ECHOS

Le mouvement En Marche vers le parti En Marche ?

Mardi 20 juin avait lieu dans la salle des fêtes d’Adissan une première réunion de coordination entre les comités du mouvement En Marche de l’Hérault présidée par Coralie Dubost, députée de la 3ème circonscription en présence de Patrick Vignal, député de la 9ème circonscription, Christophe Euzet député de la 7ème circonscription, Isabelle Voyer, candidate de la 6ème circonscription, son suppléant et responsable du comité de Montagnac, Christophe Giancola, et son directeur de campagne, Jérôme Toulza ainsi que François Lavigne, responsable du comité de Pézenas et bien d’autres… De nombreux échanges et interactions ont eu lieu entre les élus et les « marcheurs ». Le compte rendu de cette réunion remontera à Paris et en retour, une feuille de route leur sera communiquée pour la future grande organisation du mouvement. Catherine Barbaroux, qui succède à Emmanuel Macron à la présidence de la République en Marche, conduira le 8 juillet prochain à Paris, une convention sur l’avenir du mouvement d’où émergera l’organisation de tous les départements de France.

Corinne Cambon

L’Hérault engagé dans 5 opérations de labellisation « Grand site de France »


Cirque de Navacelles © E. Brendle

Le 23 juin prochain, le Cirque de Navacelles deviendra officiellement le 15ième « Grand site de France »1, le deuxième de l’Hérault après St-Guilhem le désert-Gorges de l’Hérault labellisé en 2010.

Une fierté pour le Département de l’Hérault qui a soutenu cette candidature pendant une dizaine d‘années et qui poursuit son accompagnement de valorisation du site. Dans cet objectif, cet été, des navettes touristiques gratuites seront mises en place entre La Maison du Grand site de la Baume Auriol et le hameau de Navacelles pour faciliter les visites du 14 juillet au 15 août.

Par ailleurs, le Département accompagne 3 autres territoires engagés dans une démarche de labellisation « Grand Site » : « Vallée du Salagou et Cirque de Mourèze », « La Cité de Minerve, Gorges de la Cesse et du Brian » et « Le Canal du Midi du Malpas à Fontserane ». A ce titre, l'Hérault est aujourd’hui le 1er département en nombre de sites engagés dans une démarche de labellisation.

Les grands sites et sites majeurs : une priorité du Département de l’Hérault
Le Département accompagne les territoires engagés dans une démarche de labellisation « Grand Site » depuis le démarrage et à toutes les étapes : ingénierie, conseils, financement du fonctionnement des structures gestionnaires, études, financement de travaux, d’équipements publics ou privés… et participe activement aux instances de gouvernance.

Ce soutien aux Grands sites est une priorité aujourd’hui affirmée dans le Schéma départemental du Tourisme et des Loisirs avec les loisirs de pleine nature et l’oenotourisme.

Le Département consacre annuellement plus d’un million d’euros d’aides directes pour soutenir la démarche Grand Site de France auxquelles se rajoutent des aides contribuant à l’aménagement des sites (routes) ou au maintien de l’agriculture et à la préservation de l’environnement.

Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

Carole Delga obtient un engagement important de l'Etat pour la réalisation du projet

Alain Vidalies, secrétaire d'Etat en charge des transports, de la mer et de la pêche, valide le principe de réalisation, en deux phases, de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP).

La première étape concernera la liaison mixte fret et voyageurs entre Montpellier et Béziers, la desserte de Béziers ayant vocation à être assurée par sa gare centre. L'enquête publique se tiendra dès le premier semestre 2018.

L'actualisation du classement en Projet d'intérêt général (PIG) de l'ensemble du tracé permet la sanctuarisation de la totalité de la ligne nouvelle jusqu'à Perpignan.
Le Gouvernement a également commandé à l'Inspection générale des finances et au Conseil général de l'environnement et du développement durable une mission exploratoire visant à préciser, pour l'été 2017, les modalités de financements de cette première phase et la répartition entre les partenaires.
"Cette décision ministérielle est un signe fort en faveur de la poursuite de ce projet ambitieux pour l'arc littoral dans une logique de desserte européenne. Le choix de phaser va permettre d'accélérer la réalisation de la ligne, d'abord jusqu'à Béziers puis à Perpignan ", a souligné Carole Delga.
Carole Delga et Pascal Mailhos, préfet de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ont adressé la semaine dernière un courrier à ce sujet à l'ensemble des présidents des collectivités concernées.

Deux dates importantes pour la Fnaca

Conseil d'Administration FNACA à Florensac le 20 avril : 

Hasard du calendrier ! Au moment où se profile la dernière ligne droite des élections présidentielles, M. Michel Martel, président de la Fédération FNACA de l'Hérault, mobilise ses troupes. Dans un premier temps, le Conseil d'Administration, se réunira à Florensac, le jeudi 20 mai à 9h, domaine du Bosquet, pour «débroussailler» les questions essentielles qui se poseront lors du Congrés Départemental de Bessan.

 A l'ordre du jour du Conseil d'Administration :

  • Approbation du compte rendu du comité Départemental qui s'est tenu à Montagnac

  • Nomination d'un nouveau secrétaire départemental

  • Effectifs et commentaires

  • Congrés du 11 mai 2017

  • Motion du congrés à présenter et adopter

  • Commission journal

  • Questions diverses

Congrés Départemental à Bessan le 11 mai :

Ce rassemblement des instances dirigeantes FNACA du département de l'Hérault aura sans aucun doute, un caractère bien particulier alors que sera connu le nouveau président de la République. Selon qui sera « l'heureux élu», c'est l'avenir même de la FNACA qui pourrait être à l'ordre du jour, sachant que le 19 mars restera comme toujours sur le fil du rasoir des luttes intestines !

Ce congrés qui sera évoqué plus en détail, prochainement, sera suivie d'une cérémonie au Monument aux Morts de Bessan, un repas dansant viendra clôturer cette journée, en partenariat avec la municipalité.

Corinne Cambon

Un requin pélerin (inoffensif) observé au large de la Grande Conque

 

 

 

Belles observations ce matin du 9 avril que celles de Kévin Carlini (vidéo) et Clément Glomot (photos) de ce grand requin inoffensif dans l'Aire Marine Protégée de la côte agathoise ! Plus grand poisson de Méditerranée (jusqu'à 12 m) il est, comme nombre de requins et raies, classé vulnérable au niveau mondial et indispensable au bon fonctionnement global du milieu marin. Il ne se nourrit que de plancton grâce à sa grande bouche et ce contact au Cap d'Agde témoigne aussi de la bonne qualité de nos eaux littorales ! Des observations naturalistes participatives qui seront relayées avec les autres Aires marines protégées régionales et notamment de l'association Ailerons, spécialisée dans l'étude et la protection des requins (asso-ailerons.fr).

Miss Agde 2017

En ce mois de mars, le mois du renouveau printanier, a eu lieu l’élection de Miss Agde 2017 et ceci pour la première fois au Palais de Congrès du Cap d’Agde.
Devant une assistance attentive, les 8 candidates se sont « dévoilées » aux yeux de leur public. La soirée organisée de main de maître par le Comité des Fêtes a proposé un spectacle qui a ravi les nombreux supporters venus encourager les candidates.
Ainsi en alternance entre les défilés des jeunes candidates se sont succédé de jeunes talents venus s’affronter dans le cadre de la finale du Casting Cap Talents. De bien belles voix ont ainsi pu être entendues.
Pour l’élection de Miss Agde 2017, les résultats de la soirée donnent  Amandine Schiesslé comme 2ème Dauphine, Morgane Baudchon pour 1ère Dauphine. Alexy Gaudimier quant à elle, a été élue Miss Agde 2017.
Bravo à ces jeunes filles qui malgré un stress bien compréhensible ont su se montrer à leur avantage.

