Agde

15ème édition de la « Solex'Cap »

En quelques années, la « Solex'cap » est devenue le rassemblement « Solex » du Cap d’Agde que les passionnés attendent avec toujours autant d’impatience.

Pour sa 15ème édition, qui se déroulera le dimanche 25 juin, les ingrédients qui font son succès depuis le début seront plus que jamais au rendez-vous : bonne humeur, convivialité et rigolade sur ces drôles de machines.

Organisée par l’U.P.T.N. (Union de Professionnels du Tourisme Naturiste), la « Solex’Cap » a inscrit ce rassemblement 2017 au profit de la Croix Rouge Française. Ainsi, une partie des bénéfices de la soirée d’ouverture leur sera reversée.
Lors de sa première édition en 2003, la « Solex’Cap » ne rassemblait que quelques « accros » du Solex surnommés « les Papy Solex »…

Ces quinquagénaires étaient tous nostalgiques de leur jeunesse marquée par cette drôle de machine qu’est le Solex et qui a fêté ses 60 ans en 2006. Ils souhaitaient faire revivre ces bons moments et ont ainsi créé la « Solex’Cap ». Ayant maintenant pour la plupart allègrement franchi le cap des 60 printemps, ils ont su réunir autour de leurs machines « collector » de plus en plus de passionnés pour cette journée particulière, certes teintée de nostalgie, mais non moins enthousiaste et souriante.

Le principe : une balade conviviale au départ du Cap d’Agde pour se rendre à Pomerols en « Solex » avec des étapes chez certains commerçants qui accueillent cette bande enthousiaste pour faire reposer les machines… et les hommes, et une arrivée au Grau d’Agde pour la Fête de la Mer.

Le programme de la « Solex’Cap » 2017

Samedi 24 juin, à 20h : Soirée d’ouverture de la « Solex’Cap » avec orchestre et le traiteur « Aux bons petits plats ». Ouverte à tous (17 € par personne, sur inscription préalable au 06.03.78.64.34) au Centre Naturiste Oltra (accès réglementé). Une partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge Française.

Dimanche 25 juin
   • 8h : Rassemblement Esplanade Pierre Racine au Cap d’Agde et départ direction Pomerols à 8h30
   • 10h : Arrivée à Pomerols. Pause petit-déjeuner à la Cave Coopérative « Les Costières ». Visite commentée et dégustation
   • 11h : Départ de Pomerols : direction Marseillan et Agde
   • 12h : Arrivée au Grau d’Agde pour la Fête de la Mer et participation au défilé dans les rues avec le Comité des Fêtes
   • 12h30 : Fin de la Solex’Cap
   • 13h30 : Vin d’honneur et déjeuner au Grau d’Agde

Le « SOLEX », 70 ans au compteur…
Le « Vélosolex », nommé familièrement « Solex », a marqué toute une génération, et a fêté en 2016 ses 70 ans ! « Mythique, iconique et inoubliable », comme le décrit le propriétaire de la licence Solex aujourd’hui, le Groupe Esaybike, « il fait résolument partie du patrimoine français ».

Le modèle emblématique de la marque est celui qui comporte le moteur sur la roue avant, surnommé « la bicyclette qui roule tout seule ».

C’est durant la Seconde Guerre mondiale et par la volonté de Marcel Mennesson et Maurice Goudard que ce cyclomoteur voit le jour en 1946, commercialisé par la maison « Solex », déjà leader dans la fabrication de carburants. Les premiers modèles sont produits à Courbevoie à la cadence de 15 machines par jour et ils coûtent 13.600 francs de l’époque ! Le succès a été au rendez-vous puisque jusqu’en 1988, 8 millions d'exemplaires ont été vendus en France et à l'étranger.

Jacques Sternberg, dans son livre « Dérives, débrouilles », fait un éloge humoristique du Vélosolex en l'opposant à la moto sur tous les points :
   • son moteur, quand le pot n’est pas cassé, est particulièrement silencieux.
   • sa vitesse limitée à 30-35 km/h permet de jouir tranquillement du paysage et de sentir la brise sur sa peau : pas de tenue de cuir isolant du monde.
   • le fait de pouvoir « aider » le moteur en pédalant dans les côtes empêche de s'ankyloser
  • en cas de panne, tandis que le motard est bloqué, le possesseur de « Vélosolex » relève tranquillement son moteur et l’utilise comme un vélo simple.

Le « Vélosolex » a également eu son heure de gloire à la télévision, avec le feuilleton « Janique Aimée » qui s'ouvrait invariablement sur un générique où on voyait Janique le pilotant, lui associant immédiatement l'image de Français moyen qu'on entendait lui donner.

Il semblerait que le deux-roues phares des années 60 reparte à la conquête du public. La licence Solex est détenue depuis 2010 par le Groupe Easybike, spécialiste de l'électrique, tant au niveau de la production que de la distribution.

Le Groupe relocalise aujourd'hui la production des nouveaux modèles de la marque en France et présente avec fierté le « SolexMini » : le plus compact des vélos pliants, fabriqué à Saint-Lô en Normandie. Grâce à sa motorisation électrique et son système de pliage plusieurs fois breveté, il révolutionne, comme son prédécesseur, la mobilité

Il semblerait que le « Solex » ait encore de beaux jours devant lui…

Inscriptions :
Tél. : 06.03.78.64.34 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Informations pour le public :
Office de Tourisme Cap d'Agde Méditerranée
Tél. 04.67.01.04.04
www.capdagde.com
Se conformer au Code de la Route. Port du casque et des gants obligatoire.

Le défi de Gégé pour sensibiliser à la maladie de Lyme

Gérard Duriez a le cœur sur la main et les pieds toujours en mouvement. Il court Gégé, il court… Il court pour une belle cause. Il marche et court pour la petite Océane, atteinte de la maladie de Lyme ainsi que pour tous les enfants atteints.

Gégé l’écossais, pour ceux qui le connaissent, mène ce combat en faisant de la prévention sur cette maladie : « Je suis, depuis quelques jours, délégué régional de l’association Enfance Lyme And Co qui aide les malades et leurs familles car les traitements, non efficace, ne sont pas pris entièrement en charge ».

Il parcourt, vétu de son kilt, tout le département de l’Hérault et bien au-delà en participant à des marches nordiques et courses en tout genre. La vente de tee-shirt et casquettes ne suffit plus pour payer les droits d’inscriptions aux courses où les frais de déplacements. Alors il lance un appel à sponsors pour avoir la possibilité de continuer à faire de la prévention sur la maladie de Lyme, dont il est atteint lui aussi, depuis peu de temps.

Les 18 et 19 novembre prochain, il se lance un défi : 24h de marche nordique et de course au Mont Saint-Loup à Agde pour Océane, Enfance Lyme And Co et la Fibro-Lyme.

Pour soutenir, et contacter Gégé ou faire un don : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La maladie de Lyme et la Fibromyalgie sont des maladies émergentes, pénibles et invalidantes.  Elles sont encore très peu connues et peuvent semer la confusion dans les diagnostics à cause de leurs ressemblances symptômatiques. Ce sont aussi des sources de divergence d’opinions  entre les médecins et les spécialistes. Les symptômes de ces pathologies se  ressemblent sur plusieurs  points tels que les douleurs articulaires et les myalgies, qui touchent surtout les genoux, les épaules, la colonne vertébrale, les hanches et les coudes. Elles attaquent aussi le système nerveux et causent une fatigue accentuée, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs et moteurs. Les malades souffrent aussi de  douleurs intestinales, accompagnées par le syndrome du côlon irritable, des diarrhées et des vomissements. Des atteintes oculaires sont également recensées parmi les symptômes de ces maladies.

 Corinne Cambon

Les « Hérault du Cinéma et de la Télé ».

14ème festival au Palais des Congrès du Cap d’Agde du 20 au 26 juin 2017.

Des avant-premières de films, un panorama du Cinéma Français, la traditionnelle compétition « Top des Courts » qui récompense le meilleur court-métrage primé de l’année, la diffusion de séries inédites et des rencontres dédicaces en présence des comédiens et des réalisateurs.

Toutes les projections des films courts et longs ont lieu au Palais des Congrès du Cap d’Agde. Elles sont publiques et gratuites, sur invitation à retirer à l’Office de Tourisme du Cap d’Agde, à la Mairie d’Agde ou au Palais des Congrès dans la limite des places disponibles, à partir du mercredi 7 juin à 10h00.

Palais des Congrès – Avenue des Sergents – 34300 Le Cap d’Agde.

Informations au : 04 67 94 60 00



Mille OR : Conférence-Spectacle.

conférence Spectacle le vendredi 16 juin 2017 à 19h30, dans le cadre de l’exposition « Très Or » ouverte au public jusqu’au 14 octobre 2017 :

Luttenbacher
objets rares

à la Galerie de la Perle Noire
 îlot Molière – 6 Place Molière en Agde.
Un apéritif sera proposé à l’issue de la conférence.
Contact : Emilie Feliu, Galerie de la Perle Noire au 04 67 26 94 12

 

L’or : élément chimique de numéro atomique 79, de symbole Au., du mot latin aurum. Jusque là, rien de très palpitant ni de vraiment inspirant… Mais si l’on précise que le plus précieux des matériaux aux chauds éclats de « petit soleil » est une matière lumineuse, pure, dense, inaltérable, malléable à l’envi et donc facile à travailler, on comprend mieux l’attrait des créateurs pour donner vie à cette exposition « TrèsOr ». Adoré depuis la nuit des temps, l’or incarne aussi bien luxe et convoitise que pureté, conquête suprême.

Nutrition et alimentation saines

Le magasin Biocoop « L’Ephébio », fournisseur en alimentation biologique et en écoproduits, accueille régulièrement une naturopathe, Laurie-Anne Duval. Lors de ses permanences elle répond à toutes les questions que vous vous posez avec des réponses personnalisées.
Elle nous parle de sa prestation au sein de Biocoop Agde (et Béziers également) :
« Je suis naturopathe sur le secteur de Florensac et donc avec la Biocoop d’Agde depuis un petit peu plus de quatre ans, on a mis en place cette collaboration. Et Biocoop a une étique très particulière  puisqu’ils respectent la Charte Bio-Cohérence et à la base Biocoop est une scoop donc il y avait ici un  militantisme et des valeurs que je partageais beaucoup sur le fait de respecter la terre, l’humain qui la cultive  et le consommateur. Il ne s’agissait pas de surfer sur la mode du bio mais vraiment l’essence du bio qui est de respecter le vivant en nous et autour de nous.
Et donc avec Jérôme qui est le patron et toute son équipe on a commencé à proposer cette permanence. L’idée c’est que les gens puissent poser des questions parce que tout le monde ne peut pas aller chez le naturopathe soit parce qu’il n’est pas prêt à le faire soit parce qu’il n’a pas le budget pour le faire. Et c’était de proposer un service entièrement gratuit et qui va permettre de répondre aux questions courantes que se posent les gens au niveau de l’alimentation. Cela peut être …. Comment on fait manger des légumes aux enfants, pourquoi il ne faut pas manger de gluten, comment on peut remplacer les produits laitiers. Parfois ils arrivent avec des problématiques et puis on tente de manière assez rapide et parfois de manière collective de comprendre comment l’aliment peut être un médicament, comment faire les bonnes associations, comment faire des transitions alimentaire pour enfin avoir plus de vitalité et moins de pathologie parce que quand même beaucoup de français sont en surpoids et beaucoup de français sont fatigués avec des troubles digestifs ou du sommeil.
Donc l’idée c’est de montrer comment on faisant ses courses on peut ramener plus de vie dans son corps, comment on peut mettre plus de conscience dans ses achats alimentaires. Cette proposition que nous avons mise en place remporte un vif succès depuis toutes ces années et on ne va pas s’arrêter en si bonne voie. On peut venir pour cinq minutes ou pour une heure. On peut venir pour acheter beaucoup ou pour acheter très peu.
L’idée c’est que les gens soient plus responsables et plus autonomes dans leur choix alimentaire. Voltaire disait « La connaissance libère ». On peut se libérer des schémas culturels ou de ce que la publicité a conditionné dans notre tête parce qu’on reprend le pouvoir de cette connaissance là. Parfois on se fait du mal en mangeant. Hors on doit manger pour se nourrir avec plaisir mais pas juste manger pour le plaisir quitte à se détruire.
C’est avec joie que je vis ça toutes les semaines depuis toutes ces années ».

Cliquez sur une image pour l'agrandir

La pêche des thons rouges en Méditerranée, le retour.

Cette année, les captures de thons rouges en Méditerranée devraient atteindre les 4187 tonnes selon les quotas déterminés par l’ICCAT (ou CICTA), une organisation internationale pour la conservation des Thonidés. C’est une augmentation de 20% par rapport à l’an dernier.
Partis le 23 mai du port du Grau d’Agde, les deux thoniers senneurs (le « Gérard Luc IV » et le « Ville d’Agde IV ») ont fait une halte en Espagne pour les formalités d’usage.  Le début officiel de la pêche étant le 25 mai, ils sont vite arrivés sur leurs zones de pêche au sud des Iles Baléares. Là, les deux thoniers, grâce à leur équipement performant (le sonar), attentifs à tout déplacement des bancs de thon en ont très vite localisé de belle taille. Une fois un banc de thons localisé, le but a été de l’encercler avec le filet (la senne) et à en fermer le fond (comme habituellement sur des bateaux de pêche au lamparo).
Cette année les deux bateaux ont très vite localisé des bancs de thons conséquents. Le « Gérard-Luc IV » en une seule calée a ainsi pu largement dépasser son quota de pêche. Mais ce surplus de thons a été attribué à d’autres thoniers, partenaires du même mareyeur. Les thons ainsi pêchés seront conservés vivants et transférés dans une cage commune au même mareyeur.
La pêche fut si bonne avec seulement une journée de mauvais temps que les thoniers ont très vite regagné leur port d’attache au Grau d’Agde.
Par contre une des conséquences de la pêche de cette année, le filet du « Gérard-Luc IV » a été percé de nombreuses fois par des gros thons (estimés à 400 kg). Des dégâts qui ont obligé l’équipage à un sérieux « ramendage » en prévision de la saison prochaine.
Désormais, les quotas atteints, leurs deux bateaux sont immobilisés le long des quais. Pour les patrons pêcheurs le temps de nettoyer les thoniers et ils partiront sur de plus petits bateaux (sur des « petits-métiers ») pour d’autres formes de pêche en Méditerranée.

Cliquez sur une image pour l'agrandir

La pêche du thon rouge en Méditerranée.

La campagne de pêche vient de débuter en Méditerranée et deux thoniers senneurs viennent de quitter le port du Grau d’Agde, le « Ville d’Agde IV » commandé par la famille Fortassier et le « Gérard Luc IV » dont l’armateur est le jeune Luc Buono.
Leur départ a été fêté avec tous les « honneurs » dus à ces professionnels de la mer. Le Conseil Général de l’Hérault, en présence de son président Kléber Mesquida, et des élus liés au monde de la pêche ont trouvé les mots pour les encourager et leur signifier le plein soutien de l’institution. Cet hommage fut rendu aux professionnels en présence de Christian Théron, Président de la SAEML, et Aurélie Dessein, Directrice de la criée.
Cette campagne de pêche 2017 doit durer un mois au large des îles Baléares (du 25 mai au 24 juin) et chaque thonier a son quota de pêche déterminé à l’avance par la CICTA (Commission Internationale pour le Conservation des Thonidés de l’Atlantique). Il est à noter que depuis plusieurs années, après une baisse du stock de poissons, une hausse de la biomasse très significative a été observée (estimée en 2016 à 585.000 tonnes). Cette donnée permet de chiffrer les quotas de capture autorisée (TAC). Ce qui fut le cas cette année encore.
Devant tous les invités, Christian Théron, Président de la SAEML, a tout d’abord pris la parole et  a exprimé son souhait que leur saison de pêche se déroule sous les meilleurs auspices. Puis Kléber Mesquida, Président du Conseil Général de l’Hérault,  a remercié tous les acteurs de la filière  présents lors de cette initiative. Il s’est exprimé en ces mots :
« Cette initiative que le Département a voulu soutenir et amplifier c’est aussi l’occasion de mettre l’accent sur cette pêche qui très souvent a été, dans le passé, montrée du doigt, décriée. On avait le sentiment, dans l’opinion publique, qu’il y avait une disparition de l’espèce et qu’il fallait redresser les pratiques. Il y a eu un plan qui a été mis en place. Il y a eu des mesures qui ont été difficiles mais grâce à la profession, aujourd’hui les résultats sont là.
Depuis 2015, les quotas ont été relevés de 20% et ce qui est très important c’est que le stock est estimé à 585.000 tonnes. Donc les pratiques actuelles permettent cette reconstitution de l’espèce.
Dans l’Hérault, il y a 17 navires, dont 11 sont ancrés à Sète et 2 au Grau d’Agde Le port du Grau d’Agde a toute sa place dans la filière avec ses 2 thoniers senneur, ses 10 chalutiers et plus de 100 petits-métiers.  Le Département qui est propriétaire de l’infrastructure a eu à réfléchir dans les années précédentes sur les investissements à faire pour moderniser l’outil de travail et il n’y a jamais eu de débats à l’assemblée et aujourd’hui le résultat est là.  Nous mettons toujours des moyens dans l’accompagnement pour soutenir toutes les activités d’excellence dans l’Hérault.
Le Département a la responsabilité de 8 ports, 6 autour de l’étang de Thau, 1 à Vendres et puis le port du Grau d’Agde ».
Kléber Mesquida a terminé son intervention en souhaitant bonne mer et bonne pêche aux équipages des deux thoniers.
A bord du « Gérard Luc  IV » il y a 13 hommes d’équipages plus un observateur. Luc Buono a pris la succession de son père aux commandes du thonier et va diriger les manœuvres. Après une première escale en Espagne (près de Tarragone) pour les formalités de pêche, le thonier ira croiser sur la zone sud des îles Baléares. Là, attentifs au moindre mouvement des bancs de thons, ils jetteront leur filet quand ils estimeront que la prise est justifiée. Grâce à la technique du filet tournant les thons rouges seront emprisonnés tout en restant vivants.  Il ne leur restera plus qu’à aller plaquer leur filet contre celui d’une grande cage disposée en mer par leur mareyeur. Les thons seront comptés, observés et le poids des captures sera déterminé, en présence de l’observateur mandaté à cet effet. Une fois les quotas des deux thoniers atteints, il ne leur restera plus qu’à revenir en France en attendant la prochaine saison de pêche, l’an prochain. Le thonier « Gérard Luc IV » a un quota de 200 tonnes de thons et celui du « Ville d’Agde IV » 100 tonnes.
A bord du « Ville d’Agde IV » se trouve là aussi 13 hommes d’équipage. Le thonier est dirigé par la famille Fortassier (André) avec son fils Sébastien qui prendra dans les prochaines années la succession de son père.
Le départ des deux thoniers s’est fait sous les acclamations des familles et des amis venus les encourager et leur souhaiter une bonne pêche.

Cliquez sur une image pour l'agrandir
No images found.

« Mère, fille, mère, etc… » Episode 2.

Une exposition sur la rencontre entre Sylvie Goussopoulos (photographe) et Jo Witek (écrivaine) avec des femmes et mères de famille du quartier du centre ancien d’Agde.

Ce second épisode, après celui qui a été vu au Musée Agathois, réunit à la Maison des Savoirs d’Agde, les photos et les textes de ces deux complices.

Maison des Savoirs – Médiathèque - Place du Jeu de Ballon – Agde.

Une exposition qui se tiendra du mardi 23 mai au samedi 1er juillet 2017.

Vernissage le vendredi 16 juin à 18h00.

Gastronomicom vous ouvre ses portes.

Journée Portes ouvertes le mercredi 14 juin 2017 de 10h00 à 17h00. Le Campus sera heureux d’accueillir les visiteurs pour cette journée de découverte.

A cette occasion, la visite de l’école et la rencontre avec les professeurs de cuisine et de pâtisserie seront proposées aux futurs étudiants.

Cette journée s’adresse aussi bien aux personnes débutantes ainsi qu’aux professionnels souhaitant monter en compétence et accéder à un niveau « 1 étoile Michelin ».

Localisation de l’école : Zone des 7 Fonts – 8 rue des Moulins à l’Huile – Agde

Entrée libre de 10h00 à 17h00

Visites guidées de 10h30 à 15h30

Entretien avec les professeurs de 11h30 à 13h30.

L’institut GASTRONOMICOM est une école de restauration gastronomique. Elle propose depuis 2005 des cours de cuisine, de pâtisserie à un niveau une étoile Michelin, ainsi que des cours de français et des stages dans des établissements renommés. Jeune et dynamique, l’école reçoit chaque année des étudiants provenant des quatre coins du monde et s’efforce de former les chefs de demain.

Renseignements au : 04 67 32 15 07
http://gastronomicom.fr


1907 : la vigne en feu.

Le samedi 10 juin à 18h00.

Spectacle théâtral avec la Compagnie du Cheval Marin, écrit, adapté et mis en scène par Martine Bastouil. Au printemps 1907, les hommes et les femmes du Languedoc se révoltent pour défendre leur terre, le fruit de leur travail, leur dignité : la vigne. A la caserne Mirabel d’Agde, le 17ème Régiment d’Infanterie se range aux côtés des manifestants, les pioupious se mutinent ! Ils sont les fils, frères, cousins ou amis des vignerons en colère ! Fidèles à l’esprit de transmission de la mémoire de notre région et de notre cité, les Archives Municipales s’associent à la Compagnie du Cheval Marin pour faire (re)découvrir aux Agathois ces événements qui ont fait l’histoire de notre ville.

Tout public.

Entrée libre.

Réservation conseillée.

Salle des Fêtes. Rue Brescou. Agde

Agde 1907.

"La révolte des vignes et des armes".

Une exposition des Archives Municipales du 9 juin au 29 juin 2017.

Que représente la viticulture à Agde au début du XXème siècle ? Comment les Agathois ont-ils vécu et pris part aux événements de 1907 ? Et pourquoi est-ce justement dans notre ville que la mutinerie militaire s’est ajoutée à la révolte vigneronne ? Le service des Archives livre au travers de cette exposition le fruit de ses nombreuses recherches et présente des documents et objets essentiels à la compréhension des causes, enjeux et conséquences de cette crise sociale, paysanne, économique et identitaire qui ébranla le Midi et marqua durablement la mémoire collective.

Vernissage : vendredi 9 juin à 18h30.

Entrée libre. 10h-12h / 14h-18h, tous les jours sauf dimanches.  

Espace Molière. Place Molière. Agde