. L’Ame terrienne ». Un livre annoté par Jean Sagnes, spécialiste de l’histoire du Languedoc-Roussillon ainsi que du mouvement de 1907.



Un public nombreux est venu assister à cette manifestation conviviale chargée d’émotion.  

Les Amis du Café Marcelin Albert vous invitent.

A l’occasion de l’ouverture exceptionnelle du Café de Marcelin Albert, ce dimanche 16 juillet, vous êtes conviés à remonter le temps jusqu’en 1907.

A partir de 17h00 venez participer au jeu radiophonique en public retransmis en direct sur Radio Lengadoc 95,5, sur le thème du vin et de la civilisation de la vigne méridionale.

Dès 18h00, assistez à un moment exceptionnel et éphémère avec l’exposition de 4 portraits au fusain signés Marcelin Albert. Ces tableaux, en grand format, inédits appartiennent à des collections privées et ne seront exposés que jusqu’à 18h30.

A 18h30, assistez au lancement officiel du livre « 1907 – L’Ame terrienne » de Jules Rivals témoin privilégié de la révolte de 1907. Jean Sagnes, professeur d’histoire émérite à l’université de Perpignan et spécialiste du mouvement de 1907 en a rédigé la présentation. Il dédicacera l’ouvrage. Alain Roch, bien connu pour sa verve, en lira quelques passages.

A 19h00, il sera offert un apéritif accompagné par la Chorale et  la Fanfare du café. Un repas, toujours en musique sera servi à 20h30 (participation 10 euros).

A 22h00, un spectacle avec des projections d’images animées tournées autour d’Argeliers au début du XXème siècle viendra clore cette manifestation.

Lieu : 11120 Argeliers

Organisation : association Café Marcelin Albert – La Promenade – 11120 Ageliers

04 68 46 21 29 – www.cafemarcelinalbert.com


Carole Delga : « La Région à l'offensive pour installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes »

(crédit : Frédéric Scheiber)

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a annoncé ce lundi 26 juin à Toulouse plusieurs nouvelles mesures phares en faveur de l'économie touristique, lors des premières Assises régionales du tourisme et des loisirs. Elle a en effet présenté les grandes lignes de sa nouvelle politique régionale, devant près de 1 000 acteurs, et en présence notamment de Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région en charge du tourisme, Virginie Rozière, présidente du CRT, et Sébastien Pla, conseiller régional, président de la Commission Tourisme :

« Notre stratégie vise à installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes à l'horizon 2021. Il nous faut pour cela gagner > 4 millions de nuitées touristiques en 5 ans. Nous allons ainsi accompagner fortement les acteurs du secteur et mettre le cap sur l'innovation touristique, pour atteindre cet objectif », a annoncé Carole Delga, avant de détailler les mesures.

« La première priorité consiste à développer la qualité des territoires et des entreprises, enjeu d'innovation et d'internationalisation. Je veux ainsi structurer les destinations touristiques majeures en Occitanie en étendant le dispositif Grands Sites Midi-Pyrénées à l'ensemble de la région. Un appel à projet va être lancé sur l'ensemble du territoire.
Pour les entreprises du tourisme et de l'hôtellerie, nous allons créer un Pass'Tourisme, qui permettra de répondre à leurs besoins ponctuels de modernisation et de mises aux normes, et un Contrat d'innovation et de développement touristique, pour les besoins de financement intégrés dans un projet global de développement.
L'effort de la Région sera considérable : nous engageons ainsi sur 5 ans de près de 200 M€ auxquels pourraient se rajouter plus 100 M€ dans le cadre de la création d'un Fonds Financier Tourisme, en cours de réflexion, en lien avec la Banque européenne d'investissement.
Par ailleurs, une autre de nos priorités sera de promouvoir une destination « Occitanie » connectée et à l'écoute des évolutions, de la demande et de la concurrence. Dans ce cadre la Région a confié à Atout France un travail de réflexion sur une nouvelle politique de marque de destination cohérente avec les attentes des différents marchés et clientèles cibles. La réussite de notre démarche de marketing de destination repose sur notre identité, nos savoirs faires et l'âme de nos territoires. Ainsi, nous allons travailler à une nouvelle marque.
Enfin, comme pour tous les autres secteurs de l'économie, innover est devenu impératif pour continuer à compter parmi les premières destinations. Je vous annonce la création, en décembre 2017, du 1er campus de l'innovation touristique : un rendez-vous où les professionnels trouveront conseils, informations pratiques et des rendez-vous B to B. Par ailleurs, la Région travaille à l'implantation d'un parc de loisirs. Il s'agirait d'un projet ambitieux pour capter une nouvelle clientèle, notamment étrangère.