No images found.

Plan Littoral 21 : Une nouvelle ambition pour la Région

 Près d’1 milliard d’euros pour le littoral de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Ce 10 mars, à l'Hôtel de région de Montpellier, Bernard CAZENEUVE Premier ministre et Carole DELGA, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, en présence de la Caisse des Dépôts et Consignation, ont engagé aujourd'hui le Plan Littoral 21, en signant un accord-cadre entérinant les financements et les trois grandes orientations stratégiques partagées.

Crédit photo : Région Occitanie / Pyrénées - Méditerranée.

 

Le Livre bleu de la Méditerranée s’écrit aujourd’hui

Avec 220 km de rivages, un parc naturel marin de 4 000 km², 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance et 3 ports de commerce, la région Occitanie / Pyrénées- Méditerranée dispose de formidables atouts. 10 millions de visiteurs y sont accueillis chaque année.

Facteur d’attractivité et de développement économique, la Méditerranée est aussi un marqueur social et culturel essentiel pour la nouvelle Région et ses 5,7 millions d’habitants.

Cinquante ans après la Mission Racine, qui a transformé en profondeur le rapport des populations à la mer, nous devons désormais relever un autre défi majeur : donner un nouvel élan à l’économie maritime, en façonnant le littoral du XXI è siècle.

C’est l’objectif du Plan Littoral 21 que l’État, la Région et la Caisse des Dépôts ont conjointement élaboré, en concertation avec les collectivités locales, les acteurs de l’économie régionale et le Parlement de la Mer.

Ensemble, nous souhaitons proposer une vision stratégique et prospective du littoral en déployant sans attendre de nouveaux moyens pour aménager durablement la côte, moderniser les infrastructures portuaires et touristiques, faire monter en gamme l’hébergement et construire un littoral à énergie positive.

En accueillant le Premier Ministre et en signant aujourd’hui l’accord-cadre du Plan littoral 21, nous écrivons une nouvelle page du « Livre bleu » d’Occitanie / Pyrénées-Méditerranée avec l’enjeu fondamental de transmettre aux générations futures la richesse patrimoniale que constituent les ports, les plages, le littoral ou encore le parc naturel marin de notre magnifique Région.

Carole Delga
Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

 

 

Un peu d’histoire : la Mission Racine

Il y a plus d’un demi-siècle, en 1963, un projet exceptionnel par son envergure et par les moyens financiers engagés, a façonné le littoral de la région tel que nous le connaissons aujourd’hui. Afin de capter sur le territoire les flux touristiques à destination de l’Espagne, l’Etat décide en effet, dans le cadre de la Mission Racine, la création ex nihilo de six stations balnéaires : Port-Camargue, La Grande-Motte, le Cap d’Agde, Gruissan, Port- Leucate et Saint-Cyprien. 

   

Lancé en juillet 2016, plus de cinquante ans après la Mission Racine, la réflexion sur le Littoral 21 entend favoriser l'économie bleue et verte notamment l'économie touristique, la protection du cordon littoral, le développement des ports et le soutien aux énergies marines renouvelables. Il prend en compte notamment le réchauffement climatique, la transition écologique, la diversification et les nouveaux besoins des populations permanentes et saisonnières.

L'objectif : définir et mettre en œuvre un nouveau modèle de développement littoral et maritime pour la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.
 « L'enjeu du Plan Littoral 21 dépasse largement la seule question du tourisme et de la requalification des stations « Racine ». Ce nouveau Plan replace le littoral dans son époque, afin de définir un modèle de développement inclusif, adapté au changement climatique et à la croissance démographique et permettant au territoire d'être un moteur de la croissance économique. Grâce au soutien de l'Etat et de la Caisse des Dépôts, la Région peut maintenant assurer le lancement et surtout la mise en œuvre concrète du Plan», a affirmé Carole Delga.

« La mobilisation de la Caisse des Dépôts est déjà pleine et entière sur le littoral régional. Elle se poursuivra et s'amplifiera dans le cadre du Plan Littoral 21, aux côtés de l'Etat et de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée», a déclaré Marc Abadie.

 « Votre Plan littoral 21 est un projet exemplaire, associant développement durable, prospérité économique et solidarité territoriale. Un projet d'ouverture sur le monde, la mer bien sûr mais aussi l'Espagne et la région voisine de Catalogne. Un projet qui devra nous inspirer pour le futur de l'Europe et de la France» a conclu Bernard Cazeneuve.

Sur la période 2017-2020, l'investissement  total prévisionnel du Plan Littoral 21 est estimé à près  d'1 milliard d'euros, dont 300 M€ de la Région (triplement des crédits par rapport à la période précédente) et plus de 200 M€ de l'Etat auxquels il faut ajouter 180 M€ déjà inscrits au Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020.

La Caisse des Dépôts mobilisera l'ensemble du panel de ses financements et compétences, y compris le Fonds France Développement Tourisme, ainsi que du réseau des filiales du Groupe.

Une centaine de projets portés par les collectivités locales et les chambres consulaires ont été recensés. En complément, des appels à projets portés par des entreprises et des laboratoires de recherche de toute la Région vont être lancés. Le projet fera l'objet d'une concertation avec l'ensemble des parties prenantes, avec une place spécifique réservée au Parlement de la Mer.

Trois orientations stratégiques ont été définies pour le Plan Littoral 21 :

  1. Pour une vitrine française de la résilience écologique et de la valorisation patrimoniale
  2. Pour une économie innovante qui irrigue tout le territoire
  3. Pour un littoral symbole d'attractivité, d'accueil et de vivre ensemble
 

Une économie maritime de poids : chiffres clés 2017

  • Tourisme : 8 millions de touristes par an, 20 stations touristiques, 30 000 chambres d’hôtes, 800 campings
  • Pêche et conchyliculture : 1 ère flottille de pêche de Méditerranée, 5 ports de pêche, 70 points de débarquement, 11 prud’homies de pêcheurs, 95% de la production halieutique en Méditerranée française, 10% de la production conchylicole nationale avec 530 exploitations (Thau et Leucate)
  • Nautisme : 1790 entreprises, 6600 emplois Région dans le top 10 mondial des destinations des sports de glisse, 1 ère région de France pour le Kitesurf (15000 pratiquants, 120 acteurs économiques, 1000 emplois)
  • Formation : 75 établissements et 150 formations aux métiers de la mer, 2 lycées de la mer à Sète et Canet-en-Roussillon • Commerce : 3 ports de commerce : Sète, Port La Nouvelle, Port-Vendres
  • Energies Marines Renouvelables : deux projets de fermes pilotes d’éoliennes flottantes installées d’ici 2020-2021 à Gruissan et à Leucate Barcarès) : 350 emplois créés pour les fermes pilotes, environ 3000 emplois créés pour la construction des fermes commerciales à l’horizon 2025.
 

» télécharger ici le discours intégral du premier ministre

Mission locale d’Insertion du Centre Hérault

La Mission locale, qui fait partie d’un réseau national, couvre un territoire de 77 communes entre Agde, Pézenas, Bédarieux et Magalas. Elle suit environ 3500 jeunes de 16 à 25 ans qui sont sortis de scolarité.

La Mission locale s’adresse à des jeunes habitants sur le territoire correspondant aux critères énoncés auparavant. A partir de là tous les jeunes sont acceptés quel que soit leur profil et quel que soit leur projet.

 

Selon M. Fabien MOUTON, Conseiller en Insertion Professionnelle et responsable de l’antenne d’Agde, « Avec chaque jeune, on va travailler en fonction de leurs besoins sur une problématique d’orientation professionnelle. On va travailler sur l’accès à la formation, ensuite on va travailler sur l’accès à l’emploi, l’accès au contrat en alternance.  Les Missions locales travaillent aussi beaucoup sur les contrats aidés pour les jeunes et maintenant l’Etat nous a confié le suivi des Emplois d'Avenir.  On travaille donc sur ces emplois là qui sont à la fois dans le secteur marchand et non marchand et qui ont permis à des jeunes sans diplômes de pouvoir accéder à de vrais emplois, au minimum sur 3 ans, et ça a été une vraie réussite sur le territoire.

Et ensuite ce qui fait l’originalité des Missions Locales, par rapport à des structures comme Pôle Emploi, c’est que nous faisons l’accompagnement global du jeune en fait. Car outre l’accès à l’emploi, on va travailler sur tout ce qui est aide à la vie quotidienne. Grâce à notre réseau de partenaires et aux services sociaux nous pouvons l’aider pour son accès au logement mais aussi pour l’accès à la mobilité, l’accès aux soins qui est très important car beaucoup de jeunes ne se soignent pas. Nous travaillons aussi sur les démarches administratives, l’accès à la citoyenneté, et sous certaines conditions des aides financières. Donc on est assez large au niveau de l’offre de services avec comme objectif de faire un travail de proximité aussi en étant présents sur des communes avec 17 permanences dans les villages au plus proche des jeunes ».

Les Missions Locales sont financées par l’Etat, par le Conseil Régional, le Conseil Départemental et le FSE mais aussi par les collectivités locales (agglomération et communes). Les Missions Locales fonctionnent toutes comme des associations avec un conseil d’administration dont le président pour la MLI Centre Hérault est M. Alain GRENIER élu à Pézenas et vice-président chargé de l’Emploi, à l’Insertion et à la Formation au sein de l’Agglo Hérault Méditerranée. Le directeur de la structure est M. Jean-Michel BEAUVIRONNET.

Les MLI dont celle du Centre Hérault organisent régulièrement des ateliers de découverte des métiers pour « ouvrir le champ des possibles » pour l’orientation des jeunes. Il faut ensuite construire le projet avec les jeunes.

En cet après-midi il m’a été donné d’assister à un de ces ateliers avec pour thématique la sécurité. A cette occasion des professionnels se sont déplacés pour faire connaitre leur profession dans des secteurs qui peuvent recruter ; un pompier, un formateur sauvetage en mer, un jeune agent de sécurité qui est lui-même passé par la MLI d’Agde ainsi que Noémie qui est elle-même passée par la MLI et qui, à force de volonté est parvenue à intégrer la police municipale dans la brigade équestre.

Outre ces ateliers dans les locaux de la MLI, il peut aussi d’agir pour les jeunes d’aller visiter des entreprises ou d’aller sur des salons comme celui « du taf » de Montpellier ou comme sur celui d’Albertville pour tout ce qui est sports d’hiver……
Un grand forum est d’ors et déjà programmé, en Agde, le 14 mars et à Portiragnes le 11 mars pour l'Emploi saisonnier ainsi que le 31 mai à Pézenas avec un salon de l'apprentissage où l’an dernier plus de 400 jeunes sont venus.
Le rendez-vous est pris pour suivre les prochains salons de la MLI du Centre Hérault.

Cette petite boule de poils… participe à la protection de nos plages

Les derniers coups de mer successifs ont apporté quantité de bois, débris et déchets sur nos plages,avec malheureusement beaucoup de plastiques nocifs pour notre environnement (voir les campagnes locales de Project Rescue Ocean).

Parmi les laisses de mer naturelles figurent les pelotes de mer ou aegagropiles, petites boules feutrées formées de restes de fibres provenant des feuilles mortes de posidonies, qui peuvent aussi former des petites banquettes en bord de plage. Ces restes de posidonies, associées à des dépôts d’algues, de petits bois,de coquillages se mélangent au sable et maintiennent ainsi la plage.

