Agde

Mille OR : Conférence-Spectacle.

conférence Spectacle le vendredi 16 juin 2017 à 19h30, dans le cadre de l’exposition « Très Or » ouverte au public jusqu’au 14 octobre 2017 :

Luttenbacher
objets rares

à la Galerie de la Perle Noire
 îlot Molière – 6 Place Molière en Agde.
Un apéritif sera proposé à l’issue de la conférence.
Contact : Emilie Feliu, Galerie de la Perle Noire au 04 67 26 94 12

 

L’or : élément chimique de numéro atomique 79, de symbole Au., du mot latin aurum. Jusque là, rien de très palpitant ni de vraiment inspirant… Mais si l’on précise que le plus précieux des matériaux aux chauds éclats de « petit soleil » est une matière lumineuse, pure, dense, inaltérable, malléable à l’envi et donc facile à travailler, on comprend mieux l’attrait des créateurs pour donner vie à cette exposition « TrèsOr ». Adoré depuis la nuit des temps, l’or incarne aussi bien luxe et convoitise que pureté, conquête suprême.

Nutrition et alimentation saines

Le magasin Biocoop « L’Ephébio », fournisseur en alimentation biologique et en écoproduits, accueille régulièrement une naturopathe, Laurie-Anne Duval. Lors de ses permanences elle répond à toutes les questions que vous vous posez avec des réponses personnalisées.
Elle nous parle de sa prestation au sein de Biocoop Agde (et Béziers également) :
« Je suis naturopathe sur le secteur de Florensac et donc avec la Biocoop d’Agde depuis un petit peu plus de quatre ans, on a mis en place cette collaboration. Et Biocoop a une étique très particulière  puisqu’ils respectent la Charte Bio-Cohérence et à la base Biocoop est une scoop donc il y avait ici un  militantisme et des valeurs que je partageais beaucoup sur le fait de respecter la terre, l’humain qui la cultive  et le consommateur. Il ne s’agissait pas de surfer sur la mode du bio mais vraiment l’essence du bio qui est de respecter le vivant en nous et autour de nous.
Et donc avec Jérôme qui est le patron et toute son équipe on a commencé à proposer cette permanence. L’idée c’est que les gens puissent poser des questions parce que tout le monde ne peut pas aller chez le naturopathe soit parce qu’il n’est pas prêt à le faire soit parce qu’il n’a pas le budget pour le faire. Et c’était de proposer un service entièrement gratuit et qui va permettre de répondre aux questions courantes que se posent les gens au niveau de l’alimentation. Cela peut être …. Comment on fait manger des légumes aux enfants, pourquoi il ne faut pas manger de gluten, comment on peut remplacer les produits laitiers. Parfois ils arrivent avec des problématiques et puis on tente de manière assez rapide et parfois de manière collective de comprendre comment l’aliment peut être un médicament, comment faire les bonnes associations, comment faire des transitions alimentaire pour enfin avoir plus de vitalité et moins de pathologie parce que quand même beaucoup de français sont en surpoids et beaucoup de français sont fatigués avec des troubles digestifs ou du sommeil.
Donc l’idée c’est de montrer comment on faisant ses courses on peut ramener plus de vie dans son corps, comment on peut mettre plus de conscience dans ses achats alimentaires. Cette proposition que nous avons mise en place remporte un vif succès depuis toutes ces années et on ne va pas s’arrêter en si bonne voie. On peut venir pour cinq minutes ou pour une heure. On peut venir pour acheter beaucoup ou pour acheter très peu.
L’idée c’est que les gens soient plus responsables et plus autonomes dans leur choix alimentaire. Voltaire disait « La connaissance libère ». On peut se libérer des schémas culturels ou de ce que la publicité a conditionné dans notre tête parce qu’on reprend le pouvoir de cette connaissance là. Parfois on se fait du mal en mangeant. Hors on doit manger pour se nourrir avec plaisir mais pas juste manger pour le plaisir quitte à se détruire.
C’est avec joie que je vis ça toutes les semaines depuis toutes ces années ».

Cliquez sur une image pour l'agrandir

La pêche des thons rouges en Méditerranée, le retour.

Cette année, les captures de thons rouges en Méditerranée devraient atteindre les 4187 tonnes selon les quotas déterminés par l’ICCAT (ou CICTA), une organisation internationale pour la conservation des Thonidés. C’est une augmentation de 20% par rapport à l’an dernier.
Partis le 23 mai du port du Grau d’Agde, les deux thoniers senneurs (le « Gérard Luc IV » et le « Ville d’Agde IV ») ont fait une halte en Espagne pour les formalités d’usage.  Le début officiel de la pêche étant le 25 mai, ils sont vite arrivés sur leurs zones de pêche au sud des Iles Baléares. Là, les deux thoniers, grâce à leur équipement performant (le sonar), attentifs à tout déplacement des bancs de thon en ont très vite localisé de belle taille. Une fois un banc de thons localisé, le but a été de l’encercler avec le filet (la senne) et à en fermer le fond (comme habituellement sur des bateaux de pêche au lamparo).
Cette année les deux bateaux ont très vite localisé des bancs de thons conséquents. Le « Gérard-Luc IV » en une seule calée a ainsi pu largement dépasser son quota de pêche. Mais ce surplus de thons a été attribué à d’autres thoniers, partenaires du même mareyeur. Les thons ainsi pêchés seront conservés vivants et transférés dans une cage commune au même mareyeur.
La pêche fut si bonne avec seulement une journée de mauvais temps que les thoniers ont très vite regagné leur port d’attache au Grau d’Agde.
Par contre une des conséquences de la pêche de cette année, le filet du « Gérard-Luc IV » a été percé de nombreuses fois par des gros thons (estimés à 400 kg). Des dégâts qui ont obligé l’équipage à un sérieux « ramendage » en prévision de la saison prochaine.
Désormais, les quotas atteints, leurs deux bateaux sont immobilisés le long des quais. Pour les patrons pêcheurs le temps de nettoyer les thoniers et ils partiront sur de plus petits bateaux (sur des « petits-métiers ») pour d’autres formes de pêche en Méditerranée.

Cliquez sur une image pour l'agrandir

La pêche du thon rouge en Méditerranée.

La campagne de pêche vient de débuter en Méditerranée et deux thoniers senneurs viennent de quitter le port du Grau d’Agde, le « Ville d’Agde IV » commandé par la famille Fortassier et le « Gérard Luc IV » dont l’armateur est le jeune Luc Buono.
Leur départ a été fêté avec tous les « honneurs » dus à ces professionnels de la mer. Le Conseil Général de l’Hérault, en présence de son président Kléber Mesquida, et des élus liés au monde de la pêche ont trouvé les mots pour les encourager et leur signifier le plein soutien de l’institution. Cet hommage fut rendu aux professionnels en présence de Christian Théron, Président de la SAEML, et Aurélie Dessein, Directrice de la criée.
Cette campagne de pêche 2017 doit durer un mois au large des îles Baléares (du 25 mai au 24 juin) et chaque thonier a son quota de pêche déterminé à l’avance par la CICTA (Commission Internationale pour le Conservation des Thonidés de l’Atlantique). Il est à noter que depuis plusieurs années, après une baisse du stock de poissons, une hausse de la biomasse très significative a été observée (estimée en 2016 à 585.000 tonnes). Cette donnée permet de chiffrer les quotas de capture autorisée (TAC). Ce qui fut le cas cette année encore.
Devant tous les invités, Christian Théron, Président de la SAEML, a tout d’abord pris la parole et  a exprimé son souhait que leur saison de pêche se déroule sous les meilleurs auspices. Puis Kléber Mesquida, Président du Conseil Général de l’Hérault,  a remercié tous les acteurs de la filière  présents lors de cette initiative. Il s’est exprimé en ces mots :
« Cette initiative que le Département a voulu soutenir et amplifier c’est aussi l’occasion de mettre l’accent sur cette pêche qui très souvent a été, dans le passé, montrée du doigt, décriée. On avait le sentiment, dans l’opinion publique, qu’il y avait une disparition de l’espèce et qu’il fallait redresser les pratiques. Il y a eu un plan qui a été mis en place. Il y a eu des mesures qui ont été difficiles mais grâce à la profession, aujourd’hui les résultats sont là.
Depuis 2015, les quotas ont été relevés de 20% et ce qui est très important c’est que le stock est estimé à 585.000 tonnes. Donc les pratiques actuelles permettent cette reconstitution de l’espèce.
Dans l’Hérault, il y a 17 navires, dont 11 sont ancrés à Sète et 2 au Grau d’Agde Le port du Grau d’Agde a toute sa place dans la filière avec ses 2 thoniers senneur, ses 10 chalutiers et plus de 100 petits-métiers.  Le Département qui est propriétaire de l’infrastructure a eu à réfléchir dans les années précédentes sur les investissements à faire pour moderniser l’outil de travail et il n’y a jamais eu de débats à l’assemblée et aujourd’hui le résultat est là.  Nous mettons toujours des moyens dans l’accompagnement pour soutenir toutes les activités d’excellence dans l’Hérault.
Le Département a la responsabilité de 8 ports, 6 autour de l’étang de Thau, 1 à Vendres et puis le port du Grau d’Agde ».
Kléber Mesquida a terminé son intervention en souhaitant bonne mer et bonne pêche aux équipages des deux thoniers.
A bord du « Gérard Luc  IV » il y a 13 hommes d’équipages plus un observateur. Luc Buono a pris la succession de son père aux commandes du thonier et va diriger les manœuvres. Après une première escale en Espagne (près de Tarragone) pour les formalités de pêche, le thonier ira croiser sur la zone sud des îles Baléares. Là, attentifs au moindre mouvement des bancs de thons, ils jetteront leur filet quand ils estimeront que la prise est justifiée. Grâce à la technique du filet tournant les thons rouges seront emprisonnés tout en restant vivants.  Il ne leur restera plus qu’à aller plaquer leur filet contre celui d’une grande cage disposée en mer par leur mareyeur. Les thons seront comptés, observés et le poids des captures sera déterminé, en présence de l’observateur mandaté à cet effet. Une fois les quotas des deux thoniers atteints, il ne leur restera plus qu’à revenir en France en attendant la prochaine saison de pêche, l’an prochain. Le thonier « Gérard Luc IV » a un quota de 200 tonnes de thons et celui du « Ville d’Agde IV » 100 tonnes.
A bord du « Ville d’Agde IV » se trouve là aussi 13 hommes d’équipage. Le thonier est dirigé par la famille Fortassier (André) avec son fils Sébastien qui prendra dans les prochaines années la succession de son père.
Le départ des deux thoniers s’est fait sous les acclamations des familles et des amis venus les encourager et leur souhaiter une bonne pêche.

Cliquez sur une image pour l'agrandir

« Mère, fille, mère, etc… » Episode 2.

Une exposition sur la rencontre entre Sylvie Goussopoulos (photographe) et Jo Witek (écrivaine) avec des femmes et mères de famille du quartier du centre ancien d’Agde.

Ce second épisode, après celui qui a été vu au Musée Agathois, réunit à la Maison des Savoirs d’Agde, les photos et les textes de ces deux complices.

Maison des Savoirs – Médiathèque - Place du Jeu de Ballon – Agde.

Une exposition qui se tiendra du mardi 23 mai au samedi 1er juillet 2017.

Vernissage le vendredi 16 juin à 18h00.

Gastronomicom vous ouvre ses portes.

Journée Portes ouvertes le mercredi 14 juin 2017 de 10h00 à 17h00. Le Campus sera heureux d’accueillir les visiteurs pour cette journée de découverte.

A cette occasion, la visite de l’école et la rencontre avec les professeurs de cuisine et de pâtisserie seront proposées aux futurs étudiants.

Cette journée s’adresse aussi bien aux personnes débutantes ainsi qu’aux professionnels souhaitant monter en compétence et accéder à un niveau « 1 étoile Michelin ».

Localisation de l’école : Zone des 7 Fonts – 8 rue des Moulins à l’Huile – Agde

Entrée libre de 10h00 à 17h00

Visites guidées de 10h30 à 15h30

Entretien avec les professeurs de 11h30 à 13h30.

L’institut GASTRONOMICOM est une école de restauration gastronomique. Elle propose depuis 2005 des cours de cuisine, de pâtisserie à un niveau une étoile Michelin, ainsi que des cours de français et des stages dans des établissements renommés. Jeune et dynamique, l’école reçoit chaque année des étudiants provenant des quatre coins du monde et s’efforce de former les chefs de demain.

Renseignements au : 04 67 32 15 07
http://gastronomicom.fr


1907 : la vigne en feu.

Le samedi 10 juin à 18h00.

Spectacle théâtral avec la Compagnie du Cheval Marin, écrit, adapté et mis en scène par Martine Bastouil. Au printemps 1907, les hommes et les femmes du Languedoc se révoltent pour défendre leur terre, le fruit de leur travail, leur dignité : la vigne. A la caserne Mirabel d’Agde, le 17ème Régiment d’Infanterie se range aux côtés des manifestants, les pioupious se mutinent ! Ils sont les fils, frères, cousins ou amis des vignerons en colère ! Fidèles à l’esprit de transmission de la mémoire de notre région et de notre cité, les Archives Municipales s’associent à la Compagnie du Cheval Marin pour faire (re)découvrir aux Agathois ces événements qui ont fait l’histoire de notre ville.

Tout public.

Entrée libre.

Réservation conseillée.

Salle des Fêtes. Rue Brescou. Agde

Agde 1907.

"La révolte des vignes et des armes".

Une exposition des Archives Municipales du 9 juin au 29 juin 2017.

Que représente la viticulture à Agde au début du XXème siècle ? Comment les Agathois ont-ils vécu et pris part aux événements de 1907 ? Et pourquoi est-ce justement dans notre ville que la mutinerie militaire s’est ajoutée à la révolte vigneronne ? Le service des Archives livre au travers de cette exposition le fruit de ses nombreuses recherches et présente des documents et objets essentiels à la compréhension des causes, enjeux et conséquences de cette crise sociale, paysanne, économique et identitaire qui ébranla le Midi et marqua durablement la mémoire collective.

Vernissage : vendredi 9 juin à 18h30.

Entrée libre. 10h-12h / 14h-18h, tous les jours sauf dimanches.  

Espace Molière. Place Molière. Agde

Le vignoble d'Agde au XIXème et XXème siècles.

Le vendredi 9 juin à 18h00 à l'Office de Tourisme d'Agde.

Une conférence animée par Irène Dauphin, directrice des Archives Municipales d’Agde. Présentation de l’importance du vignoble dans l’économie agathoise et  des conséquences de la crise viticole dans la vie locale au cours des XIXème et XXème siècles. Entrée libre. Réservation conseillée. Office de Tourisme d'Agde. Place de la Belle Agthoise.

Suivie à 18h30 du vernissage de l’exposition “Agde 1907. La révolte des vignes et des armes” à l’Espace Molière.

Office de Tourisme de la ville d'Agde - Place de la Belle Agathoise.

Les évènements de 1907 en images.

Le jeudi 8 juin à 18h00 à la Maison des Savoirs.

2017 est l’année du 110ème anniversaire de la révolte des vignerons dans le Midi de la France en 1907. Un épisode qui marqua douloureusement l’histoire d’Agde.

Conférence-projection animée par Michel Vieux, collectionneur. Michel Vieux nous ouvre les portes de son incroyable collection sur le sujet et explique en images le déroulé chronologique des évènements de 1907 tels une chronique d’une révolte annoncée : la montée en puissance des leaders Marcelin Albert et Ernest Ferroul, les premières grèves et manifestations, les incidents dramatiques et mutineries militaires jusqu’à la conclusion du conflit.  

Réservation conseillée.

Maison des Savoirs - Place du Jeu de Ballon - Agde

04 67 94 67 00

Opération de nettoyage du Fort de Brescou

Par les bénévoles de l’association « Les Amis du Fort de Brescou ».

Créée en  mars 2012, l’association « Les Amis du Fort de Brescou » compte à ce jour 250 membres et elle s’est donné pour but premier d’aider à la restauration du Fort de Brescou. Elle est issue de la passion d’hommes et de femmes amoureux de la mer et du Fort de Brescou, et ce sous l’impulsion de Jean-Louis Guggisberg, le président de l’association.
Elle participe tout naturellement à la recherche de financements et ce dans le cadre de la souscription lancée par la ville d’Agde le 1er mars 2016. L’association n’entend pas se substituer à la ville, à qui le fort appartient depuis 2005, mais l’aider en étant force de proposition.

Les travaux à réaliser sont considérables mais sans attendre leur lancement, les membres de l’association se sont retrouvés au fort pour un nettoyage des herbes folles et des grilles et barrières métalliques laissées depuis quelques années sur le site.  Les bénévoles ont été accueillis par Sébastien Frey, 1er adjoint et Chargé du Développement du Territoire, Urbanisme et Grands Travaux. Une bonne trentaine sont venus passer leur journée à déblayer et à entasser tout ce qui n’a pas lieu d’être à l’intérieur de l’édifice. Les services de la mairie d’Agde auront, par la suite, la tâche de rapporter à terre ces éléments indésirables.

Le nettoyage s’est déroulé dans une ambiance très conviviale avec la visite du maire de la ville, M. Gilles d’Ettore venu les encourager et les remercier pour leur participation à cette tâche que certains, sous un franc soleil de juin alors que d’autres sont à la plage, pourraient qualifier d’ingrate.
« C’est une journée très importante car cela démontre que ce fort suscite l’adhésion et on le voit aujourd’hui avec tous ces bénévoles de l’association. Je suis venu en ma qualité de maire les encourager et les remercier car tout cela préfigure de gros travaux ici-même.  Je suis très fier de tout ce qu’ont réalisé les bénévoles pour la sauvegarde du fort ».
Christine Antoine, chargée du Patrimoine à la ville d’Agde, résume ainsi les progrès sur ce dossier concernant cette restauration : « Dès le 15 juin nous allons choisir l’architecte du patrimoine qui va devoir gérer la réhabilitation et les premiers travaux à engager pour consolider les remparts de l’édifice qui sont assez dégradés par la houle et les coups de mer. Nous pensons que les travaux devraient commencer dès l’an prochain avec le soutien de l’Etat, de la Région et de l’Europe.  A ce jour, la souscription a permis la collecte de dons à hauteur de 47.000 euros ».

La Fondation du Patrimoine fait aussi partie de la logistique mise en place pour trouver des financements pour la réhabilitation de ce monument emblématique de la cité. Il est à noter que le Fort de Brescou a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Rappelons que la somme de 6,2 millions est nécessaire pour cette réhabilitation. Il est encore possible de devenir acteur de cette sauvegarde.

Comment faire un don pour sauver le Fort de Brescou ?
-Par courrier à Fondation du Patrimoine Languedoc-Roussillon – 2 bis rue Jules Ferry – 34000 Montpellier.
1. Paiement par chèque en libellant son chèque à l’ordre de « Fondation du Patrimoine – Fort de Brescou ». Le reçu fiscal sera établi à l’attention de l’émetteur et envoyé à l’adresse figurant sur le chèque.
2. Paiement en espèces en indiquant ses coordonnées auxquelles sera adressé le reçu fiscal.
-Par internet, en faisant un don en ligne sur le site internet sécurisé de la Fondation Patrimoine, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Des bons de souscription sont disponibles à l’accueil de l’Hôtel de Ville Mirabel, dans les mairies annexes ainsi qu’à l’Office de Tourisme (Bulle d’accueil du Cap d’Agde et ses annexes du centre-ville ou du Grau d’Agde).

Association « Les Amis du Fort de Brescou »
3 Rue de la Haye – 34300 Agde – 06 24 38 48 10 - www.amisfortbrescou.fr

Cliquez sur une image pour l'agrandir