Avec l'ensemble de ces mesures, la Région passe à l'offensive pour booster l'économie touristique et les emplois du secteur, et faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée une destination qui compte en Europe et à l'international », a conclu Carole Delga.

Retrouvez le dossier de presse.

Transition énergétique

En septembre, une large concertation sera lancée pour faire d'Occitanie la 1ère Région d'Europe à énergie positive

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a ouvert ce lundi 26 juin à l'Hôtel de Région de Toulouse, le séminaire "Région à énergie positive", aux côtés notamment d'Agnès Langevine, vice-présidente de la Région en charge de la transition écologique et énergétique.


Crédit : Frédéric Scheiber

« Je souhaite engager une trajectoire sur le long terme pour faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, la première Région d'Europe à énergie positive d'ici 2050 », avait indiqué Carole Delga, début février lors du lancement de la démarche 'Région à énergie positive'.
Durant plusieurs mois, la Région a ainsi mobilisé 120 experts pour l'accompagner dans l'élaboration de cette trajectoire.

« À l'heure où le président des États-Unis balaie d'un revers de main les engagements pris lors des Accords de Paris sur le climat, la mobilisation de tous est plus que jamais nécessaire. Nous devons engager des mesures fortes liant sobriété et efficacité énergétiques, sur tous les territoires. Il s'agit bien-sûr d'enjeux climatiques et environnementaux, mais aussi sociaux pour faire baisser la facture d'énergie des ménages, et également économique car le secteur représente un gisement d'emploi important, a indiqué Carole Delga.

Le travail remis par les experts, que je remercie pour leur implication, nous démontre que notre ambition pour devenir une Région à énergie positive d'ici 2050 est ambitieuse mais atteignable. Il va nous falloir diviser par deux la consommation d'énergie par habitant et multiplier par trois la production d'énergie renouvelable. Nous allons devoir engager un programme massif et collectif de rénovation énergétique des bâtiments existants. Par ailleurs, nous disposons de gisements remarquables et leur déploiement nous permettra d'atteindre nos objectifs.

En se basant sur ce scénario, la Région engagera une large concertation citoyenne de septembre à décembre. L'objectif est d'interpeller les territoires, entreprises, associations et citoyens, afin d'enrichir et de partager cette trajectoire. Notre Agence régionale de l'énergie et du climat, créée d'ici la fin de l'année, sera notre bras armée pour déployer cette politique offensive.

C'est grâce à la mobilisation de tous que notre Région répondra aux défis de la transition énergique et s'imposera comme la plus ambitieuse au niveau européen », a conclu Carole Delga.

La présentation complète du scénario « Région à énergie positive ».

Un premier "plan régional santé travail" pour l'Occitanie

Dans un contexte de pleine mutation de la santé au travail, l’ensemble des acteurs de la région se mobilise pour répondre aux enjeux de santé et qualité de vie au travail des 2,2 millions de salariés d’Occitanie, gages de performance de nos entreprises.

L'élaboration du premier Plan Régional Santé Travail (PRST) de la région Occitanie s'inscrit dans le cadre de la fusion des régions Languedoc - Roussillon et Midi - Pyrénées. Cela a été une grande chance de pouvoir bénéficier des dynamiques existantes sur les deux anciennes régions pour mutualiser les efforts et proposer des actions innovantes.

Le diagnostic santé et sécurité au travail en Occitanie est grave. Selon les derniers chiffres consolidés, plus de 54 300 accidents du travail avec arrêt se sont produits dans notre région, près de 3 000 d’entre eux ont occasionné une invalidité permanente et 60 ont été mortels. Tous les acteurs doivent agir, ensemble. Ce Plan Régional Santé Travail est un défi pour répondre collectivement, en Occitanie, aux enjeux essentiels de la santé au travail.

C'est pourquoi les partenaires ont fait le choix de construire ensemble les actions opérationnelles et efficientes de ce projet. 21 groupes de travail co - pilotés par les services de l’Etat (Direccte) , la Carsat Midi - Pyrénées, la Carsat Languedoc - Roussillon, l'ARACT , l’OPPBTP mais aussi les services de santé au travail proposent la mise en œuvre d'actions concrètes à destination des entreprises, plaçant la prévention comme levier économique au cœur du dispositif. Ce travail collaboratif fait également l'objet d'une concertation avec les partenaires sociaux, soucieux de la qualité des actions qui sont proposées aux entreprises.

Pour Christophe LEROUGE, directeur régional de la Direccte Occitanie, "ce premier Plan Régional Santé Travail Occitanie doit être à la hauteur des ambitions collectives ( partenaires sociaux, acteurs institutionnels, entreprises , salariés et professionnels de la prévention ) afin de :

  • mettre en synergie et coordonner les acteurs et s’assurer que chaque action déclinée au sein du plan permettra de faire un pas supplémentaire en matière de santé au travail, de façon réaliste et concrète,
  • favoriser la prévention primaire et rompre avec la culture de réparation,
  • s’appuyer sur des démarches et des pratiques qui portent leurs fruits dans les entreprises. C ’est dans ce sens que la qualité de vie au travail au ra une place privilégiée au sein de ce PRST,
  • placer la santé au travail et l’amélioration des conditions de travail au cœur du dialogue social "

Ce nouveau Plan Régional Santé Travail doit répondre à l’ensemble de ces enjeux. Il traduit une ambition : un renouvellement profond de la politique de santé au travail qui doit être partagée par l’ensemble des parties prenantes du monde du travail, en lien étroit avec les acteurs principaux de la prévention.

Pascal MAILHOS , préfet de la région Occitanie, représenté par Christophe LEROUGE, et Yves STRUILLOU , directeur général du travail lancent le 27 juin ce nouveau plan régional santé au travail, lors d’un colloque de 500 personnes au Centre de Congrès Pierre BAUDIS, à Toulouse, où seront présents des dirigeants d’entreprises, des salariés, des médecins du travail, des acteurs de la prévention , les partenaires sociaux et les institutionnels. La santé au travail c’est l’affaire de tous !

en savoir plus

 

Quelques chiffres clés

2 175 241 actifs ayant un emploi en Occitanie

  • 82 % des entreprises d’Occitanie comptent moins de 10 salariés dans leur effectif
  • En 2014, 54309 accidents du travail avec arrêt se sont produits en Occitanie, 2940 d’entre eux ont occasionné une invalidité permanente et 60 ont été mortels
  • Au niveau national, entre 2001 et 2012, les accidents du travail ont augmenté de plus de 20,3 % chez les femmes , alors qu’ils ont diminué de plus de 23,3 % chez les hommes
  • Le nombre de maladies professionnelles (2 441) est reparti à la hausse en 2014, avec +5,4 % en Occitanie.

 

 

Carole Delga : « Avec notre démarche H20 2030, la Région s'engage pour une gestion durable et solidaire de l'eau »

Ce mercredi, au Parc des Expositions de Montpellier, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a ouvert la 2ème édition des Assises régionales de l'eau en soulignant « l'importance de l'eau, patrimoine essentiel aux territoires de l'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, à la qualité de son environnement, à son développement économique  et à son attractivité au plan local, national et international».

Le temps fort de ces Assises a été la présentation des résultats de la démarche sur l'eau «H20 2030 » lancée par la Région, en vue d'une gestion durable et solidaire de ses ressources et milieux aquatiques. Cet état des lieux de la ressource en eau et des besoins nécessaires en Occitanie fait apparaître le poids de l'eau dans les activités régionales à travers un certain nombre de constats :

-    des ressources en eau superficielles et souterraines qui ne sont pas disponibles de la même manière sur l'ensemble du territoire,
-   une hétérogénéité des activités et des modes de gestion de la ressource en eau selon les bassins versants, les départements, les sols, les climats...,
-   des niveaux de pollutions diffuses et préoccupants dans les eaux superficielles et souterraines,
-   des territoires soumis à des déséquilibres importants entre ressource disponible et usages préleveurs,
-   un changement climatique qui a déjà un impact sur les besoins en eau et sur les milieux naturels,
-  l'amélioration de la connaissance notamment sur les eaux souterraines, le calcul des déséquilibres quantitatifs et l'origine des pollutions,
-  une région riche de milieux naturels spécifiques (lagunes, zones humides, têtes de bassin...) et potentiellement vulnérables aux évolutions climatiques.

«Mon objectif est de garantir une eau de qualité pour tous les citoyens, sécuriser les besoins sur l'ensemble de nos territoires et préserver les milieux aquatiques. H20 2030 fixe les défis que nous devons relever. Ils sont nombreux, mais Occitanie / Pyrénées-Méditerranée se distingue par l'excellence de ses entreprises et de ses laboratoires qui travaillent en vue d'une meilleure gestion et de l'amélioration de la qualité de l'eau. Notre région, soumise à la fois à la sécheresse et aux inondations violentes, est également à la pointe pour faire face au changement climatique et lutter contre les risques hydrologiques. C'est pourquoi j'ai lancé cette démarche prospective pour bâtir une véritable stratégie régionale afin de répondre aux enjeux quantitatifs et qualitatifs de la ressource en eau et préserver les écosystèmes et les milieux aquatiques », a indiqué Carole Delga, avant de visiter le salon international HydroGaïa qui contribue à valoriser l'eau comme domaine d'excellence de la région.

Retrouvez la synthèse de l'état des lieux sur la ressource eau

Pour la réussite et l'emploi des jeunes, la Région lance une grande campagne de promotion de l'apprentissage

Faire connaître l'apprentissage pour ce qu'il est : une voie de formation d'avenir et d'excellence. C'était une des priorités du plan de développement de l'apprentissage annoncé par la présidente de Région Carole Delga, en mars dernier. A partir de demain, la Région passe à l'action et lance une campagne de communication inédite pour valoriser et promouvoir l'apprentissage : « Apprenti.es, ça change la vie ! ».

Du mercredi 3 mai et jusqu'à la fin du mois, cette campagne sera déployée au cinéma et sur les chaînes TV régionales (France 3 et TV Sud), sur les stations radios locales, dans la presse régionale, ainsi que sur internet et les réseaux sociaux (Youtube, Facebook, Instagram...). Dans un clip vidéo de 30s, Léo, 17 ans, cherche sa voie : il devient tour à tour technicien en aéronautique, ingénieur informatique, chocolatier confiseur, exploitant agricole, éducateur sportif et ambulancier, preuve de la diversité des formations en apprentissage en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« Il est temps d'en finir avec les idées reçues sur l'apprentissage. Ce n'est ni une voie de garage, qui serait synonyme d'échec, ni des formations uniquement manuelles. Pour cela, il faut parler vrai, positif, et agir. L'apprentissage est avant tout un accélérateur d'emploi pour nos jeunes. La preuve : 7 apprenti.es sur 10 sont embauchés dans les 6 mois suivant leur formation ! Il permet aux jeunes d'apprendre un métier tout en étant rémunérés, de s'émanciper, et à nos entreprises de trouver une réponse adaptée à leur besoin en main d'œuvre qualifiée. Oui, il y a des belles valeurs et connaissances à apprendre et à transmettre, des rencontres à faire avec l'apprentissage. Il peut vraiment changer des vies », a notamment déclaré Carole Delga, à la veille du lancement de cette campagne.

Le 27 mars dernier, la présidente de Région a lancé un plan régional offensif pour booster l'apprentissage et l'accès à l'emploi des jeunes. Doté d'un budget spécifique de 9M€, il fixe un objectif majeur : atteindre le cap des 40 000 apprenti.es d'ici 5 ans. Il comprend un ensemble de nouvelles mesures pour les jeunes et leur famille, pour les centres de formation et les entreprises qui font le choix de l'apprentissage.
L'ensemble des aides régionales, des formations accessibles dans la région ainsi que toutes les informations sur l'apprentissage sont à retrouver sur le site : www.apprentis.laregion.fr.

Colloque au cercle MOZART : En route vers l'OCCITANIE





La CCI de l'Hérault, en collaboration avec la "Commission Entreprise" du Cercle Mozart,

tenait ce mardi 18 avril pour la deuxième année consécutive un colloque dans le grand amphithéâtre de l'Ecole Supérieure de Commerce de Montpellier. Colloque retransmis en direct par TV SUD et France Bleu
- pour le Cercle Mozart, son Président M Fromont, son Président Délégué M Serrou, Messieurs Geoffroy et Maillot,
- pour la CCI de l'Hérault son Président Monsieur Deljarry
- en présence du Président de la CCI OCCITANIE M Di Crescenzo et de la Présidente du Directoire de la Caisse d'épargne Mme Fabresse ainsi que du Président du Directoire de l'Aéroport Montpellier Méditerranée M Brehmer, ont été exposés les défis et les atouts majeurs offerts par cette nouvelle région, l'Occitanie, source de croissance économique et culturelle au service des entreprises et habitants de cette région.
Colloque réussi autant par le nombre des 600 personnes présentes que par la qualité des échanges.


2 métropoles Montpellier, Toulouse pour une seule Région - Opposition ou complémentarité:

Créée par les politiques, en regroupant dans une même entité, la région Occitanie, 2 métropoles que tout pourrait opposer, le rôle et le 1er objectif des personnalités présentes et des institutions qu'ils représentent est, comme le soulignait M Di Crescenzo de faire jouer les complémentarités (Agriculture, Aéronautique, santé, 230 000 étudiants, pôle reconnu de recherche..), les "additionnalités" (tourisme, viticulture, Mer, aéronautique...) en n'oubliant pas que si la Catalogne représente 200 Milliards € de pib, l'occitanie en représente 150.
M Deljarry, de son côté, insiste sur le travail nécessaire avec les Politiques. "Nos" 65 000 entreprises doivent être des locomotives. Les projets présentés sont ceux sur lesquels nous avons été élus. Il faut être optimiste, visionnaire. Il faut créer des ponts entre les 2 Business School, investir sur Montpellier Aéroport et se positionner sur celui de Béziers. Il faut apporter au port de Sète notre savoir faire pour les Croisiéristes dont 30% se déplacent dans le département.
M di Crescenzo redéveloppe son tryptique Air, Terre, Mer: Nous sommes le N°1 mondial pour l'Aéronautique (avec un carnet de commandes de 10 ans), le Spatial, l'aéroport de Blagnac (10 m de passagers); la Mer avec ses ports et le Transport sans oublier les 220 km de littoral et 8 M de touristes. Il veut développer l'Eolien off shore, Qui a la chance de posséder à la fois, demande t'il, de le la montagne, de la mer et de l'aérien?

Un vrai problème de survie pour l'aéroport de Montpellier: M BREHMER insiste sur la nécessité d'avoir des budgets de plus en plus importants car s'il n'y a que quelques compagnies (ryanair, easy jet, hop....) 460 aéroports essaient de les attirer. Il faut donc, pour exister, travailler sur l'extra aéronautique car 85% des coûts d'un aéroport sont constitués par les charges fixes. Bien que ce soit l'état qui en ait la tutelle, la CCI et les autres partenaires ont un rôle fondamental à jouer. Notre région compte...10 aéroports : la région doit donc proposer un projet - ce qui devrait être fait courant juin. En projets aujourd'hui, un hôtel Accor de 154 chambres, 12000 m² dédiés au Tertiaire, l'arrivée d'une société sur 6000 m² est espérée. Il faut 2,5 M de passagers en 2020, 40 M€ d'investissement, 20 M€ de marketing territorial. Sans ces efforts, l'avenir de l'aéroport de Montpellier serait compromis. Mais alors que l'aéroport de Toulouse profite d'une image, rien de tel pour l'instant pour Montpellier. Une commission réfléchit à la création de cette image.

L'aide Financière:
De son côté Mme Fabresse, pour la Caisse d'épargne, insiste sur les 80 Milliards investis en 10 ans en capital investissement, sur les décisions qui se prennent au niveau local, sur la capacité désormais d'avoir des tickets à 10 M par entreprise, sur la mutualisation des fonds, sur la possibilité de passer à 100 M en faisant appel au Groupe Caisse d'épargne.

L'Assemblée des territoires à Frontignan

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a créé fin 2016 un outil inédit de démocratie locale : l'Assemblée des territoires. Elle tenait sa seconde session plénière ce vendredi 31 mars à Frontignan.

 

 

Pierre Bouldoire : Frontignan est une ville profondément occitane. Nous sommes fiers et heureux d'être dans cette Occitanie.

Carole Delga : se mettre en mode innovation pour plus d'efficacité et de proximité avec nos territoires

Catherine Pinol, Sylvie Pinel et Carole Delga

Ce qu'est l’Assemblée des Territoires,

L’Assemblée des Territoires est un ambitieux dispositif de démocratie territoriale, unique en France, un espace de dialogue entre les territoires et le Conseil régional et entre les territoires entre eux.
Cet organe consultatif a pour vocation d’inscrire l’action régionale dans la proximité et de faciliter la mutualisation des expériences entre les territoires et la diffusion de l’innovation.

Composition

L’Assemblée des Territoires est constituée de 158 élus locaux ne siégeant pas au Conseil régional, désignés de façon paritaire par les "territoires de projets" : Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux, Pays, Parcs naturels régionaux, Métropoles, ....

Objectifs

  • prendre en compte la diversité régionale et faire vivre l'équité territoriale,
  • inscrire l’action régionale dans la proximité,
  • co-construire un nouveau cadre de dialogue entre collectivités.

Missions

  • être un espace de concertation et de proposition pour la Région, dans le cadre de ses compétences : l’Assemblée des territoires sera consultée, par exemple, sur les chantiers structurants, les grandes politiques et dispositifs régionaux (Schéma Régional du Tourisme et des Loisirs, dispositif Bourgs- Centres, future politique numérique...). La Région y sera à l’écoute en permanence.
  • constituer un lieu de capitalisation, d’échange de bonnes pratiques, de mutualisation et de mise en réseau des territoires : l’Assemblée des territoires sera un espace de mise en réseau, entre les territoires et la Région, un lieu source et ressources pour les territoires et pour la Région.
  • favoriser le développement des expérimentations et des pratiques innovantes dans la mise en œuvre des politiques publiques : identification de sites pilotes, accompagnement d'initiatives innovantes, mise en réseau et capitalisation... Cette instance doit être un vrai laboratoire d’innovation publique territoriale.
   

Après l'accueil par Pierre Bouldoire, maire de Frontignan, des élus venus en nombre, Sylvie Pinel, vice-présidente de la Région et Catherine Pinol ont officiellement saisi l’Assemblée des territoires sur 4 sujets majeurs : la politique des bourgs centre, le tourisme "expérientiel", les circuits alimentaires de proximité en restauration collective et les usages numériques et collaboratifs au service du développement territorial.

La politique des bourgs-centres

Dans une région où 61 % des communes comptent moins de 500 habitants, le Conseil Régional a décidé de soutenir les investissements publics locaux visant à renforcer l’attractivité et le développement des bourgs-centres qui jouent un rôle pivot ou de centralité vis-à-vis de leur territoire environnant. Cette stratégie devra s’appuyer sur des projets concernant : la qualification du cadre de vie, la valorisation du patrimoine architectural et historique, le développement économique y compris le tourisme, le logement, l’offre de services à la population, la mobilité, l’offre culturelle ou encore l’environnement. Les contributions de l’Assemblée des territoires sont attendues sur les questions suivantes :

  • Comment renforcer l’attractivité de ces Bourgs-Centres dans le domaine du développement économique et de l’emploi ?
  • Quelles fonctions doivent-ils assurer vis-à-vis de leur territoire de proximité ?
  • Par quels moyens peut-on renforcer la qualité du cadre de vie des populations, notamment en ce qui concerne l’habitat et les services ? • Quelle place peuvent-ils prendre dans le domaine de la transition écologique et énergétique ?
  • Quelles méthodes d’approche pour bâtir un projet global de valorisation et de développement ?

Le tourisme expérientiel

Le tourisme "expérientiel" ou tourisme "créatif" se définit comme une forme de tourisme impliquant l’apprentissage de la culture du territoire visité. Le touriste "créatif" recherche une forme d’interactivité avec le territoire, il désire connaître les façons de vivre de ses habitants et accéder à des endroits inédits et peu visités dans les circuits touristiques classiques. Cette nouvelle pratique, en plein développement, a vocation à enrichir le Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs, qui sera présenté à l’Assemblée Plénière de juin 2017.
L'Assemblée des territoires devra alimenter et enrichir la réflexion régionale en abordant les questions suivantes :

  • Qui sont les acteurs publics et privés, à mobiliser pour faire émerger, consolider et développer des expériences touristiques « créatives » ?
  • Quels sont leurs rôles respectifs et leurs complémentarités ?
  • Quelles sont les collaborations possibles entre ces acteurs et comment les encourager ?

Les circuits alimentaires de proximité en restauration collective

: La Région accompagne le développement des circuits courts et de proximité dans le cadre d’une politique plus large en faveur d’une agriculture durable et d’une alimentation de qualité. A partir de l’état de l’existant en matière d’alimentation locale, une contribution de l’Assemblée des Territoires est ainsi attendue à partir du premier trimestre 2018, afin de préciser :

  • l’état de l’existant (outils, méthode, projets, formation,...) en matière d’alimentation locale en région ;
  • les outils (guide, plate-forme, logistique, etc...) et moyens (humains, organisationnels,...) nécessaires / attendus pour démultiplier les initiatives réussies ;
  • des propositions pour mettre en réseau les initiatives locales (partage d’expériences, gain d’efficacité, changement d’échelle...).

Usages numériques et collaboratifs et développement territorial

La Région mène une politique active dans le domaine du numérique, tant sur les infrastructures que sur le développement des usages, le soutien à la filière numérique, la diffusion du numérique dans l’économie, la formation, la recherche, l’éducation... Le Plan régional Très Haut Débit et les dispositifs définis dans son « Initiative numérique » en sont les meilleures illustrations. Confortée par les attentes exprimées lors de l’Assemblée des territoires du 4 novembre dernier dans le cadre de l'atelier « Nouveaux modes de travail » , la Région a déjà lancé un Appel à manifestation d’intérêt sur les tiers lieux (voir encadré ci-dessous). Sur ce sujet, il est demandé à l’Assemblée des territoires de faire des préconisations sur les conditions de réussite de lieux favorisant l’économie collaborative. Celles-ci, attendues pour septembre 2017, permettront d’éclairer les termes d’une future intervention régionale.

 

« tiers lieux ».

Depuis plusieurs années, de nouveaux espaces de travail collaboratif ont fait leur apparition : les tiers lieux. Ils offrent ainsi aux « travailleurs mobiles » des locaux et des infrastructures de communication. La Région souhaite accompagner cette dynamique. Et suite aux préconisations de l’Assemblée des territoires, elle a ainsi lancé, en décembre dernier, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) qui vise à collecter les projets de création ou d’extension de tiers lieux ainsi que les besoins des porteurs de projet Cet AMI a pour objectif de recenser les besoins des territoires et porteurs de projets des tiers lieux, afin de définir de futures aides de la Région en faveur de leur développement. Un appel à projet pourrait par exemple être envisagé. Il a été clôturé le 17 mars dernier. Une centaine de dossiers a été reçue, pour 140 propositions de création ou d'extension de tiers lieux.

 

En clôturant la matinée et en s'adressant aux élus présents, Carole Delga, présidente de la Région a souhaité "du pragmatisme et de l'efficacité" pour conduire les politiques territoriales. "Cela passe notamment par de l'écoute et par une réponse « sur mesure », la plus ajustée à chaque territoire." a-t-elle ajouté.
Son objectif est de couvrir, dès 2018, l'intégralité du territoire régional par des contrats. "Ils feront la synthèse entre un projet de territoire défini à la bonne échelle et porté par ses acteurs, d'une part, et la stratégie régionale, d'autre part."
Elle propose également de créer une dotation pluriannuelle pour l'innovation et l'expérimentation dans les territoires ruraux, déclarant pour conclure : "Se mettre en mode innovation est essentiel aujourd'hui pour tous les territoires, y compris les territoires ruraux. Cela permettra de renforcer notre attractivité et l'ancrage de nos emplois. Je souhaite faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée une Région pionnière et exemplaire en termes d'efficacité de ses politiques et de démocratie locale. »