Vivantes, les posidonies sont présentes dans l’Aire Marine Protégée de la côte agathoise sous forme de petits herbiers autour de Brescou, des Battuts ou vers les falaises du Cap d’Agde. Et elles jouent un rôle écologique majeur, notamment en servant de « tampon » aux effets des vagues sur le rivage ! Cette plante marine (car c’est une plante !) ne se trouve qu’en Méditerranée et ne pousse que de quelques cm par an. D’où l’importance de la préserver avec une bonne qualité des eaux, des mouillages écologiques ou inciter l'ancrage des bateaux sur des fonds sableux. Sur notre littoral agathois ces herbiers se portent assez bien dans l’ensemble et cette gestion durable doit se poursuivre

Renaud Dupuy de la Grandrive
Directeur du Milieu Marin / Aire Marine Protégée Côte agathoise

>> Suivre l'actualité de l'Aire Marine Protégée Côte agathoise  sur Facebook

Une idée audacieuse pour un avenir serein

Christian Hernandez , un des deux animateurs de la commission « Aménager, se déplacer » du Conseil de développement de Thau agglo, est parti de Sète sur son vélo électrique fourni par le magasin sétois "Flying cat," pour rallier Pontevedra en Galice, à une cinquantaine de kilomètres de St Jacques de Compostelle, en longeant le canal du Midi puis en passant par le col de Roncevaux ; soit plus de 1100 Km. Pontevedra est une ville pionnière qui a réussi à dire non aux voitures. La ville espagnole est une ville sans trottoir, sans feux rouges où les piétons sont rois. Moins de bouchons, moins de pollution et moins de bruit. Et pourtant, depuis cette mutation réussie, l'économie du centre-ville est repartie et l'attractivité de la ville s'est considérablement renforcée. Un exemple à suivre? C'est ce que Christian Hernandez nous dira à son retour. En attendant bravo à cet homme de conviction et à son courage.

Il est un peu moins de huit heures, de gros nuages dans le ciel s’agglomèrent, le vent souffle par rafales. Pas un temps à prendre le large. D’ailleurs les chaluts ont poursuivi leur nuit. Quelques hommes s’occupent sur les pontons ; il y a toujours quelque chose à faire sur un bateau.

Dans sa tenue jaune fluo nous le voyons arriver de loin. L’homme pose un pied à terre, mais garde son casque pour nous serrer la main. Il paraît d’excellente humeur. Prêts ? Il hausse les épaules, « on verra bien ». Il faut dire que Christian Hernandez qui est l'un des deux animateurs de la commission « Aménager, se déplacer » du Conseil de développement de Thau agglo, ne s’apprête pas à partir pour une petite balade de rien du tout. Plus précisément, il a décidé de rallier Pontevedra en Galice, (à une cinquantaine de kilomètres de St Jacques de Compostelle) en longeant le canal du Midi puis en passant par le col de Roncevaux ; soit plus de 1100 Km.

Pourquoi un tel périple ? Eh bien voilà, Pontevedra est une ville dont le Maire a depuis 1999 décidé d’exclure les voitures de son centre mais pas seulement. Il n’y a, en fait, plus aucune voiture dans cette ville (la seule au monde !) Alors qu’il y a pourtant des gens qui y vivent ! La population a même augmenté et s’élève aujourd’hui 83 000 habitants. Cette évolution positive et cette spécificité qui lui a valu de nombreuses récompenses (prix d’excellence urbaine du Center For Active Design en 2015 à New-York, prix Européen Intermodes en 2013 à Bruxelles, prix international ONU-habitat en 2014 à Dubaï) ont intrigué Christian Hernandez qui a donc décidé de s’y rendre en vélo pour voir comment marchait une ville sans voitures. A pieds, certainement, en vélo aussi ; il en saura davantage en arrivant.

Evidemment, le choix de son moyen de locomotion est symbolique, car se rendre en quatre-quatre dans une ville qui a réussi l’exploit d’exclure les voitures de ses murs eut été un peu déplacé. D’où ce moyen de déplacement plus écologique et qui en plus fait du bien à la santé. Le but de Christian Hernandez est également de montrer que faire de longues distances est une chose possible à tous les âges et de redonner envie aux gens d’enfourcher leurs vieilles bécanes ou, comme lui, d’opter pour un vélo électrique. Le cycliste s’est fait équiper par Wilfried du magazine de vélo Flyng cat qui est partenaire de l’aventure, un magnifique vélo électrique ; ce qui aura tout de même l’avantage de le soulager.

S’il n’a pas de tente, l’homme a tout le reste (nourriture, trousse à pharmacie, trousse à outil…) pour survivre même dans les moments difficiles. En parlant d’équipement, Wilfried a oublié la bâche à vélo, le temps leur y fera penser. Il vaut peut-être mieux démarrer dans des conditions météo difficiles et que ça s’améliore par la suite. C’est en tout cas tout ce que les deux hommes peuvent espérer car ici le temps ne semble pas prêt à virer soudainement au beau et le moment est venu pour eux de mettre "les bouts".

"On va peut-être éviter la promenade après le théâtre pour ne pas qu’une vague nous ramène presto au magasin" suggère Wilfried qui ne part que pour deux jours, lui. Mais en ce qui concerne Christian Hernandez. Combien de temps, en fait ? Quand il arrivera ; le but ce n’est pas de faire la course. Ce pourrait, en effet, être contre-productif et n’aurait surtout rien à voir avec la démarche entreprise qui s’inscrit dans une appréhension du monde où prévaut davantage une certaine lenteur .

Même si elle n’a pas le lièvre dans le viseur la tortue s’en va toujours à l’heure. Un dernier regard sur la ville et les deux hommes ne sont bientôt plus que deux points miroitants à l’horizon, deux bouchons, bien décidés à rester à flot, et surtout à conserver le vent en poupe… Et on le leurs souhaite très fort !

Pour en savoir plus sur Pontevedra, la ville sans voiture : www.youtube.com/watch?v=QVHf1D91jTA

Obligation de casier judiciaire vierge pour les candidats

Ce mercredi les députés ont adopté, en première lecture, plusieurs propositions de loi visant à davantage de moralisation en politique. L’une d’elle, dont le rapporteru est le député socialiste de l’Hérault, Sébastion Denaja, instaure l'obligation de casier judiciaire vierge pour les candidats aux élections.

Elle s’inscrit dans le prolongement de l’action menée depuis 2012 pour la transparence et la moralisation de la vie publique : la loi de 2013 relative à la transparence de la vie publique, créant la Haute Autorité de Transparence de la Vie Publique qui contrôle les déclarations d’intérêts et de patrimoine des élus, des ministres, des membres de cabinets, et hauts fonctionnaires ; la loi de 2014 sur le non-cumul des mandats ; ou encore la loi de 2016 sur la lutte contre la corruption, la transparence et la modernisation de la vie économique. Sébastien Denaja, rapporteur de cette loi, a fait adopter une peine complémentaire obligatoire d’inéligibilité pour les élus condamnés pour des atteintes à la probité.

Ce texte constitue un nouveau pas vers la moralisation de la vie publique. C’est le sens de l’intervention du député dans l’hémicycle. Il propose également qu’il soit envisagé l’élaboration d’un texte de nature constitutionnelle pour faire en sorte que l’ensemble des charges publiques - en particulier ministérielles - puissent être couvertes par cette obligation de probité, qui suppose notamment la production d’un casier judiciaire vierge pour prétendre à l’exercice de n’importe laquelle de ces charges.

Reste à présent à valider ce texte au Sénat et à promulger la loi. Compte tenu des délais d’instruction, il est probable que la mise en application de ce texte n’intervienne qu'après les législatives de 2017.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon