ECHOS

Primaires de la droite et du centre : résultats du second tour

Déferlante Fillon dans l'Hérault

Dans le département de l'Hérault, environ 70.000 personnes se sont déplacées pour participer ce dimanche 27 novembre au second tour des primaires de la droite et du centre. François Fillon l'emporte très largement au plan départemental avec 72% des bulletins de vote en sa faveur contre seulement 28% à Alain Juppé.
Au plan national, sur 4,3 millions d'électeurs, François Fillon récolte 66% des suffrages et Alain Juppé 34%.

Le Maire de Marseillan, Yves Michel, sera candidat aux prochaines élections législatives

Yves Michel, maire de Marseillan, a annoncé ce jeudi matin sa candidature aux prochaines élections législatives sur la septième circonscription de l’Hérault.
Sa démarche est soutenue par la majorité de son conseil municipal, dont la plupart des élus étaient présents lors de cette présentation à la Ferme marine, au bord de l’Etang de Thau. Plusieurs élus, acteurs économiques, et associatifs de cette circonscription ont également assisté à cette officialisation.
Yves Michel a annoncé sa décision de "se mettre en retrait du parti Les Républicains". Il a aussi affirmé son choix de démissionner de son mandat de maire de Marseillan en cas d’élection, "dans le respect du non cumul des mandats. " Le candidat assure ne soutenir pour l’heure aucun candidat à la primaire de la droite et du centre.

Le discours intégral du candidat Yves Michel

"Très attaché à partager les expériences des activités dans lesquelles je suis engagé et, après avoir créé à 27 ans l’entreprise que je dirige toujours, je me suis mis au service de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Béziers / Saint Pons en qualité de Conseiller Technique, souhaitant ainsi participer à la vie économique de ce bassin.

Elu maire en 2008, les habitants de Marseillan m’ont renouvelé leur confiance en 2014 par un vote sans équivoque de 60 % dès le premier tour de l’élection municipale. Mon dévouement au service de ma ville et de ses habitants avait d’ailleurs commencé bien avant, dans le milieu associatif local.

Mon engagement à servir avec sérieux, constance, dynamisme et sans sectarisme a convaincu également les élus des 14 communes du Bassin de Thau de valider la confiance que m’a donnée le Sénateur-Maire de Sète, François COMMEINHES, en me choisissant pour la Vice-Présidence du Syndicat Mixte du Bassin de Thau (SMBT) en charge du Natura 2000 et du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT), ainsi que les élus de Thau Agglo pour la Vice-Présidence, délégué au développement économique et à l’attractivité du territoire, structures dont François COMMEINHES assure les présidences.

L’expérience acquise dans l’exercice de ces différentes fonctions m’a fait comprendre les limites de notre action publique territoriale au regard des lois et règlementations nationales encadrant nos choix politiques. Souvent protectrices, parfois inadaptées aux problématiques de notre territoire, j’ai la ferme conviction que mon engagement doit aller plus loin afin de participer à leur évolution.

Les sujets sont nombreux et la liste non exhaustive :

  • La réponse au problème de l’emploi, notamment des jeunes, qui n’est qu’un traitement social du chômage et non pas un traitement économique de fond qui permettrait de retrouver la confiance, l’autonomie et l’espoir pour ces personnes en difficultés. Les collectivités accompagnent les politiques publiques en place, mais le monde économique n’est pas suffisamment sollicité pour en être un partenaire garant de l’efficacité des mesures engagées et d’un emploi pérennisé. 
  • La protection de nos populations et de la qualité de vie recherchée par chacun ne peuvent pas être assurées face au manque de moyen des autorités de police et judiciaires, entrainant un manque d’efficacité dans la répression des incivilités, des violences ou des trafics en tout genre. L’efficacité des politiques de prévention que nous développons dans nos collectivités est anéantie. Ainsi, les nombreuses actions que nous mettons en place pour les personnes fragiles qui peuvent basculer socialement et se mettre en marge de la société, n’ont pas l’effet escompté.
  • Nos activités traditionnelles de pêche, de cultures marines et d’agriculture doivent être soutenues et les règlementations assouplies parfois, afin de permettre leur développement et leur nécessaire adaptation à l’évolution des demandes des consommateurs.
  • Le petit commerce et l’artisanat sont des activités essentielles dans nos coeurs de ville où, audelà même de l’apport économique, elles permettent de maintenir et développer le lien social dans nos cités. Leur statut doit évoluer afin de donner des réponses à la concurrence effrénée des centres commerciaux périphériques.
  • Le tourisme doit être pris en compte à sa juste valeur afin qu’il ne soit plus assimilé à une économie engendrant de l’emploi précaire. La rigidité des règlementations nationales ou européennes, voire leur contradiction, font l’objet de discussions sans fin avec les services de l’Etat qui n’ont pas vocation, loin s’en faut, à les adapter et les assouplir.
  • La création de logement social supplémentaire, dont l’objectif prévu par la loi de 25 %, alors même qu’il n’est pas conditionné à la création d’emplois dans une région ou le taux de chômage est un des plus élevés de France et ou la préservation de la qualité des eaux de la lagune ainsi que la protection de notre terroir agricole doivent imposer un ralentissement de l’urbanisation, cet objectif est inatteignable dans certaines de nos communes.
  • Enfin, je finirai par la jeunesse. Pour être très engagé avec elle, je ressens bien souvent un décrochage de cette dernière, face à un monde qui lui semble si différent et si peu préoccupé de son avenir. Il est temps de lui donner toute sa place, elle est l’avenir de notre pays, le socle qui garantit la transition des savoirs et de tout ce que des générations ont construit afin que les valeurs de la République soient renforcées pour maintenir une société humaine, libre et solidaire. Cela passe par des mesures fortes lui permettant de s’émanciper par le savoir, la formation, le travail et surtout, la reconnaissance de leurs ainés.

Les sujets sont encore très nombreux et pas moins importants en matière de santé, d’éducation, d’environnement, de culture et autres.

Vous l’avez compris, l’action locale a ses limites et seules des décisions nationales, adaptées à nos territoires, peuvent apporter des réponses aux problèmes que nous rencontrons ainsi qu’à l’évolution favorable de nos sociétés.

Aussi dans la logique de mes engagements, j’ai décidé d’être candidat aux élections législatives prochaines dans la 7ème circonscription, afin d’être force de propositions au service de notre pays et de nos populations.

Ma candidature est libre, je la veux porteuse d’espoir pour nos concitoyens afin que le bon sens et l’expérience puissent être pris en comptes dans les mesures à venir. Durant les mois qui précèdent l’échéance électorale, j’irai à la rencontre de la population dans toute sa diversité, des élus locaux, des représentants du monde économique, des responsables d’associations et plus généralement ce qu’on appelle la société civile afin de les écouter, d’échanger avec eux et d’affiner les propositions que je développerai, sans précipitation et conformément à notre idéal de vie dans le respect des valeurs de la République.

Je suis accompagné aujourd’hui d’amis ou simplement de personnes qui ont souhaité être présentes, mais demain viendront se joindre à nous tous ceux qui croient en une candidature engagée pour le seul intérêt de notre pays, de notre territoire et porteuse d’espoir, c’est de cela dont nous avons besoin."

Le candidat,
Yves MICHEL

Najat Vallaud-Belkacem et Sébastien Denaja à Florensac

Samedi 19 novembre, Sébastien Denaja, député de la 7ème circonscription de l'Hérault avait invité Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation Nationale et les élus du département au traditionnel banquet républicain auquel il convie ses sympathisants chaque année. Dans la salle comble du domaine du Bosquet à Florensac, plus de 300 personnes avaient répondu à cette invitation.  Une occasion pour le député et la ministre de défendre leurs actions et celles du gouvernement.

Parmi les très nombreuses personnalités présentes on pouvait remarquer Kléber Mesquida, Président du Conseil départemental de l'Hérault et député de la 5ème circonscription, Anne-Yvonne Le Dain, députée de le 2ème circonscription, Virginie Rozières, député européenne ou encore André Lubrano, conseiller régional. Plusieurs personnalités non socialistes étaient également présentes comme Stéphane Pépin-Bonet, le maire de Bessan, venu en voisin témoigner par sa présence, qu'au-delà des partis, il était un élu authentiquement républicain.

 

 

Kléber Mesquida
Président du Conseil départemental de l'Hérault
Député de la 5 ème circonscription

Partageant son temps entre l'Assemblé Nationale et le département, Kléber Mesquida était bien placé pour illustrer les retombées positives de l'action gouvernementale pour le département. Il ne s'en est pas privé, citant des exemples très concrets touchant le quotidien de la population.

 

Le député Denaja : "je suis fier de porter votre parole à l'Assemblée nationale"

Action législative

Lutte contre la corruption

Sébastien Denaja, rapporteur de la loi relative à la transparence et à la lutte contre la corruption, a joué un rôle majeur dans l'adoption de cette loi qui vise à moraliser la vie publique. Elle instaure une peine complémentaire d'inégibilité des élus condamnés pour corruption, elle protège les "lanceurs d'alerte", elle contrôle l'activité des lobbies auprès des pouvoirs publics et prévoit un encadrement de la rémunération des grands patrons.
Des moyens importants sont également alloués pour que la loi s'applique : une agence française contre la corruption est crée avec 70 personnes (contre  5 pour la structure chargée de la lutte anti-corruption sous le quinquennat précédent).

Egalité femmes/hommes

Sébastien Denaja était également le rapporteur de la loi sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, adoptée symboliquement le 4 août 2014, date anniversaire de la suppression des privilèges et des droits féodaux votée le 4 août 1789.
Cette loi contient des mesures "décisives" en matière d'égalité professionnelle, de garantie contre les impayés de pension alimentaire, de protection des femmes victimes de violences, de généralisation de la parité dans l'ensemble des instances économiques et sociales. A l'initarive du député de l'Hérault, la loi contient également des disposition très concrètes et pragmatique comme par exemple la possibilité d'opter pour un congé parental plus court et mieux rémunéré et la protection contre le licendiement des pères salariés 4 semaines après la naissance.

Loi pour les dockers

Cette loi, connue sous le nom de loi Denaja du nom de l'auteur de la proposition, vise à consolider et à clarifier l'organisation de la manutention dans les ports maritimes. Elle garantit notamment la priorité d'embauche des ouvriers dockers et l'obligation d'instaurer un dialogue social en cas d'implantation nouvelle.

 Défense des consommateurs

La loi consommation dont le député Denaja était le co-rapporteur avec Benoît Hamon, permet à présent une "action de groupe" à la française en particulier pour les associations de consommateurs qui peuvent désormais assigner en justice des professionnels commettants des abus de masse, notamment dans les domaines de la santé e de l'environnement

 

La ministre, faite citoyenne d'honneur de Florensac
par son maire Vincent Gaudy

   

A l'arrivée de la ministre entourée de Vincent Gaudy, conseiller départemental et maire de Florensac et du député Denaja, quelques personnes proches du collectif la manif pour tous de Ludovine de La Rochère,  ont manifesté et apostrophé la ministre, notamment sur l'enseignement "obligatoire" de l'arabe à l'école et sur "l'incitation à la sodomie" des manuels scolaires... La ministre a bien essayé d'entamer un dialogue avec ses détracteurs pour dénoncer ces rumeurs sans fondement mais peine perdue. La ministre a fait l'expérience qu'avoir raison ne suffit pas pour imposer son point de vue à ceux qui ont des a priori et des préjugés. Incident malgré tout bien vite oublié avec l'ovation chaleureuse des invités lors de l'entrée de la ministre dans la salle du Bosquet.

 Sur scène, Vincent Gaudy a rapidement replacé cet événement dans son contexte et a remercié tous ceux qui avait répondu présent à l'invitation, à commencer par Najat Vallaud-Belkacem qu'il allait faire citoyenne d'honneur de Florensac en point d'orgue à la fin des discours officiels.

 Prenant la parole après Kléber Mesquida, le président du départment, le député Denaja a d'abord fait un bilan de son action à l'Assemblé nationale (voir ci-contre) avant de faire une rapide synthèse de son action sur le terrain dans sa circonscription :

Santé
Extension à l'année de la ligne SMUR à Agde, maintien de l'agrément du service d'urgence de Pézenas, entrevue avec la ministre de la santé pour faire bénéficier de crédit exceptionnels les hôpitaux du bassin de  Thau (HBT) pour leur permettre de financer les nouveaux équipements tant attendus par les patients et les équipes médicales en place.

Sécurité
En zone de police Agde-Sète : attribution d'une subvention au titre de la réserve parlementaire aux commissariats de police d'Agde et de Sète dès 2012, obtention de 12 fonctionnaires de police et de 11 adjoints de sécurité pour Agde et 4 pour Sète-Frontignan en 2014 puis 5 autres en 2016.
En zone de gendarmerie : contribution et soutien à la création de la nouvelle gendarmerie de Marseillan, extension et déménagement de celle de Servian.

Métier de la mer
La pêche est désormais organisée au niveau européen, mais le député reste mobilisé pour que la spécificité de la pêche en Méditerranée et la fragilité de son écosystème soient mieux reconnues et défendues par l'Etat. Il a également cherché à être un relai efficace des pêcheurs et des conchyliculteurs auprès de la Région et du Département, facilitant les rencontres directes des représentants des professionnels avec les ministres chargés de la mer, Frédéric Cuvillier en 2013 et Ségolèn Royal en 2016.

Viticulture
Vice-président du groupe d'études sur la viticulture à l'Assemblé nationale, le député Denaja a œuvré contre la libéralisation des droits de plantation, pour la préservation des équilibres de la loi Evin, contre toute hausse de fiscalité sur les produits viticoles, pour la défense des distillerie, pour l'accélération de l'adoption du décret sur l'AOC Picpoul de Pinet, pour l'implantation des jeunes et pour la défense du système coopératif.

 

Autres soutien et contribution aux projets locaux

  • déménagement de la gendarmerie et de l'EHPAD de Servian
  • création des jardins familiaux à Florensac
  • création d'un mur anti-bruit à Pinet le long de l'A9
  • financement de la nouvelle gendarmerie de Marseillan
  • maintien de la desserte intercités en gare de Sète
  • couverture numérique du territoire
  • rénovation du cœur de ville d'Agde, des quartiers de l'île de Thau et du centre-ville de Sète.
  • pour mémoire : de nombreux autres projets financés au titre de la réserve parlementaire sur l'ensemble des 22 communes de la circonscription.
 

 


"Soyons à la hauteur des Français""

Avant de souhaiter bon appétit aux convives, la ministre Najat Vallaud-Belkacem a elle aussi fait un bilan de son action en déplorant la désinformation et les rumeurs qui tendent à discréditer le gouvernement de la République. Elle a fustigé "les mensonges éhontés qui "tiennent lieu de débats publics" et sont diffusés sur les réseaux sociaux et dans les médias par certains partisans de la droite et du Front National.
Proche des gens, avec un discours simple et factuel, elle a facilement conquis son auditoire de sympathisants qui l'a longuement acclamé tout au long de son intervention.
Elle a rappelé que le budget de son ministère devenait le premier poste budgétaire de la république :  92,49 milliards d'euros en 2017, dont 68,4 milliards pour l'Éducation nationale et 23,85 milliards d'euros pour l'Enseignement supérieur et la Recherche, soit 3 milliards de plus qu'en 2016. "Un tel effort n'a rien d'évident dans le contexte budgétaire actuel" précise la ministre en illustrant son propos avec l'exemple des 60.000 postes créés dans l'enseignement. L'effort d'ailleurs paye déjà: le nombre de "décrocheurs" qui quittent le système scolaire sans diplôme ni qualification est passé pour la première fois sous la barre des 100.000.

Concernant les fonctionnaires objets des attaques répétées de la droite, la ministre estime que "notre pays ne serait rien sans la colonne vertébrale qu'est le service public". Rappelant les coupes sombres du quinquennat précédents dans les effectifs de la fonction publique (police, santé, enseignement, etc;) elle a déclaré que "la droite qui n'a rien appris de ses erreurs passées", propose les mêmes mesures qui ont montré "leur caractère néfaste dans le passé." Najat Vallaud-Belkacem décrit enfin ce qui se passera pour les français, selon elle, si l'opposition revient au pouvoir, matière de bien montrer la différence entre une politique de gauche et une politique de droite voire d'extrême droite.
Dernière pique enfin contre Emmanuel Macron, quand elle dénonce ceux "qui manque de loyauté" et font courir à la gauche le risque d'un désunion qui l'élimine dès le premier tour de la prochaine présidentielle.

Encore des dauphins entre Cap d'Agde et Sète

Des petits groupes de Grands dauphins (Tursiops truncatus) sont encore là ces derniers jours dans l'Aire Marine Protégée de la côte agathoise ou à proximité entre le Cap d'Agde et Sète.
Cela n'a pas échappé à nombre de plaisanciers qui sont venus les voir de près, voire de trop près ou trop longtemps! Ces animaux sont sensibles au dérangement, il y a donc quelques règles d'approche (voir le schéma) et quand un groupe est installé, passer 1/4 d'heure avec eux c'est déjà bien et permet à chacun d'en profiter !

En tous cas ces observations confirment la présence d'une population de dauphins dans le golfe du Lion. Si vous voulez les admirer dans de bonnes conditions avec des professionnels qui connaissent et respectent la vie marine, montez à bord des grands bateaux à voile basés au Cap d'Agde !

Et merci de partager vos informations marines sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

source : Renaud Dupuy de la Grandrive (Aire Marine Protégée de la côte agathoise, Direction milieu marin Ville d'Agde)

Le député et les hopitaux

Le député Sébastien Denaja en soutien aux établissements de santé du bassin de Thau

Les Hôpitaux du Bassin de Thau (HBT), qui regroupent, entre autres, les hôpitaux des communes de Sète et d’Agde ainsi que les EHPAD basés à Marseillan, Vias, Agde et Sète, couvrent un bassin de vie de près de 200.000 habitants et sont au cœur de l’offre de soins de proximité.
Depuis 2013, les personnels médicaux et non médicaux de ces établissements ont réalisé d’importants efforts pour respecter les préconisations du contrat de retour à l’équilibre (CREF) signé avec l’ARS.
Cependant, les HBT connaissent toujours une situation financière particulièrement tendue résultant "des graves erreurs de gestion de l’ancienne direction cautionnés, avec le plus grand laxisme, par le président du conseil de surveillance" estime le député.
Or, le site de l’hôpital de Sète doit impérativement entreprendre des travaux de sécurisation des installations techniques (désenfumage) et un renouvellement des équipements biomédicaux afin de garantir la sécurité des patients et la continuité de l’activité hospitalière, mais également réaliser les travaux de construction d’un nouveau bloc opératoire.
En contact constant avec les représentants des personnels et de la communauté médicale des HBT, le député Sébastien Denaja a interpellé la Ministre de la Santé sur ce dossier et a insisté sur l’impérieuse nécessité d’assurer la continuité d’une offre de soin de qualité sur le bassin de vie de Thau.
Devant la gravité de la situation et "constatant à regret l’inertie complète des maires d’Agde et de Sète", le député a rencontré mercredi 21 septembre 2016 au ministère de la Santé, le cabinet de la Ministre Marisol Touraine et la représentante de l’ARS afin de demander que soient examinées les possibilités d’un soutien financier exceptionnel.
Le député Denaja a reçu l’assurance d’un examen particulièrement attentif de la situation des HBT et espère qu’une solution positive puisse être trouvée dans les prochains mois dans le cadre du nouveau plan de financement des structures hospitalières pour la période 2017-2022.

Du nouveau pour la rentrée


De nouveaux programmes de la maternelle au collège

L'ESSENTIEL

  • Après les programmes de maternelle et de l’enseignement moral et civique, mis en œuvre lors de la dernière année scolaire, ce sont tous les nouveaux programmes de la scolarité obligatoire qui entrent en application à la rentrée 2016.
  • Ces programmes, cohérents et progressifs, permettront à chaque élève d’acquérir le socle commun : apprentissages fondamentaux en CP, CE1, et CE2, consolidation de ces connaissances en CM1, CM2 et 6e puis approfondissement en 5e, 4e et 3e.
  • Le français et les mathématiques sont recentrés à l’école sur l’acquisition des fondamentaux. La pédagogie de la répétition et de l’entraînement quotidien est au cœur de ces nouveaux programmes. Ainsi, afin d’assurer la maîtrise de la langue, les horaires de français sont renforcés (au-delà des 10 heures de français hebdomadaires, 10 heures sont consacrées à des activités quotidiennes d’oral, de lecture et d’écriture). Les nouveaux programmes prévoient des travaux d’écriture quotidiens, des activités de lecture quotidienne et des exercices de calcul mental quotidiens.
  • Ces programmes sont accompagnés de nombreuses ressources pédagogiques destinées aux professeurs.

Télécharger l'intégralité de la fiche du ministère "De nouveaux programmes de la maternelle au collège"

La priorité au premier degré

L'ESSENTIEL

  • La priorité au premier degré se traduit par 19 328 postes créés depuis 2012,  soit 1 poste pour 5 élèves supplémentaire.
  • Les programmes des cycles 1, 2 et 3 mettent l’accent sur la maîtrise des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter, penser.
  • Les dispositifs "plus de maîtres que de classes" et "scolarisation avant l’âge de  trois ans" sont renforcés en éducation prioritaire pour réduire les inégalités.

Télécharger l'intégralité de la fiche du ministère "La priorité au premier degré"

Casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection ?

Les députés de l'Hérault font adopter l'amendement lors de la lecture au projet de loi Sapin II sur la transparence.

A l’initiative de députée de la 3ème circonscription de l'Hérault, Fanny Dombre-Coste, un amendement, cosignés par deux autres députés de l'Hérault, Christian Assaf et Frédéric Roig, visant à ce que les personnes condamnées en raison d’un manquement au devoir de probité (corruption, prise illégale d’intérêts, fraude fiscale) et d’atteinte aux personnes (violence, agression sexuelle, harcèlement, abus de faiblesse) ne puissent pas être candidates à une élection vient d’être adopté par l’Assemblée nationale.

"S’inscrivant dans le projet de loi relatif à la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dont Sébastien DENAJA est le rapporteur, cette avancée est nécessaire, selon Christian Assaf, pour renouer le lien de confiance entre les citoyens et les élus, pour que le « tous pourris » ne cache pas et ne gâche pas l’engagement citoyen de milliers de femmes et d’hommes dont l’honnêteté ne souffre d’aucun doute. Pour cela, avec cet amendement, il était indispensable de rappeler que la probité des représentants du peuple doit être au-dessus de tout soupçon.
Déjà soutenu par Henri CABANEL au Sénat, cet amendement avait été rejeté par la majorité sénatoriale. La droite n’est décidemment pas au rendez-vous des avancées démocratiques dont notre pays a besoin. D’ailleurs, certains de ces leaders ne veulent-ils pas revenir sur le non-cumul des mandats adopté en 2014 ?

Depuis 2012, de nouveaux progrès ont été faits dans les domaines démocratiques et institutionnels, que ce soit avec la parité, le non-cumul ou la transparence. Hier soir, l’Assemblée nationale a décidé de faire un nouveau pas sur l’indispensable chemin du renouveau démocratique. Cette décision en appelle d’autres. En effet, les enquêtes d’opinion le démontrent, les Françaises et les Français sont attachés à la démocratie et aiment la Politique, nous devons donc répondre à leurs attentes et être à la hauteur de leurs exigences."

Reste maintenant à aller au bout du processus législatif. Déjà le Sénat est revenu une nouvelle fois fin octobre, en commission, sur cet amendement. À six mois du scrutin présidentiel, une telle mesure est en effet loin de séduire l’ensemble des responsables politiques. Cette mesure s'appliquera-t-elle pour la prochaine élection présidentielle et pour les prochaines législatives de 2017 ? Rien n'est moins sûr...

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon